Les Amours broyées de Lorraine de Sagazan

Carte blanche à Lorraine de Sagazan

Théâtre de la Renaissance

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / En présentanten diptyque, aux Nuits de Fourvière, des pièces qu’elle a créées indépendamment, Lorraine de Sagazan passe le couple à la dynamite dans sa très brillante adaptation de "Démons" mais fait preuve de beaucoup plus d’hésitations dans "Maison de poupée".

Elle a été assistante de Thomas Ostermeier au cours de sa jeune carrière, après sa sortie de du Studio-théâtre d’Asnières. Lorraine de Sagazan monte deux pièces auxquelles le précieux et prolixe Allemand s’est confronté : Démons dont il avait fait un travail lisse, presque fade, écho à un texte bien peu grinçant en apparence puis Maison de poupée, sommet d’Ibsen (et d’Ostermeier) qui ose donner en 1879 une place décisive à la figure de l’épouse. Et donc, faire scandale.

à lire aussi : Les Nuits de Nadja - Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière 2017 #1

Sagazan parvient à magnifier le texte de Noren (1984), mais n’accède pas à la force d’Ibsen bien qu’elle en modifie les enjeux pour le contemporanéiser. Du Suédois, toujours vivant à 73 ans, elle capte la violence qui sourd puis explose dans le couple à l’occasion d’une banale soirée où l’homme, l’urne renfermant les cendres encore chaudes de sa mère dans les mains, prend à parti son épouse. Les prénoms des comédiens ont été préférés à ceux de Frank et Katerina pour plus de proximité avec un public disposé en bi-frontal, invité au salon. Jusqu’à ce qu’il invite un couple de voisins guère plus solide.

À partir de ces histoires de mœurs petits-bourgeois, Sagazan fait le portrait moderne d’une jeunesse qui s’étouffe dans des modèles étriqués ; elle massacre des simulacres avec drôlerie, cruauté et en musique comme toute bonne soirée qui se respecte. Le public, partie prenante à son insu et sans jamais que cela ne vire à la putasserie, n’est pas épargné.

à lire aussi : Arcade Fire et Brian Wilson aux Nuits de Fourvière

« Pourquoi vous avez choisi cette personne parmi les milliards qui existent ? »

Ce défi d’interagir avec les spectateurs est paradoxalement un des écueils de Maison de poupée. Frontalement, une lecture d’Ibsen nous est faite, platement, jusqu’à provoquer un deuxième départ. Les mêmes acteurs jouent la même diffraction mais en inversant les rôles de Nora et Torvald (c’est sur elle désormais que repose l’équilibre économique du couple) afin de pointer, avec trop d’insistance, la société machiste.

Les déplacements sont toujours aussi maitrisés, un couple se parlant par-dessus l’autre, chacun cherchant sa place presque maladivement, avec une tension constante. Mais trop d’effets s’empilent (texte final non prononcé, projection de mots pour chapitrer les séquences façon Gosselin…) pour que le propos d’Ibsen (la société patriarcale) ne trouve sa force initiale. Mais nul doute que la jeune metteure en scène a encore beaucoup de ressources pour se faire l’observatrice aigüe de ces malaises intimes. Prochaines cibles : Platanov, Sacha, Anna Petrovna et les autres.


Démons + Maison de poupée
Au Théâtre de la Renaissance (dans le cadre des Nuits de Fourvière) les vendredi 9 et samedi 10 juin

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 1 mars 2022 Avant de présenter Un Sacre aux Célestins en mai, Lorraine de Sagazan propose au Point du Jour une plus petite forme, La Vie invisible, conçue avec le même auteur Guillaume Poix. Où il est question de la perception d’une pièce par un malvoyant....
Mardi 4 janvier 2022 Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane Mnouchkine.
Mercredi 20 mai 2020 "Démons", de la metteuse en scène Lorraine de Sagazan, est désormais accessible en ligne gratuitement sur le Vimeo de la Comédie de Valence : parfait pour patienter en attendant la réouverture des théâtres.
Mardi 7 janvier 2020 Comme Vincent Macaigne, Sylvain Creuzevault a débarqué dans le milieu théâtral au mitan des années 2000 avec l’envie de renverser la vieille table de son (...)
Mardi 20 mars 2018 C'est un week-end sur Mars qui ressemble tant aux Subsistances : des spectacles expérimentaux mais qui promettent d'être accessibles, des ateliers gratuits, et des tarifs défiants toute concurrence (pas plus de 10€). Et si le printemps commençait...
Mardi 21 juin 2016 Chaque année les Monts-d'Or,  s'ornent de leur plus belle parure durant trois jours de festival... Et pour sa douzième édition,  Démon d'Or se paye un joyeux bazar en sus d'une belle programmation.
Mardi 8 décembre 2015 Le problème des marathons cinématographiques, c’est ce sommeil scélérat qui frappe en traître, en lestant les paupières de plombé sablé aux alentours de 2 ou 3 (...)
Mardi 28 avril 2015 Travaillés par des anciens élèves de l’ENSATT constitués en collectif (La Grande Tablée), la pièce "Les Piliers de la société" de l’inégalable Ibsen résonne toujours aussi fort en 2015 qu’à la fin du XIXe siècle. Mais sa transcription au plateau...
Mardi 20 janvier 2015 De Pascal Morelli (Fr-Belg-Lux, 1h44) animation
Mardi 11 mars 2014 Il est la star que toutes les scènes d’Europe s’arrachent depuis plus de dix ans. Et pour cause, Thomas Ostermeier dépoussière avec génie tout ce qu’il touche. Mais avec "Les Revenants", en s’attaquant pour la première fois à un travail en français...
Vendredi 29 mars 2013 Dans un face-à-face étourdissant et éreintant, un couple se déchire avec la violence d’un combat de tranchées : c’est une "Clôture de l’amour", du nom d'une pièce atypique signée Pascal Rambert, prolixe metteur en scène et auteur contemporain....
Jeudi 7 février 2013 Les héros tchekhoviens par définition s’ennuient. Mais plutôt que d’étirer le temps, l’Argentin Daniel Veronese l’accélère jusqu’à l’étourdissement dans une version énergique et vivace de "La Mouette" rebaptisée "Les Enfants se sont...
Vendredi 4 janvier 2013 La rentrée théâtrale 2013 démarre sous des auspices dont aucun curieux (amateur ou – et surtout - réfractaire) n’osait rêver : Robert Lepage puis Thomas Ostermeier sont parmi nous en janvier. S’ensuivront de bons restes d’Avignon, des argentins...
Jeudi 16 février 2012 Ceci n’est pas un classique mais presque un soap-opéra théâtral qui emporte tout sur son passage. Avec "Le Cas de la famille Coleman", Claudio Tolcachir démontre une nouvelle fois que le théâtre argentin ne manque pas d’air. Nadja Pobel
Vendredi 1 avril 2011 Critique / Silence. La scène d'ouverture de "Dämonen" est silencieuse, le temps pour le spectateur de prendre ses marques dans l'appartement bourgeois (...)
Vendredi 11 février 2011 Théâtre / La matière de départ, «La Théorie de Mars», texte de Claude Monteil, n'est pas un joyau. Mais à force de le malaxer, de le découper, Meissoune (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !