Réversible aux 7 collines : l'équilibre des 7 Doigts

Réversible

Opéra de Saint-Etienne

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Les 7 Collines / Avec Réversible, la compagnie québécoise Les 7 Doigts de la Main s'impose par un cirque mêlant technicité et surtout humanité. Traitant de thématiques autour du passé, des origines et de la construction de l'être, Réversible frappe un grand coup. Nous avons posé quelques questions au metteur en scène Gypsy Snider, qui fait également partie des créateurs de la Compagnie Les 7 Doigts de la Main en 2002. 

En 2002, avec six autres artistes, vous avez décidé de lancer la Compagnie Les 7 Doigts de la main, un cirque à "l'échelle humaine"... Pourquoi à ce moment-là ?
Gypsy Snider : Nous étions tous des artistes de cirque et nous arrivions à un certain âge. Autour de la trentaine, l'acrobate commence à faire une transition importante. Tout d'abord parce que notre physique a un temps limité, mais aussi parce que nous étions déjà mentalement et créativement, des artistes de cirque avec des visions assez larges des expressions que nous pouvions proposer. Si l'on parle des années 90, le cirque était déjà assez développé en Europe. Ce n'était pas encore au même niveau en Amérique du Nord. Nous avions le Cirque du Soleil mais l'expression du cirque contemporain en était à ses débuts.

à lire aussi : Origami, romantisme industriel aux Invites de Villeurbanne

On voyait ce grand frère [ndlr : le Cirque du Soleil] prendre énormément de place dans l'industrie du divertissement. Pour notre part, nous étions des "rebelles adolescents". Nous voulions une image contraire à cela. Le grandiose, le fabuleux, le quasi-extraterrestre qu'ils voyaient ne correspondaient pas à notre vision. Nous souhaitions du minimalisme et une créativité centrés sur l'être. Exprimer cette condition humaine n'est pas seulement faire du cirque à taille humaine, mais aussi parler de choses vraies dans notre esprit et dans notre cœur. C'est la base de tout le travail que l'on exécute, même si nous faisons de temps en temps des spectacles de plus grande envergure. Le plus important reste pour nous de mettre un miroir face à la société.

Vous jouez souvent dans des salles de capacités moyennes. Est-ce pour être plus proche du public ?
Oui, c'est ça. À l'origine de la compagnie, nous nous disions que nous n'allions jamais jouer dans des salles de plus de 500 places. Mais nous avons eu la chance de jouer dans des salles bien plus grandes et même à l'ouverture des J.O. à Sotchi en 2014. Cependant, nous essayons de conserver une certaine intimité dans tous nos spectacles. Il faut que chaque individu dans le public ait l'impression qu'on lui parle directement. Peu importe la taille de la salle, nous avons envie de mettre "le quatrième mur derrière le public". C'est-à-dire que le public ait l'impression d'avoir une conversation intime avec le spectacle.

Il faut que chaque individu dans le public ait l'impression qu'on lui parle directement.

Vous parlez de mur, le concept de Réversible se rapporte d'ailleurs à cela, en mettant des murs à deux faces, représentant notre face "intérieure" et notre face "extérieure"...
La scénographie du spectacle est minimaliste avec 3 murs mobiles. Ces derniers proposent deux faces : une de type "façade" et l'autre de type "intérieur", qui, pour moi, sont très théâtrales. Chaque mur possède une porte et une fenêtre. Les portes représentent le passage d'une chose à l'autre, le fait de s'ouvrir à l'opportunité, mais aussi de claquer dans la face de quelqu'un... Les fenêtres sont une vue sur l'âme, sur l'autre côté. Et les murs sont une protection, mais ils nous confinent aussi. Ce sont des obstacles sur lesquels nous pouvons aussi nous dépasser.

à lire aussi : Livraisons d'Été : Les Subsistances en pointe

Je souhaitais travailler sur tous ces concepts-là dans ce spectacle, tout en conservant une idée que l'on retrouve souvent chez les 7 Doigts : la tension et l'intention créées dans l'intimité. Quand on met le cirque dans un contexte très enfermé, il explose ces murs et devient beaucoup plus grand. On comprend que le contexte nous enferme et que l'artiste a la capacité de nous emmener plus loin. Il se dépasse et emporte le spectateur. Finalement, cette scénographie de confinement permet paradoxalement d'aller au-delà.

Quand a débuté votre travail sur Réversible ?
J'ai commencé en 2015 avec l'écriture des concepts. S'en est suivi un long processus de casting d'artistes avec lesquels je souhaitais collaborer. Le premier "workshop" s'est déroulé au début de 2016 et la création a été réalisée à la fin de cette même année.

En parlant de ces "workshops" ou phases de recherches, vous avez demandé aux artistes de faire des investigations poussées sur leur propre généalogie ?
Après avoir créé le contexte des murs, je voulais construire une chorégraphie géométrique et remplir ces petits espaces avec des gens qui avaient des intentions. J'ai commencé moi-même à faire des recherches sur ma famille. J'avais besoin de savoir d'où je viens et de m'ancrer dans la société en voyant le chemin qui m'a mené là où j'en suis aujourd'hui.

J'ai demandé à mes artistes de poser des questions que j'avais préparées à leur famille à propos de leurs grands-parents et arrière-grands-parents. Ces questions tournaient autour de deux choses : rechercher un événement qui a changé la vie de leurs aïeux mais aussi à propos d'un choix qu'ils ont du faire et qui les a affectés pour toujours, aux alentours de la vingtaine, c'est-à-dire à l'âge actuel des artistes...

Il y a un tas d'autres questions "annexes" qui ont permis de construire le spectacle : la question de la mode de l'époque, de la musique d'alors, des photos, des textes, des journaux, des événements politiques... Avec ce travail, j'ai réalisé à quel point nous sommes aujourd'hui déracinés et si peu connectés avec nos familles. J'ai également eu un retour de la part de plusieurs des parents d'artistes expliquant que j'avais demandé à leurs enfants de poser des questions qu'eux-mêmes n'avaient jamais osé évoqué avec leurs propres parents.

à lire aussi : Cirque, cinéma et prohibition au Festival des 7 collines

C'était extraordinaire d'entendre cela et de recevoir des remerciements sur le fait d'avoir permis d'ouvrir certaines portes qui étaient restées fermées. Une des artistes a par exemple appris qu'elle était juive... Elle ne le savait pas car sa famille avait changé de nom pour survivre et s'échapper. D'autres ont appris ce que leurs familles ont subi comme horreurs avec des cicatrices qui restent encore bien présentes. Ouvrir ces discussions sur le passé a été bénéfique.

Y a-t-il toujours autant de recherches personnelles pour les artistes lors de la création des spectacles de la compagnie ?
C'est à chaque fois la même chose, mais avec des thématiques et des recherches différentes. Ce qui est important chez les 7 Doigts, c'est que le public ait l'impression que le spectacle sort des artistes. Aujourd'hui, le monde du cirque est devenu très technique, mais il faut aussi de l'investissement émotionnel et intellectuel.

Réversible de la Compagnie Les 7 Doigts de la Main, jeudi 29 et vendredi 30 à l'Opéra de Saint-Étienne, dans le cadre du festival des 7 Collines

