La rentrée musique : 13 concerts à ne pas manquer

Beth Ditto

Transbordeur

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Beth Ditto

Affranchie de The Gossip, c'est assez naturellement que Beth Ditto s'est retournée, avec son premier album solo, Fake Sugar, vers ses racines, du fin fond de l'Arkansas. Un mal (la douleur de la séparation d'un groupe vieux de 17 ans) pour un bien puisque la chanteuse y gagne en nuances et en diversité. Moins punk, plus pop, n'hésitant pas à fricoter avec la musique de son enfance : la country et toutes ces sortes de choses, rappelant parfois, dans une proximité de timbre sudiste une Dolly Parton sévèrement azimutée – si tant est que ce ne soit pas un pléonasme – électrifiée et parfois dansante. Pas sûr qu'une partie des fans hardcore habitués au désordre punk-glam-discoïdes des concerts de The Gossip, apprécient. Les inconditionnels un peu plus ouverts y verront une belle, et parfois émouvante, surprise.

� lire aussi : Rois de l'Underground

Au Transbordeur le mercredi 4 octobre


Cannibale

Difficile de qualifier la musique de Cannibale, découverte cette année grâce à l'indispensable label Born Bad Records. Dans le doute, le groupe s'auto-attribue les qualificatifs d'exotica-pop-psyché, ce que, dans le doute encore, on ne saurait lui nier. Toujours, est-il que ce mélange de cumbia, d'afrobeat, de rock 50's ou de garage réunionnais et de pas mal d'autres choses (n'en jetez plus, le tout étant ici bien supérieur à la somme des parties) est tout simplement décoiffant et constitue sans doute l'une des choses les plus étranges et addictives parue ces derniers temps dans l'Hexagone. Que ce soit sur l'incroyable No Mercy For Love, enregistré depuis, au sens propre, un trou normand que sur scène où la transe est au programme, pour ne pas dire obligatoire.

� lire aussi : Christophe Moulin : « Le brassage, c'est aussi mixer food, bières et musiques »

Au Marché Gare le vendredi 6 octobre


Timber Timbre

De disque en disque, Timber Timbre s'impose comme un des groupes les plus fascinants du continent (nord) américain, tout en opérant quasi systématiquement une révolution décennale : après le folk 50's sur Timber Timbre, le doo-wop 60's sur Creep On Creepin' On (torsion du célèbre titre de Len Chandler Keep On, Keeping On, cité dans un discours de Martin Luther King), l'expérience 70's sur Hot Dreams, le superbe Sincerely, Future Pollution et ses textures synthétiques plonge au cœur d'ambiances cinématographiques (le revival 80's de certaines BO de films) et plus particulièrement dans les tréfonds lynchiens, auxquels la profondeur du "timbre" de crooner du chanteur-leader Taylor Kirk, descendant mutant de Roy Orbison et de Nick Cave, donne une résonance aussi glaçante que vaporeuse. L'expérience live sera envoûtante ou ne sera pas.

À l'Épicerie Moderne le samedi 7 octobre

� lire aussi : Peuple qui roule n'amasse pas mousse


Justice

Depuis dix ans, Justice a poursuivi son chemin de croix (grosse la croix, en béton, en néon, en tout ce que vous voulez, mais immuable autant que transportable), promené ses blousons douteux et son emballage FM dans tous les charts de la planète avec sa formule dansante dont bizarrement personne ne semble se lasser. Peut-être parce que le duo parvient toujours à accrocher de nouvelles guirlandes à son totem cruciforme (un peu de disco ici, là du r'n'b), donnant ainsi l'impression de changer l'eau en vin, alors que le son Justice demeure obstinément rétro-futuriste. Au point qu'on se demande s'il avance vraiment. Pas grave, il y a toujours autant de monde pour les suivre.

À La Halle Tony Garnier le lundi 9 octobre


Daniel Romano

L'Ontarien revenu du punk et passé par la country était venu l'an dernier avec son redoutable groupe conquérir le Sonic dans une chaleur insoutenable avec force moustaches et chapeaux de cow-boy, distillant un répertoire long comme le bras, à la sortie d'un album, Mosey, qui convoquait les figures de Lee Hazlewood et de Randy Newman. Cette année, un disque de plus au compteur, le dylanien en diable (mais période Rolling Thunder Revue) Modern Pressure, ce caméléon de l'Americana vient remettre le couvert sur le rafiot du quai des Étroits. Ceux qui étaient là l'an dernier reviendront. Il conviendra pour les autres de ne pas rater ça.

Au Sonic le samedi 14 octobre


Godspeed You ! Black Emperor

Entre deux larsens, c'est un riff de western apocalyptique qui émerge du chaos pour libérer une mélodie aux accents paradoxalement orientaux (le balancement est-ouest étant une quasi constante de GY!BE). Ainsi débute Anthem for No State Part.III, deuxième extrait de Luciferian Towers, successeur d'Asunder, Sweet and Other Distress, qu'annonçait avant lui le titre Undoing Luciferian Towers, plage dronique grinçante et malaisante, qui ouvrira un album quatre titres, dont deux divisés en trois mouvements. Un premier extrait qui ouvre l'album, un deuxième qui le clôt, c'est presque assez pour se faire une idée du nouveau GY!BE et de la créature scénique qu'il engendrera en live. Avec Godspeed, la surprise est rarement au rendez-vous mais le choc toujours.

Au Toboggan le vendredi 20 octobre


Micah P. Hinson

C'est sans doute l'une des figures les plus étranges du folk américain. Ce qu'on appelle un original dans tous les sens du terme. Déjà parce qu'on se demande quelle musique Micah fait réellement sans que jamais cela n'empêche de se prosterner devant ses disques, noirs comme la bile, que viennent embaumer une déchirante voix de crooner à la vie multi-accidentée. C'est le cas sur Presents the Holy Strangers, qu'il qualifie d'opéra folk moderne et qui retourne le cœur ("You're just a girl of my dreams, But it seems that my dreams never come true", chante-t-il sur l'embardée cashienne Lover's Lane) aussi sûrement qu'un burger sur un vieux barbecue d'Abilene (Texas), là même où cette étrangeté nommée Micah a grandi.

Au Groom le samedi 21 octobre


Ride

Jurant ses grands dieux qu'on ne l'y prendrait pas, ce que semblaient confirmer la fin plus que houleuse de leur première carrière, Andy Bell et Mark Gardener, hydre à deux têtes de Ride, ont fini par succomber aux sirènes de la reformation. Et revoilà Ride en selle depuis 2015, pour une reprise des concerts mais pas que. Car la figure de proue du mouvement shoegaze – courant musical mais aussi esthétique de la dépersonnalisation du musicien – et du label Creation d'avant Oasis a également commis un nouvel album, honnête (le single Cali) mais dépourvu de la grâce qui habitait leurs premiers assauts soniques (Nowhere, Going Blank Again). On les retrouvera néanmoins avec bonheur sur scène, comme tous les types de cette époque, le début des 90's, pour lesquelles on a une sympathie pas tout à fait objective.

Au Transbordeur le mardi 31 octobre


Boss Hog

17 ans qu'on n'avait pas eu de réelles nouvelles du duo matrimonial et néanmoins über-sexy Boss Hog, ci-devant Jon Spencer et madame, surtout madame, Cristina Martinez, véritable âme du groupe, qui provoqua en son temps quelques émois musicaux (le titre Itchy & Scratchy) et pas que (on garde un souvenir ému du clip d'I Dig You, de quelques pochettes hotissimes et de l'incapacité notoire de Cristina à garder ses vêtements sur scène). Après Whiteout en 2000, le couple revient avec Brood X et repart en tournée au volant de son punk-blues chaudard et chaloupé. Prouvant au passage qu'il n'a rien perdu de son pouvoir d'envoûtement. Connaissant les appétences scéniques de Spencer et Martinez, ce n'est pas un limitateur de son qu'il faudra à l'Épicerie Moderne mais un thermomètre pour mesurer la chaleur ambiante. Ou une distribution de bromure.

À l'Épicerie Moderne le lundi 6 novembre


Future Islands

C'est comme une balle que Future Islands était soudain arrivé lancé à nos oreilles avec ce qui constituait déjà leur quatrième album Singles, et sa formule bizarre : nappe de synthés, basses aquatiques, rythmiques dansantes mais le tout emballé dans une atmosphère aussi mélancolique que rageuse. Un succès qui devait aussi beaucoup à la personnalité d'un chanteur ressemblant à peu près à rien, au non look absolu, mais s'adonnant sur scène (sur disque, on ne peut pas voir) aux plus improbables des chorégraphies tout martyrisant ses paroles par des effets de gorge et des trémolos venus de là où se nichent les douleurs. L'effet était saisissant et totalement addictif. Au vu de la teneur de leur petit dernier, The Far Field, où la formule est jalousement conservée sans jamais s'éventer, nul doute que la magie risque d'opérer à nouveau sur une scène de l'Épicerie qui semble les avoir adoptés.

À l'Épicerie Moderne le vendredi 17 novembre


The Residents

C'est avec un spectacle inédit, rôdé au Club Blue Note de Tokyo au printemps dernier que les Residents se présentent, tous masques dehors forcément. Son titre ? In Between Dreams qui met en scène une sorte de panorama de tout ce qui, dans la discographie de l'énigmatique et anonyme groupe californien se rapporte à un thème récurrent de la geste résidente : la notion de rêve. Avec des titres tirés, pour les connaisseurs, de Jelly Jack, The Boneless Boy, Picnic on the Jungle, The Monkey Man, du récent The Ghost of Hope ainsi que des morceaux inédits. Le tout entrecoupé de vidéos de célébrités racontant les leurs (John Wayne rêvant d'être une ballerine, Mère Teresa cauchemardant un déraillement de trains). Quant on connaît un tant soit peu les Residents, il est facile d'imaginer un moment hallucinatoire.

Aux Abattoirs le samedi 25 novembre


Alice Cooper

À l'heure où sort un remake ciné de la terrifiante mini-série Ça est revenu, dont on pressent qu'en 2017 il ne devrait pas faire peur à grand monde, on peut également se demande – réponse immédiate dans la question – si Alice Cooper effraie encore qui que ce soit avec ses simagrées gore, son maquillage qui coule et son rock grand-guignol passé par tant de styles qu'une chauve-souris n'y reconnaîtrait pas ses petits. Pas grave, la venue de Vincent Furnier, homme des plus charmants à la ville, déplace toujours les foules et l'on assiste à ses concerts comme on visite un cabinet de curiosités ou une maison hantée de fête foraine. Sans trop y croire, en connaissant tous les trucs, mais en ne boudant pas son plaisir.

À la Salle 3000 le vendredi 1er décembre


London Grammar

« Truth is a beautiful thing » titre London Grammar à l'occasion de son deuxième album sorti cette année. « La vérité est une bien belle chose. » La célébrité aussi, dont les ressorts sont aussi compliqués à démêler que la vérité elle-même. C'est peut-être aussi ce que se dit le trio anglais en constatant à quelle vitesse s'est déroulée son ascension. Soit aussi rapidement que sa musique est lente et cotonneuse, à la (belle) remorque de la voix grave de la blonde Hannah Reid. Leur If you wait en 2013 avait déjà bien chatouillé les charts à coups de chansons tristes comme un jour sans pain mais rêveuses comme un militant de la France Insoumise. Truth... lui, s'y agrippe avec force tandis que le groupe remplit d'immenses hangars de fans entrés en religion.

À la Halle Tony Garnier le mercredi 6 décembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 4 février 2020   Longtemps Shakespeare a fait les beaux jours d’Orson Welles et Elia Kazan fit un Tramway nommé désir plus fort que bien des adaptations scéniques. (...)
Mardi 12 mars 2019 Membre du Collectif X, Maud Lefebvre a la rigueur des grands enfants appliqués et la folie de ceux qui tentent de bousculer le quotidien. C’est comme metteure en scène de Cannibale que cette comédienne de formation nous avait épatés. Avec Maja, à la...
Mardi 19 juin 2018 Vieilles gloires, valeurs sûres, piliers de festoches, jeunes pousses, smoothies de genres, et autres étrangetés à découvrir, le festival lacustre baigne l'été musical d'un éclectisme qui attire les foules comme les amateurs éclairés, jusqu'à les...
Mardi 17 avril 2018 Depuis sa création il y a tout juste deux ans, Cannibale a fait du chemin passant notamment par le remarquable festival Théâtre en Mai de Dijon l'an (...)
Lundi 20 novembre 2017 Au moment où le très discret groupe CGR vient d’annoncer le rachat du circuit Cap’Cinéma — et annonce avoir dépassé en nombre d’établissements sur le territoire (...)
Mardi 17 octobre 2017 Dédié à l'émergence et ayant fait place il y a 18 mois au mémorable Cannibale du Collectif X, voici que le Théâtre de l'Élysée accueille de nouveau cette (...)
Mardi 3 octobre 2017 C'est dans un bain de sonorités 80's que Taylor Kirk et Timber Timbre reviennent nous hanter avec leur perpétuel mais versatile vague à l'âme. Pour un résultat aussi noir que fascinant.
Mardi 3 octobre 2017 Tardive révélation et nouvelle trouvaille du label Born Bad, les quarantenaires de Cannibale bouffent à tous les râteliers musicaux créolisant le rock avec un appétit pan-exotique hautement contagieux.
Mardi 5 septembre 2017 Au vu des programmations hétéroclites (trop) touffues et qui confèrent aux différents théâtres des identités de plus en plus floues, émerge une vague de trentenaires qui, au travers de faits historiques, ou simplement d’histoires d’aujourd’hui,...
Mardi 20 juin 2017 Phoenix, Ibrahim Maalouf, Jamiroquai, Julien Doré, Two Door Cinema Club, Sting, Texas, Justice, Calypso Rose, Archive, Vianney, Juliette Armanet… Comme chaque année, Musilac aligne les grands noms quatre jours durant. Ce qui ne doit pas faire...
Mardi 2 mai 2017 Quand on lui parle de la tournée anniversaire qui vient couronner la belle décennie musicale du label Born Bad, JB Guillot avoue qu'il se serait bien passé (...)
Mardi 3 janvier 2017 Une nouvelle salle (le Razzle, dont l'ouverture est repoussée) et un nouveau festival (Transfer) marquent cette rentrée des classes côté concerts, l'agglomération étant dotée d'une offre toujours aussi foisonnante. Faites vos choix !
Mardi 20 septembre 2016 Sans grand moyen mais avec une ambition artistique immense, Cannibale est la preuve que le théâtre est une arme d'émotion massive avec cette fable moderne sur l'amour et la douleur.
Mardi 6 septembre 2016 Ex-punk rocker, devenu plus countryman que la country, le cow-boy canuck Daniel Romano a opéré une nouvelle mue musicale avec Mosey, grand œuvre de westernades pop folk fait d'arrangements grandioses et de croisements esthétiques.
Jeudi 1 septembre 2016 La concurrence (ou les confrères) prenant leur temps pour redémarrer la saison en mode diesel, c'est une certaine péniche du quai des Étroits, qui ce mois-ci fait figure de bon élève boulimique, alignant comme des perles les concerts de musique pas...
Mardi 13 octobre 2015 Dans le landerneau des organisateurs de concerts, ce mois d'octobre 2015 est si dense en propositions qu'il est surnommé "Octobrute". Un nickname d'autant plus approprié qu'une bonne partie d'entre elles fait plus dans le jean élimé que dans la...
Mardi 22 septembre 2015 Du côté de l'AOC "world, soul, jazz, etc.", le fourre-tout est de rigueur, les talents pluriels et les esthétiques en quinconce. Si bien qu'on ne sait plus où donner de la tête. Eh bien c'est juste ici, un peu partout.
Mardi 21 avril 2015 La galerie Descours présente une très belle exposition consacrée au mouvement surréaliste, réunissant une trentaine d'artistes (André Breton, Max Ernst, Wilfredo Lam, André Masson, Henri Michaux, Raoul Ubac...). Nous ne retiendrons toutefois que...
Mardi 16 décembre 2014 De Manuel Martín Cuenca (Esp-Roum-Russie-Fr, 1h56) avec Antonio de la Torre, Olimpia Melinte…
Mardi 1 juillet 2014 En première partie de Mogwaï, le canadien Taylor Kirk, alias Timber Timbre, vient présenter son déjà cinquième album, "Hot Dreams", variation capiteuse et lynchienne sur un univers folk où noirceur et bizarrerie cherchent à se frayer un chemin vers...
Jeudi 13 mars 2014 65 spectacles, 170 levers de rideau, des rendez-vous au TNG, à Gadagne ou à la Maison de la danse : les Nuits de Fourvière s'annoncent plus foisonnantes que jamais. Benjamin Mialot
Lundi 25 mars 2013 De tous les festivals qu’il a tricoté depuis son arrivée à la tête de l’opéra, Serge Dorny livre le plus spectaculaire, le plus visionnaire et le plus culotté : Justice/Injustice, qui réunit une création mondiale, trois œuvres contemporaines, des...
Dimanche 6 janvier 2013 Peut-on dire, sans tomber dans le clin d’œil historique trop appuyé, que cette deuxième partie de saison est marquée du sceau de Robert Badinter ? L’Opéra de (...)
Vendredi 11 mai 2012 Parfois, chers lecteurs, nous vous envions. Pas parce que vous êtes élégants, distingués, séduisants et cultivés évidemment. Mais nous vous envions aussi parce (...)
Vendredi 2 mars 2012 Les Rencontres Droit, justice et cinéma organisées par l’Université Lyon 3 et le Barreau de Lyon entrent cette année dans leur troisième édition. Ils convient à (...)
Vendredi 28 octobre 2011 C'est sans doute l'un des plus beaux clips qu'il nous ait été donné de voir cette année. Une ambiance kubrickienne, 2011 l'Odyssée de l'espace, quelque chose (...)
Jeudi 15 septembre 2011 C'est en douceur que le festival des Inrocks revient à Lyon, privilégiant la qualité à la quantité (une seule soirée, snif). En tête d'affiche, l'un des OVNIS (...)
Vendredi 4 février 2011 Du fond de ses bois, Taylor Clark, alias Timber Timbre, appartient comme Bon Iver à un sous-genre du folk : le folk Into The Wild, qui se vit comme il (...)
Jeudi 12 juin 2008 Cirque et Théâtre / Nouvelles coqueluches du théâtre contemporain, David Bobée et Renan Chéneau présentent aux Subsistances Cannibales, pièce pluridisciplinaire, existentielle et… prometteuse ! Jean-Emmanuel Denave

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !