Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Pec, un grand enfant

TrubLyon

Collège Maurice Scève

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Portrait / Vous connaissez tous Pec : c’est le créateur des Birdy Kids. Ces oiseaux ronds et colorés,  vous n’avez pas pu passer à côté. Mais ces gentils volatiles ne sont que la face émergée de l’iceberg.

Souriant, grand, svelte, jean et tee-shirt gris chiné assorti à sa barbe et perles en bois au poignet. Il s’est cassé la main, il n’en parle pas tout de suite, mais finira par lâcher qu’il bout intérieurement à cause de ce chômage technique. Un artiste lyonnais a priori lambda. Si ce n’est cette précision de son collègue et ami d’enfance Cart’1 :

à lire aussi : Cart'1 : « Un art sans leader, spontané, protéiforme »

Il faut savoir que Pec est l’un des plus anciens graffeurs lyonnais. C’est la deuxième génération, mais c’est l’un des plus anciens aujourd’hui. Et c’est celui, personne ne dira le contraire, qui a le plus défoncé le périph’ à Lyon. Les gens le respectent pour ça. »

On ne sait pas trop pourquoi, on avait imaginé un mec aussi bariolé et insouciant que ses peintures. S’il y a une chose qui définit son œuvre, c’est bien la couleur. Un univers enfantin, rond, joyeux et coloré. « On venait de banlieue, d’un univers gris, et on avait juste envie de foutre de la couleur sur ces putains de murs gris » poursuit Cart’1.

Pas de revendication politique, chose que Pec revendique : « Je pars du principe que tu es suffisamment matraqué avec toutes les pubs, tous les slogans, tout ce que tu peux croiser sans t’en rendre compte et qui finalement pourrit ton quotidien visuel. Je mets une tâche de couleur, elle intervient sur la personne, ça lui donne le sourire, j’ai fait mon job » explique-t-il modestement, en assumant complètement ses influences : « J’ai toujours été ancré BD et tout ce qui est enfantin. J’aime bien, c’est lisse, c’est doux, c’est propre, il y a des courbes, c’est pas agressif, ça me correspond. Je peux regarder toute la journée des Walt Disney, ça ne me dérange pas. Je vais rigoler comme mes gamins. »

à lire aussi : Street Art en Colombie : couleurs, chaleur et revendications

Paradoxalement, l’un de ses premiers boulots était égoutier. Un univers dans lequel on a du mal à l’imaginer. « J’avais choisi ce métier parce qu’il me laissait le temps de faire ce que je voulais à côté. Au final, quand je sortais j’avais encore plus d’énergie pour mettre de la couleur partout. Ça a joué même si j’ai toujours aimé la couleur, c’est mon côté joyeux. Je suis quelqu’un de très positif, j’aime quand ça avance, j’aime pas regarder en arrière, donc forcément ça se traduit dans mes peintures. » C'était pas déprimant comme boulot ? « Si si. Mais quelque part ça m’a boosté sur mes créations. Surtout à l’époque ça me permettait de manger et d’acheter des bombes. »

L'embrouille Birdy Kids

Un homme de l’ombre au sens propre comme au figuré. Cet autodidacte chérit ses moments de solitude sur l’autoroute la nuit et n’a pas signé ses œuvres pendant longtemps. « Je n’ai jamais cherché à être quelqu’un de reconnu ou à gagner ma vie avec ça, je l'ai toujours fait pour le plaisir. Aujourd’hui, j’en vis. Au bout d’un moment tu as des commandes de toiles, de murs à faire et quand tu as un autre métier à côté, physiquement tu ne tiens plus. Il faut faire un choix délicat. J’étais déjà père de famille, c’était compliqué. J’ai quand même fait le saut et je ne le regrette pas. C’est pas tous les jours la fête, mais comment se plaindre ? Bon là, je me suis cassé la main… Mais c’est génial, je fais ce que j’aime, je mets de la couleur partout où j’ai envie d’en mettre ! »

Ils continuent pour le moment d’exploiter mes œuvres sans mon autorisation.