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 mars 2022 Une compétition de huit films (dont le prometteur I’m your man venu d’Allemagne et l’Espagnol El buen patrón), un Panorama 2022 qui balaie jusqu’en (...)
Mardi 18 janvier 2022 Peut-être sera-t-elle capitale européenne de la Culture en 2028. Clermont-Ferrand, n’est pas que la ville-Michelin (même si l’entreprise est omniprésente) et lance sérieusement sa campagne en ce début d’année, au moment où le festival du court, le...
Mardi 4 janvier 2022 S'il faut être prudent avec la recrudescence des cas de Covid, il est prévu que cette année, les grands raouts littéraires se tiennent de manière classique – comme on les aime. Avec, pour certains, des pré-programmations croustillantes.
Jeudi 18 novembre 2021 Dans H2G2, la bible de Douglas Adams, 42 était la réponse à la « question ultime sur le sens de la vie ». Peut-on alors parler hasard si le millésime 2021 du Festival du film court correspond à sa 42e édition ? Non point,...
Mercredi 6 octobre 2021 La troisième mouture du festival Peinture Fraîche marque à la fois une transition et un retour de la vie culturelle. Un festival qui s’inscrit dans l’air du temps : zoom sur les innovations amenées par le directeur artistique, Cart'1.
Mercredi 6 octobre 2021 Renouveler la cérémonie d’ouverture d’un festival dédié au cinéma de patrimoine tient à la fois de l’oxymore et du mythe de Sisyphe puisqu’il faut (...)
Jeudi 23 septembre 2021 Faute d'avoir pu correctement reporter son édition du printemps dernier — transbahutée au printemps prochain — le Festival Transfer s'offre un genre d'édition automnale et hors-série, en collaboration avec Cold Fame et sa traditionnelle...
Jeudi 16 septembre 2021 À moins d’un mois du début de la 13e édition du Festival Lumière, le programme se dévoile enfin. Conforme aux attentes et à ses habitudes, il convoque des films nouveaux ou en renouveau ainsi qu’un aréopage d’invités de prestige, sans négliger...
Jeudi 23 septembre 2021 À peine sort-on des Hallus, avant de se jeter dans Lumière, voici qu’une nouvelle brassée de festivals jaillit, réclamant de notre part attention(s) et ubiquité. Un vrai problème de riche !
Lundi 6 septembre 2021 7 jours, 33 artistes, 27 événements gratuits, répartis sur un territoire vaste comme son réseau de brasseries, le Festival Ninkasi est ras-la-gueule de festivités musicales. Et blindé d'artistes locaux, conformément à la politique maison menée par...
Jeudi 26 ao?t 2021 C’était il y a deux ans tout juste — un siècle, une éternité, comme dirait Joe Dassin… Le réseau Festivals Connexion, fédérant les manifestations liées au 7e art en (...)
Dimanche 27 juin 2021 Le Lyon Street Food Festival fera son retour du 16 au 19 septembre. Supprimé l'an dernier, le rendez-vous des foodies se trouve confronté à une (...)
Mercredi 16 juin 2021 L’annonce que les triskaïdékaphobes redoutaient, mais que les cinéphiles — qui sont quand même plus nombreux — attendaient avec impatience vient d’être (...)
Vendredi 11 juin 2021 Officiellement, la 16e édition du Lyon BD Festival se tient les 12 et 13 juin. Mais chacun sait que, dans les faits, le rendez-vous de la bande dessinée a commencé depuis une septaine déjà. Rien à voir avec quelque éviction prophylactique :...
Mercredi 19 mai 2021 Derrière ses portes closes, Le Zola a accueilli la semaine dernière Costa-Gavras et Michèle Ray-Gavras pour une rencontre privée exceptionnelle. Ceux-ci ont d’une certaine manière inauguré par anticipation la réouverture et la renaissance du seul...
Lundi 22 mars 2021 Parmi les futurs locataires du Collège Truffaut réhabilité figure Lyon BD Organisation, l’association à la tête du festival homonyme depuis quinze ans et à la manœuvre d’une foultitude d’événements en lien avec les univers graphiques tout au long de...
Mercredi 7 octobre 2020 « Défiez-vous des premiers mouvements, écrivait Casimir de Montrond. Ils sont presque toujours bons. » Si les artistes revendiquent volontiers une part de spontanéité dans l’acte créatif, quid du premier regard porté sur une œuvre — en particulier...
Jeudi 27 ao?t 2020 Le Festival Ninkasi aura bien lieu en septembre. Mais en version encore raccourcie, amputée de plusieurs concerts et soirées prévues avant l'été. On détaille tout ça.
Mercredi 15 juillet 2020 Histoire d'attaquer la saison automnale à la gorge et peut-être de forcer le destin des concerts post-Covid, le Ninkasi a remis sur la table son festival de rentrée, avec les moyens du bord mais pas mal de talent, dans l'organisation et sur scène....
Mardi 30 juin 2020 À peine embarqué dans sa deuxième édition que paf !, le coronavirus oblige le festival de musique contemporaine Superspectives à revoir ses plans et son programme, sous la forme, du 27 juin au 11 juillet, d'un non festival qui ressemble quand même...
Mardi 10 mars 2020 Pour sa huitième édition, le Mirage Festival poursuit ses explorations artistiques dans le domaine des nouvelles technologies, et nous transporte même cette année jusqu'aux confins, imaginaires et scientifiques, de l'univers...
Mardi 11 février 2020 Il n'aura échappé à personne que Gabriel Kahane est l'un de nos chouchous, nous qui l'avions invité lors d'un Petit Bulletin Live à livrer son premier concert (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !