Paire de pères et pères aperts : "Ôtez-moi d'un doute" de Carine Tardieu

Ôtez-moi d'un doute
De Carine Tardieu (Fr, 1h40) avec François Damiens, Cécile de France...

Le Film de la Semaine / Un démineur breton se trouve confronté à de multiples “bombes” intimes, susceptibles de dynamiter (ou ressouder) sa famille déjà bien fragmentée. Autour de François Damiens, Carine Tardieu convoque une parentèle soufflante. Quinzaine des Réalisateurs 2017.

Démineur de métier, Erwan a fort à faire dans sa vie privée : il vient d’apprendre que son père l’a adopté et que sa fille (qu’il a élevée seul) est enceinte. Alors qu’il enquête en cachette sur Joseph, son père biologique, Erwan rencontre Anna dont il s’éprend. Las ! C’est la fille de Joseph.

à lire aussi : Carine Tardieu : « Pleurer ou rire, c’est une manière d’être vivante »

Carine Tardieu a de la suite familiale dans les idées. Depuis ses débuts avec La Tête de Maman (2007) et Du vent dans mes mollets (2012), elle s’intéresse à cette sacro-sainte famille. Un microcosme à part, connu de chacun et cependant toujours singulier, ayant surtout la particularité d’être facilement chamboulé. Tant mieux pour qui veut raconter des histoires.

Plateau de fruits de père(s)

Pour Ôtez-moi d’un doute, la cinéaste conserve son approche favorite consistant à observer une petite tribu de l’intérieur et à hauteur d’enfant. L’enfant a ici quelque peu grandi, puisqu’il s’agit d’un — gigantesque — adulte, en situation de devenir grand-père de surcroît. Mais le scénario le replace justement dans la position d’un rejeton dans l’attente d’une reconnaissance émanant de la génération supérieure. Tant qu’Erwan n’aura pas résolu la question de ses origines, il se montrera incapable d’apaiser sa situation sentimentale ou d’effectuer la transmission avec sa propre descendance.

à lire aussi : Hubert Charuel : « Une manière de dire au revoir à la ferme familiale »

Difficile de trancher entre la comédie sentimentale ou dramatique : trame du film, l’émotion n’est heureusement pas surexploitée à des fins crapuleuses, et généreusement tempérée par le recours au burlesque. Carine Tardieu a su pour cela s’appuyer sur des comédiens à la polyvalence reconnue — exception faite du jeune Esteban, que sa diction erratique et sa trogne semblant sortie des BD de Franquin abonnent aux seconds rôles comiques. Deux belles figures de paternels illuminent de leur bienveillance, de leur tendresse et de leurs rides l’écran : Guy Marchand et André Wilms. Deux acteurs qui s’effacent derrière leur personnage et rehaussent le film de leur métier. Deux acteurs hélas trop rares, également. Sans l’ombre d’un doute.

Ôtez-moi d’un doute de Carine Tardieu (Fr, 1h40) avec François Damiens, Cécile de France, André Wilms…

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 ao?t 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !