Les bons plans de la semaine #6

Charwei Tsai + Maria Loboda + Jef Geys

Institut d'Art Contemporain

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Un bon plan par jour jusqu'à la rentrée / Ne jamais s'ennuyer, jusqu'à la rentrée : voici nos sorties de l'été.

Lundi 7 août : découvrir la glace thaïlandaise

Une hypoglycémie de minuit ? Direction la planque sucrée de Joachim, ex DJ hip-hop (notez les tags et la galette déco undaground connexion). Qui, malgré son expérience du tourne-disques, ne s'est pas reconverti dans la crêpe, mais dans la gaufre. Pas belge, mais hongkongaise ! À garnir de Nutella ou de glace… thaïlandaise (vous suivez ?), faite minute sur une étrange plaque givrante (-30°c : on évitera de s’accouder). Des monstres de junk food, à avaler au son d'Illa J ou de Baba Oje.
Maison Lena
24 rue René Leynaud, Lyon 1er
Du mercredi au dimanche ; de 15h à 22h (minuit vendredi et samedi)

Mardi 8 août : mater la finale de la perche

Sur le stade londonien de son triomphe absolu aux Jeux Olympiques de 2012, Renaud Lavillenie va peut-être retrouver, en phase finale de ces mondiaux d’athlétisme, le goût d'un grand titre indoor puisque les précédents JO (Thiago Braz da Silva) et Mondial (Shawnecy Barber) lui avaient échappé. À 30 ans, l'Auvergnat, détenteur du record du monde (6, 16m) ravi au géant Bubka va devoir dépasser sa perf’ de l'année : 5, 83m. A moins que ses adversaires ne soient mauvais au poker. Puisque s'envoyer dans les airs est une chose (fascinante). Le faire mieux que les autres offre une médaille. D’or.
À Londres, ou sur France Télévisions et Eurosport

Mercredi 9 août : c’est aujourd'hui que sort LE film de l’été !

Polar moite au scénario malsain, à l’interprétation nerveuse et à la réalisation précise, le troisième opus de Rodrigo Sorogoyen, Que Dios Nos Perdone, a tout pour devenir un classique du genre. En attendant, c’est LE grand film à voir dans les salles cet été 2017.

Pitch : Été 2001. Alors que la canicule assomme Madrid, que les Indignés manifestent, que Benoît XIII est annoncé, des vieilles dames sont violées et massacrées par un tueur en série. Alfaro (une brute épaisse expansive) et Velarde (un cravaté introverti et bègue) sont chargés de l’enquête… Ce qu’accomplit ici le jeune Rodrigo Sorogoyen pourrait en remontrer à bien des cinéastes chevronnés. Judicieusement placée dans un contexte historique particulier lui offrant d’intéressants rebonds politiques ou religieux, son intrigue sombre et retorse est peuplée de personnages à plusieurs dimensions : il n’y a pas de simple silhouette, mais de la complexité dans le moindre caractère, de l’ambiguïté à tous les étages, y compris chez les héros. C’est dans l’exercice de la réalisation de Sorogoyen se révèle virtuose. Non seulement à l’occasion de ces morceaux de bravoure que sont les scènes de crimes, la gigantesque course-poursuite (à pied) dans les rues de Madrid ou du duel avec l’assassin — un fabuleux plan-séquence sans artifice numérique, à l’ancienne —, mais dans la gestion de l’ordinaire. Rien n’est gratuit ni superflu : on se trouve face à un auteur sachant manier l’ellipse, penser son cadre et diriger ses comédiens.

Devant sa caméra, rien moins que la crème des interprètes ibériques contemporains : l’ubiquiste Antonio de la Torre, dont le rôle va au-delà du périmètre du flic bredouillant, et Roberto Álamo, justement distingué cette année d’un Goya pour sa prestation. Pour éprouver au mieux l’ambiance poisseuse du film, voire le vivre en parfaite osmose avec ses protagonistes, on conseille d’aller le visionner dans une salle dépourvue de climatisation. Mieux : on le recommande chaudement. Au cinéma (voir sur petit-bulletin.fr pour les horaires et salles)

Jeudi 10 août : s’intéresser à l’art contemporain

L'IAC ouvre ses espaces à deux artistes dont l'univers poétique et esthétique est aussi un univers fort énigmatique. La polonaise Maria Loboda propose un parcours entre architecture et archéologie imaginaires ; et la taïwanaise Charwei Tsai des vidéos, des aquarelles et des installations flirtant avec la pensée bouddhiste. Deux œuvres dont nous vous conseillons vivement la découverte.
À l'Institut d'Art Contemporain jusqu'au 13 août

Vendredi 11 août : une pinte au Hopstore

Tout juste ouverte pour les chaudes soirées de juin, la terrasse du Hopstore a été aussitôt prise d’assaut. Notamment à l’happy hour, pour une exploration en pintes (5€) d'un large choix de pressions voyageuses. Comme l'artisanale et alsacienne Orange Mécanique, ou la non moins dangereuse Taras Boulba, d'une brasserie de Molenbeek. Pour les affamés, du burger : 180g de Limousine, pain blanc de boulanger et garnitures baroques. Ou pour éponger plus simplement, une montagne de frites fraiches (7, 50€), à arroser d'une cagette de sauces exotiques (mayo Siracha, approuvée).
Hopstore 27 Rue de la Martinière, Lyon 1er
Tous les jours de midi à 1h

Samedi 12 août : Philou Louzolo

Le samedi soir au Sucre, avec la soirée Sono Mondiale, depuis un an maintenant on explore les dancefloors aux parfums du sud et de l’orient, on teste les métissages et les rythmes plus chaloupés, on laisse de côté la roborative techno. Ce soir, c’est Philou Louzolo qui s’empare des platines, leur collant une forte inclinaison africaine. Venu de Rotterdam, il parsème ses sets d’afrobeat, house et funk pour illuminer les esprits.
Au Sucre à 23h

Dimanche 13 août : Lumière !

Inventeurs hors du commun (ils ont cosigné à peu près 240 brevets !), Auguste et Louis Lumière ont non seulement mis au point le cinématographe, mais aussi l'autochrome couleur, le photorama, les prémices du cinéma en relief... L'exposition du Musée des Confluences retrace cette saga de l'image en mouvement, qui est aussi une saga collective, familiale, industrielle et lyonnaise. Une plongée réussie dans les premiers pas du septième art.
Au Musée des Confluences

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 10 octobre 2022 Le spectacle vivant est un des rares moment où l’on ne fait qu’une chose à la fois. Pour le public, du moins... Car Les Rois Vagabonds, eux, jonglent entre les disciplines durant plus d'une heure. Leur "Concerto pour deux clowns" est joué au Grand...
Mercredi 5 octobre 2022 Kashink détonne dans le paysage du street art depuis une quinzaine d’années. Sa pratique engagée se met au service d’un discours sur l’identité. À travers ses peintures de masques, elle nous raconte notre complexité, nous invite à l’embrasser avec...
Mercredi 5 octobre 2022 La hype de la cave-bondée-comedy-club a enfin gagné Lyon. La recette ? Un bar, un resto, ou n’importe quel lieu culturel, une cave mal éclairée (une pièce (...)
Lundi 5 septembre 2022 La librairie Michel Descours organise le dimanche 11 septembre un véritable petit festival littéraire avec des rencontres, des lectures, des signatures… (...)
Lundi 5 septembre 2022 Agir contre l’exclusion des personnes en grande précarité, c’est la raison d’être de l’association La Cloche. En mettant l’humain au centre de tout considération, elle déploie ses actions dans toute la France et notamment à Lyon.
Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mardi 30 août 2022 Cinq belles expositions à découvrir en galeries ce mois-ci, pour s’échauffer le regard avant (ou pendant) le grand événement artistique de la saison, la 16e Biennale d’art contemporain, qui débutera mercredi 14 septembre.
Lundi 5 septembre 2022 Impossible d’attaquer la saison 2022-23 sans regarder dans le rétroviseur de la saison précédente qui a permis de constater que les spectateurs ne sont pas tous revenus dans les salles et encore moins démultipliés face à l’offre exponentielle. De...
Vendredi 19 août 2022 Les élus et élues du 2e appel à candidature pour la direction du NTH8 sont connus. 14 candidats se sont manifestés à la date-butoir du 10 juin. Cinq d’entre eux seront auditionnés en octobre. Voici lesquels.
Mercredi 17 août 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Ville médiévale et antique, Vaison-la-Romaine vaut bien qu’on s’y arrête le temps d’un week-end. Son site archéologique n’est rien moins que le plus vaste de France.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !