Lumière : et la couleur fut

Lumière ! Le cinéma inventé

Musée des Confluences

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Exposition / La très réussie exposition consacrée aux frères Lumière s'installe dès cette semaine au Musée des Confluences, légèrement revisitée : une plongée dans l'histoire d'une famille, mais surtout aux origines du cinéma comme de la photographie couleur.

Évidemment ! L'on pénètre dans le dédale en gardant un œil sur l'une des trois vues de La Sortie de l'usine : comme au Grand Palais à Paris et comme à Bologne où elle a fait halte auparavant, l'exposition Lumière ! le cinéma inventé, s'ouvre par le premier film de l'Histoire, tourné à quelques encablures. Car enfin, la voici à la maison, cette exposition : « nous avions souhaité débuter à Paris, au Grand Palais, à proximité de là où a eu lieu la première séance publique de cinéma » explique Thierry Frémaux, le directeur de l'Institut Lumière, qui s'est mis dans la peau du guide le temps d'une visite. Sa verve légendaire trouve ici matière à faire feu de tout bois : tout dans cette exposition prête à l'anecdote, à la digression, au plaisir de conter cet éternel sujet pour nuits blanches qu'est le cinéma. Mais pas seulement.

à lire aussi : "Lumière ! L’aventure commence" : retour en salles

Et c'est là, aussi, la grande richesse de ce rendez-vous avec le Musée des Confluences : la geste des frères Lumière ne se limite pas au cinéma. Frémaux le rappelle : « ils arrêtent le cinéma car ils pensent avoir rempli leur mission, et veulent inventer la photographie couleur. » Inventeurs, avant tout. Ce seront donc les autochromes qui suivront, offrant l'un des moments les plus émouvants mais aussi les plus décalés du parcours : l'impression alternée de pénétrer l'intimité d'une famille au début du 20e, certainement, mais aussi le sentiment d'être immergé dans la génération filtrée Instagram... Le procédé, breveté en 1903, était révolutionnaire : c'est le tout premier commercialisé permettant la photographie en couleur. D'une grande beauté formelle, ces autochromes offrent un peu plus loin des vues de Lyon, comme la montée de la Grande Côte.

Flash : à droite des premiers autochromes, un immense vitrail numérique projette 1422 films. L'intégralité de la production cinématographique des frères Lumière, sur un écran-monde où l'on découvre les vues familiales déjà fort connues (L'Arroseur arrosé, etc) mais aussi toutes celles tournées par les opérateurs autour de la planète. Vertigineux, et c'est l'une des principales nouveautés par rapport au Grand Palais (où cette partie passait plus inaperçue) et Bologne, où la projection était à l'inverse étirée en un long couloir d'écrans au sein duquel on se laissait égarer d'un film à l'autre. Mais sans provoquer le sentiment de vertige quasi mystique produit ici : « cette exposition n'aurait jamais été possible sans l'avènement du numérique », précise Thierry Frémaux. Et il faut rendre hommage à la scénographie imaginée par Nathalie Crinière, impeccable, avant de se retourner pour entrer dans le fameux Salon Indien du Grand Café, reconstitué : la première salle de cinéma et ses 33 fauteuils représentant les spectacteurs de la première séance publique, le 28 décembre 1895 (ils seront beaucoup plus nombreux par la suite, jusqu'à 2500 par jour).

à lire aussi : Around the world

Regarder, ensemble

Et malgré l'essor de Netflix et consorts, de la VHS et du DVD avant ça, ce que les Lumière ont inventé ce jour-là persiste encore : l'expérience collective face à un écran. Car comme le rappelle Thierry Frémaux, en cette année 1895, sont inventés et la technique (le cinématographe), et l'art (les premiers films, mais aussi les premières comédies, travelling, retransmissions sportives...), et sa pratique sociale (la salle de cinéma, donc).

Au fil du parcours, se mêleront différents médiums comme le Musée des Confluences sait si bien le faire : passé le premier film, on découvre la maquette des anciennes usines Lumière, on dissèque les innovations techniques de la fratrie, mais aussi tout ce qui les a précédé. C'est encore une place laissée aux contemporains devenus premiers cinéastes, Georges Méliès, Léon Gaumont et Charles Pathé dont on peut voir les œuvres. C'est une dernière salle, avec les photographies de Stephan Crasneanscki, qui se penche sur les archives de Jean-Luc Godard, magnifiques il est vrai mais plus incongrues ici. Avant qu'un dernier écran ne projette les remakes de La Sortie d'usine tournés par Tarantino & co, jusqu'à Catherine Deneuve. La première réalisatrice depuis les frères Lumière à tourner son premier film... dans cette rue du Premier Film.

Lumière ! Le cinéma inventé
Au Musée des Confluences jusqu'au 25 février 2018

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 1 décembre 2021 Après de rocambolesques péripéties, l’Institut Lumière accueillera bien du 7 au 14 décembre les neuf films du “Festival Netflix“ et sa pluie de grands auteurs, dans un contexte houleux. Récit du feuilleton qui a tourneboulé les “professionnels...
Jeudi 18 novembre 2021 Imaginez la migraine pour les Anglo-saxons : la première cinéaste de l’histoire s’appelait Guy — bon, d’accord de son nom de famille, Alice (1873-1969) (...)
Mercredi 6 octobre 2021 Renouveler la cérémonie d’ouverture d’un festival dédié au cinéma de patrimoine tient à la fois de l’oxymore et du mythe de Sisyphe puisqu’il faut (...)
Jeudi 16 septembre 2021 À moins d’un mois du début de la 13e édition du Festival Lumière, le programme se dévoile enfin. Conforme aux attentes et à ses habitudes, il convoque des films nouveaux ou en renouveau ainsi qu’un aréopage d’invités de prestige, sans négliger...
Mercredi 16 juin 2021 L’annonce que les triskaïdékaphobes redoutaient, mais que les cinéphiles — qui sont quand même plus nombreux — attendaient avec impatience vient d’être (...)
Vendredi 26 mars 2021 Un mois avant son quatre-vingtième anniversaire, le jour du centenaire de Simone Signoret, Bertrand Tavernier est décédé dans sa propriété de Sainte-Maxime. C’est davantage qu’un cinéaste ou que le président de l’Institut Lumière qui disparaît avec...
Jeudi 25 mars 2021 On vient d’apprendre la disparition à 79 ans du cinéaste, scénariste et producteur Bertrand Tavernier, par ailleurs président de l’Institut Lumière depuis sa création en 1982. Une perte immense.
Vendredi 26 février 2021 Avant les tapis rouges, Thierry Frémaux a longtemps foulé avec une respectueuse gravité les tatamis de judo. Dans "Judoka", un récit où rien ne fait écran à cette part d’intime, le directeur général de l’Institut Lumière/délégué général du Festival...
Mardi 6 octobre 2020 Maintenue, ou annulée ? Le nouvel édile n'avait pas marqué un franc enthousiasme pour la Fête des Lumières lors de la campagne électorale. Mais c'est à un (...)
Mercredi 7 octobre 2020 « Défiez-vous des premiers mouvements, écrivait Casimir de Montrond. Ils sont presque toujours bons. » Si les artistes revendiquent volontiers une part de spontanéité dans l’acte créatif, quid du premier regard porté sur une œuvre — en particulier...
Jeudi 16 juillet 2020 Deux fois deux Palmes d’Or succèdent donc au double palmé Francis Ford Coppola, et recevront donc le Prix Lumière le vendredi 16 octobre à Lyon. Croisons-les doigts pour que rien n’entrave cette prophétie…
Mardi 18 février 2020 (À lire à haute voix, façon Stéphane de Groodt) « —Prenons les paris, ce sera Roubaix. —Quoi donc ? —Le César, à Paris le 28 février. —Sauf si Ly l'a, (...)
Jeudi 5 décembre 2019 La dernière édition de la Fête des Lumières sous l'ère Collomb (sauf magie des élections) s'avère décevante dans ce que nous avons pu en voir en pré-ouverture dans les grands lieux. Et c'est Jérôme Donna sur la place des Célestins qui tire le mieux...
Mardi 3 décembre 2019 Dans les airs, en ribambelle ou plaquées aux murs, les œuvres de Christophe Martine, des Theoriz et Erik Barray illumineront encore cette Fête des Lumières et s’installent sur les lieux phares des festivités après en avoir épousé les contours. Gros...
Mardi 15 octobre 2019 Le Padre padrone de la famille Coppola arrive cette semaine pour recevoir son dû lyonnais. Plus que la jolie plaque en bois gravée à son nom, c’est l’ovation associée qui devrait lui arracher l’un de ses trop rares sourires. En l’attendant,...
Mardi 15 octobre 2019 Au cœur du Festival Lumière se tient pour la septième année un rendez-vous dédié aux professionnels : le Marché International du Film Classique. L’occasion de se pencher sur la “grandeur (et la décadence ?) des petits commerces de cinéma“ pour...
Mardi 15 octobre 2019 En un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, les superproductions en 70mm et les grands classiques passaient à 20h30 sur les six chaînes hertziennes… mais plus dans les salles. Le point commun de ces films ? L’immensité au...
Mardi 15 octobre 2019 En guise d’amuse-rétines nocturne, Gaspar Noé a composé un appétissant sandwich cinématographique qui devrait teinter d’une belle couleur rubis les rêves de ses spectatrices et spectateurs. Estomacs délicats et autres ténias, passez votre chemin.
Mardi 8 octobre 2019 Des films par dizaines, des projections par centaines, des invités… par milliers ? Peut-être pas, mais suffisamment pour que chaque spectatrice ou (...)
Mardi 3 septembre 2019 Francis Ford Coppola, Bong John Ho, Ken Loach, Daniel Auteuil et Marina Vlady ne seront pas seuls à visiter les salles obscures lyonnaises en octobre prochain : Frances McDormand, Donald Sutherland, Marco Bellocchio, Gael Garcia Bernal ou Vincent...
Mardi 3 septembre 2019 Cassavetes, Coppola, Carpenter, Clint… Étrange convergence d’initiales, mais surtout de prestigieuses signatures à l’affiche de l’Institut Lumière en ce mois de septembre, où l’on joue avec vertiges du rétroviseur et de la lorgnette.
Mardi 20 ao?t 2019 Arnaud Desplechin retourne dans son Nord natal pour saisir le quotidien d’un commissariat de police piloté par un chef intuitif et retenu. Un polar humaniste où la vérité tient de l’épiphanie, et la parole du remède. Le premier choc de la rentrée...
Mardi 11 juin 2019 Il a pour toujours associé à l’écran l’odeur du napalm au petit matin aux envolées de Wagner, incité au silence par quelques notes de Nino Rota ou donné de furieuses envies de danser la tarentelle dans un mariage. Si Francis Ford Coppola possède ce...
Mardi 30 avril 2019 L’Institut Lumière célèbre Christopher Nolan qui, en moins de vingt ans, s’est affirmé comme l’un des auteurs qui comptent à Hollywood et ailleurs : dix (...)
Mardi 26 mars 2019 Éternel second couteau, brillant, affûté et du meilleur métal, certes, Steve Gunn n'est jamais vraiment parvenu à imposer une personnalité qui semblait attirer l'ombre. C'est peut-être enfin le cas sur The Unseen in Between, album de deuil qui...
Mardi 11 décembre 2018 Perturbés par le vent et la manifestation des Gilets Jaunes, les Anookis n'en ont pas moins été les stars de cette édition de la Fête des Lumières. Ils remportent le Prix Lumière de la Ville de Lyon. Retour en images sur les primés.
Mardi 4 décembre 2018 La Friche Lamartine, lieu de travail, de création, de résidence pour de nombreux artistes, attendait une solution de relogement depuis de longs mois. Tout s'est accéléré depuis l'été et deux sites seront finalement investis au printemps...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !