Martin Scorsese : « je vis toujours avec Silence »

Silence
De Martin Scorsese (ÉU, 2h41) avec Andrew Garfield, Adam Driver...

C'est à moi que tu parles ? / Lors de son bref passage en France, Martin Scorsese a brisé le silence pour évoquer celui qui donne le titre à son nouveau film. Morceaux choisis et propos rapportés de sa conférence de presse.

Votre titre est accompagné au générique de début par un réel silence. Doit-il s’entendre comme un constat ou une injonction ?
Martin Scorsese : C’est une façon d’attirer l’attention du spectateur, mais aussi une forme de méditation intime, car ce film exige une concentration du public. Nous venons tous du silence et nous allons tous y retourner ; alors autant s’y habituer et s’y sentir bien.

à lire aussi : Martin Scorsese : un Prix Lumière en majesté

Qu’est-ce qui vous a autant attiré dans le livre de Shūsaku Endō ?
J’ai été attiré — obsédé, devrais-je dire — par l’histoire qu’il raconte. Pour moi, il parle d’une manière extraordinaire de la façon d’accepter la spiritualité qui est en nous. Sa résonance est toute particulière de nos jours, alors que le monde rencontre de grands changements technologiques et que des faits horribles se déroulent. J’espère que cette histoire — donc le film — pourra ouvrir un dialogue en montrant que la spiritualité existe, puisque qu’elle est une part intégrante de notre humanité profonde.

Vous avez porté ce projet plusieurs décennies. Que ressentez-vous à présent qu’il est achevé ?
Cela a duré longtemps, en effet, mais pendant les quinze premières années, j’ignorais comment transposer réellement le livre au cinéma. Ensuite, il y a eu des problèmes monumentaux, légaux et financiers. Sans compter que la communauté hollywoodienne me décourageait sans arrêt… Aujourd’hui, dans ma tête, je suis encore en train de le tourner. Pour moi, il n’est pas vraiment fini — il l’est bien, mais je le poursuis dans ma tête. Parce que je crois qu’il ne ressemble à aucun autre de mes films et qu’il m’appartient vraiment. En fait, je vis toujours avec Silence.

à lire aussi : Le Loup de Wall Street

Il s’agit de votre film le plus dépouillé, mais aussi le plus en communion avec les éléments. Vous vous êtes doublement “dépaysé”…
L’histoire se prêtait à ce minimalisme, à cette mise à nu. Plus les années passaient, plus je visualisais le film en travaillant au scénario. Ça m’a permis d’opérer un processus de simplification, car je voulais absolument toucher à l’essence des choses au travers de ce film — de la mise en images au montage : je n’avais plus à prouver que je savais manier une caméra, ni à faire des effets. Quant au fait de tourner en extérieur, d’être entouré par toute cette nature… Cela m’a transformé.

Moi qui suis un New-Yorkais allergique à tout, ayant grandi dans des couloirs sombres en regardant la vie derrière une fenêtre comme dans Fenêtre sur cour, me retrouver au sommet de cette montagne, c’était presque vivre une expérience mystique !

En plus nous tournions dans des lieux extrêmement difficiles d’accès. Parfois, je trouvais ça éprouvant, mais je ne me plaignais pas parce j’étais exactement là où je voulais être.

Silence a-t-il eu des résonances sur votre vie intérieure ?
De tous ceux que j’ai réalisés, ce film est celui qui a eu le plus de connexions avec ce que je vivais. J’ai dû faire des choix, réévaluer des choses pour finalement comprendre ce que c’était qu’“accepter”, au sens philosophique du terme, la vie que les objets ou les êtres pouvaient changer. Mais aussi que parfois il fallait, dans la mesure du possible, repenser ses valeurs afin d’être présent pour les autres. C’est pour cela que ce film m’habite encore.

à lire aussi : Shutter Island

Au générique de fin, vous faites entendre des sons naturels, des bruits d’oiseau. Est-ce une manière de dire qu’en définitive, le silence n’existe pas sur Terre ?
Sans vouloir faire de jeu de mots, les sons que vous entendez sont du silence, et ce silence me parle, justement ! Durant le tournage dans les grottes, j’ai entendu un son très fort : c’est la marée montante ; je n’avais jamais entendu ça à New York. Ça m’a rappelé une pièce de Tennessee Williams, Boom ! dans laquelle il dit que le son des vagues est celui de votre propre cœur. J’ai compris alors ce que cette phrase voulait dire. Pendant qu’on tournait, les oiseaux commentaient nos actions par leur harmonie subconsciente. Pour moi, les sons de la nature font partie du réconfort du silence.

Critique : Du doute, pour une foi

En relatant le chemin de croix de jésuites du XVIIe siècle éprouvant leur foi en évangélisant un Japon rétif à ces conversions, Scorsese le contemplatif explore ici sa face mystique — ce nécessaire ubac permettant à son œuvre d’atteindre des sommets.

Loin d’être monochromatique, la filmographie de Scorsese reflète depuis toujours une admiration conjointe pour deux mondes ritualisés : le temporel des truands et le spirituel des religieux. S’il n’y a guère de malfrats dans Silence, on y découvre quelques châtiments pratiqués par les autorités nippones sur les chrétiens refusant d’apostasier que des mafieux trouveraient à leur goût !

La violence des confrontations entre ces deux univers autour de la notion de foi ne pouvait que fasciner le réalisateur de Taxi Driver et de Casino. Pour autant, Silence ne s’inscrit pas dans la veine stylistique des Infiltrés ni des Affranchis : la question intérieure et méditative prime sur la frénésie exaltée. Lent, posé, d’inspiration asiatique dans sa facture, il se rapproche du semi ésotérique Kundun (1997).

Chacun sa croix

Débutant par la recherche d’un missionnaire porté disparu, Silence se poursuit par une succession d’introspections pour le père Rodrigues parti sur ses traces, telles que : feindre une abjuration ou fouler aux pieds des icônes dans le but de poursuivre sa mission d’évangélisation n’est-il pas plus “productif” que de mourir orgueilleusement en martyr — puisque la tentation se présente ?

Livrant son lot de réponses contradictoires, le film est une interrogation en mouvement, montrant la labilité extrême de l’être humain face aux grands choix, et notamment son doute chronique quant à l’existence de Dieu. Il révèle aussi son paradoxal besoin d’idolâtrer des fétiches et de s’y soumettre, quitte à y perdre la vie : les crucifix ici, comme les dollars pour Jordan Belfort.

Ce n’est certainement pas un hasard si la lente maturation du livre de Shūsaku Endō a abouti après Le Loup de Wall Street : malgré les différences radicales d’approche, Rodrigues est en apparence condamné à abandonner une “illégalité” sans issue, à l’instar de Belfort.

Silence peut dérouter le spectateur, exigeant qu’il adopte son rythme et comprenne son indécision. Mais loin d’être une œuvre prosélyte, il ne recèle ni ne proclame de vérité ; peut-être peut-il aider chacun(e) à se recentrer. Hors des chapelles.

Silence de Martin Scorsese (E-U-It-Mex-Jap, avec avertissements, 2h41) avec Andrew Garfield, Adam Driver, Liam Neeson…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Sur les planches ou au cinéma (Au poste, Problemos…), Marc Fraize est un artisan. Auteur, acteur, humoriste, clown tendre et jubilatoire, il porte le rire loin des standards et  de l’enchaînement de blagues surfant sur l’actualité. Son...
Lundi 11 octobre 2021 Une querelle entre nobliaux moyenâgeux se transforme en duel judiciaire à mort quand l’un des deux viole l’épouse de l’autre. Retour aux sources pour Ridley Scott avec ce récit où la vérité comme les femmes sont soumises au désir, à l’obstination et...
Mercredi 6 octobre 2021 Renouveler la cérémonie d’ouverture d’un festival dédié au cinéma de patrimoine tient à la fois de l’oxymore et du mythe de Sisyphe puisqu’il faut (...)
Mercredi 7 juillet 2021 Espéré depuis un an, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire intime, cette mise en abyme du vampirisme trouble entre artistes,...
Mercredi 24 juin 2020 « Le récit non réaliste en poèmes d’une expérience réduite et partielle de quelques années, mes premières années d’infirmier.» Ainsi Sammy Sapin dévoile-t-il le (...)
Mercredi 12 février 2020 Avec Le Ghetto intérieur, Santiago H. Amigorena livre le roman qui planait sur toute son œuvre. Où l'auteur franco-argentin brise le silence hérité d'un grand-père juif accablé par la peine d'avoir survécu, parce qu'exilé, à l'Holocauste qui emporta...
Mercredi 27 novembre 2019 Avec Le Ghetto intérieur, Santiago H. Amigorena livre le roman qui planait sur toute son œuvre. Où l'auteur franco-argentin brise le silence hérité d'un grand-père juif accablé par la peine d'avoir survécu, parce qu'exilé, à l'Holocauste qui emporta...
Mardi 15 octobre 2019 Au cœur du Festival Lumière se tient pour la septième année un rendez-vous dédié aux professionnels : le Marché International du Film Classique. L’occasion de se pencher sur la “grandeur (et la décadence ?) des petits commerces de cinéma“ pour...
Mardi 15 janvier 2019 Alors qu'un nouveau "décret son" impose depuis octobre dernier aux diffuseurs de musique (salles de concerts, clubs, festivals) des mesures toujours plus drastiques en matière de régulation du niveau sonore, beaucoup, à commencer par les petits...
Mardi 22 mai 2018 Pendant un quart de siècle, Terry Gilliam a quasiment fait don de sa vie au Don de Cervantès. Un dévouement aveugle, à la mesure des obsessions du personnage et aussi vaste que son monde intérieur. Mais l’histoire du film n’est-elle pas plus grande...
Vendredi 24 mars 2017 Oyez ! Oyez ! Hallucinations collectives dévoile sa 10ème programmation avec des infos juteuses… pour ne pas dire saignantes ! Sévissant du 11 au 17 avril, le festival accueillera des invités de choix et des avant-premières à la pointe de...
Mardi 10 janvier 2017 En 2016, 700 films ont déferlé sur les écrans — ne vous fatiguez pas à poser la division, cela fait un peu plus de treize nouveautés par semaine. Si tous (...)
Mardi 20 décembre 2016 Une semaine ordinaire dans la vie de Paterson, chauffeur de bus à Paterson, New Jersey et poète à ses heures. Après la voie du samouraï, Jarmusch nous indique celle d’un contemplatif alter ego, transcendant le quotidien sur son carnet. Une échappée...
Mardi 6 décembre 2016 L’an dernier à la même époque, Adam Driver était casqué et faisait le méchant. Le voici en charmante compagnie (Golshifteh Farahani, quand même) et dirigé par Jim (...)
Mardi 10 mai 2016 La BF15 consacre une petite rétrospective à Hessie, artiste aujourd'hui encore trop méconnue. On y découvrira un ensemble d'oeuvres brodées, délicates et poignantes, datant des années 1970 et 1980.
Mardi 15 mars 2016 Sans un bruit, un nouveau festival a vu le jour à l’Institut Lumière. Une discrétion toute naturelle, puisqu’il est dévolu au muet — vaste pan de l’histoire (...)
Mardi 6 octobre 2015 ​Proposer à un amateur de cinéma de faire escale au festival Lumière, c’est comme donner à un bec sucré l’opportunité de passer la nuit dans une pâtisserie. Et quand Martin Scorsese s’infiltre aux fourneaux, comment résister à la tentation de...
Mardi 1 septembre 2015 Frappé par la perte de son historien maison Raymond Chirat fin août, l'institut Lumière trompe son deuil en s'investissant sur tous les fronts. La frénésie scorsesienne semble contagieuse…
Mardi 21 juillet 2015 Après Frances Ha, Noah Baumbach continue d’explorer le New York branché et sa bohème artistique, transformant "Solness le constructeur" d’Ibsen en fable grinçante et néanmoins morale où des bobos quadras se prennent de passion pour un couple de...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !