"Sahara" : Pour qui sont ces serpents qui sifflent dans le désert ?

Sahara
De Pierre Coré (Fr, 1h26) animation

Appartenant à des peuples ne frayant jamais ensemble, Ajar le serpent des sables et Eva la serpente de l’oasis bravent les interdits en franchissant les frontières de leurs territoires. Mais leur expédition tourne mal et Eva est capturée par un montreur de reptiles. Ajar part à sa recherche…

à lire aussi : "Un jour dans la vie de Billy Lynn" : Post trauma, luxe

Dans le paysage plutôt singulier de l’animation français, où fleurissent d’un côté des créations aux partis-pris stylistiques et/ou scénaristiques radicaux (Avril, Ma vie de courgette, Tout en haut du monde…), de l’autre de médiocres décalques des studios américains (Le Petit Prince), Sahara apparaît comme une curiosité.

Car s’il emprunte à ces dernières leur esthétique “standardisée” ainsi que la bonne vieille trame d’une quête initiatique riche en personnages aux formes rondes et aux couleurs vives, le propos ne se trouve pas pour autant aseptisé. Derrière l’apparente convention se tient un buddy movie solide à l’animation tout sauf boiteuse — en même temps, a-t-on déjà vu serpent boiter…

à lire aussi : "Et les mistrals gagnants" : Comment ça va avec la douleur ?

Pierre Coré n’est pas là pour épater l’œil en oubliant de raconter son histoire, il réfléchit à une harmonie d’ensemble et livre une œuvre d’une jolie homogénéité, avec ce qu’il faut d’opposants variés et de surprises pour l’émailler. Ne la laissez pas sur le sable.

4 questions à Pierre Coré

Le réalisateur de Sahara revient sur la conception de son premier long-métrage d'animation. Où l'on apprend comment un éléphant ivre influence une danse serpentine…

N’était-ce pas risqué de choisir des serpents pour héros ?
Pierre Coré : C’était une terre vierge : c’est la première fois que l’on fait un film avec serpents un peu gentils — le contraire de Kaa dans Le Livre de la jungle et de Persiffleur dans Robin des bois, chez Disney. Quand j’en ai parlé aux animateurs, ils trouvaient le concept fort, mais en commençant à réfléchir, ils comprenaient pourquoi on ne l’avait jamais fait (rires).

à lire aussi : "Jackie" : Une reine pour Larraín

J’avais déjà des dessins sur lesquels j’avais enlevé les crochets et les langues fourchues, qui sont effrayants ; j’avais aussi pensé à suggérer les écailles comme des tatouages au henné pour les femelles et ethniques pour les mâles. Ou mis des yeux frontaux comme les mammifères. Anthropomorphiser un serpent est compliqué pour un animateur, on a donc beaucoup travaillé pour trouver des postures.

Ici, rien n’est naturel ; il y a une licence permanente pour leur permettre d’avancer de façon rectiligne alors qu’ils se meuvent de manière sinusoïdale. Et lorsqu’ils vont vite, ils font des sauts rappelant des dauphins, des gazelles ou des belettes — c’est-à-dire des animaux qu’on aime.

L’observation de vrais reptiles a-t-elle été utile ?
Pour analyser ce qu’il fallait enlever. On a gommé tout ce qui allait déranger un spectateur occidental. Car en Asie ou au Moyen Orient, le serpent est symbole de vie, de renaissance. Ils ont moins de souci que nous par rapport à sa représentation.

Le minimalisme de la morphologie de l'animal ne vous empêche pas de le faire danser…
C’était un grand défi. D’abord, on a beaucoup travaillé pour que la queue puisse être utilisée comme une main ; qu’elle sorte du cadre et revienne. Ensuite, il a fallu des mois d’animation pour raconter la grâce sans bras, ni jambe, ni bassin, avec juste une ligne. La battle de breakdance est notre gros morceau de bravoure !

Auparavant, la première séquence de danse — qui est une transe — vous donne l’occasion d’une rupture stylistique particulièrement osée dans la forme et le message…
Elle est très particulière car on rentre dans de l’émotion, dans la tête d’Eva, qui perd le contrôle : toutes les choses se bousculent, deviennent effrayantes, sensuelles — presque sexuelles — dans une explosion de couleurs. Ma scène de référence, parce qu’elle m’a marqué petit, c’était celle où Dumbo est ivre. Je voulais qu’elle soit en 2D pour avoir plus de latitude, qu’on dise clairement qu’il s’agissait d’un univers à part, moins contrôlé.

Dans cette rêverie, Omar le charmeur de serpent devient une méduse inspirée du Caravage, des serpents ondulent vers une planète comme des spermatozoïdes vers un ovule… C’est une séquence classe SVT 3e/4e (rires) ! Des adolescentes sont venues me voir avec des joues un peu rouges à la fin d’une projection pour me demander si leur interprétation était exacte (rires). Les tout-petits ne captent pas ça, et c’est très bien. J’aime bien qu’il y ait des niveaux de lecture différents pour chaque public.

de Pierre Coré (Fr-Can, 1h26) avec les voix (vf) de Omar Sy, Louane Emera, Franck Gastambide…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 15 février 2022 Son appétence pour les arts graphiques, le Japon et les jeux vidéo infusent dans les sets de la Lyonnaise, où les musiques anciennes nipponnes se confondent avec des tracks enivrantes de footwork, UK hardcore, breakbeat et jungle....
Vendredi 28 ao?t 2020 Virginie, Aristide et Erik sont flics au sein de la même brigade parisienne, enchaînant les heures et les missions, sacrifiant leur vie privée aux aléas de leur métier. Un soir, on leur confie une mission différente : convoyer un réfugié à...
Mardi 18 février 2020 La destinée de Buck, bon gros chien arraché à sa famille du sud des États-Unis pour être revendu au Yukon en pleine fièvre de l'or ; son parcours de maître en maître et son éveil à son instinct primitif, jusqu'à ce que le loup en lui parvienne enfin...
Mardi 11 février 2020 Le combat de personnages pour pouvoir survivre après la défection de leur public épouse celui d’un père pour rester dans le cœur de sa fille. Beau comme la rencontre fortuite entre Princess Bride et une production Pixar dans un film d’auteur...
Mardi 3 juillet 2018 De retour à l’animation après sa parenthèse en prise de vues réelles, Brad Bird donne une suite superlative à ses Indestructibles, où le divertissement n’exclut pas le politique. La marque de Pixar.  
Mardi 20 décembre 2016 de Trevor Wall et Xia Xiao Ping (E-U, 1h30) avec les voix (v.f.) de Omar Sy, Med Hondo, Lucien Jean-Baptiste…
Mardi 8 novembre 2016 Futur président du jury du prochain festival de l’Alpe d’Huez, Omar Sy tient à montrer qu’il sait toujours (faire) rire : après avoir commencé l’année par la (...)
Mardi 29 mars 2016 de Farid Bentoumi (Fr, 1h30) avec Sami Bouajila, Franck Gastambide, Chiara Mastroianni…
Mercredi 24 février 2016 Reconstituant un trio de Kaïra, Franck Gastambide s’envole pour la Thaïlande, histoire de voir si la misère sexuelle est moins pénible au soleil. S’il n’entame pas son goût pour un humour trash ne se cachant pas derrière son petit doigt, l’exotisme...
Mardi 2 février 2016 Avec quatre réalisations en dix ans — dont trois depuis juin 2011 — on va finir par oublier que Roschdy Zem a commencé comme comédien. Il aurait intérêt à ralentir la cadence : son parcours de cinéaste ressemble à une course forcenée vers une forme...
Mardi 16 décembre 2014 Bons sentiments à la louche, pincée d’humour trash, mise en orbite d’une star de télé-crochet, célébration de l’art de Michel Sardou, regard pataud sur le handicap, populisme facile : Eric Lartigau signe un film dans l’air moisi du temps, qui donne...
Mardi 14 octobre 2014 Retour du duo gagnant d’"Intouchables", Nakache et Toledano, avec une comédie romantique sur les sans papiers où leur sens de l’équilibre révèle à quel point leur cinéma est scolaire et surtout terriblement prudent. Christophe Chabert
Jeudi 25 avril 2013 Avec cette adaptation du roman culte de Boris Vian, Michel Gondry s’embourbe dans ses bricolages et recouvre d’une couche de poussière un matériau littéraire déjà très daté. Énorme déception. Christophe Chabert
Mardi 21 ao?t 2012 Avec quatre films à l’affiche entre août et décembre, Matthew McConaughey est incontestablement la star de cette rentrée cinéma. Pourtant, qui aurait parié un kopeck sur cet ex-jeune premier romantique, Texan pure souche perdu à Hollywood où la...
Vendredi 6 juillet 2012 De et avec Franck Gastambide (Fr, 1h35) avec Medi Sadoun, Jib Pocthier…
Mardi 25 octobre 2011 Raconter l’amitié entre un ancien homme d’affaires, tétraplégique après un accident de parapente, et un gaillard de banlieue tout juste sorti de prison, en (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter