Roberto Farias touche au coeur et à l'estomac

Acceso

Célestins, théâtre de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre des Célestins / Vu à Lyon il y a un an grâce au festival Sens interdits, Acceso revient. Et c’est une immense chance de (re)découvrir l'un des spectacles absolument majeurs de cette saison, signé du cinéaste Pablo Larrain et du comédien sidérant qu'est Roberto Farias : il nous a accordé une interview aussi à vif que la pièce.

Vous évoquez dans la pièce les conditions de "rétention" des enfants sous Pinochet. Cette histoire-là est encore si actuelle au Chili ?
Roberto Farias
: Il existe encore des maisons des mineurs, des internats, le SENAME (NdlR : Service national gouvernemental de Jeunesse)... et cela continuera tant que les inégalités existeront. Dans mon pays, il y a toujours des enfants abandonnés, isolés sans aucune possibilité de s'en sortir en dehors des drogues, de la rue, de la délinquance. Sans doute une conséquence de la dictature ; mais Acceso est plus profond que cela.

à lire aussi : Sens Interdits 2015 : le Chili de Pablo Larraín

Pourquoi avoir écrit l'histoire de ce personnage, vagabond, abandonné par son pays post-Pinochet ?
Il n'y a pas de connexion directe avec la dictature. La pièce parle de ce qui se passe avec les enfants de la rue maintenant, comme de ce qui a été mis en lumière avec le retentissant cas Spiniak (NdlR, du nom de cet homme d'affaires arrêté en 2003) : une affaire de prostitution infantile, d'orgies dans laquelle étaient impliqués la classe politique, des curés, des gens de télévision...
Tout le reste du spectacle émane d'un hasard : lors d'un travail avec Pablo Larrain, je faisais une imitation d'un enfant abandonné, ça l'a inspiré et il m'a proposé de faire un monologue de théâtre. Pendant les répétitions nous avons fait des improvisations avec des histoires que j'avais vécues, que je mélangeais avec la fiction. C'est pour cela qu'Acceso est très personnel. Le personnage de Sandokan a existé, je l'ai vu et il vivait dans mon quartier. Il n'y a aucune connexion avec la dictature.

Vous avez un espace de jeu minuscule. Quelles étaient vos intentions de mise en scène avec Pablo Larrain ?
L'espace a principalement pour objectif de simuler un "micro", un espèce de petit bus de transport public dans lequel se trouve Sandokan et où il vend des bibelots, où il se connecte avec son passé et il le rend au présent. Je devais être bien proche du public pour le réprimander, l'attraper sans qu'il puisse s'échapper. C'est un espace simple et minimaliste dans lequel tout repose quasi exclusivement sur le jeu. Les lumières ont aussi été travaillées dans cet objectif : elles sont froides et coupantes comme celles qu'on retrouve dans les "micros". La lumière définit les limites de l'espace.

à lire aussi : Berlinale 2015, jour 5. Deux visions du Chili…

Vous provoquez ce sentiment très rare au théâtre : la peur. Comme si le comédien et le personnage fusionnaient. Parmi tous les rôles que vous avez joué, est-ce celui que vous avez le plus intériorisé ?
C'est le spectacle le plus personnel que j'ai jamais fait au théâtre. Je cherche à ce que la pièce touche et gêne à la fois, fasse peur ou soit tendre. C'est une énergie qui va et revient, grandit et voyage ; je prends la main du public en quelque sorte. Tout est intuitif.
Je connais l'univers de Sandokan, son comportement, sa façon de parler et d'agir car j'appartiens au même monde que lui. Il n'y a pas de mensonge.

Vous partez en tournée en Europe avec ce spectacle, dans des théâtres institutionnalisés. Avez-vous aussi l'occasion de jouer devant un public qui ressemble à Sandokan ?
En Europe non, mais j'ai joué dans mon quartier au Chili, à Conchalí (NdlR, dans la province de Santiago) avec 200 spectateurs dans le cadre d'un festival de la ville. Les conditions étaient très précaires mais cela a été l'une des meilleures représentations que j'ai vécu. Néanmoins, cette pièce a un fort impact partout où nous allons. Je sens que ce spectacle n'est pas limité à des cultures, ethnies ou des réalités spécifiques ; il a un caractère de performance qui fait qu'il n'émeut pas seulement par son texte ou sa sémantique mais qu'il se comprend aussi par le cœur et l'estomac.

Acceso
Au théâtre des Célestins du 8 au 19 novembre

à lire aussi : La saison 2015/2016 des Célestins

(Traduction Javier Romero et Irène Joatton-Rodriguez)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 janvier 2017 D’un authentique épisode de la vie clandestine du poète chilien Pablo Neruda, Pablo Larrain tire un dys-biopic tenant de la farce, du polar politique et du western. Une palpitante mise en abyme de la création artistique célébrant la supériorité de...
Mardi 13 octobre 2015 Pour sa première mise en scène de théâtre, le cinéaste Pablo Larraín livre avec "Acceso" un spectacle à l’image du festival Sens Interdits : férocement politique et fondamentalement humain. Retour sur son cheminement et sur l’histoire chilienne, que...
Mardi 2 juin 2015 Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce...
Mardi 26 février 2013 Le référendum de 1988 au Chili, pour ou contre le dictateur Pinochet, raconté depuis la cellule de communication du «Non» et son publicitaire en chef, ou quand la radicalité formelle de Pablo Larraín se met au service d’un véritable thriller...
Lundi 9 février 2009 De Pablo Larraín (Chili/-Brésil, 1h38) avec Alfredo Castro, Amparo Noguera…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X