Côté salles : à l'Est, rien de nouveau

Direction Artistique / À Charlie Chaplin comme au Toboggan, voici venir deux directeurs pas si nouveaux : Mourad Merzouki et Victor Bosch, déjà à la tête d’autres salles. Cette concentration des pouvoirs menace-t-elle la diversité de l’offre ?

Poussée vers la sortie avec force par la mairie de Décines, Sandrine Mini, qui a eu à cœur de défendre au Toboggan une programmation exigeante, a pris du galon : elle fait sa rentrée à la tête de la scène nationale de Sète. Fin de la belle histoire. Denis Djorkaeff, l’adjoint à la Culture, a fait appel à « une référence, à même de faire une programmation dans un temps record » comme il nous le confiait en mars dernier, en même temps qu’il annonçait la venue de Victor Bosch.

à lire aussi : Où sont les jeunes compagnies ?

Depuis, le directeur du Radiant à Caluire a vu sa mission se préciser. Il est officiellement directeur artistique et programmateur du Toboggan pour une durée de trois ans. Soucieux « de ne rien casser de ce qui a été précédemment fait », il garde sa recette éclectique, tentant de répondre aux besoins de sa nouvelle tutelle de faire un théâtre de proximité avec un taux de remplissage de 80% et apport de Décinois (ou originaires du grand est lyonnais) de 50%, d’ici à deux ans, pour que les habitants trouvent chez eux ce qui les interessaient peut-être ailleurs. En l'occurrence au Radiant, serait-on tenté de dire : car au petit jeu des comparaisons, onze spectacles programmés à Caluire cette saison se retrouvent à Décines, soit un quart de la programmation.

De quoi s’inquiéter sérieusement quant à la pluralité de l’offre : on verra pour des tarifs quasi similaires et à quelques jours d’intervalle L’Être ou pas avec Pierre Arditi, À gauche, à droite avec le duo Huster/Laspalès, ou les one-man d’Alex Vizorek, Pierre-Emmanuel Barré et Vincent Dedienne. Les Décinois vont devoir débourser plus qu’auparavant (jusqu’à 40€). Sans douter du discours de Victor Bosch défendant toutes les cultures et le droit à l’accès au divertissement où que l’on vive (au Radiant, s’enchaînent un spectacle colombien de Sens Interdits et la folk de Fink), il acte ce que la mairie a voulu : supprimer cette année au moins la danse contemporaine, pour laquelle cette scène était conventionnée par la DRAC. Cette dernière n’a pas encore rendu son verdict concernant les 85 000€ versés annuellement jusque-là...

à lire aussi : Du théâtre pour panser

Deux pour cinq

Mais il y aura au moins du hip hop au Toboggan, via le festival Karavel, comme au Radiant, comme logiquement à Pôle Pik, à l’Espace Albert Camus de Bron et même au centre Charlie Chaplin. Le festival créé par Mourad Merzouki essaime sur toute la métropole et lui-même, directeur du CCN de Créteil jusqu’en juin 2019, en charge de trois créations en 2018 dont une encore en pourparlers avec les Nuits de Fourvière et une autre à la prochaine Biennale de la Danse, signe sa première programmation pleine à l'Espace Albert Camus, après qu’ait été opéré en 2016 le rapprochement de cette salle avec Pôle Pik en un Pôle en scènes.

Cette mutualisation aboutit à une programmation plus axée sur la danse et le cirque à Bron (Jamie Adkins, Petit travers, Yan Raballand…), le théâtre étant souvent à destination des enfants. Mais en mai, faisant preuve d’imagination, c’est la mairie de Vaulx-en-Velin qui l’a appelé pour fabriquer la saison du Centre Charlie Chaplin après plusieurs mois de problèmes internes. Il prend temporairement la suite d’Élisabeth Vercherat.

Lui ne fait aucun décalque de ce qui est déjà à l’affiche d’Albert Camus. Il va programmer le concert de Mouss et Hakim, anciens de Zebda, qu’il ne pouvait accueillir faute d’avoir une salle “debout”. Une vingtaine d’autres spectacles seront à l’affiche, alternant les disciplines avec les délicats circassiens de Lapsus, la danseuse Blanca Li absente depuis plusieurs années de l’agglomération et l’épatant Bounce ! de la compagnie Arcosm, qui avait été subrepticement déprogrammé au Toboggan justement au printemps par Denis Djorkaeff… Si l’on veut bien admettre que la dichotomie mauvais théâtre privé / bon théâtre public est infiniment caricaturale, il n’en demeure pas moins que dans toutes les salles évoquées, le théâtre public est quasi absent, laissant place ici à Éric Métayer et Alex Michalik. Pour, au moins ici, un prix modique.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 25 septembre 2020 La rentrée des salles se poursuit sur tous les écrans de la Métropole. Au tour des Alizés de Bron de proposer une soirée spéciale à destination de ses adhérents, avec (...)
Vendredi 10 juillet 2020 Sans aucune visibilité quant à leur conditions d'ouverture pour la rentrée, les diffuseurs de musiques actuelles, pour la plupart désœuvrés, oscillent entre optimisme mesuré, méthode coué et pessimisme radical, y compris à long terme. Un tableau...
Mardi 17 décembre 2019 Arrivé en fin de contrat, le metteur en scène Thierry Bordereau quitte la direction du théâtre de Bourgoin-Jallieu, qui pour sa saison de transition 2020-21 verra, en partie, sa programmation assurée par l'omniprésent Victor Bosch.
Mardi 20 novembre 2018 Porté par le souffle de son nouvel album Il Francese, le fier amant de la terre arverne Jean-Louis Murat marque une étape dans une salle dont le nom fait (...)
Mardi 9 octobre 2018 Trois créations en quatre mois (Nuits de Fourvière, Montpellier Danse et Biennale de la Danse) : Mourad Merzouki est inépuisable et c'est d'ailleurs (...)
Lundi 10 septembre 2018 Festival international reconnu, la Biennale de la Danse s’inscrit aussi dans un dispositif lyonnais voué à la danse contemporaine en pleine ébullition. Retour sur ce contexte stimulant, et sur les grands axes de l’édition 2018.
Mardi 29 mai 2018 Spectacle idéal pour ouvrir les Nuits de Fourvière sur le grand plateau, Folia combine le savoir-faire de Mourad Merzouki à la musique baroque des Concerts de l'Hostel-Dieu. Visite en coulisses.
Mardi 17 avril 2018 C'est lundi prochain, le 23 avril, que seront choisis les quatre dossiers (maximum) retenus pour la reprise de la Salle Rameau suite à l'appel à candidatures, le projet gagnant sera lui dévoilé à l'automne prochain à l'issue d'un second tour. Point...
Mardi 23 janvier 2018 À l'instar d'une pièce moliérisée, Le Porteur d'histoire, qu'il présente bientôt dans le Théâtre Comédie Odéon qu'il dirige depuis un an, Julien Poncet, encarté nulle part, milite pourtant continuellement. Son credo ? N'exclure personne du champ de...
Mardi 14 novembre 2017 Bientôt quadragénaire, le doyen des festivals de l’agglomération lyonnaise n’a rien d’un autarcique : depuis des années, il propose des séances délocalisées dans des (...)
Mercredi 3 mai 2017 Toutes les occasions sont bonnes, et toutes les marques sur le calendrier avec, pour fêter les grands emblèmes du patrimoine lyonnais. Ne le sachant que (...)
Mardi 4 avril 2017 Reconduit à la tête du Radiant pour cinq nouvelles années, dépêché par la mairie de Décines pour assurer la programmation du Toboggan après le limogeage de Sandrine Mini, Victor Bosch a longuement pris le temps de nous raconter ses missions. Avec...
Mardi 4 avril 2017 À l'occasion de la Biennale du design, le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne jette un regard croisé sur les liens entre design et cinéma... Une exposition restreinte à peu de salles mais digne d'intérêt.
Mardi 28 mars 2017 Arrivée de Victor Bosch, déprogrammation de certains spectacles de fin de saison... la ville de Décines n'en finit pas de secouer le Toboggan après avoir déjà fait le vide dans la masse salariale et s'être séparée de sa directrice, Sandrine Mini. Le...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !