Robin Campillo : « Les films sont beaucoup plus forts quand on s'y perd un peu »

120 battements par minute
De Robin Campillo (Fr, 2h20) avec Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel...

120 battements par minute / Auréolé du Grand Prix du Jury au Festival de Cannes, le scénariste et réalisateur de 120 battements par minute revient sur la genèse de ce film qui fouille dans sa mémoire de militant.

Comment évite-t-on de tomber dans le piège du didactisme ?
Robin Campillo : Ça fait longtemps que se pose pour moi le problème des scénarios qui prennent trop le spectateur par la main comme un enfant et qui expliquent absolument tout ce que vivent les personnages. La meilleure façon que j’aie trouvée, c’est de reprendre ce truc à Act Up Paris : il y avait un type qui fait l’accueil, qui expliquait très bien comment fonctionnait la prise de parole. Mais ensuite, quand on était dans le le groupe, on ne comprenait absolument plus rien à la manière dont fonctionnaient les gens : il y avait trop d’informations ! On s’apercevait que le sujet sida était éclaté en plein d’autre sujets, et on était perdus. J’ai donc voulu jeter le spectateur dans cette arène, comme dans une piscine pour qu’il apprenne à nager tout seul.

à lire aussi : À Cannes, il a eu le Grand Prix : "120 battements par minute" de Robin Campillo

Je voulais qu’il n’ait pas le temps de réagir à ce qui se produisait, aux discours ni aux actions, lui donner l’impression que les choses arrivaient sans qu’il ait le temps d’en prendre conscience. Les films sont beaucoup plus forts quand on s’y perd un peu, quand on ne sait pas ni où ni à quel moment on est. Et comme ce n’est pas un film sur Act Up Paris, c'était assez facile — même si c’est difficile à écrire.

Ce qu’on retient de l’histoire d’art Up Paris est donc un bénéfice collatéral de l’histoire ?
RC : Je ne le dirais pas ainsi. J’essaie de construire quelque chose, que les scènes en elles-mêmes aient leur foisonnement propre. Et que dans ce foisonnement, on fasse passer l’histoire d’Act Up Paris de façon parcellaire, sans essayer d’expliquer trop au spectateur de quoi il est question.

Il y a en tout cas un vaste mouvement du collectif au particulier…
RC : La question de l’intime est toujours en crise avec la question du collectif. J’adore l’expression film-fleuve : on a l’impression qu’on est balloté, que la fiction se construit très vite. Quand je parle de foisonnement de chaque scène, c'est ça : au fond, on est perturbé, parasité par l’histoire d’Act Up Paris. L’histoire de l’intime, de son rapport à la maladie, à la sexualité n’arrête pas de poindre dans le collectif. C’est dans ce ballottement aléatoire que va se créer une histoire d’amour hasardeuse, précaire. Ça se passait beaucoup à l’époque.

Cela a à voir avec l’urgence ?
RC : Oui. En réalité, on vit toutes les histoires un peu comme ça. Je n’ai pas de recul par rapport à ça parce que je les ai toujours vécues comme ça. Nathan et Sean créent quelque chose — mais sait-on jamais ce qu’on a créé dans un couple ? Là, c’est de l’urgence, du soin.
Act Up Paris arrive à un moment où les gens ont décidé d’interpréter l’épidémie, de ne plus en être les victimes. La notion de victime était horripilante pour eux : on était malade mais pas victime.

Vous faisiez partie d’Act Up Paris. À quel point vos souvenirs ont-ils irrigué ce film ?
RC : C’est quasiment un film proustien : je suis parti de mes souvenirs sans même aller vérifier les documents de l’époque pour voir si j’avais raison… ou pas. Certaines scènes partent d’un pur plaisir ou désir d’évocation : la distribution de capotes dans les lycées, la venue de représentants d’un labo lors d’une AG, le fait de rhabiller le corps d’un copain mort avec sa mère… Pour d’autres, je suis allé voir des documents.

À l’intérieur d’Act Up Paris, on se trompait sans doute sur des questions de traitements. On n’était pas sûr, on pouvait dire des bêtises. Mais j’ai gardé ce point de vue de militant de base ; je n’ai pas tenu à aller m’assurer des chiffres. Nous mêmes on trichait sur les chiffres : on trouvait que le nombre de séropo (et je le pense encore aujourd’hui) était sous-estimé. Cette incertitude, j’ai pas besoin de la valider. Elle est au bénéfice d’Act Up Paris. Ça en dit long sur la liberté de parole à l’intérieur du groupe, de montrer les crises qui le parcourent.

Un aspect demeure flou : la question du financement de l’association…
RC : On était très pauvres ! D’abord, il y avait une quête — je l’ai pas mise dans le film, je m’en suis voulu — et la vente de boissons pendant les réunions. Et la vente de t-shirts. Agnès B en avait fait, à une époque où on était assez infréquentables (ce qui est audacieux), ils ont rapporté beaucoup d’argent. Gaultier en a aussi fait ; après il y aura des t-shirts genre Louise Attaque. On était aussi financés par Apple, qui nous avait donné trois ou quatre ordinateurs.

Pierre Bergé a mis de l’argent vers 1995, et puis il y a eu cette brouille autour du Sidaction et ça a été plus compliqué. Plus tard, quand il y a eu les tri-thérapies, on a accepté de l’argent des laboratoires pour financer un document qui recensait tous les essais thérapeutiques qui avaient lieu en France. C’était un truc énorme : les gens savait où l’on traitait telle ou telle maladie opportuniste.

On avait très peu d’argent. Ce qu’on pouvait faire au mieux à l’époque, c’était des banderoles. La salle de réunion nous était offerte gracieusement par des gens qui considéraient que notre combat était important. Les capotes et les gels étaient fournis par Aides. Peut-être que maintenant ils feraient tout payer (rires).

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 18 juin 2019 Revenant de quelques infortunes artistiques, Jean Dujardin se prend une belle veste (au sens propre) taillée sur mesure par Quentin Dupieux en campant un monomaniaque du cuir suédé. Un conte étrange et intriguant totalement à sa place à la Quinzaine...
Mardi 30 octobre 2018 Pour compenser ses années de taule, un innocent commet des délits. Sans savoir qu’il est “couvert“ par une policière, veuve de celui qui l’avait incarcéré à tort, elle-même ignorant qu’un collègue amoureux la protège… Encore un adroit jeu...
Mardi 9 janvier 2018 Dans la queue de la comète des films de Cannes 2017 (avec In the Fade de Fatih Akin, la semaine prochaine), ce conte de Naomi Kawase est un objet (...)
Mardi 29 ao?t 2017 Le Grand Prix du Jury de Cannes n’en finit pas de faire débat… dans le bon sens du terme : il est l’occasion d’une nouvelle séance agrémentée de débat au (...)
Mardi 20 juin 2017 Grand Prix du Jury à Cannes — malgré Pedro Almodóvar qui, semble-t-il, aurait bien aimé le voir un cran plus haut dans le palmarès, soit lauré d’or — le (...)
Mercredi 7 juin 2017 Le Festival de Cannes à peine achevé, le Comœdia nous titille en distillant chaque soir pendant une semaine un florilège de la sélection officielle, toutes (...)
Mardi 23 mai 2017 Il a révélé en France Asghar Farhadi ou Joachim Trier, et accompagne désormais Nuri Bilge Ceylan ou Bruno Dumont. À Cannes cette année, le patron de Memento Films présente quatre films, dont 120 battements par minute de Robin Campillo, en lice pour...
Mardi 28 mars 2017 De l’enfance à l’âge adulte, le portrait chinois d’une femme jamais identique et cependant toujours la même, d’un traumatisme initial à un déchirement volontaire. Une œuvre d’amour, de vengeance et d’injustices servie par un quatuor de comédiennes...
Mardi 15 mars 2016 Léa Fehner tend le barnum de son deuxième long-métrage au-dessus du charivari d’une histoire familiale où les rires se mêlent aux larmes, les sentiments fardés aux passions absolues… Qu’importe, le spectacle continue !
Mardi 15 juillet 2014 Pour son premier long métrage, Thomas Cailley a trouvé la formule magique d’une comédie adolescente parfaite, dont l’humour est en prise directe avec la réalité d’aujourd’hui. Il dispose d’un atout de choc : Adèle Haenel, actrice géniale révélant...
Mardi 1 avril 2014 Évitant les clichés et s’aventurant vers le thriller, Robin Campillo raconte dans un film fort et troublant les rapports d’amour et de domination entre un quadra bourgeois et un immigré ukrainien sous la coupe d’une bande violente. Christophe...
Mercredi 11 décembre 2013 Peut-on faire un mélodrame sans verser dans l’hystérie lacrymale ? Katell Quillévéré répond par l’affirmative dans son deuxième film, qui préfère raconter le calvaire de son héroïne par ses creux, asséchant une narration qui pourtant, à plusieurs...
Vendredi 14 septembre 2012 Faux polar suivant la dérive existentielle d’un dealer juif qui tente de raccrocher pour s’exiler à Tel Aviv, le premier film d’Elie Wajeman opère un séduisant dosage entre l’urgence du récit et l’atmosphère de la mise en scène. Christophe Chabert
Lundi 11 octobre 2010 De Benoît Jacquot (Fr, 1h42) avec Isild Le Besco, Nahuel Perez Biscayart…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !