Jeanne ressuscitée

Jeanne au bûcher

Opéra de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Opéra de Lyon / Jamais là où on l'attend, Romeo Castellucci signe un oratorio d'une immense sobriété porté par une Audrey Bonnet incandescente au bénéficie d'un texte si... "claudelien".

Quinze minutes. Il a fallu attendre quinze minutes pour que les premières notes de la musique crépusculaire d'Arthur Honegger, composée en 1935 et interprétée par l’orchestre dirigé par Kazushi Ono, retentissent. Le rideau s'était levé sur une salle de classe ; les élèves, des jeunes filles en uniforme, s'en sont échappées dès la cloche sonnée. Un homme prend alors place doucement, opérant un rangement méthodique qui va peu à peu se muer en colère, puis en rage lorsqu'il balance tout le mobilier dans le couloir.

à lire aussi : Le point sur Rambert

Nulle idée alors que ce puisse être Audrey Bonnet. Pourtant, cette douleur sourde puis violente, la comédienne l'a déjà jouée avec un talent sidérant, notamment et récemment dans Clôture de l'amour. Comme dans cette pièce où elle est Audrey, ici son nom est brodé sur une toile descendue des cintres : elle se (con)fond avec son personnage. Sa métamorphose tout au long de cette Jeanne, sa mise à nu comme sa mise à mort sont d'une beauté quasi christique : tel est le sujet dont s'est emparé Romeo Castellucci.

à lire aussi : Vestiges de l’amour

Rompre les chaînes

Le metteur en scène (aux commandes, comme à son habitude, des décors, de la lumière et des costumes) a su, à défaut de gommer un texte souvent répétitif bien que court (1h20), dépouiller Jeanne d'Arc des symboles lourds qu'elle porte malgré elle (le nationalisme que lui attribue le Front National...). Par son décor, en s'appuyant sur des phrases-clés simples (« Mère, j'ai peur du feu qui fait mal »), via une comptine, Castellucci a rendu à Jeanne son enfance, son innocence voire sa naïveté : « l'épée ne s'appelle pas la mort, elle s'appelle l'amour. »

Et surtout, en étant fidèle, parfois dans une quasi imitation de lui-même (l'équidé immaculé), il a dynamité non seulement le plateau que Jeanne ronge mais aussi les traditions de l'art lyrique. Ici, point de chœur ni de chanteur sur scène. Quelques ombres, une partie de la Maîtrise et Denis Podalydès, récitant. Tout est au dehors. Jeanne entend bel et bien des voix. Luxe et attention suprêmes, les interprètes de celles-ci prennent corps, en costumes, lors des saluts !

Jeanne au bûcher
À l'Opéra de Lyon jusqu'au 3 février

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 janvier 2016 Cinq mois après la version magistrale de Godot par Jean-Pierre Vincent, Lyon reçoit celle du stéphanois Laurent Fréchuret : si le casting est plus inégal, la vivacité et la férocité de l’époustouflant texte de Beckett sont bien là. Nadja Pobel
Mardi 19 janvier 2016 Romeo Castellucci s’engage corps et âme dans la bataille. Et forcément, parfois, ça grince. Sur le concept du visage du fils de Dieu, présenté à Avignon et (...)
Mardi 19 janvier 2016 C’est l’histoire d’Oreste, adolescent dont le père Agamemnon est assassiné par Égisthe, l’amant de sa mère Clytemnestre. Devenu adulte, Oreste se vengera en (...)
Mardi 5 janvier 2016 Lancée par la venue de Joël Pommerat et Romeo Castellucci, la seconde partie de saison s’annonce dense et exigeante. Tour d’horizon de ce qui vous attend au théâtre sur les six prochains mois.
Mardi 2 juin 2015 Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce...
Mardi 19 mai 2015 A priori, rien de mieux pour aborder le lien marchand et le désir qui structurent "Dans la solitude des champs de coton" que de le jouer dans un centre commercial. Pourtant, même avec deux grandes comédiennes, la mise en scène de Roland Auzet se...
Mardi 27 janvier 2015 Dans une extension du grandiose "Clôture de l'amour", l'auteur et metteur en scène Pascal Rambert disserte sur les rapports humains et le théâtre. Mais ses quatre stars, pourtant au meilleur de leur forme, ne parviennent à empêcher ce spectacle,...
Vendredi 29 mars 2013 Dans un face-à-face étourdissant et éreintant, un couple se déchire avec la violence d’un combat de tranchées : c’est une "Clôture de l’amour", du nom d'une pièce atypique signée Pascal Rambert, prolixe metteur en scène et auteur contemporain....

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !