"Une vie ailleurs" : critique et interview d'Isabelle Carré et Olivier Peyon

Une vie ailleurs
De Olivier Peyon (Fr, 1h36) avec Isabelle Carré, Ramzy Bedia...

Epaulée par Mehdi, un assistant social, Sylvie se rend en Uruguay pour ramener en France son fils Felipe, enlevé par son père. Mais rien ne se passera comme prévu, et sa relation avec l'enfant prendra une tournure inattendue.

 lire aussi : "La Belle et la Bête" : il était (encore) une fois…

Olivier Peyon vient du documentaire et ça se voit. Caméra à l’épaule au plus près des visages, toujours au bon endroit au bon regard, la forme singe presque le reportage. Elle ne mise pas sur la symbolique, ses acteurs véhiculant le sens du film jusqu’à une fin ouverte bienvenue. La puissance du mélodrame émane de la retenue et de la pudeur, laissant le soin au spectateur de reconstruire l’histoire.

Incarnant la filiation absente chez Sylvie, Mehdi devient un père de substitution, cordon ombilical fragile et nécessaire pour grandir. En somme, Peyon montre ce qu’il y a de plus douloureux et complexe : l’incertitude des retrouvailles où même une mère peut être l’étrangère.

 lire aussi : "Sage Femme" : critique et interview de Martin Provost


3 questions à... Isabelle Carré et Olivier Peyon

La maternité présente de multiples facettes, difficiles à traiter pour certaines lorsque la loi s’en mêle. Entretien sans tabous avec Isabelle Carré et son réalisateur Olivier Peyon sur la mère, son rôle et ses limites.

Est-ce l’histoire ou le pays qui a construit le film ?
Olivier Peyon : L’histoire. Quand Isabelle a lu le scénario, ces problèmes de couples binationaux l’intéressaient. Dans ce type de récit, on se dit que la mère serait naturellement dans son droit. Ça l’a rassurée lorsqu’elle a vu que le personnage avait ses propres limites. Ce que j’ai dit à Isabelle, c’est qu’elle n’avait plus le temps d’être aimable. Elle est usée par quatre années de recherches et ne s’embarrasse de rien.

 lire aussi : "Fantastic Birthday" : le changement, c’est maintenant

Isabelle Carré : C’est un mélodrame qui aurait pu être facile mais tout ce qu’elle prévoit ne se déroule pas comme elle l’attendait.

Comment vous avez construit la psychologie de votre personnage ?
I.C : La première piste était de changer de voix vers le grave durant les répétitions. La première mise en scène au théâtre que je venais de faire, De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites, a aidé pour ce personnage de mère toxique et déviante. Olivier m’a amené ailleurs en me rendant plus âpre. Je me suis simplement imaginée privée de mes enfants pendant quatre ans et j’étais plus en colère contre la Terre entière que Sylvie. Ce qui la durcit encore plus et peut la rendre antipathique, c’est qu’elle est vraiment proche de la ligne d’arrivée et ne s’embarrasse de rien.

Une mère adoptive devenant plus importante qu’une mère biologique, c’est une idée qui vous convient ?
I.C :
Oui. J’ai été très choquée au moment de la Manif pour tous parce que je ne m’attendais pas du tout à ce type de réaction. Pour moi, il n’y a pas un type de famille. On m’a fait faire une interview pour un journal catholique extrémiste m’érigeant en modèle : mère de trois enfants et mariée avec le même mari depuis douze ans. Ils se trompent. Les mères qui élèvent leurs enfants seules se débrouillent très bien aussi. Ce qui compte c’est ce qu’on peut leur apporter et notre bienveillance. Cette idée m’a séduite pour le film : Felipe n’a pas une mère mais deux. Il n’en est que plus aimé.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 7 janvier 2020 Fraîchement séparés, Joëlle et Kamel se côtoient tous les jours au sein de l’équipe de la Maire de Montfermeil, une illuminée rêvant, entre autres excentricités des années 1980, d’implanter une école de langues démesurée dans cette cité de banlieue....
Mardi 19 novembre 2019 Un pays méditerranéen indéfini de nos jours, en proie à un conflit civil et religieux. Non aligné, un médecin tente d’exercer son métier malgré les tracasseries ordinaires et les incitations de ses proches à migrer en sûreté. Un jour, sa situation...
Mardi 15 octobre 2019 Dominick possède depuis l’enfance l’étrange pouvoir de se rendre invisible. Une faculté dont il fait un usage modéré — chaque “passage“ lui coûtant cher en énergie vitale — car elle suscite aussi, surtout, moult quiproquos gênants avec ses proches....
Mardi 29 mars 2016 de Vanja d’Alcantara (Fr./Bel., 1h30) Avec Isabelle Carré, Jun Kunimura, Niels Schneider…
Mardi 15 mars 2016 Pour la troisième fois (après Maman est folle et Des vents contraires), Isabelle Carré se trouve à l’affiche d’une adaptation d’un roman d’Olivier Adam. Dans (...)
Mardi 19 janvier 2016 De Quentin Reynaud & Arthur Delaire (Fr, 1h23) Avec Isabelle Carré, Stéphane De Groodt, Alex Lutz…
Mardi 11 novembre 2014 De Jean-Pierre Améris (Fr, 1h38) avec Ariana Rivoire, Isabelle Carré…
Mardi 8 juillet 2014 De Pascal Rabaté (Fr, 1h30) avec Sami Bouajila, Isabelle Carré, Daniel Prévost…
Mardi 23 avril 2013 De Françoise Charpiat (Fr, 1h35) avec Rachida Brakni, Isabelle Carré, Biyouna…
Jeudi 8 décembre 2011 de Jalil Lespert (Fr, 1h31) avec Benoît Magimel, Isabelle Carré, Ramzy Bedia…
Jeudi 16 décembre 2010 De Jean-Pierre Améris (Fr, 1h20) avec Isabelle Carré, Benoît Poelvoorde… Sortie le 22 décembre
Jeudi 21 janvier 2010 De François Ozon (Fr, 1h30) avec Isabelle Carré, Louis-Ronan Choisy…
Mercredi 10 juin 2009 D’Olivier Nakache et Eric Toledano (Fr, 1h42) avec Vincent Elbaz, Audrey Dana, Isabelle Carré…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !