Nicolas Boukhrief : « je voulais surtout faire un portrait de femme »

La Confession
De Nicolas Boukhrief (Fr, 1h56) avec Romain Duris, Marine Vacth...

Entretien / Dix-huit mois après la sortie en salles avortée de "Made in France", le cinéaste revient avec un projet mûri pendant vingt ans : une nouvelle adaptation de "Léon Morin, prêtre".

Cette nouvelle adaptation du livre de Beatrix Beck n’en porte pas le titre. Vous a-t-il été confisqué ou interdit à cause, justement, de l’adaptation de Melville ?
Nicolas Boukhrief : Non, pas du tout. Les gens se rappellent plus du film de Melville que de son livre — qui est une histoire autobiographique, un portait de l’homme qui l’avait tellement bouleversée. Appeler le film Léon Morin, prêtre ne me convenait pas, puisque je voulais surtout faire un portrait de femme et que le personnage de Barny soit très mis en avant. Du coup, La Confession est venu assez vite. Hitchcock disait que tout titre doit être une interrogation pour le spectateur, ou une promesse. Tant qu’on n’a pas vu le film, on ne sait pas quelle est la confession, ni qui confesse quoi à qui.

à lire aussi : "La Confession" : une drôle de paroissienne

Après Made in France, passe-t-on facilement d’une dialectique religieuse à une autre ?
Oui, dans la mesure où j’ai écrit les deux scénarios en même temps. Le hasard de la vie a fait que j’ai réussi à vendre les deux sujets au même moment, mais La Confession s’est développé sur un temps plus long et a été plus difficile à écrire. Ce n’est pas la même chose de parler du djihadisme en 2014 en France et d’un affrontement religieux contre le communisme en 1944, même s’il y avait un fond de religion entre les deux. Écrire Made in France, c’était manipuler une matière violente et nauséeuse — tout ce qui est apparu après dans les médias, les imams etc., je vivais avec cela depuis des mois. Basculer dans La Confession me faisait de petites bulles dans la tête, et me rendait céleste la reprise de l’écriture de Made in France — il le fallait pour que j’aie envie de repartir dans cet univers infernal. C’est la première fois que je faisais cette expérience de balancier entre les deux, très intéressante et très enrichissante.

Comment avez-vous choisi votre “couple” ?
J’ai tout de suite écrit en pensant à Romain. J’était obligé de tenir du fait que Bébel était sublime dans le rôle dans le film de Melville — dans un genre prêtre presque voyou. Il ne fallait pas que je parte dans un registre aussi concret : j’aurais été chercher quelqu’un comme Franck Gastambide qui a un grand potentiel ; là la comparaison aurait pu jouer. Romain, je le percevais plus aérien. Ça aide beaucoup a écrire. Je lui ai proposé le rôle le lundi, il l’a lu le mardi, et accepté le jeudi, très naturellement. C’était assez magique. Ensuite, pour créer le couple, j’ai entrepris une vraie démarche de casting avec une trentaine d’actrices, plus ou moins connues. Sur les conseils de mon producteur et de son agent, j’ai rencontré Marine Vacth, que je trouvais trop jeune à 24 ans. Dès le premier rendez-vous, j’ai trouvé qu’elle avait une maturité très supérieure à ce que je pouvais projeter d’après le film d’Ozon, Jeune et Jolie. Elle s’est imposée comme une candidate sérieuse, et j’ai pensé que ça collerait avec Romain. C’était une évidence devant mes yeux, ça l’a été sur le tournage.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 17 septembre 2019 Le mois de septembre, c’est comme le lundi : on n’est clairement pas prêts, on a besoin d’aide, de soutien, de réconfort, de fortifiant, d’encouragement. Comprendre : d’apéros. Bonne nouvelle : un tout nouveau bar à concerts a ouvert ses portes...
Mardi 20 ao?t 2019 Une époque indéfinie, dans l’Ouest étasunien. C’est là que Philippe s’est expatrié pour fuir son Canada et une probable mobilisation. Tirant le diable par la queue, il survit en participant à des concours de sosies de Charlie Chaplin. Mais le diable...
Mardi 3 avril 2018 Wes Anderson renoue avec le stop motion pour une fable extrême-orientale contemporaine de son cru, où il se diversifie en intégrant de nouveaux référentiels, sans renoncer à son originalité stylistique ni à sa singularité visuelle. Ces Chiens...
Mercredi 31 mai 2017 Une jeune femme perturbée découvre que son ancien psy et actuel compagnon mène une double vie. Entre fantômes et fantasmes, le nouveau François Ozon transforme ses spectateurs en voyeurs d’une œuvre de synthèse. En lice à Cannes 2017.
Mardi 15 novembre 2016 de et avec Jalil Lespert (Fr, 1h39) avec également Romain Duris, Charlotte Le Bon, Camille Cotin…
Mardi 17 novembre 2015 Initialement prévu sur les écrans cette semaine, "Made in France" a été déprogrammé par son distributeur. Par dignité. Pour éviter d’être accusé de récupération. "Victime" immatérielle indirecte de la tragédie du 13 novembre, le film de Nicolas...
Mardi 5 mai 2015 Ce 8 mai, on fête le 70e anniversaire de la victoire alliée au cours de la Seconde Guerre mondiale ; et il était un temps où les chaînes de télévision (...)
Mardi 4 novembre 2014 De François Ozon (Fr, 1h47) avec Romain Duris, Anaïs Demoustier, Raphaël Personnaz…
Mercredi 8 janvier 2014 La rétrospective que lui consacre l’Institut Lumière est l’opportunité de redécouvrir le cinéma de Jean-Pierre Melville, et en particulier ses films noirs mythiques, dont l’origine est à chercher dans l’expérience de la résistance et sa...
Vendredi 29 novembre 2013 De Cédric Klapisch (Fr, 1h54) avec Romain Duris, Audrey Tautou, Cécile de France…
Mercredi 10 juillet 2013 Avec ce portrait d’une adolescente qui découvre le désir et brave les interdits, François Ozon prouve sa maîtrise actuelle de la mise en scène, mais ne parvient jamais à dépasser le regard moralisateur qu’il porte sur son héroïne. Christophe Chabert
Jeudi 25 avril 2013 Avec cette adaptation du roman culte de Boris Vian, Michel Gondry s’embourbe dans ses bricolages et recouvre d’une couche de poussière un matériau littéraire déjà très daté. Énorme déception. Christophe Chabert
Jeudi 21 mars 2013 En offrant sa carte blanche à Nicolas Boukhrief, Hallucinations Collectives renoue avec ses origines cinéphiles pour trois films sans concessions, dont le démentiel "Convoi de la peur" de William Friedkin. Jérôme Dittmar
Mercredi 21 novembre 2012 De Régis Roinsard (Fr, 1h51) avec Romain Duris, Déborah François…
Lundi 12 mars 2012 D’un texte de Koltès, tortueux et rude, Romain Duris fait un spectacle puissant grâce à son talent plus grand encore qu’imaginé. Pour sa première apparition au théâtre, il prouve qu’il a toute sa place sur les planches. Nadja Pobel
Jeudi 1 septembre 2011 Une saison de théâtre, c’est aussi, n’en déplaise aux puristes, une saison d’acteurs exceptionnels à découvrir sur scène. D’Arestrup à Catherine Frot, de Cantona à Romain Duris, passage en revue des «stars» de cette rentrée. Christophe Chabert
Vendredi 2 avril 2010 Nicolas Boukhrief compose un néo film noir stylisé, bancal, mais au final pas inintéressant malgré ses faiblesses. Jérôme Dittmar
Jeudi 25 mars 2010 Derrière ses allures de comédie à message élégamment filmée, écrite et interprétée, le deuxième long d’Anne Le Ny cache un film au discours contestable, dont les maladresses rejoignent un ennuyeux air du temps. Christophe Chabert
Mercredi 2 décembre 2009 Passée son introduction intrigante, 'Persécution' fait figure de ratage pour un Patrice Chéreau enfermé comme ses personnages dans une logorrhée sur les impasses de l’amour, filmée avec un volontarisme irritant. Christophe Chabert
Mercredi 13 février 2008 De Cédric Klapisch (Fr, 2h10) avec Romain Duris, Juliette Binoche, Fabrice Luchini...
Mercredi 19 septembre 2007 de Raphaël Fejtö (Fr, 1h28) avec Romain Duris, Aissa Maïga...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter