Direction O.S.L.Ø. pour le label Ouch! Records

Ouch ! Synthesis Liberty Orchestra

Théâtre Jean Marais

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Saint Fons Jazz / Ouch! Records, c'est un label, axé vinyles et dépourvu d'œillères, œuvrant sur les crêtes du jazz, là où le punk s'effiloche. Mené par le saxophoniste très stoogien Lionel Martin, rééditant des raretés de Louis Sclavis ou de Ukandanz (qui vient de s'arrêter), mettant en lumière l'illustre Louis Moreau Gottschalk, Ouch! s'offre un concert spécial sous patronyme O.S.L.Ø., réunissant pour le Saint-Fons Jazz la crème des musiciens du label, dont Louis Sclavis. Conversation.

Lionel Martin : Je le trouvais trop long, le premier Ukandanz, en CD. Tu décroches. Trop d'intensité ! En vinyle, Yetchalal, tu l'as sur quatre faces, tu respires, tu retournes, et c'est reparti. Tu arrives à la fin, tu as le temps d'avoir encore faim. C'est aussi le sens du vinyle : la contrainte de temps.

Expliquons : Ouch! Records, c'est donc un label, dédié au vinyle principalement, pour des éditions limitées à 500 exemplaires.
Lionel Martin : L'histoire commence vraiment avec Ukandanz. Ce premier album méritait d'être remis en lumière, d'être découpé différemment. C'est mon préféré ! J'ai décidé de monter un label pour le ressortir, sous forme d'un bel objet, un peu de collection. Qui dit collection, dit jouer sur la rareté. Je suis collectionneur de vinyles, aussi : j'ai passé pas mal de samedis matin à me lever de bonne heure pour aller faire les brocantes. Je ne le fais plus depuis quatre ans, trop de monde, trop de professionnels : c'est stressant. Et les prix ont explosé. Ce qui me désespère, surtout quand des gens font de la spéculation sur des disques difficiles, comme du Albert Ayler, qui du coup ne seront jamais écoutés...

à lire aussi : Du blues au cœur des bulles

Monter ce label, c'est aussi pour garder un prix très accessible, à 15 euros le disque environ : on s'adresse à des mélomanes.

Côté style, Ouch! c'est punk et noise dans l'esprit, c'est jazz dans la musique, dirais-je. Comme un juste milieu.
C'est ma philosophie de vie ! Pour moi, le jazz, c'est punk. Après... Sclavis l'est aussi. Je me souviens encore de ses concerts en solo au Kafé Myzik. Il joue de la clarinette, mais il aurait une guitare électrique, ce serait pareil dans l'énergie et l'intensité... Il a gardé un cap toute sa vie. Tu l'écoutes, même sur son dernier disque baroque, tu sais que c'est lui immédiatement. Il a une personnalité, un son. Le jazz se perd trop souvent dans la technicité qui lui fait perdre ce côté punk. Sur notre label, je veux garder ce côté-là. Même si Jazz Before Jazz, consacré à Gottschalk, est très soigné au niveau du son.

Le punk, c'est pas forcément crade : c'est une quête de singularité et de pureté. Faire les choses de manière entière.

Justement, Gottschalk...
Quand tu lis les aventures de Gottschalk, c'est extraordinaire... Je lisais en parallèle la biographie de Keith Richards et la sienne : les mêmes à 150 ans d'écart. Sa manière d'aborder la scène, d'arriver, de tout lâcher, d'avoir une vision... De se dire je joue ce morceau, je vois que le public s'enflamme, je ne vais pas passer sur la seconde partie de la partition mais je vais faire tourner, faire monter la pression... Gottschalk, c'est une synthèse de tout ce que je cherche depuis tout petit. Je suis fan de Sidney Bechet, d'Albert Ayler. Il y a un grand écart entre choses actuelles et celles du passé sur notre label. Notre premier disque, avec Ukandanz, c'était aussi l'Éthiopie : on est allé chercher cette musique brute. Ancrée. Après, on a réédité Ellington vu par Sclavis... Pareil : Louis est alors dans une période "monsieur free jazz" et il fait ce disque sur Duke Ellington. Ce qui choquait à l'époque.

à lire aussi : Jeanne ressuscitée

Vous jouez toujours dans la rue ?
Oui. Je le fais depuis tout petit. J'ai mon bac de disques à côté. Promo directe ! Devant l'opéra, souvent. J'aime bien ce rapport aux gens. C'est sécurisant dans ma vie de musicien, de me dire que dans un an j'aurais peut-être moins de concerts, mais que j'aurais ma mallette de disques, mon sax, et que je pourrais aller jouer au coin de la rue et faire vivre ma musique ainsi.

O.S.L.Ø - Ouch ! Synthesis Liberty Ørchestra
Au Théâtre Jean Marais le vendredi 27 janvier dans le cadre du Saint-Fons Jazz Festival

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 9 décembre 2020 C'est aux commandes d'un EP tellurique en faux Solo(s) entièrement enregistré en extérieur avec Bertrand Larrieu qu'est réapparu cet automne, sans jamais avoir pourtant disparu, le saxo tellurique de Lionel Martin à la conquête des vibrations...
Mercredi 27 novembre 2019 Sax pas commun, label manager au plaisir, animateur de rues par tous temps, Lionel Martin s'engouffre à l'Ambuscade ce jeudi en compagnie de collègues de Ukandanz. Cuivré.
Mardi 15 octobre 2019 Ce n'est pas si courant dans nos contrées : trois pointures du jazz se succèdent en quelques jours dans les salles lyonnaises, avec Ibrahim Maalouf, Louis Sclavis et Herbie Hancock.
Lundi 8 octobre 2018 Double shot de pointures jazz cette semaine : Archie Shepp pose son saxo à l'Auditorium, Louis Sclavis squatte l'Opéra Underground. Enfin le réveil de la note bleue à Lyon ?
Mardi 25 septembre 2018 À ceux qui n'aiment pas qu'une seule forme de jazz, cette saison automnale répond par une programmation ad hoc menée par l'éclectique Opéra Underground et dont voici les grandes lignes.
Mercredi 24 juin 2015 Pas facile d’imaginer été après été un festival dédié à un même compositeur sans risquer de tourner en rond. Le Festival Berlioz réussit pourtant à surprendre avec un (...)
Mardi 10 mars 2015 Si cette édition d'Á Vaulx Jazz, qui va allègrement sur ses trente ans, se clôturera en apothéose supersonique avec un hommage appuyé à Sun Ra par Thomas (...)
Mardi 18 mars 2014 Points culminants d'une édition d'A Vaulx Jazz centrée sur le piano et la voix, ce sont quatre volcans monumentaux de l'histoire musicale qui rendront A Vaulx Jazz visibles de très loin. Éruption imminente, dans un Centre Charlie Chaplin qui promet...
Lundi 15 avril 2013 Le théâtre oullinois attend avec impatience l’arrivée du métro B à sa porte. Ce sera chose faite le 11 décembre. En attendant, Roland Auzet, son directeur-artiste, a conçu sa deuxième saison avec de très nombreuses collaborations pour proposer pas...
Jeudi 8 mars 2012 C'est avec un programme de choix qu'À Vaulx Jazz fête un quart de siècle d'activité. Plus que le jazz d'ailleurs, c'est un art consommé du métissage et de l'ouverture musicale que le festival vaudois peut se targuer d'avoir célébré depuis 25 ans en...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter