"Logan" : little Miss Wolverine

Logan
De James Mangold (ÉU, 2h15) avec Hugh Jackman, Patrick Stewart...

Le Film de la Semaine / Confirmation d’une tendance : les dérivations des X-Men surclassent les recombinaisons des Avengers. Mangold le prouve à nouveau dans ce western crépusculaire poussant un Wolverine eastwoodien dans ses tranchants retranchements — au bout de son humanité.

Fin des années 2020. Chauffeur de limousine de location, Logan n’est plus qu’une loque catarrheuse et alcoolique prenant soin d’un Professeur Xavier nonagénaire avec l’aide de Caliban. Sa routine explose quand surgit Laura, traquée par une horde de tueurs. Une jeune mutante à part : elle est sa fille.

à lire aussi : "T2 Trainspotting" : le retour des héro(ïnomane)s

Si le cadre dystopique et anxiogène semble issu des cauchemars de Frank Miller, Logan pourrait quant à lui être un avatar eastwoodien, traînant sa splendeur passée comme un boulet et implorant inconsciemment la délivrance dans un ultime râle d’héroïsme. Le James Mangold de Copland (1997) ou Walk the Line (2005) semble de retour : après avoir signé un Wolverine III en demi-teinte, où les exigences du grand spectacle prenaient le pas sur les potentialités dramatiques offertes par le cadre politico-historique, il radicalise ici son propos, confrontant le mutant griffu aux limites ultimes de ses ambivalences et de sa noirceur.

Telles serres, telle fille

Cette dystopie contigue dans le temps s’approche dangereusement de la réalité : Mangold montre des multinationales “fabricant” à grande échelle de la mutation dans la population grâce à la simple modification de son alimentation — en l’occurrence, du sirop de glucose, issu d’un maïs transgénique. Un process plus économique (d’un point de vue capitaliste) que celui consistant à trifouiller l’ADN ou l’organisme de chaque individu ! Sans être brandie comme un panneau, ni servie comme un alibi, cette dimension politique épaissit la texture du film mieux qu’une gomme xanthane.

à lire aussi : 13e Prix Jacques-Deray : voyez plutôt "Credo" que "Diamant Noir"

Road movie citant explicitement L’Homme des vallées perdues (1953) de George Stevens, Logan est à tout point de vue un film de résistance. Celui, bien entendu, d’un chevalier solitaire (ou presque) luttant contre une conjuration de forces hostiles. Mais également celui d’un vieux célibataire peinant à admettre qu’il puisse laisser quelque postérité que ce soit : Logan est le premier à mettre en pièce sa propre légende, à tourner en dérision les BD “inspirées” de ses aventures — admirable paradoxe — dont il raille les exagérations ; alors comment peut-il accepter d’avoir une postérité, si combative et/ou mignonne soit-elle ? Logan tranche enfin avec le commun du film de super-héros, où l’action a open bar. La violence est ici mesurée, contenue ; mais lorsqu’elle survient, son expression est pure. Et totale.

Logan de James Mangold (É-U, int. -12 ans avec avertissement, 2h18) avec Hugh Jackman, Patrick Stewart, Dafne Keen, Boyd Holbrook…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 26 ao?t 2020 Seule survivante de l’attaque de sa réserve indienne, la jeune Danielle Moonstar se réveille au sein d’une étrange institution où la Dr Reyes retient captifs de jeunes mutants jusqu’à ce qu’ils sachent canaliser leurs nouveaux pouvoirs. Mais de...
Samedi 21 mars 2020 Il est plat avec plus ou moins de profondeur, parfois lumineux et souvent poussiéreux. Mesdames et Messieurs, découvrez avec moi mon petit écran !  
Mardi 12 novembre 2019 Seul Américain à avoir remporté Le Mans, Carroll Shelby s’est reconverti dans la vente de voitures. Quand Henry Ford junior fait appel à lui pour construire la voiture capable de détrôner Ferrari, il saute sur l’occasion. D’autant qu’il connaît le...
Mardi 23 janvier 2018 Pour prouver la nocivité du sucre, un Australien s’impose le régime moyen de ses compatriotes et observe les résultats sur son organisme. Une plongée terrifiante dans nos assiettes donnant envie de gourmander nos dirigeants. Sans aucune douceur.
Jeudi 9 mars 2017 Sortez les mixtapes des tiroirs et les baggys de la penderie : les protagonistes d'une certaine époque dorée du rap français sont de retour, pour une tournée passant par la Halle Tony Garnier.
Mardi 17 mai 2016 En mettant ses mutants aux prises avec le premier d’entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps, c’est bien lui le...
Mardi 26 avril 2016 Un groupe punk à la dérive vérifie à ses dépens la réalité du slogan No Future en se produisant devant un public de fachos. S’ensuit un huis clos surprenant, avec larsen et acouphènes modulés par Jeremy Saulnier. Prix du Petit Bulletin lors du...
Vendredi 6 mars 2015 Déroute intégrale pour Neill Blomkamp avec ce blockbuster bas du front, au scénario incohérent et à la direction artistique indigente, où il semble parodier son style cyberpunk avec l’inconséquence d’une production Luc Besson. Christophe Chabert
Mardi 15 juillet 2014 Cruelle déception : cette deuxième partie censée expliciter les origines du récit de Pierre Boulle ne possède ni l’efficacité, ni la puissance politique du premier volet, Matt Reeves se coulant dans le moule industriel du blockbuster...
Mardi 20 mai 2014 Pour son retour à la mythologie X-Men, Bryan Singer signe un blockbuster stimulant visuellement, intellectuellement et politiquement, où il se plaît à courber l’espace et le temps, dans sa narration comme dans la chair de ses plans. Christophe...
Mercredi 2 octobre 2013 Deux enfants kidnappés, un père prêt à tout pour les retrouver, un suspect tout trouvé, un détective tatoué et solitaire : les ingrédients d’un film noir très noir sur la contagion du mal signé Denis Villeneuve qui, après "Incendies", réussit haut...
Mercredi 24 juillet 2013 Wolverine va se promener au Japon dans une aventure impersonnelle et ennuyeuse au possible, signe d’une franchise qui avance en roue libre et d’un cinéaste, James Mangold, totalement perdu. Christophe Chabert
Mardi 5 février 2013 À force d’adaptations, le roman de Victor Hugo devait en arriver là : la version filmée de la version anglaise de la comédie musicale. Elle confirme les limites de Tom Hooper derrière une caméra et accumule les faiblesses manifestes et les fautes de...
Vendredi 9 novembre 2012 «Tyger, Tyger burning bright !/In the forests of the night/What immortal hand or eye/Could frame thy fearful symmetry ?». C'est sans doute l'un des (...)
Lundi 29 octobre 2012 C’était à prévoir : avec Sam Mendes aux commandes, ce nouveau James Bond n’est ni efficace, ni personnel, juste élégamment ennuyeux et inutilement cérébral. Christophe Chabert
Vendredi 14 octobre 2011 De Shawn Levy (EU, 2h07) avec Hugh Jackman, Dakota Goyo…
Mardi 31 mai 2011 Sous l’impulsion de Matthew Vaughn et de son producteur Bryan Singer, ce reboot de la saga mutante a le mérite de poser de bonnes questions, et nous venge avec les honneurs des récents blockbusters super-héroïques. François Cau
Mercredi 13 avril 2011 De John Erick Dowdle (ÉU, 1h20) avec Chris Messina, Logan Marshall-Green…
Mardi 25 mars 2008 de James Mangold (ÉU, 2h02) avec Russell Crowe, Christian Bale, Peter Fonda…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !