Gaspar Claus : « Ce sont deux mondes qui rentrent en collision »

Pedro Soler & Gaspar Claus

Temple Lanterne

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Flamenco / Après Barlande, Gaspar Claus et son père, Pedro Soler, sont de nouveau réunis sur Al Viento. Avec dix cordes seulement, une guitare et un violoncelle, ils réinventent le flamenco et tentent de l'offrir au plus grand nombre. Inépuisable explorateur musical, Gaspar Claus se livre sur ce projet et sa permanente volonté de décloisonnement des genres.

Après Barlande en 2011, tu retrouves ton père pour ce nouvel album, Al Viento.
Gaspar Claus : L'année dernière, on parlait d'un second album. Après Barlande on a fait beaucoup de concerts. L'envie semblait être présente du côté de la maison de disque. Pedro m'a dit : « tu parles tout le temps d'un deuxième album. Il faudrait qu'on arrête d'en parler, qu'on se pose et qu'on l'écrive. » Mais en réalité, après Barlande on avait déjà commencé à créer de nouveaux morceaux. On avait déjà la matière pour faire ce second album. Il était presque prêt. C'est une écriture en permanence. Peut-être que d'ici quatre ans et sans l'avoir voulu, on aura un nouveau répertoire.

à lire aussi : Teaser : Notre concert Petit Bulletin Live du 9 Novembre 2016

On entend dire que ton père a un style "archaïque" alors que tu es souvent qualifié d'explorateur musical. C'est une vision que vous partagez ?
Tout dépend de ce qu'on entend par archaïque. L'archaïsme de Pedro rejoint une extrême modernité. Il est dans une épure, dans une recherche de la qualité du son. Ce sont des points de concentration qui sont très présents dans les musiques modernes ou d'avant-garde. On se retrouve à cet endroit là. Pedro n'est pas le plus fidèle représentant du flamenco traditionnel. Il ne s'appuie pas que sur le système de cette musique. Bien sûr, Pedro tient énormément aux gammes et aux rythmes qui composent le flamenco mais il est davantage à la recherche d'un son.

Bien que ton père et toi ne partagez pas le même univers sonore en dehors de vos collaborations, on sent que vous appréhendez la musique de la même manière. C'est vrai ?
Non, je ne pense pas. On s'apprend énormément, on s'écoute énormément. On se met l'un et l'autre en danger. On se fait sortir de nos zones de confort. On provoque l'écoute. On pousse l'attention à l'autre pour savoir comment danser avec lui. On ne cherche pas à se glisser dans la musique de l'autre. Il faut savoir le déséquilibrer, le rattraper avant qu'il ne tombe, se laisser tomber, etc. De là, une troisième musique naît. On ne fait pas de la fusion. Ce sont deux mondes qui rentrent en collision. Cet impact génère un troisième monde. Les aller-retours vont dans un certain sens. Pedro tenant beaucoup au respect de l'art flamenco, il faut faire attention à ça. Il faut pouvoir être diffusé sans gêne auprès des musiciens d'Andalousie. On reste dans le carcan, mais on propose autre chose à l'intérieur de celui-ci. C'est une collaboration très naturelle.

à lire aussi : Pedro Soler & Gaspar Claus, flamenco imaginaire

J'aimais bien cette idée d'aller dans un pays où le feu est enfermé sous la glace. La terre brûle.

Al Viento a été enregistré en Islande et en Espagne, deux territoires qui ne se ressemblent pas vraiment. Au final, le contraste colle avec ce que vous proposez sur l'album. Simple coïncidence ou réflexion plus profonde ?
On est d'abord partis en Islande parce qu'on cherchait à se désaxer. Moi je ne voulais pas enregistrer en Andalousie. En Islande, il y a ce studio très prestigieux, le Greenhouse. J'aimais bien cette idée d'aller dans un pays où le feu est enfermé sous la glace. La terre brûle. En Andalousie, le feu est dans le ciel avec ce soleil qui brûle tout. Moi j'ai vu une analogie, j'ai senti qu'on pouvait aller chercher les deux sources de feu. Mais tout ça ce sont des histoires qu'on se construit dans la tête (rires). Il y a aussi le fait que le studio en Islande était très cher donc on avait peu de temps. On a décidé de ne faire que la moitié du disque là haut et d'aller ensuite en Espagne. On a fait l'Islande en février et l'Espagne en août.

Pour ce nouvel album, vous avez signé sur le label InFiné, d'habitude plutôt orienté musiques électroniques. Tu as retrouvé Rone, avec qui tu as collaboré. Est-ce que cette signature est un nouvel exemple de ta soif d'ouverture, de décloisonnement ?
J'ai rencontré Erwan (NdlR, Rone) parce qu'il était le nouveau petit copain d'une très bonne amie. Il n'était pas encore Rone et faisait une musique pour un court-métrage. On a pas mal bossé ensemble. À l'époque, il y avait déjà les vidéos de mon père et moi pour Les Concerts à emporter. Quand Erwan a signé avec Alexandre Cazac chez InFiné, il a montré ces vidéos. Alexandre voulait ouvrir le label. Il a réussi d'ailleurs. C'est une chose très importante de décloisonner. Quand ils nous ont proposé de signer, on avait aussi une proposition du label de Pedro, Harmonia Mundi. On savait que le public de Pedro allait suivre alors je me suis dit que ce serait bien d'aller présenter cette musique à un autre public, via InFiné. Je préfère jouer pour des gens qui ne s'attendent pas à ce que je vais leur jouer. Je trouve ça tellement plus intéressant. Signer chez InFiné, ça nous a amené à jouer au festival All Tomorrow's Parties, qui est le truc le plus sexe, drogue et rock'n'roll d'Angleterre ! On a été suivi par un public très jeune. C'était hyper important cette signature. Le décloisonnement est une qualité rare chez les labels. Surtout qu'aujourd'hui avec les algorithmes de Youtube et compagnie, on ne nous donne à écouter que ce qu'on aime.

Dans Al Viento, une chanson fait appel à la figure de la Petenera, encore aujourd'hui très crainte des Gitans. Vous n'avez pas peur de la malédiction ?
Quand on annonce qu'on va jouer la Petenera, s'il y a des Gitans dans la salle, ils se lèvent et ils se cassent. Il y a des chanteuses flamenco avec qui on travaille qui refusent même qu'on prononce ce nom. Ce n'est absolument pas une blague. Moi, je ne suis pas de cette culture là. J'entends tout ça mais ça ne me fait pas peur. C'est un morceau particulièrement habité. Je sens que c'est bizarre. Quand je le joue, il m'arrive de me poser des questions. C'est très intense. Mais c'est normal parce qu'il y a une histoire très précise qui est racontée. On joue, on ferme les yeux et on se fait le film dans sa tête. Donc d'une certaine manière le personnage est présent.

Sur un autre morceau de l'album, vous invitez Matt Elliott et Serge Teyssot-Gay à vous rejoindre. Une collaboration à laquelle vous teniez ?
Il y a deux ans, le festival Radio France a contacté Serge et moi pour une collaboration. On ne se connaissait pas. Mon père est venu nous écouter en concert. Il a adoré la guitare électrique de Serge, il a trouvé ça très flamenco. Il ne lui a pas trop laissé le choix, il lui a dit : « on enregistre cet été, tu viens. » On a fait cette pièce en une seule prise pour les instruments (guitare électrique, guitare, violoncelle). Ensuite, il y a eu la voix de Matt Elliott. On avait beaucoup d'amis en commun mais on ne s'était jamais rencontrés. Moi j'écoute sa musique depuis longtemps. Il a quelque chose d'assez hispanisant dans certains de ses morceaux. C'est un morceau qui sort un peu du lot au final. On avait déjà eu une collaboration sur Barlande, c'est important.

Ce n'est pas trop dur de tourner avec l'étiquette flamenco ? C'est un genre finalement assez méconnu en France, qui souffre de beaucoup de préjugés.
Dans l'esprit de certains, le flamenco ce sont les fêtes estivales dans les villages balnéaires où ça chante et ça danse. C'est un truc bizarre, folklorique, sauvage. À l'inverse, les aficionados du flamenco sont des élitistes. Ils connaissent beaucoup trop bien la musique et décident de ce qui est du flamenco. Entre les deux il y a tout le public qu'on voudrait toucher. C'est plus le public du dernier album de Leonard Cohen, par exemple. C'est une proposition musicale avant tout. Il s'agit d'abord de jouer de la musique. Mais quand on dit flamenco, il y a quelque chose de très connoté dans l'esprit des gens. On n'y peut rien.

Ton violoncelle est à la fois générateur de mélancolie, de chaos, de structures, bref, de beaucoup de choses. Penses-tu achever un jour ta quête du son de ton instrument ?
(Rires) Je ne sais pas trop ce que l'avenir me réserve. Il y a quelques temps je me suis mis à utiliser des pédales d'effet. C'est tout un nouveau monde qui s'ouvrait à moi. J'avais longtemps refusé, pas parce que j'étais contre mais parce que j'estimais que je n'avais pas encore tout fait avec mon seul violoncelle. Depuis que j'ai utilisé ces pédales, quand je reprends mon violoncelle sans les pédales, je retrouve un plaisir perdu. C'est une histoire de dynamique. Cet instrument me surprend à chaque fois. Il dépend tellement de ce à quoi on propose de le marier.

Pedro Soler & Gaspar Claus
Au Temple Lanterne le mercredi 9 novembre à 20h30

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 21 janvier 2020 En donnant sa vision personnelle et électro-pop de la musique de Bach, Arandel livre, avec InBach une sublime profession de foi de ce que doit être la musique : une matière vivante, un phaéton temporel autant qu'une créature mutante. Et au passage...
Mardi 3 avril 2018 Tout semblait les opposer mais tous les a ramenés l'un vers l'autre, à commencer par une troublante histoire familiale aux ramifications portugaises. Le violoncelliste Gaspar Claus et le chanteur danois d'Efterklang Casper Clausen en ont tiré un...
Lundi 30 octobre 2017 La première édition du Petit Bulletin Festival s'est achevé ce dimanche 29 octobre en La Chapelle de la Trinité. Une première réussie avec trois concerts complets mais surtout trois moments hors-du-temps dans la droite ligne de l'ambition du...
Mardi 13 juin 2017 C'est décidé ! Nous lançons notre propre festival, en partenariat avec nos amis de Rain dog productions et en coréalisation avec Les Grands Concerts ! La suite logique des PB Live itinérants, qui se sont baladés dans la cité depuis novembre 2013,...
Vendredi 19 mai 2017 En Petit Bulletin Live à la Comédie Odéon le 21 mai, Thomas Dybdahl, c'est 15 ans d'une impeccable carrière et de morceaux à frémir. En 15 clips ou sessions live, 15 morceaux piochés au long de la riche discographie du songwriter norvégien, nous...
Jeudi 9 mars 2017 Prodige précoce de la mandoline et du bluegrass, compositeur hors-pair et touche-à-tout brillant dans l'art de la reprise décalée (Bach, les Strokes, Radiohead...) l'Américain Chris Thile viendra, lors d'un PB Live aux Subsistances, faire étalage de...
Mercredi 15 février 2017 Découvert en 2002 avec un chef d'œuvre notoirement passé sous le radar, ...That Great October Sound, qu'ouvrait un titre lourd de sens, From Grace, voilà 15 (...)
Mercredi 2 novembre 2016 Les PB Live, ce sont ces concerts un brin décalés que nous aimons partager avec vous, conçus avec nos amis de Rain Dog Productions, en des lieux peu visités et avec des artistes qui nous fascinent, mais encore peu mis en lumière. Voici le prochain.
Mardi 4 octobre 2016 Virtuose de la mandoline, Chris Thile a dépoussiéré cet instrument dont il est le plus solide représentant sur la planète. Véritable institution aux USA, il (...)
Mardi 19 avril 2016 Génie au destin contrarié et tragique, tiré d'une retraite que l'on pensait définitive par une poignée de fans français, Peter Milton Walsh aka The Apartments vient se livrer sur scène en trio acoustique.
Mardi 29 mars 2016 Jeudi soir 24 mars, c'est Gabriel Kahane, petit génie new-yorkais inconnu qui a continué, accompagné du Quatuor Debussy, l'année 2016 des Petit Bulletin Live, concoctés par Rain Dog Productions. Dans le Hangar des Subsistances, empli d'un public...
Jeudi 31 mars 2016 Virtuose aux talents multiples comme New York en a produit de bien beaux ces derniers temps, compositeur — au sens classique du terme — songwriter, storyteller, Gabriel Kahane est surtout un génie, d'une grande humilité, de la variation sur un même...
Jeudi 4 février 2016 On en n'avait même pas rêvé, Rain Dog Prod l'a fait : un PB Live avec les mythiques Apartments de Peter Milton Walsh, (vrai-faux) groupe australien à (...)
Mercredi 25 novembre 2015 Il y a peu, nous avions le regret de vous annoncer l'annulation du PB Live de San Fermin – le groupe ayant choisi de prendre ses distances (...)
Mardi 15 septembre 2015 À la faveur d'un concert d'après Fourvière au Lavoir Public, le 15 juin dernier, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présente plus ni l'un, ni l'autre) (...)
Dimanche 8 mars 2015 C'était le 12 juin 2014. Sous une chaleur accablante, Alela Diane faisait littéralement suffoquer la Salle Rameau lors du dernier PB Live de la saison (...)
Mardi 2 décembre 2014 Magie du Temple Lanterne ou des deux invités de cette soirée ? Les deux sans doute. Toujours est-il que vendredi soir, lors de la première de la saison 2 du (...)
Vendredi 14 novembre 2014 En 25 ans d'une belle amitié musicale, Piers Faccini et Vincent Segal n'ont jamais cessé, dans leurs chambres ou sur scène, de revisiter les chansons des autres - mais aussi les leurs. Et viennent enfin d'en tirer un très beau disque, "Songs of Time...
Mardi 23 septembre 2014 En ouverture de sa saison 2, le PB Live accueillera la rencontre soyeuse entre le violoncelliste polymorphe Vincent Segal et l'Anglo-italien aux semelles de vent et à la voix de velours Piers Faccini. Le projet pour nom "Songs of Lost time". On...
Jeudi 10 juillet 2014 Le premier est un songwriter aux semelles de vent et à la voix de mirage, le second un émérite violoncelliste à tout faire, le pitre (au sein de Bumcello) (...)
Mardi 10 juin 2014 Ronan Siri a des airs d'adolescent mais une voix qui fait largement plus que son âge. A vingt-quatre ans, le jeune Lyonnais a déjà pas mal de bouteille. (...)
Samedi 12 avril 2014 Découvert à l'automne sur la foi d'un album à se damner lointainement inspiré d'un célèbre roman d'Hemingway, San Fermin s'affirme comme l'une des plus fascinantes formations musicales de ces derniers mois. A sa tête, le jeune prodige Ellis...
Vendredi 7 février 2014 Nous avons l'honneur et la fierté de vous annoncer que la première date de la tournée française de San Fermin, formidable octuor de Brooklyn que d'aucuns (...)
Mardi 28 janvier 2014 Le Londonien Benjamin Clementine a été la sensation de l’hiver musical, enflammant notamment les Transmusicales de Rennes. Il y a de fortes chances qu’il en fasse de même au Sucre pour la deuxième édition du Petit Bulletin Live. Attention claque en...
Lundi 9 décembre 2013 Le 17 novembre dernier, Rosemary Standley, Dom La Nena et leur projet "Birds on a Wire" ont plongé la Chapelle de la Trinité dans un état de grâce absolu à l’occasion de la première de PB Live. En exclusivité mondiale, le Petit Bulletin et Rain Dog...
Jeudi 17 octobre 2013 Pour la première édition de PB Live, Rosemary Standley et Dom La Nena se produiront à la Chapelle de la Trinité le 17 novembre en duo violoncelle-voix. Au menu : "Birds on a Wire", un répertoire de reprises surprenantes courant de Monteverdi à John...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !