Expo "Popcorn" : le design à l'écran

Biennale internationale du design

Cité du Design

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Design / À l'occasion de la Biennale du design, le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne jette un regard croisé sur les liens entre design et cinéma... Une exposition restreinte à peu de salles mais digne d'intérêt.

Moins importante en quantité que nous l'espérions, l'exposition Popcorn est cependant une exposition réussie sur le plan qualitatif. Elle entrecroise art, cinéma et design en trois temps, respectivement dédiés aux thématiques du travail, de la conquête spatiale et du western.

à lire aussi : Le design a la gueule de l'emploi

Rappelons que le design et le cinéma sont nés à peu près en même temps (en 1851 pour le design avec une exposition au Crystal Palace à Londres défendue par Sir Henry Cole ; en 1895 pour le cinéma avec la première projection des frères Lumière) et qu'ils partagent, à leurs débuts, la même réputation de sous-disciplines artistiques.

Le cinéma est rattaché aux attractions et spectacles forains et le design au monde un peu sombre et encrassé de la technique et de l'industrie ! Bref, c'est en sortant peu à peu des "bas-fonds" que le cinéma comme le design gagneront leurs lettres de noblesse, qui ne sont plus remises en question aujourd'hui...

à lire aussi : Olivier Peyricot : « Le design est un acteur de poids dans la société »

Le travail à l'œil

Bizarrement, c'est la partie la moins fun de l'exposition (comparée au glamour du western et aux rêveries quasi enfantines de la conquête spatiale et des voyages sur la Lune) qui a le plus retenu notre attention : celle dédiée au travail et à ses espaces, et tout particulièrement aux premières expérimentations cinématographiques à la fin du 19e et au début du 20e siècle.

À ce moment de bascule entre deux siècles, ingénieurs, cinéastes et autres artistes se saisissent (parfois avec fascination) du travail à la chaîne et de divers procédés allant vers la mécanisation... Le photographe Eadweard Muybridge utilise la chronophotographie pour étudier les secrets du mouvement humain ou animal. Les époux Lilian et Frank Gilbreth filment quant à eux, avec le plus de précision possible, les gestes d'ouvriers plongés dans des dispositifs tayloristes...

Nous sommes à la fois subjugués et effrayés par ce regard porté sur un travail somme toute inhumain, et visant à l'améliorer : en réduisant l'effort certes, mais en visant aussi à augmenter cadence et productivité ! Science, technique et cinéma s'assemblent alors pour transformer le sujet humain en simple maillon inscrit dans une vaste chaîne... Aliénation que Chaplin dénoncera avec drôlerie dans les Temps modernes.

Popcorn (art, design et cinéma)
Au Musée d'art moderne et contemporain à Saint-Étienne jusqu'au 17 septembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 12 mars 2019 La onzième Biennale Design se déroulera du 21 mars au 22 avril à Saint-Étienne. Après le thème des mutations du travail lors de la précédente édition, place cette fois-ci à l’empathie et à la compassion.
Mardi 7 mars 2017 Qui aurait cru que l’ultime film d’Emmanuelle Riva, récemment disparue et abonnée aux drames intimistes, serait une farce enfantine ? Noyade, valse, Canada et Pierre Richard sont au programme de ce conte aussi déglinguant que déglingué.
Jeudi 29 novembre 2012 Star mondiale, figure légendaire, icône cheap, Chaplin est-il inépuisable, ou bien définitivement épuisé ? Et si, ayant côtoyé plusieurs fois la mort, son œuvre était faite pour ressusciter ? Éléments de réponse à l'occasion de la rétrospective que...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X