La patte de Tigran Hamasyan au Radiant

Tigran Hamasyan

Radiant-Bellevue

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Jazz / Toujours au sommet, cette fois du Mont Ararat où son dernier disque puise son inspiration, Tigran Hamasyan revient après plusieurs années hors des sentiers battus au piano solo, formule qui l'a révélé comme un prodige du jazz et de la musique contemporaine.

Tigran Hamasyan construit souvent ses disques en opposition aux précédents, comme s'il s'agissait de ne jamais reproduire la même formule et de changer sinon de visage – son style reste néanmoins reconnaissable entre tous –, du moins de masques, qui sont chez lui autant de nuances.

à lire aussi : Fishbach : pompe funèbre

Ainsi avait-on eu droit avec Shadow Theater à ce qui ressemblait beaucoup à un album de pop, contribuant à extraire pour de bon Tigran de son image de pianiste jazz et à magnifier ses talents de mixeur de genres : musique classique, contemporaine, traditionnelle, jazz, rock... Un disque qui reste sans doute à ce jour le plus impressionnant du jeune Arménien.

Le suivant Mockroot revenait un peu plus aux basiques : le jazz, la musique arménienne, une expression du piano solo qui n'appartient qu'à lui, mais avec des intrusions rock très tendues, à la fois héritières du métal, mais aussi des expressions folkloriques du Caucase. Puis Tigran avait reculé de quelques siècles pour se produire dans des églises avec un chœur de chambre afin d'interpréter de la musique religieuse arménienne du Ve siècle (ce qui donna l'album Luys i Luso).

à lire aussi : Temples au dessus du volcan

Chausse-trappes

On pourrait aujourd'hui se figurer que An Ancient Observer, son disque du moment, est un retour aux sources du piano solo, formule qu'il avait "quitté" après A Fable, il y a sept ans.

Sauf qu'après toutes ces expériences, même en solo Tigran ne semble jamais tout à fait seul avec lui-même, et que désormais ce genre de promesse se laissera toujours un peu déborder par une inspiration qui s'enroule autour de rythmiques complexes, héritage de la musique arménienne qui l'irrigue. Inspiré par le Mont Ararat, ce volcan biblique, An Ancient Observer se révèle bourré de chausse-trappes qui mêlent le répertoire arménien à l'avant-garde pianistique, le chant séraphique au beatbox, le baroque aux synthétiseurs.

Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre mais les deux à la fois, c'est peut-être cela la patte de Tigran : où qu'elle se pose, elle laisse des empreintes et marque un territoire musical sans cesse élargi.

à lire aussi : 20 ans de Placebo

Tigran Hamasyan
Au Radiant-Bellevue le mardi 25 avril

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 21 juin 2012 Qui dit été dit festivals, qui dit festivals dit jazz, qui dit jazz dit Jazz à Vienne, point de rencontre annuel de la grande migration des jazzeux du monde entier. Stéphane Duchêne
Jeudi 31 mai 2012 Très orientée «nouveaux talents» en plus de quelques valeurs sûres, Fort en Jazz joue cette année la politique de l'offre rafraîchissante et du talent juvénile qui transpire par tous les pores du jazz et de ses dérivés. Stéphane Duchêne

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X