Birdy Kids : c’est sa carte de visite empoisonnée. Il crée la marque en 2010 avec deux associés, un sérigraphe et un commercial, avec l’idée de créer des tee-shirts, des stickers, développer du merchandising autour de ses personnages à plumes. Mais l’affaire prend une tournure qui ne lui plaît pas. « C’était devenu uniquement lucratif, ce qui n’est pas du tout mon leitmotiv. Vendre des œuvres en impression numérique à 300 euros, je trouve ça proprement scandaleux. Mettre des œuvres à Ikea, j’en parle même pas... Je me suis posé la question de me battre pour récupérer Birdy Kids et continuer sous ce nom là, ou leur laisser et partir suivre mon propre chemin comme je l’avais fait pendant des années. Très vite, je me suis rendu compte que ça ne valait pas le coup de se battre pour une marque qui ne me représentait pas. Ils continuent pour le moment d’exploiter mes œuvres sans mon autorisation. »

à lire aussi : Vous avez dit street art ?

Une légende urbaine...

Il ne peint plus d’oiseaux, sauf quand on lui demande, et s’éclate à recréer un univers, à peindre avec d’autres artistes (notamment Jakè), à voyager, participer à des festivals… Quand on le questionne sur ses inspirations, il repense à ses débuts « Quand j’ai commencé j’ai surtout été influencé par les Suisses. Ils arrivaient à sortir des trucs microscopiques, avec beaucoup de détails et des traits hyper fins. Sachant qu’une bombe ça fait 2cm, 2cm et demi, ils sortaient des traits de 2mm ! J’étais choqué. Du coup je me suis mis à faire plein de personnages à la Star Wars, Alien, bon ça ressemblait un peu à rien. J’ai toujours préféré les personnages... et j’étais dans un collectif où tout le monde faisait des lettrages. Puis s’est posée la question de peindre en grand et en illégal : faire des trucs tout petits dans le noir c’est compliqué, et quand tes potes balancent des trucs énormes et toi des trucs minuscules qui passent inaperçus, tu changes de technique. J’en suis venu à faire des grosses couleurs à plat, des traits plus épais, à changer complètement la forme de mes personnages. »

Des modèles, des idoles, il n’en cite pas. Préfèrant se focaliser sur la personne que sur l’œuvre, avec une éthique qu’on aimerait rencontrer plus souvent : « parce qu’ils peuvent faire des trucs super, si c’est des connards ça ne m’intéresse pas.

Pec est l’objet d’une légende urbaine, selon laquelle il aurait reçu une autorisation écrite de la Ville de Lyon pour peindre sur le périph’. Cart’1 nous raconte l’histoire du coup de fil du Grand Lyon sur son portable (« - on aime bien ce que vous faites » ; « - où est-ce qu’ils ont trouvé mon numéro ? »). Pec démonte tout : « Mais bien sûr ! C’est une fable. Je n’ai absolument pas d’autorisation. J’ai la chance qu’ils n’effacent pas mes œuvres, mais je n’ai rien demandé. Un jour, j’ai été contacté par la SNCF et j’ai travaillé pour eux parce qu’ils aimaient bien ce que j’avais fait en vandale sur leur réseau ! La Ville de Lyon, c’est le même retour. Mais sur le périph’ je me fais arrêter comme les autres et je prends les mêmes amendes que les autres. C’est un système complètement fou. En même temps, je fais quelque chose d’illégal donc s’il y a des sanctions, c’est normal. Quand tu fais du graffiti, tu sais ce que tu risques. Je n’ai pas d’autorisation. Je n’ai pas de papier. Si même Cart’1 le croit, ça va être compliqué (rires) ! »

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 25 avril 2022 Toujours curieux et singulier, le festival Superspectives accueille cette année quelques grands noms de la musique contemporaine et expérimentale : Gavin Bryars, Alvin Curran, Charlemagne Palestine…
Mercredi 20 octobre 2021 Créée en 2018 à Paris pour la Cité des Sciences et de l’Industrie, l’exposition Effets spéciaux, crevez l'écran ! trouve avec le Pôle Pixel, centre névralgique régional des industries culturelles, multimédiatiques et créatives, le...
Jeudi 23 septembre 2021 Le réseau des galeries lyonnaises continue de s’étendre avec la réouverture d’Outsiders, qui convie Onemizer pour une exposition solo. Après une année semée d’empêchements et d’incertitudes, la troisième galerie du nom est pressée de mettre en...
Lundi 28 septembre 2020 Cinq rendez-vous chorégraphiques à ne pas rater ces prochains mois… De la rétrospective concoctée en images de et par Jérôme Bel au spectacle limite de Sciarroni, en passant par les fantasmagories de Peeping Tom.
Mercredi 9 septembre 2020 Ismaël Adam Drissi-Bakhkhat s'était fait connaître par ses huîtres, prisées d'Alain Ducasse : revenu à Lyon, il ouvre avec sa femme Douchka une poissonnerie / restaurant sur le quai Augagneur. Belle trouvaille. 
Mardi 30 juin 2020 À peine embarqué dans sa deuxième édition que paf !, le coronavirus oblige le festival de musique contemporaine Superspectives à revoir ses plans et son programme, sous la forme, du 27 juin au 11 juillet, d'un non festival qui ressemble quand même...
Jeudi 12 mars 2020 Les annulations et reports s'accumulent dans presque toutes les structures de la métropole, impactant durement tout un écosystème déjà fragile. Voici ce qui nous a été communiqué. Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure. (dernière mise à...
Vendredi 28 février 2020 En mini-tournée quelques mois après la sortie de son dernier EP, quatrième volet de la collection folk "Hear my Voice" édité par son label, Piers Faccini passe une fois encore par le Temple Lanterne pour un concert acoustique. L'occasion pour lui de...
Mardi 18 février 2020 Peinture Fraîche a dévoilé sa programmation et son ambition de métamorphoser la Halle Debourg sous l’impulsion des nouvelles technologies. Un parti pris qui installe Lyon à l’avant-garde du street art.
Mardi 8 octobre 2019 En marge de Suuns, le Canadien Ben Shemie continue d'explorer les possibilités de l'esprit humain et de la pop expérimentale en les accouplant à une forme de chronologie du hasard dictée par les machines.
Mardi 2 octobre 2018 De retour dans les bacs avec le bien nommé et acclamé We the people of the soil, alternance de blues rock qui tache garanti sans OGM et sans basse et de (...)
Mardi 19 juin 2018 Vieilles gloires, valeurs sûres, piliers de festoches, jeunes pousses, smoothies de genres, et autres étrangetés à découvrir, le festival lacustre baigne l'été musical d'un éclectisme qui attire les foules comme les amateurs éclairés, jusqu'à les...
Lundi 30 avril 2018 Considéré comme l'un des grands rénovateurs du jazz, Kamasi Washington, saxophoniste proche du milieu hip-hop et grand transcendeur de styles, est cette année l'invité d'un concert spécial qui ouvre pour la première fois ses portes à cette...
Mercredi 21 mars 2018 La Caravane des Cinémas d’Afrique du Ciné-Mourguet marque sa 15e étape à Sainte-Foy-lès-Lyon. Dans ses bagages, 40 films, 20 invités, 30 cinémas partenaires, un défilé de mode et un concert. Rencontre avec son président, François Rocher.
Mardi 9 janvier 2018 L’exposition Watching You au Musée d’Art Religieux de Fourvière invite le street art dans une ancienne chapelle du monument religieux le plus important de Lyon. Rencontre au sommet.
Mardi 19 décembre 2017 À égalité de points avec un plat de légumes verts, le clown fait partie des plus grandes peurs de l'enfance. Une frousse infantile et tenace qui poursuit (...)
Mardi 7 novembre 2017 Premier nom annoncé par le festival Musilac, et ça claque : Depeche Mode sera sur l'esplanade du lac le jeudi 12 juillet 2018 ! Ce sera dans le cadre de (...)
Mardi 7 novembre 2017 Avec deux créations parmi six spectacles, la 4e édition du festival Micro Mondes promet une nouvelle fois de laisser le théâtre infuser par tous les pores du spectateur. Les arts immersifs se dévoilent du 14 au 25 novembre.
Mardi 29 ao?t 2017 L’art visuel se résume-t-il aux œuvres exposées dans les galeries et les musées ? L’art de rue n’est-il que vandalisme ? La réponse est non. Prenant ses marques au milieu du siècle dernier, le street art est devenu progressivement un art à part...
Mardi 23 mai 2017 Artiste associé au Ballet de l'Opéra, le chorégraphe tchèque Jiří Kylián (né en 1947) est à l'affiche du prochain spectacle de la compagnie lyonnaise (présenté du 26 (...)
Mardi 14 mars 2017 Raccommodeur secret de bitume, Ememem est un adepte du "flacking". Cette technique remplit nos trottoirs tristes de carrelages multiformes, aux couleurs qui détonnent du triste gris du béton.
Mardi 28 février 2017 De la guitare à l'élevage de volailles, une même éthique indépendante et une même volonté de combler les sens : The Inspector Cluzo, rockeurs et fermiers, font une halte au Ninkasi.
Mardi 28 février 2017 Que se passe-t-il lorsqu’un lycéen décide de ne rendre plus que des copies blanches à ses professeurs ? Avec Le Pas de Bême, le metteur en scène Adrien Béal livre une création surprenante dans la forme comme dans le fond, qui parie sur...
Mardi 24 janvier 2017 Trois plans pour vos nuits blanches.
Mardi 24 janvier 2017 Big Ben rend hommage à l'auteur de Rebel Rebel disparu il y a un an, avec une œuvre intense à dénicher au cœur des pentes de la Croix-Rousse.
Mercredi 11 janvier 2017 Alex Lutz étant tombé malade, le spectacle prévu ce jeudi 12 janvier au Radiant-Bellevue est reporté au vendredi 19 mai 2017 à 20h30. Encore quelques mois à (...)
Mardi 10 janvier 2017 Ça bouge du côté des salles de l'agglomération : le CCO s'apprête à déménager tout en insufflant de la créativité à un projet d'envergure, le Razzle repousse son ouverture et le 6e Continent cherche des solutions pour éviter la tourmente.
Mardi 22 novembre 2016 La première partie de l’indispensable œuvre de Costa-Gavras est à redécouvrir en DVD. Et l’homme, prodigieux d’humanité comme d’humilité, à rencontrer.
Vendredi 16 septembre 2016 « Gloire à l'art de rue, jusqu'au bout art de rue » : c'est par ces premiers mots en 2001 que la Fonky Family rendait hommage aux activistes de l'art (...)
Mardi 14 juin 2016 Une partie du personnel du Théâtre Nouvelle Génération et de la compagnie Non nova est en grève et participe à la mobilisation liée à la loi Travail et à (...)
Mercredi 4 mai 2016 En guise de concert spécial, après le coup de mou Nan Goldin-ien de l'an dernier, Nuits Sonores dégaine rien moins que l'arme atomique sans se départir de son goût du concept : Mogwai venant y jouer son dernier album, Atomic.
Mardi 9 février 2016 Ils n’ont pas 30 ans mais déjà le regard acéré sur ce que furent leurs parents et ce que devient leur génération. Le collectif In Vitro mené par Julie (...)
Mardi 5 janvier 2016 Après une année cinématographique 2015 marquée par une fréquentation en berne —plombée surtout par un second semestre catastrophique du fait de l’absence de films qualitatifs porteurs —, quel sera le visage de 2016 ? Outre quelques valeurs sûres,...
Mardi 17 novembre 2015 Bien que Balzac soit son auteur tutélaire, c’est plutôt Blaise Pascal que Jacques Rivette évoquerait, par sa propension à faire long comme «s'il n'avait pas le (...)
Mardi 10 novembre 2015 24e opus de la franchise officielle, "007 Spectre" n’a rien d’une fantomatique copie. À la réalisation comme pour "Skyfall", Sam Mendes poursuit son entreprise subtile de ravalement du mythe, consistant à jouer la continuité tout en reprenant le...
Mardi 9 juin 2015 Fidèles, les Subsistances convient pour leurs Livraisons d'été les Chiens de Navarre avec leur dernière turbulence en date, le très mordant quoique surévalué "Les Armoires normandes". Critique. Nadja Pobel
Mardi 7 avril 2015 5 RDV nocturnes à ne pas manquer d'ici le 22 avril : Audio Werner au DV1, DJ Deep à la Plateforme, la 45 Live Party du Kafé, la Dial Label Night du Sucre et Soundstream au Kao. Benjamin Mialot
Jeudi 26 mars 2015 Voilà la programmation de Nuits Sonores 2015 définitivement bouclée, avec l'annonce de la venue, en "concert spécial",  du Soundwalk Collective (...)
Mardi 8 avril 2014 Couronné roi du nu-disco septentrional sur la foi de singles à l'humeur badine contagieuse, le Norvégien Todd Terje déjoue les attentes avec un album de musique de salon ultra-sophistiqué. Sacré bonhomme. Benjamin Mialot
Mardi 11 mars 2014 Invader a ses envahisseurs pixelisés, héritiers de faïence de ceux que massacra toute une génération d'early gamers au début des années 80. Thomas Vuille a M. (...)
Mardi 18 février 2014 De Montréal, la semaine passée avec l'apocalyptique orchestre du Mont Zion, à Of Montreal cette semaine, il y a bien plus d'un pas. Un monde pour ainsi (...)
Vendredi 17 janvier 2014 Vieilli, usé, fatigué, Depeche Mode ? Sûrement pas : entre recettes maison, perpétuelles innovations sonores et production fureteuse et grandiose, les trois Anglais donnent avec "Delta Machine" un aperçu détonnant de leurs obsessions blues. Le blues...
Jeudi 2 janvier 2014 A force de la pratiquer, on le sait, la programmation musicale n’est régie par rien d’autre que les antiques lois de l’éternel retour. Nouvelle année, nouveau printemps, perpétuel recommencement. Stéphane Duchêne.
Mercredi 4 décembre 2013 Alors que la peinture (classique), la photographie (dès ses origines) et le cinéma (récemment) tentent par tous les moyens de donner l'illusion de la 3D sur (...)
Mercredi 18 septembre 2013 Le critique de cinéma Serge Daney cherchait des images qui ne seraient pas à vendre («pas un plan qui pourrait vendre quelque chose»). L'artiste belge (...)
Vendredi 3 mai 2013 Déformés, noyés dans un brouillard de lignes, les personnages de Nicolas Le Borgne, a.k.a. Odö, échappent à l'iris. Mais peu à peu l'univers sarcastique de l'artiste apparaît, dans lequel pin-up cadavériques, Mickey dégoulinant et autres figures de...
Jeudi 2 mai 2013 Qui, du nihilisme de son auteur ou de son ressentiment vis-à-vis d’une industrie hollywoodienne n'ayant cessé de le rudoyer, a entraîné le cinéma de Sam Peckinpah sur une pente d’amertume qui fait aujourd’hui encore toute sa modernité ? Réponse...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter