Alexandre Mallet-Guy : n'oublie pas que tu vas produire

Portrait / Il a révélé en France Asghar Farhadi ou Joachim Trier, et accompagne désormais Nuri Bilge Ceylan ou Bruno Dumont. À Cannes cette année, le patron de Memento Films présente quatre films, dont 120 battements par minute de Robin Campillo, en lice pour la Palme d’Or.

Sur un plateau de tournage, il pourrait passer pour la doublure lumière de Pierre Deladonchamps ou de quelque jeune premier blond. Silhouette élancée et regard bleu franc, ce tout juste quadragénaire ne colle pas à ces portraits de producteurs dessinés par Hollywood : volumineux, grincheux, tonitruants ; bref, à l’image des frères Weinstein. Alexandre Mallet-Guy parle d’une voix mesurée. Et si son débit parfois se précipite avant de s’étouffer dans un sourire timide, n’en tirez pas de conclusions hâtives : il a le caractère aussi solide que son goût est affirmé.

à lire aussi : Olivier Martin-Salvan, l'itinérant

Depuis 2003 aux manettes de Memento Films, la structure de production, distribution et ventes internationales qu’il a créée ex nihilo, l’homme revendique une ligne éditoriale parmi les plus exigeantes de la profession. Ce qui ne le prive pas d’aligner un palmarès enviable. Le produit de la chance et d’un indubitable flair :

Chez Memento, il n’y a pas de comité de visionnement. Les personnes travaillant sur les acquisitions viennent avec moi sur les festivals, je les écoute… mais je prends quand même les décisions seul.

Si l’enthousiasme n’est pas partagé ? « J’essaie de tempérer mes ardeurs, et de ne pas payer le film trop cher. » La martingale personnelle a plutôt réussi à ce fils d’avocat lyonnais peu prédisposé au 7e art.

à lire aussi : Louise Vignaud, résolument curieuse

Au commencement était la bobine…

Alexandre Mallet-Guy a pris son temps pour devenir un “bon” spectateur. Trop absorbé par ses études, il manque une occasion de se frotter au patrimoine alors qu’il suit l’enseignement des classes prépa du Lycée La Martinière-Monplaisir, pourtant voisin de l’Institut Lumière. C’est paradoxalement à Paris, élève de SupTélécom, qu’il va muter : « J’ai commencé à travailler avec le président du ciné-club. Je commandais les films pour les projections du mardi soir ; je démontais/remontais les bobines… » Cette approche pratique du cérémonial cinématographique lui inocule le virus : il se met alors à fréquenter assidument les salles obscures.

Diplômé de l’ESSEC, il entre chez le producteur Philippe Godeau comme directeur des affaires financières, avant de prendre à 25 ans la tête de sa filiale Pan-Européenne distribution. Avec comme baptême du feu la sortie épineuse de Baise-moi de Virginie Despentes (2000), un bizutage grand luxe, à vous tanner le cuir dans les profondeurs. Deux ans plus tard, il ramène de Venise Respiro d’Emmanuele Crialese, qu’il distribue avec succès en janvier 2003… avant de partir le mois suivant fonder Memento Films.

Dans ses bagages, Golden Door, sur lequel planche Crialese :

à lire aussi : Jacotte Brazier : l’héritière

Un projet ambitieux, assez conséquent. Crialese m’avait demandé d’entrer en coproduction. J’avais peur que ce soit un peu prématuré, mais on n’a pas des occasions comme cela tous les ans. Alors, je me suis lancé.

Lion d’argent à Venise en 2007, ce film historique avec Charlotte Gainsbourg (au finale hypnotique sur Sinnerman de Nina Simone) réunira 300 000 spectateurs en France — en-deça toutefois de Respiro —, connaîtra une belle carrière à l’étranger et sera distribué par Miramax aux États-Unis.

Choix d’Iran

Avant de récolter ces premiers fruits dorés, Memento se constitue un catalogue, affirmant son identité singulière dans le paysage. Les débuts sont compliqués : « Quand on commence, on n’a pas accès aux films français ; on passe après tous les autres distributeurs, car les producteurs vont vers ceux qui ont fait leurs preuves. » Il mise alors sur les films plus audacieux ou montrés dans des festivals moins prisés, où il est sûr de ne pas avoir à surenchérir.

C’est à Rotterdam qu’il débusquera l’insolite comédie expérimentale hongroise Hic ! de György Pálfi (2003).

Notre premier film était… un premier film. Notre axe de développement initial a suivi des films étrangers et de jeunes auteurs qui, comme nous, émergeaient.

Après Pálfi, Hiner Saleem avec Vodka Lemon (2004) rejoint la maison. Le documentaire, genre souvent dédaigné par les gros distributeurs, trouve aussi sa place : Patricio Guzmán propose ainsi Salvador Allende (2004).

Son relatif premier succès français arrive en 2008 avec Les Grandes Personnes de Anna Novion. Et en 2009, Alexandre repère une pépite d’un auteur iranien inconnu, Asghar Farhadi, À propos d’Elly, Ours d’argent à Berlin. Le début d’une nouvelle relation amicale et de confiance. Et quand sort en 2011 l’estomaquant Une séparation, auréolé cette fois d’un Ours d’Or, Memento accompagne son succès jusqu’au million de spectateurs en France, à l’Oscar et au César du film étranger, mais aussi dans les ventes internationales. Ce triomphe permet de distribuer les précédentes œuvres du cinéaste, de lui proposer de produire son film suivant, Le Passé (2013) puis de financer le dernier en date, intégralement tourné en Iran, Le Client (2016).

Nous offrons de coproduire à des réalisateurs venant de pays où le cinéma indépendant a des difficultés à se faire. L’aide technique et financière de la France permet de les monter plus vite.

Une pluie de trophées saluera cette œuvre, dont… un nouvel Oscar. Qu’Alexandre n’est pas allé chercher, par solidarité avec Farhadi qui boycottait la cérémonie en réponse aux décrets de Trump visant les ressortissants des pays musulmans.

Une Palme non académique

Année après année, Memento taquine la concurrence sur le marché du cinéma d’auteur. Glanant ici un splendide Coppola (Tetro, 2009), attirant là des pointures françaises en quête de nouveaux partenaires indépendants, comme Agnès Jaoui avec Au bout du conte (2013) — « son agent nous a présentés et le courant est passé ». Suivront Giannoli avec Marguerite (2015) ou Bruno Dumont avec Ma Loute (2016) et le prochain, Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc (2017).

Alexandre Mallet-Guy ne perd pas sa vista : en 2013 à Telluride, il tombe sous le choc d’Ida, austère film en noir et blanc du brillant Pawel Pawlikoski. Malgré des papiers calamiteux dans Variety, il ose le prendre. Au terme d’une carrière internationale exemplaire, Ida remportera là encore l’Oscar du film étranger. Sa rencontre avec le Turc Nuri Bilge Ceylan sur Il était une fois en Anatolie (2011) constitue un autre beau coup. Alexandre profite du désengagement de Pyramide, peu convaincu, pour faire une offre de distribution. Bonne intuition. Un Grand Prix à Cannes scelle une complicité qui se prolonge dans la coproduction du projet suivant, l’âpre Winter SleepPalme d’Or 2014.

Suivra Le Poirier sauvage, en cours de post-production, « car Ceylan prend son temps… » Alexandre a trouvé son équilibre en sortant six à huit films par an, « pour rester sélectif et bien les travailler dans une offre pléthorique ». Lui qui s’avoue rarement agréablement surpris, « voire plutôt déçu » en voyant un film dont il a lu le scénario auparavant — « on fantasme un film qui n’est pas là » — sait aussi que la magie de l’inattendu peut transfigurer l’ordre établi : « L’atmosphère stylisée de In the mood for Love ne devait pas apparaître sur le scénario. Mais le cinéma, c’est une alchimie, c’est magique. » À noter sur un mémento…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 19 mai 2021 Chaque midi, une foule d’affamés attend, parfois une heure durant, de pouvoir croquer dans un kebab de Chëf (10 rue Terme, de 11h30 jusqu’à la fin des (...)
Lundi 28 septembre 2020 À l'extrémité septentrionale du lac du Bourget, non loin de l'abbaye, les plaisanciers peuvent embarquer sur le canal de Savières. Et découvrir ses merveilles et sa Venise, Chanaz. Là où le temps a effectivement suspendu son vol.
Vendredi 10 juillet 2020 Avec son quatrième roman, Nina Hagen interprète Bertolt Brecht, l'auteur lyonnais Lilian Auzas poursuit une œuvre singulière qui se penche sur les destins de grandes figures féminines berlinoises. Et les délivre d'un certain nombre de malentendus.
Vendredi 29 mai 2020 Un jeune couple pris au piège dans une maison-témoin diabolique doit élever jusqu’à l’âge adulte un bébé tyrannique comme tombé du ciel. Une fable de circonstances, entre "Le Prisonnier", "La Malédiction" et le mythe de Sisyphe. En VOD.
Mardi 17 décembre 2019 Une guerre des gangs de voleurs de motos laisse Zhou Zenong blessé et en cavale dans la région du Lac aux oies sauvages, traqué par les hommes du capitaine Liu. Alors qu’il s’attend à retrouver son épouse Yang Shujun, c’est une mystérieuse...
Mardi 12 novembre 2019 Et si le bonheur de l’Humanité se cultivait en laboratoire ? Jessica Hausner planche sur la question dans une fable qui, à l’instar de la langue d’Ésope, tient du pire et du meilleur. En témoigne son interloquant Prix d’interprétation féminine à...
Mardi 5 novembre 2019 Au sein de leur collection "10 (artistes) + 100 (lieux)", les éditions Henry Dougier passent au crible la créativité des métropoles telles qu'Athènes ou (...)
Mardi 15 octobre 2019 Pour s’en sortir, un intérimaire se lance dans l’entrepreneuriat franchisé avec l’espoir de s’en sortir… précipitant sa chute et celle de sa famille. Par cette chronique noire de l’ère des GAFA, Ken Loach dézingue toujours plus l’anthropophagie...
Mardi 15 octobre 2019 Toujours en vadrouille à travers la France, les Lyonnais de la compagnie La Cordonnerie sont régulièrement rappelés par le théâtre de la Croix-Rousse qui leur offre un jubilé début novembre avec la reprise de trois de leurs ciné-concerts : des...
Mardi 11 juin 2019 Ailleurs, il y a Rock en Seine, les Eurockéennes, les Vieilles Charrues ou le Main Square. En Auvergne-Rhône-Alpes, il y a Musilac, son lac (donc), ses milliers de festivaliers et ses quatre jours de programmation bourrés jusqu'à la gueule....
Mardi 4 juin 2019 Une famille fauchée intrigue pour être engagée dans une maison fortunée. Mais un imprévu met un terme à ses combines… Entre Underground et La Cérémonie, Bong Joon-Ho revisite la lutte des classes dans un thriller captivant empli de secrets....
Vendredi 17 mai 2019 On connaît à présent le programme de la programmation des films issus du festival présentés “en léger“ différé de la Croisette… mais en avant-première de leur sortie (...)
Mardi 21 mai 2019 Une psy trouve dans la vie d’une patiente des échos à un passé douloureux, s’en nourrit avec avidité pour écrire un roman en franchissant les uns après les autres tous les interdits. Et si, plutôt que le Jarmusch, Sibyl était LE film de vampires en...
Mardi 21 mai 2019 ​Après un passage à l’acte, un ado radicalisé est placé dans un centre de réinsertion semi-ouvert où, feignant le repentir, il prépare sa récidive. Un nouveau et redoutable portrait de notre temps, renforcé par l’ascèse esthétique des frères...
Vendredi 10 mai 2019 Oubliez votre tenue de soirée et les frais kilométriques : la Croisette se déplace dans votre cinéma ! L’opération existe depuis déjà sept ans à Paris dans la salle (...)
Lundi 11 février 2019 D’une affaire sordide saignant encore l’actualité de ses blessures, Ozon tire l’un de ses films les plus sobres et justes, explorant la douleur comme le mal sous des jours inattendus. Réalisation au cordeau, interprétation à l’avenant. En...
Mardi 15 mai 2018 « Celui qui combat peut perdre. Celui qui ne combat pas a déjà perdu. » Citant Brecht en préambule, et dans la foulée de La Loi du marché, Stéphane Brizé et Vincent Lindon s’enfoncent plus profondément dans l’horreur économique avec ce...
Mercredi 9 mai 2018 Sous le délicieux présent, transperce le noir passé… Asghar Farhadi retourne ici le vers de Baudelaire dans ce thriller familial à l’heure espagnole, où autour de l’enlèvement d’une enfant se cristallisent mensonges, vengeances, illusions et envies....
Mardi 24 avril 2018 En voiture ! Mais pas dans n’importe laquelle… dans une Lada bleue "empruntée". Pour la fin de la saison Ciné-Berlin, le cinéma Mourguet projettera sur (...)
Mardi 3 avril 2018 Wes Anderson renoue avec le stop motion pour une fable extrême-orientale contemporaine de son cru, où il se diversifie en intégrant de nouveaux référentiels, sans renoncer à son originalité stylistique ni à sa singularité visuelle. Ces Chiens...
Mardi 9 janvier 2018 Dans la queue de la comète des films de Cannes 2017 (avec In the Fade de Fatih Akin, la semaine prochaine), ce conte de Naomi Kawase est un objet (...)
Mardi 28 novembre 2017 Page arrachée à son journal intime collectif, le nouveau Robert Guédiguian capte les ultimes soubresauts de jeunesse de ses alter ego, chronique le monde tel qu’il est et croit encore à la poésie et à la fraternité, le tout du haut d’un balcon sur...
Mardi 24 octobre 2017 Improbable comme la rencontre entre un homme au bras handicapé et une femme légèrement autiste dans un abattoir hongrois, cette romance nimbée d’onirique pleine de vie dans un lieu de mort touche au cœur par sa subtile poésie. Ours d’Or à la...
Mardi 26 septembre 2017 Alors qu'il s'apprête à jouer (à guichet fermé) les dernières dates de son seul en scène si émouvant, Vincent Dedienne nous parle, avec une sincérité qui n'est pas si commune, du théâtre, de son amour du jeu, du cinéma à venir et de cette diversion...
Mardi 29 ao?t 2017 Le Grand Prix du Jury de Cannes n’en finit pas de faire débat… dans le bon sens du terme : il est l’occasion d’une nouvelle séance agrémentée de débat au (...)
Mardi 20 juin 2017 Grand Prix du Jury à Cannes — malgré Pedro Almodóvar qui, semble-t-il, aurait bien aimé le voir un cran plus haut dans le palmarès, soit lauré d’or — le (...)
Mercredi 7 juin 2017 Le Festival de Cannes à peine achevé, le Comœdia nous titille en distillant chaque soir pendant une semaine un florilège de la sélection officielle, toutes (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !