Levons le voile... : "Téhéran Tabou" de Ali Soozandeh

Téhéran Tabou
De Ali Soozandeh (All-Autr, 1h36) avec Elmira Rafizadeh, Zahra Amir Ebrahimi...

Chronique rotoscopique de la vie de trois femmes et d’un musicien tentant de survivre dans une société iranienne aussi anxiogène qu’hypocrite, cette photographie sur fond sombre est émaillée, de par la forme choisie, d’instants de grâce visuelle. Implacable et saisissant.

Vertus publiques et vices privés dans l’Iran d’aujourd’hui, où l’on suit quatre personnages d’un même quartier : un musicien voulant “réparer” la virginité d’une jeune femme avec qui il a couché en boîte, l’épouse d’un drogué contrainte à la prostitution et une femme au foyer aisée…

à lire aussi : L’avenir, c’était moins pire avant : "Blade Runner 2049" de Denis Villeneuve

À moins d’être aussi hypocrite que le soi-disant gardien de la morale apparaissant dans le film — un religieux usant de son pouvoir pour obtenir des faveurs sexuelles d’une femme en attente d’un divorce, d’un logement et d’une école pour son fils — personne ne s’étonnera de voir à quel point certains Iraniens peuvent se montrer accommodants vis-à-vis de la religion, tant qu’elle sert leurs privilèges ; peu importe si c'est au détriment des Iraniennes. Si l’État promeut la rectitude, l’élévation spirituelle, dans les faits, il encourage le dévoiement des règles, la corruption et récompense les bas instincts.

Accents aigus

Brutal, le reflet que Ali Soozandeh tend à la société iranienne n’a rien d’aimable ; il pourra même paraître déformé, du fait de son recours à la technique de la rotoscopie. Et pourtant ! En plus d’être esthétiquement original, ce choix se révèle particulièrement signifiant. Car ce genre hybride de l’animation, où l’on “décalque” des prises de vues réelles, s’utilise à des fins opposées : lorsque l’on veut restituer l’exactitude absolue de mouvements (en estompant totalement la source cinématographique, comme pour le Blanche-Neige de Disney) ; ou bien, comme c’est le cas dans A scanner darkly et ici, lorsque l’on tient à accentuer l’idée d’un décalage par rapport à la réalité. La trame filmique est alors conservée et les contours des personnages et/ou décors, surlignés.

à lire aussi : Mère qui roule : "Latifa, le cœur au combat" de Olivier Peyon & Cyril Brody

Les avantages sont autant plastiques que pratiques : les décors étant ajoutés en post-production, l’impossibilité de tourner sur place (pour des raisons évidentes) ne fait plus obstacle à l’achèvement de ce film visuellement composite. Quant aux personnages, l’accentuation de leur silhouette matérialise de façon saisissante la difficulté pour eux d’accéder à une forme de discrétion ou d’effacement, de jouir d’un espace privé : ils demeurent prisonniers de leurs épais contours, à la merci des regards, des convoitises ou des délations. Un trait en dit long parfois.

Téhéran Tabou de Ali Soozandeh (All-Aut, 1h36) avec Elmira Rafizadeh, Zahra Amir Ebrahimi, Arash Marandi…

à lire aussi

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 6 mai 2024 Un conte mythologique imparfait mais à la direction artistique sans faille (Les 4 âmes du coyote), un coup d'essai étonnant à la fois solaire et orageux (Les trois fantastiques), et un film pas toujours évident à appréhender, mais souvent fascinant...
Mardi 31 octobre 2023 Le festival Lumière vient de refermer ses lourds rideaux, les vacances de la Toussaint lui ont succédé… Mais ce n’est pas pour autant que les équipes de (...)
Mardi 31 octobre 2023 Si le tourisme en pays caladois tend à augmenter à l’approche du troisième jeudi de novembre, il ne faudrait pas réduire le secteur à sa culture du pampre : depuis bientôt trois décennies, Villefranche célèbre aussi en beauté le cinéma francophone....
Mardi 5 septembre 2023 C’est littéralement un boulevard qui s’offre au cinéma hexagonal en cette rentrée. Stimulé par un été idyllique dans les salles, renforcé par les très bons débuts de la Palme d’Or Anatomie d’une chute et sans doute favorisé par la grève affectant...
Mardi 29 août 2023 Et voilà quatre films qui sortent cette semaine parmi une quinzaine : N° 10, La Beauté du geste, Alam puis Banel & Adama. Suivez le guide !
Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 août 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X