Ken Loach : « Rien ne changera tant qu'on n'aura pas changé le modèle économique »

Entretien / Force tranquille toujours aussi déterminée, Ken Loach s’attaque à la tyrannie inhumaine des Job Centers, vitupère les Conservateurs qui l’ont organisée… et cite Lénine pour l’analyser. Ouf, les honneurs ne l’ont pas changé !

Comment ce nouveau film est-il né ?
Ken Loach
: Quand Paul Laverty, le scénariste, et moi, avons commencé à échanger les histoires que nous entendions autour de nous, lui en Écosse et moi en Angleterre — entre deux réflexions sur les scores de foot.
Des histoires de personnes piégées dans cette bureaucratie d’État, et qui deviennent de plus en plus extrêmes. Je pourrais vous donner des tonnes d’exemples, comme cet homme qui avait téléphoné au Job Center — le Pôle Emploi britannique — pour prévenir qu’il ne pourrait pas honorer un rendez-vous car il assistait aux funérailles de son père. Il est allé à l’enterrement… et on lui a arrêté ses allocations !
Durant nos recherches, on a traversé le pays, et on en a entendu plein d’autres identiques. Alors on s’est dit qu’on devrait en raconter une, pour essayer de faire comprendre aux gens ce qu’ils endurent. Paul a écrit les deux personnages principaux de Dan et Katie et voilà, c’était parti.

à lire aussi : "Moi, Daniel Blake" : une couronne pour le Royaume des démunis

Pourquoi l’avoir situé à Newcastle ?
C’était une ville que l’on n’avait pas encore filmée, elle est la plus au nord de toutes les grandes villes britanniques. L’industrie minière et la construction de bateaux l’ont façonnée. Elle a également une longue histoire de militantisme. Mais elle est très pauvre aujourd’hui, même si le centre-ville donne toutes les apparences de la richesse. Et les gens parlent un dialecte génial, très riche, qui se prête bien à la comédie.

Avez-vous rencontré des employés des Job Center pour évoquer avec eux la difficulté de leur travail ?
Oui, beaucoup, par l’intermédiaire des syndicats. Ils nous ont confirmé qu’ils avait des objectifs de nombre de gens à sanctionner. S’ils n’en sanctionnent pas assez chaque semaine, eux-mêmes sont reversés dans un programme de perfectionnement personnel — une dénomination kafkaïenne et orwellienne.
Et même si tous les demandeurs d’emploi s’acquittent de leurs missions, les employés doivent quand même en sélectionner certains pour les sanctionner ! Dans les séquences tournées dans le Job Center, à l’exception des deux comédiennes principales, tous les autres travaillaient réellement dans le lieu. Entre les prises, ils nous confiaient que le système étaient tellement cruel pour eux qu’ils avaient décidé de partir.

à lire aussi : Jean Labadie, ou le 7e art délicat de la distribution

D’après vous, à quel moment leur mission a-t-elle été dévoyée ?
Les gens qui travaillent dans les agences pourraient répondre mieux que moi, mais c’est venu petit à petit. Après guerre, on avait en Angleterre l’État providence. Cela fonctionnait.
Mais depuis quarante ans, la décision a été constante de le détruire, sous la direction de Margaret Thatcher, et dans l’intérêt de grandes entreprises. Ça a continué lorsque les Conservateurs sont revenus au pouvoir, en 2010. Iain Duncan Smith a été le ministre responsable — on parle de lui dans le film comme « le salaud chauve ». Mais on n’a rien contre les chauves : Paul Laverty lui-même n’a pas de cheveux, ne dites pas que je vous l’ai dit (rires) !
À l’origine, le boulot des employés des Job Center était de vous montrer la liste des places vacantes que vous pouviez éventuellement tenter d’obtenir. Maintenant, on leur interdit de la montrer : il s’agit non pas d’aider les gens, mais clairement de leur rendre la vie impossible en leur disant de s’aider eux-mêmes.
De tout temps, le pouvoir de droite a culpabilisé les gens pauvres en essayant de leur donner la responsabilité de leur pauvreté. Dès le XIXe siècle, il incitait à faire une différence entre les pauvres méritants et les pauvres qui ne méritaient pas.

Justement, le personnage de Katie a des échos dickensiens…
Inévitablement, les gens qui sont dans le besoin se ressemblent de siècle en siècle. Il est certain qu’une mère célibataire avec des enfants, c’est toujours une figure que la droite aime détester, car selon ses critères, elle a tort sur tout, elle est immorale : pourquoi elle n’a pas de mec ? qu’est-ce qu’elle a fait pour en arriver là ?
Avec Paul, on voulait trouver une relation entre Katie et Dan qui puisse les révéler à eux-mêmes, et montrer qui ils sont profondément. C’est comme ça qu’on peut voir leur vulnérabilité mutuelle, et apprendre de quoi ils sont faits. Quand elle va prendre cette décision dramatique pour gagner de l’argent, ça va le détruire complètement, et elle aussi.

Vous montrez que si l’État fait défaut, la solidarité et l’entraide sont toujours présents.
Mais je suis certain que ça doit exister dans tous les pays. C’est notre nature d’être de bons voisins. S’il vous manque du lait, vous allez venir taper à ma porte et je vais vous aider. Si l’État représentait la bonté et le meilleur plutôt que les intérêts d’une seule classe, ça serait bien…

à lire aussi : L’esprit Loach

Quel avenir imaginez-vous pour vos personnages sans George Osborne (ex chancelier de l'Échiquier), sans David Cameron (ex Premier minsitre), sans l’Europe ?
Ce serait possible de faire des ajustement mineurs, mais le problème vient du capitalisme et de l’état dans lequel il est arrivé. Les grandes sociétés, les corporations, sont présentes dans tous les espaces, à tous les stades de notre existence. Leur logique, c’est de grandir, de prendre davantage d’espace. Elles ne trouvent jamais de point d’équilibre : où est le prochain marché, quelle est l’économie que l’on peut faire sur le travail, la main d’œuvre ? Où peut-on trouver les matières premières les moins chères ?
Si jamais il faut délocaliser en Indonésie, on y délocalise ; et ensuite, si l’on trouve moins cher ailleurs ? Si elles ne font pas ça, une autre société encore plus impitoyable ravira leur part de marché… Tout cela est la conséquence inévitable du système économique. En occident, il leur faut des consommateurs, pas des travailleurs. Cette contradiction permanente est incarnée par l’Union européenne elle-même, qui oblige et encourage la privatisation — c’est écrit dans sa charte. Donc, rien ne peut changer en substance… tant qu’on n’aura pas changé le modèle économique.

Selon vous, quelles peuvent être les conséquences du Brexit ?
Le modèle britannique reste un modele néo-libéral, ça ne changera pas. Et tant qu’on aura un gouvernement de droite, beaucoup d’industries britanniques se déplaceront pour conserver leur marché d’Europe continentale. Les politiques britanniques vont vouloir attirer un grand nombre d’investissements de l’étranger, de façon à remplacer ceux qui partent.
Et le seul moyen pour attirer des industries, c’est avoir une main-d’œuvre bon marché. Donc, une fois de plus, baisser la valeur du travail. Quelqu’un a dit « la classe dirigeante peut survivre à toutes les crises tant que la classe laborieuse encaisse » Vous savez qui ? Lénine. Mais chuutttt ! « il est défendu maintenant » [en français dans le texte]

Et concrètement, pour le cinéma britannique ?
C’est une mauvaise nouvelle. Il y a des fonds d’aide européen pour le cinéma européen — pas énormément, mais quand même. Beaucoup d’accords de coproduction reposent sur le fait que la main-d’œuvre peut circuler. Et cela va stopper. Cela enrichit tellement notre culture… Le problème, c’est que le cinéma britannique a tendance à regarder outre-Atlantique. Là, ça va être pire.

En France, vos films sont surtout vus par des spectateurs appartenant aux classes supérieures. N’y a-t-il pas là une inadéquation entre le sujet et le public ?
C’est vrai que dans les cinémas art et essais, on trouve plutôt un public bourgeois. Mais avec ce film, le distributeur Le Pacte tente de le proposer dans des cinémas qui ne sont pas des cinémas art et essai, d’élargir. On a réfléchi à des manières de le rendre disponible pour des personnes qui n’ont pas l’argent pour aller au cinéma. Ce serait bien de le montrer dans des centres communautaires, des clubs de foot, dans une salle au fond d’un café… On a le projet de faire ça en Angleterre.

À plusieurs reprises, vous avez annoncé tourner votre “dernier film”. Est-ce la révolte ou l’amour du cinéma qui vous pousse à continuer ?
Avant tout c’est l’amour du cinéma. C’est de lui que tout part, sinon ça ne voudrait rien dire. Il faut aimer raconter une histoire, rassembler une équipe pour la raconter ; c’est la base. La question qui se pose ensuite, c’est : quelle histoire raconter ? Elle doit vous passionner.

Vous travaillez avec Paul Laverty depuis 1995. Pourquoi ne cosignez-vous pas les scénarios ?
Mais parce que c’est Paul qui les écrit ! Il écrit les personnages, les scènes, le scénario… Le scénariste n’est pas assez bien vu, en général. Et je déteste voir sur les affiches « un film de… ». Je crois que les réalisateurs ont un vrai problème d’ego !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 15 octobre 2019 Pour s’en sortir, un intérimaire se lance dans l’entrepreneuriat franchisé avec l’espoir de s’en sortir… précipitant sa chute et celle de sa famille. Par cette chronique noire de l’ère des GAFA, Ken Loach dézingue toujours plus l’anthropophagie...
Mardi 8 octobre 2019 Des films par dizaines, des projections par centaines, des invités… par milliers ? Peut-être pas, mais suffisamment pour que chaque spectatrice ou (...)
Mardi 3 septembre 2019 Francis Ford Coppola, Bong John Ho, Ken Loach, Daniel Auteuil et Marina Vlady ne seront pas seuls à visiter les salles obscures lyonnaises en octobre prochain : Frances McDormand, Donald Sutherland, Marco Bellocchio, Gael Garcia Bernal ou Vincent...
Mardi 9 janvier 2018 Farce déglinguée convoquant une famille au bord de l'implosion et un Presley ressuscité, La Cuisine d'Elvis est un terrain de jeu idéal pour l'acteur et metteur en scène Pierre Maillet. De quoi commencer la saison avec une des plus belles réussites...
Mardi 7 février 2017 Malgré le Brexit, les relations entre la France et l’Angleterre se portent à merveille du côté de Villeurbanne. Durant une semaine, le festival Ciné O’Clock se (...)
Mardi 20 décembre 2016 Une semaine ordinaire dans la vie de Paterson, chauffeur de bus à Paterson, New Jersey et poète à ses heures. Après la voie du samouraï, Jarmusch nous indique celle d’un contemplatif alter ego, transcendant le quotidien sur son carnet. Une échappée...
Mardi 15 novembre 2016 Portrait d’une banlieue par des jeunes qui la vivent au présent et ont foi en l’avenir, dans un documentaire de création bariolé, sans complaisance mortifère ni idéalisation naïve. Stimulant.
Mardi 8 novembre 2016 Un homme recherche l’agresseur de son épouse en s’affranchissant des circuits légaux. Mais que tient-il réellement à satisfaire par cette quête : la justice ou bien son ego ? Asghar Farhadi compose un nouveau drame moral implacable, doublement primé...
Mercredi 2 novembre 2016 Reine du hip-hop en son royaume, Kate Tempest revient avec Let Them Eat Chaos, second album acclamé par la critique. Poétesse, rappeuse, slameuse, Kate Tempest est une artiste enragée et engagée à l'accent cockney marqué.
Mardi 30 ao?t 2016 Oubliez son discours survolté lors de la remise de sa Caméra d’Or à Cannes et considérez le film de Houda Benyamina pour ce qu’il est : le portrait vif d’une ambitieuse, la chronique cinglante d’une cité ordinaire en déshérence, le révélateur de...
Mercredi 6 juillet 2016 Des retrouvailles affectives en (fausses) dents de scie entre un père et sa fille, la réalisatrice allemande Maren Ade tire une grande fresque pudique mêlant truculence, tendresse et transgression sur fond de capitalisme sournois. Deux beaux...
Mardi 7 juin 2016 Si vous avez suivi d’un œil distrait la compétition cannoise au motif qu’elle concernait des œuvres encore éloignées des écrans, préparez-vous à l’écarquiller : une (...)
Mardi 17 mai 2016 Si Roméo était fils d’un ogre pêcheur et Juliette travestie, fille d’un industriel de Tourcoing, peut-être que leur histoire ressemblerait à cette proto-comédie de Bruno Dumont. Un régal pour l’œil, mais pas une machine à gags. En compétition...
Jeudi 12 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mardi 1 juillet 2014 Ken Loach retrouve sa meilleure veine avec ce beau film autour d’une utopie réconciliatrice dans l’Irlande du Nord encore meurtrie par la guerre civile, ruinée par les archaïsmes de l’église et l’égoïsme des possédants. Christophe Chabert
Mardi 13 mai 2014 Après une édition 2013 dominée par un fort contingent franco-américain, les sélections du festival de Cannes 2014 sont beaucoup plus ouvertes sur les cinémas du monde, avec (déjà) des favoris et quelques outsiders que l’on va suivre de...
Jeudi 25 octobre 2012 La 4e édition a été fréquentée par près de 100 000 personnes en six jours (du 15 au 21 octobre) avec 72 000 spectateurs de films, 27 000 visiteurs des villages (...)
Jeudi 11 octobre 2012 Pour avoir suivi de près les trois premières éditions de Lumière, on sait d’expérience à quel point le choix de la personnalité pour recevoir le Prix Lumière influe (...)
Jeudi 6 septembre 2012 Plus éclatée que lors des éditions précédentes, la programmation de Lumière 2012 ménagera films monstres, raretés, classiques restaurés, muets en musique et invités de marque. Christophe Chabert
Lundi 27 ao?t 2012 Prix Lumière à Ken Loach, hommages à Max Ophüls, Vittorio De Sica, Dean Martin et Max Von Sydow, versions intégrales et restaurées de "La Porte du Paradis" et d’"Il était une fois en Amérique", ciné-concert autour de "Loulou" : le prochain festival...
Jeudi 12 juillet 2012 C’est un nouveau cinéaste européen qui a été choisi pour recevoir le Prix Lumière 2012 : Ken Loach. Une filmographie imposante d’une trentaine de longs-métrages (...)
Jeudi 12 juillet 2012 Après trois semaines de suspense, c’est finalement le réalisateur anglais, chef de file d’un cinéma social plus noué qu’on ne le croit, qui se verra décerner le quatrième Prix Lumière en octobre prochain. Christophe Chabert
Lundi 25 juin 2012 Décidément, la comédie n’est pas le fort de Ken Loach et de son scénariste Paul Laverty ; cette pochade à l’optimisme forcé sur les tribulations dans le monde du whisky d’une bande de petits délinquants écossais relève du bâclage paresseux et du...
Vendredi 25 mai 2012 Curieuse édition du festival de Cannes, avec une compétition de bric et de broc pleine de films d’auteurs fatigués et dont le meilleur restera celui qui annonça paradoxalement la résurrection joyeuse d’un cinéma mort et enterré. Du coup, c’est le...
Mercredi 9 mars 2011 Sombre histoire de vengeance d’un ancien mercenaire anglais en Irak, "Route Irish", malgré son évident manque de moyens, s’inscrit dans la meilleure veine du cinéma de Ken Loach, comme un remake social et british de "Rambo". Christophe Chabert
Jeudi 21 mai 2009 De Ken Loach (Ang-Fr, 1h57) avec Steve Nevets, Éric Cantona…
Mercredi 9 janvier 2008 Ken Loach s'immerge dans le quotidien d'une jeune et jolie femme transformée en vaillant petit soldat du libéralisme sauvage, sans changer pour autant son regard empathique et réaliste. La première gifle cinématographique de 2008. Christophe...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !