Et de la gare, rejoindre la verdure

Patrimoine / Une gare, c'est un point de départ. Une promesse. Voici trois destinations vers lesquelles prendre un billet.

Lac de Villerest (Loire)

Envie d'aller se baigner ou se balader le long de la Loire ? Hop, direction le lac de Villerest. 1h18 (au plus court) de TER entre Perrache et Roanne, puis un bus (le n°10) durant vingt minutes et vous voilà, sans voiture, sur cette plage aménagée comprenant des activités nautiques, une baignade surveillée l'été et des aires de jeux : elle est particulièrement prisée par les familles.

à lire aussi : Le couvent de la Tourette, sacrément moderne

Autre possibilité de cette journée : entrer dans le village qui comprend une chapelle (Saint-Sulpice) fondée au IXe siècle par les moines de Cluny et achevée au XIe. Elle a été édifiée sur l'emplacement d'une villa gallo-romaine. Un amusant musée de l'Heure et du Feu raconte l'histoire du feu, de la préhistoire à nos jours.

Sur le chemin du retour, passez prendre une praluline chez Pralus : la famille de confiseurs-pâtissiers est roannaise et, à prix équivalent, mieux vaut acheter la célèbre brioche ici que rue de Brest ou à la Croix-Rousse... Circuit court !

à lire aussi : Une ville verte ? Pas si naturel !


La Dombes et Châtillon-sur-Chalaronne (Ain)

Il vous faut seulement 38 minutes et 8, 40€ pour rallier la Part-Dieu à la gare de Villars-les-Dombes. Si vous avez déjà arpenté le Parc des Oiseaux ou que son omniprésence vous fatigue (étape du Tour de France, du Critérium cycliste en juin, organisation d'un festival estival musical à l'époque où tout cela avait lieu...), embarquez un vélo (mais renseignez-vous bien sur le site de la SNCF qui fait tout pour vous en dissuader tant c'est devenu compliqué d'embarquer un vélo sans la housse qui va bien et s'il n'est pas liable / démontable) et laissez-vous porter sur ces routes sinueuses accessibles aux débutants. Tout est fléché entre les étangs qui prennent quasi plus de place que la terre dans ce coin de l'Ain particulièrement singulier, rebaptisé parfois par les guides touristiques la "Sologne des Lyonnais".

En pédalant, rejoignez 16 km plus loin Châtillon-sur-Chalaronne, et rendez-vous sous la vieille halle créée au XVe, plusieurs fois reconstruite depuis suite à des incendies. Si c'est un samedi, faites-vous un sandwich sur place avec les produits du terroir, à déguster sur le lieu central (et couvert !) de cette ancienne place forte.

Retour rapide en vélo par la D7, mais elle s'avère dangereuse tant les voitures tracent en ligne droite alors mieux vaut prendre le temps de sillonner entre les étangs.

à lire aussi : Un nouveau parc nommé Zénith


Couvent de la Tourette – Éveux (Rhône)

C'est un trou de verdure... avec l'érection d'un drôle de Couvent, celui que Le Corbusier, agnostique, a imaginé en 1953 à la demande des Frères Dominicains. Sept ans plus tard, un vaste rectangle de béton auquel s'adosse une église conique domine les monts du Lyonnais. Pour accéder à cet iconoclaste bâti, il suffit de 34 minutes de train depuis la gare de Gorge de Loup à L'Arbresle (et 5, 10€), puis de marcher une demi-heure sur les petites routes, bordées de champs de vaches, menant à la commune d'Éveux, riche d'à peine plus de mille habitants.

Au bout, la possibilité de visiter cette construction qui reprend tous les préceptes du célèbre architecte, avec un savant mélange de formes géométriques et de lignes droites. La lumière est utilisée pour guider le visiteur avec des fentes dans les couloirs, des brises-soleil dans les angles et des verrières inspirées de la musique de Iannis Xenakis.

Les couleurs primaires irriguent tout cet ensemble où vivent encore quelques moines et où séjournent de nombreux étudiants venus du monde entier. Il est possible de passer une nuit dans une cellule (lit une place, placard, lavabo et loggia ombragée) pour la modique somme de... 54€ (demi pension obligatoire la première nuit). Le tarif a augmenté mais l'expérience est unique. À noter que des expositions sont régulièrement accueillies en ces murs. Tout récemment celle d'Anselm Kieffer était remarquable.

Fermé depuis le 15 mars 2020, le couvent de La Tourette a rouvert le 12 mai avecd es visites uniquement sur réservation (accueil@couventdelatourette.fr) pour des groupes de 9 personnes maximum du mardi au samedi à 14h et 16h.

L'équipe du couvent précise que le port du masque est obligatoire et que le réglements e fait uniquement en carte bancaire.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 16 décembre 2021 Il pleut, il mouille… autant aller voir les grenouilles. Pour faire passer l’hiver, ne reste plus que les comptines enfantines qui sont parfois de bons conseils. Cap sur la Dombes et son millier d’étangs, en pleine saison de la pêche. Avec un stop à...
Mercredi 6 juillet 2016 Religion et modernité ne sont pas incompatibles. Les Frères Dominicains en ont apporté la preuve en demandant à un architecte renommé de construire le couvent de la Tourette : Le Corbusier. Grâce à lui, le moderne a renoué avec le sacré.
Mardi 7 avril 2015 Juste à côte de l’Arbresle, entre Lyon et Roanne, Le Corbusier a implanté, en 1960 et à la demande directe des Frères dominicains, un couvent dédié à la prière mais aussi à la recherche. Toujours utilisé par une poignée d’entre eux, ce temple de...
Mercredi 16 octobre 2013 Qu'un frère dominicain (Marc Chauveau, responsable des expositions au Couvent de la Tourette) ressuscite un couple d'artistes contemporains, on ne verra (...)
Jeudi 5 juillet 2012 Descendre à la gare de l’Arbresle et poursuivre à pied durant une bonne demi-heure au milieu des vallons des Côteaux du lyonnais. C’est dans ce coin de (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !