Cinémas de proximité : par ici la sortie ?

Ecrans à cran / Nouvelles concurrences, aides indirectes sabrées : la nouvelle année a un goût des plus saumâtres pour les cinémas indépendants. La fin d’une époque ? Espérons que non !

Les excellents chiffres de la fréquentation pour 2016 (213 millions de spectateurs !) claironnés par la Fédération nationale des cinémas français, méritent d’être examinés avec attention : ce “deuxième meilleur résultat depuis 1966” a été conquis grâce à un nombre record de films (700 !!) projetés sur plus de 5 600 écrans, c’est-à-dire le parc le plus important d’Europe. Mais pour combien de temps encore ? Au pays de l’exception culturelle, et en particulier dans la Métropole lyonnaise, cette richesse globale d’équipements n’est pas uniforme : deux grands systèmes complémentaires d’exploitation cinématographique cohabitent.

à lire aussi : Des expos qui feront bouger les lignes

D’un côté, les réseaux (Gaumont-Pathé, UGC, CGR, Mégarama…), implantant depuis une vingtaine d'années force multiplexes dans les périphéries ou les zones commerciales ; de l’autre, des cinémas indépendants, vestiges des salles de patronage ou municipales, portés par de petits exploitants ou des associations, fédérés en regroupements (GRAC, Acrira…), partiellement subventionnés par l’Europe, l’État et les collectivités locales. Vecteurs d’une programmation volontiers alternative (mariant cinéma grand public et art et essai), ces derniers possèdent une identité forte : ils organisent des festivals réputés pour favoriser l’émergence et ont su tricoter depuis des décennies un réseau de proximité dynamique, en travaillant au quotidien sur l’éveil à la culture et l’accès à la citoyenneté. D’authentiques missions de service public.

Vecteurs d’une programmation volontiers alternative, ces cinémas possèdent une identité forte : ils favorisent l’émergence en travaillant au quotidien sur l’éveil à la culture et l’accès à la citoyenneté.

Mais leur équilibre économique demeure précaire dans un environnement déjà tendu, où « la domination des grands groupes sur la filière du cinéma fausse la concurrence » prévient l’avocat Pierre Kopp, auteur d’un rapport alarmant, Le cinéma à l’épreuve des phénomènes de concentration. Menaces sur la filière indépendante du cinéma français. Une situation que les élus semblent ne pas trouver si préoccupante. Jadis prompts à soutenir la place des salles indépendantes sur leurs territoires, ceux-ci donnent à présent l’impression de vouloir leur tourner le dos, dans un parfait ensemble.

à lire aussi : Beaucoup de promesses sur les scènes

Nouvelles salles, sales nouvelles

Siégeant parmi les membres de la Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) statuant sur l’implantation de nouveaux multiplexes à l’intérieur ou autour de la Métropole, ils ont eu à instruire ces derniers mois une efflorescence de propositions, défendues comme créatrices d’emplois et de taxe professionnelle. Une vision idyllique des choses, qui omettait cependant de considérer l’environnement existant. Et la mobilisation des réseaux. À Givors, Megamara prévoyait sept salles et 1 300 fauteuils pour 2018 ; le cinéma de Rive-de-Gier a porté recours au national, cette ouverture étant susceptible de le déstabiliser, voire de le condamner comme d’autres indépendants (Mornant…). L’Amphi de Vienne et le CGR de Brignais s’y sont joints… et l’ont emporté face à Megarama — Megarama qui présentait également un projet de neuf écrans à Saint-Bonnet-de-Mure retenu par la CDAC, mais que le GRAC va contester.

À Saint-Maurice-de-Beynost, c’est la CDAC qui a repoussé (malgré les voix du maire et du président de la communauté de communes) le projet d’un CGR de dix salles pour 2017. Épargnant les petits indépendants locaux, et évitant (pour l’instant) une guerre des grosses enseignes en empiétant sur la zone de chalandise du Pathé Carré-de-Soie, premier site d’Auvergne-Rhône-Alpes avec ses 1, 2 millions d’entrées.

Le groupe CGR continuera de se consoler hors Métropole : après son site de Brignais, il ouvrira bientôt dix salles et 1878 fauteuils à Villefranche-sur-Saône, au grand dam du Rex et des 400 Coups. Enfin, à Lyon intra muros, le seul gros projet validé concerne l’extension de l’UGC à la Part-Dieu : d’ici 2020, dans le cadre du réaménagement du centre commercial, l’enseigne passera de quatorze à dix-huit salles sur un seul site, en lieu et place du parking de toit tout juste fermé.

à lire aussi : Une rentrée foisonnante

Coupes sèches

Installé depuis pile un an à la tête de l’exécutif régional, Laurent Wauquiez ne s’est pas fait que des amis dans le monde de la culture — les franches huées l’accueillant Halle Tony-Garnier lors de l’ouverture du dernier Festival Lumière répondaient sans doute à ses déclarations intempestives à destination des intermittents du spectacle. Se saisissant du bien commode prétexte de la rigueur budgétaire, le néo-président a ainsi opéré dans les attributions de subventions des arbitrages ne laissant pas de stupéfier son opposition, comme sa majorité. Le monde du cinéma n’a pas été épargné. On connaissait déjà la situation des festivals LGBT (Face à Face à Saint-Étienne, Vues d’En Face à Grenoble, Écrans Mixtes à Lyon), privés du jour au lendemain d’un accompagnement régional de longue date, « en raison des critères d’éligibilité et du nombre de demandes proposées » ; certains exploitants ont eux aussi été poignardés. “Gratuitement”, si l’on ose dire…

La dèche pour la Duch’

En guise de “cadeau” pour célébrer ses vingt années d’existence, le CinéDuchère (Lyon 9e) a eu la mauvaise surprise en 2016 de voir s’envoler 20 000€ accordés au titre de la politique de la Ville, soit 10% de son budget annuel — en l’occurrence une subvention, créée il y a dix ans par l’État mais reprise depuis par la Région. « Nos résultats sont à l’équilibre, toujours à la limite du déficit, notait avec amertume Emmanuelle Bureau la directrice du monoécran lyonnais, qui couvre 45% de son budget grâce à ses recettes. On a assaini, on a un emploi aidé comme projectionniste à temps partiel, ce qui nous permet de tenir chaque année notre cinéma à bout de bras. On peut y arriver encore pendant un ou deux ans, mais au-delà ? ». Si pour 2016, la Ville de Lyon lui a promis oralement son engagement, rien ne garantit pour le moment ce soutien, ni sa pérennité.

Coups de bambou en cascade

Parmi les autres victimes de ces restrictions drastiques figure encore le GRAC (Groupement régional d’actions cinématographiques) avec une perte de 7 000€ sur le dispositif RMCM (Réseau Médiation Cinéma M’ra), visant à “accompagner les salles de cinéma partenaires carte M’ra dans le développement de leurs actions de médiation en direction des jeunes“. Une aberration au moment précis où Frédérique Bredin, la présidente du CNC vient de s’engager à « soutenir les salles Art et Essai afin de développer et de renforcer l’animation culturelle dans les cinémas, en les aidant à financer des emplois de médiateurs pour attirer le public, notamment les plus jeunes, faire découvrir aux spectateurs la diversité du cinéma », rappelant au passage que « le cinéma, dans de nombreuses petites villes et de communes rurales, est aujourd'hui le seul, l'unique lieu culturel qui existe. »

le cinéma, dans de nombreuses petites villes et de communes rurales, est aujourd'hui le seul, l'unique lieu culturel qui existe.

À travers le GRAC, ce sont les plus petites salles qui se trouvent assommées et menacées à plus ou moins brève échéance. Car cette association hyperactive fédérant plus d’une centaine d’exploitants indépendants majoritairement implantés en Rhône-Alpes et pesant tout de même 3 millions de spectateurs par an, permet à des opérateurs isolés de bénéficier de la puissance d’un réseau. L’union faisant la force, les adhérents obtiennent pour leurs spectateurs, quelle que soit leur localisation, des projections dans les mêmes délais que les grands circuits commerciaux. Maillant le territoire sans entrer en concurrence, ces “petits” exploitants tirent parti de cette forme de partenariat. L'entraide conditionne la survie, surtout quand la visibilité se restreint. Avouez qu’avoir du mal à se projeter dans l’avenir tient du comble pour un cinéma. Si ce n’était pas si tragique, on en rirait presque…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 mars 2022 L’association parisienne Le Recho inaugurait, début mars à Lyon, la première étape de son Itinéraire Solidaire : un projet itinérant réunissant habitantes et habitants de plusieurs villes de France et personnes exilées, autour de la cuisine....
Mercredi 1 décembre 2021 Réunissant quatre œuvres splendidement restaurées, la livraison du Ciné-Collection de décembre tient du cadeau de Noël anticipé. Et rend compte d’un certain (...)
Mercredi 9 septembre 2020 Laurent Wauquiez est passé à deux doigts de se remettre l'ensemble du monde culturel à dos. Il est retombé lundi, à peu près, sur ses pattes. Mais comment a-t-il fait pour glisser ainsi sur une peau de banane, après des semaines de mesures...
Lundi 11 février 2019 D’une affaire sordide saignant encore l’actualité de ses blessures, Ozon tire l’un de ses films les plus sobres et justes, explorant la douleur comme le mal sous des jours inattendus. Réalisation au cordeau, interprétation à l’avenant. En...
Mardi 5 février 2019 Coup de tonnerre pour l’Église en général, cataclysme pour le diocèse de Lyon, apocalypse pour Philippe Barbarin et les autres personnes mises en cause (...)
Mardi 24 avril 2018 En plus d'Alela Diane, le Petit Bulletin Festival #2, ce sont deux autres têtes d'affiche, Cascadeur et Orchestra Baobab, et quatre jeunes talents fascinants. À noter aussi quelques concerts acoustiques et surprises à découvrir sur place pour...
Mercredi 28 mars 2018 Révélation express du folk rock anglais, le très intense Isaac Gracie, gueule d'ange à la voix de démon, ressuscite les figures de Kurt Cobain et Jeff Buckley. Mais ne doit sa grandeur qu'à lui-même.
Mardi 6 mars 2018 Laurent Wauquiez a décidemment bien du mal à initier un élan pour le destin national dont il rêve. Le président d’Auvergne-Rhône-Alpes, après avoir torpillé son image avec des propos tenus devant des étudiants de l’EM Lyon et enregistrés à...
Mercredi 7 février 2018 Pour sa deuxième édition, le Petit Bulletin Festival prendra ses quartiers aux Subsistances les 27, 28 et 29 avril prochains avec pas moins de sept artistes au programme, de la folk à la pop en passant par la world music. En voici le détail.
Lundi 20 novembre 2017 Au moment où le très discret groupe CGR vient d’annoncer le rachat du circuit Cap’Cinéma — et annonce avoir dépassé en nombre d’établissements sur le territoire (...)
Mardi 29 ao?t 2017 Le mieux est l’ennemi du bien : quand trop ouvrir de salles peut mener à en fermer d’autres… Tour d’horizon des projets dans l’agglomération.
Mardi 6 juin 2017 La Région a dessiné les contours d'un futur possible et désirable pour le Musée des Tissus et des Arts Décoratifs, et se montre prête à mettre la main au portefeuille de manière significative.
Mardi 30 mai 2017 Secrétaire d’État à la modernisation administrative et ancienne adjointe au maire de Lisbonne, Graça Fonseca a fait de Lisbonne puis du Portugal la première capitale et le premier pays à mettre en place des budgets participatifs : soit des budgets...
Mardi 23 mai 2017 Quinze groupes et DJs qui font bouger les lisboètes, la webradio phare de la scène underground, mais aussi la ministre du renouveau portugais : focus sur les invités de la carte blanche à Lisbonne, ville invitée du festival Nuits Sonores et du forum...
Mardi 28 février 2017 Vingt ans après avoir entubé son monde, Mark règle ses dettes avec les intérêts. Quant à Danny Boyle, il fait sagement fructifier le capital sympathie de ses défoncés en dealant du shoot visuel et sonore aux quadras nostalgiques de leurs vingt ans....
Mardi 18 octobre 2016 Eh oui, les vacances scolaires sont déjà là… Cette année, elles ont la cocasserie de débuter un mercredi — ce qui époulaille tout le monde, sauf les salles (...)
Mardi 28 juin 2016 C’est la compétence sur laquelle une gouvernance de droite est souvent soupçonnée des moins bonnes intentions et, par conséquent, sur laquelle elle n’a pas envie de se vautrer. En matière culturelle, Laurent Wauquiez entretient pour le moment un...
Mardi 21 juin 2016 Chaque été, de nombreux petits festivals se lancent dans une programmation pluridisciplinaire, avec du théâtre, de la musique, des lectures… Un choix qui (...)
Mercredi 24 février 2016 Tourné dans la foulée immédiate de L’Ange bleu (1930), qui révéla Marlene Dietrich et cimenta son fructueux couple avec le cinéaste Josef von Sternberg, Cœurs (...)
Mardi 9 février 2016 Vous appréciez le cinéma d’animation, mais refusez par principe de vous infliger en famille les dernières émanations des gros studios ? Saisissez-vous du (...)
Mardi 15 juillet 2014 Alors que le musée de la préhistoire de Solutré rouvre tout juste ses portes après réhabilitation, balade dans des collections considérablement enrichies mais aussi sur la célèbre roche homonyme où se croisent, au-dedans comme au dehors, des...
Mardi 15 juillet 2014 D’Olivier Assayas (Fr, 2h03) avec Juliette Binoche, Kristen Stewart…
Mardi 13 mai 2014 Cinéaste avide d’innovations en général et de nouveautés techniques en particulier, Alfred Hitchcock fut tout naturellement titillé par l’arrivée dans les années (...)
Mardi 22 avril 2014 De Destin Cretton (ÉU, 1h36) avec Brie Larson, John Gallagher Jr…
Mardi 8 avril 2014 C’est sobre sans être cheap, émouvant mais pas larmoyant. Belle réussite que Nous crions grâce, pièce reprise par le metteur en scène et comédien Jérôme Sauvion huit (...)
Jeudi 2 janvier 2014 Ce mois-ci, la Ciné Collection propose dans les salles indépendantes de l’agglomération rien moins qu’un des plus beaux films du monde, mais aussi un des (...)
Mercredi 21 novembre 2012 Fiction autour de l’histoire vraie d’une famille disloquée par le tsunami thaïlandais, le deuxième film de Juan Antonia Bayona joue brillamment la carte du "survival" dans sa première partie, moins celle du mélodrame dans la deuxième. Christophe...
Jeudi 7 juin 2012 D’Everardo Gout (Mexique, 2h13) avec Tenoch Huerta, Kristian Ferre…
Jeudi 10 mai 2012 Tim Burton met un frein à la crise créative qu’il traversait depuis trois films avec cette comédie où il cherche à renouer avec la fantaisie noire de ses débuts, sans y parvenir totalement. Christophe Chabert
Jeudi 12 avril 2012 De James Mather et Stephen St-Leger (Fr, 1h36) avec Guy Pearce, Maggie Grace, Peter Stormare…
Vendredi 23 mars 2012 De David MacKenzie (Ang, 1h32) avec Ewan McGregor, Eva Green…
Vendredi 10 juin 2011 De Mike Mills (ÉU, 1h44) avec Ewan MacGregor, Christopher Plummer, Mélanie Laurent…
Lundi 14 février 2011 Le chorégraphe anglais Wayne McGregor est à nos yeux l'un des «joyaux» de la danse néoclassique contemporaine. Une technique virtuose et complexe mise au (...)
Mardi 7 décembre 2010 De Tom McGrath (ÉU, 1h35) animation
Jeudi 4 mars 2010 La première réalisation de Grant Heslov s’acquitte avec les honneurs d’un pari audacieux : créer une extrapolation fictionnelle autour des enquêtes hallucinantes de Jon Ronson, dans une farce que n’auraient pas reniée les frères Coen. François Cau
Lundi 1 mars 2010 Retour au présent pour Roman Polanski avec un thriller politique classique et hitchcockien, où s’épanouit sans tapage un plaisant savoir-faire et une ironie très actuelle. Christophe Chabert
Mercredi 12 octobre 2005 Musique / Ironie de la petite histoire du rock'n'roll ou symptôme d'une époque ? Marianne Faithfull entame sa tournée européenne consécutive à la sortie de l'album (...)
Mercredi 4 octobre 2006 Entretien / Marie Vialle, comédienne talentueuse, musicienne et metteur en scène revient aux Subsistances avec une nouvelle création, Le Triomphe du temps, sur les textes de Pascal Quignard. Rencontre. Propos recueillis par Dorotée Aznar
Mercredi 20 décembre 2006 Entretien / Sylvain Laveissière, Commissaire général de l'exposition Jacques Stella, Conservateur Général du Patrimoine au département des peintures du Musée du Louvre. Propos recueillis par JED
Mercredi 26 septembre 2007 Le GRAC - Groupement Régional d'Action Cinématographique - fête cette semaine ses 25 ans. L'occasion d'aller interroger ses deux coordinateurs pour savoir quels sont aujourd'hui le rôle et le périmètre d'action du GRAC. Propos recueillis par...
Mercredi 15 décembre 2004 Bête de festivals traitant d'un sujet infiniment peu festif (le destin des "mules" colombiennes), le premier film de Joshua Marston parvient à se détacher élégamment de son lourd sujet par la grâce sybilline de son actrice, Catalina Sandino...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter