A ticket to Ride

Ride

Transbordeur

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

shoegaze / Au début des années 90, Ride fut le visage radieux d'une scène musicale britannique qui n'en voulait pas : les shoegazers. Une poignée de groupes à la fois mélodiques et bruitistes, mélancoliques et furieux, vaporeux et frondeurs, préférant regarder leurs chaussures plutôt que d'affronter en face les spotlights de la starisation. Reformé en 2015 et auteur d'un album cette année, le quatuor d'Oxford est de passage au Transbo pour le plus grand bonheur des nostalgiques du rock joué le nez dans les grolles.

L'Angleterre, début des années 90. Mélangeant la force mélodique de la pop psychédélique à la puissance sonore du rock noise et du post-punk, ils montent sur scène en anorak ou affublés de vêtements trop grands, cachés derrière un mur de fumigène, de son et de cheveux, les yeux irrémédiablement fixés sur leurs chaussures. Comme s'ils semblaient vouloir s'inscrire inconsciemment à contre-courant de la nature historiquement extravertie du rock.

à lire aussi : On the Ride again

On donne alors à leur comportement un surnom, le shoegazing ("matage de pompe", à la louche), et au moins deux hypothèses pour l'expliquer : des musiciens trop obnubilés par leurs pédales d'effet pour prêter attention au public ou simplement trop timides pour en soutenir le regard et ainsi apercevoir leur âme en miroir. De ce courant, riche en groupes de qualité, Ride, un quatuor d'Oxford qui est alors considéré comme un chef de file, en dépit du potentiel charismatique de ses deux leaders Andy Bell et Mark Gardener.

Il faut dire que Ride n'est pas à un paradoxe près. Car c'est à un concert des Smiths, précipité de ce que la pop peut avoir de plus théâtral dans l'introspection, d'extraverti dans la manifestation de l'introversion, que les deux potes de lycée Gardener et Bell connaissent ce genre d'épiphanie qui vous fait monter un groupe.

Léthargie bouillonnante

Mais ce ne sont pas tant les simagrées précieuses de Morrissey qui les révèlent alors à eux-mêmes qu'un morceau bien particulier de Morrissey & Marr : une bizarrerie baptisée How soon is now dont les arpèges engourdis émergent d'une nuage de groove étrangement psychédélique, comme délivré au ralenti depuis le cœur d'un orage.

Si ce n'est que quatre ans plus tard, le temps de terminer le lycée, que Ride prend forme, Steve Queralt et "Loz" Colbert rejoignant Gardener et Bell, la réputation du groupe ne tarde pas à arriver aux oreilles d'Alan McGee, jeune boss d'un label en devenir, Creation.

Les Ride ont à peine vingt ans et font une entrée fracassante sur la scène anglaise avec l'EP Chelsea Girl puis l'album Nowhere, resté mythique, mélange de psychédélisme 60's (les Byrds sont passés par là, les arpèges de Johnny Marr sont restés) et de bourdon noise rock, de mélodies bruitistes et de léthargie bouillonnante (une idée qui serait venue à Andy Bell à force d'écouter sa mère passer l'aspirateur en écoutant les Beatles).

Le concept, déjà en germe chez The Jesus & Mary Chain, se répand comme une traînée de poudre prenant diverses formes, de My Bloody Valentine à Slowdive de Moose à Swervedriver. En 1992, l'album Going blank again, qui entre dans le Top 10 britannique, achève de couronner Ride tout en le faisant entrer dans une autre cour où s'approfondissent les textures sonores tandis que les mélodies accoucheuses de tubes jaillissent comme des feux d'artifices.

Disque fantôme

Malheureusement, la gloire leur fait payer cher sa rançon au terme d'une triomphale mais épuisante tournée mondiale : à leur retour, les mouches ont changé d'âne et le peu inspiré Carnival of Light (1994) est enseveli sous le mouvement britpop largement nourri par leur label, qui abrite de jeunes roitelets baptisés Oasis.

Étrillé par la critique, Ride se sépare avant même la publication de son album suivant, Tarantula, enregistré dans une ambiance délétère (les têtes de gondole pensantes Andy Bell et Mark Gardener ne sont d'accord sur à peu près rien). Ce disque fantôme au mieux ignoré, au pire vilipendé, ne reste en vente qu'une semaine durant. Ironie du sort, tandis que chacun s'éparpille dans divers projets solos ou piges chez des confrères, Andy Bell, va même jusqu'à rejoindre, en tant que bassiste, l'un de ces groupes qui a détrôné Ride : Oasis.

Mais, aussi éphémère que fut la carrière de Ride, et même si, tant esthétiquement que philosophiquement, un groupe comme My Bloody Valentine en est sans doute un meilleur ambassadeur, l'influence du groupe est restée intacte et irrémédiablement attachée aux plus belles heures et à certains des plus beaux morceaux d'une scène shoegaze en permanent revival. Tout en incarnant d'une manière paradoxale la face la plus charismatique et lumineuse d'un mouvement qui préférait l'ombre à la lumière, l'autisme à l'expansivité et la musique à son folklore.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 5 octobre 2022 Voilà une association profondément ancrée dans les enjeux écologiques actuels. Surfrider Rhône s'attaque à la pollution du Rhône et de la Saône. Un combat pour faire évoluer les mentalités et des initiatives concrètes pour agir.
Jeudi 26 août 2021 À l’aube d’une rentrée cinématographique qui s’annonce particulièrement dense, l’exploit et le dépassement de soi s’invitent cette quinzaine sur les écrans en empruntant des chemins (ou des visages) fort différents…
Mardi 14 mai 2019 Une mystérieuse créature sème la désolation dans la pampa en faisant perdre la tête au sens propre à des femmes et figuré à des hommes. Le policier menant l'enquête sombre dans la terreur… Bizarre, dérangeant, plastiquement costaud, ce premier long...
Mardi 5 mars 2019 Deux frères et leur sœur se retrouvent dans une calanque isolée par l’hiver, dans la villa où vit leur père très diminué. Des retrouvailles amères, lestées par le (...)
Mardi 28 novembre 2017 Page arrachée à son journal intime collectif, le nouveau Robert Guédiguian capte les ultimes soubresauts de jeunesse de ses alter ego, chronique le monde tel qu’il est et croit encore à la poésie et à la fraternité, le tout du haut d’un balcon sur...
Mardi 24 octobre 2017 Il est facile de penser que la reformation d'un groupe culte séparé depuis tellement de lustres que les fans n'osent plus rien espérer n'est motivée que par (...)
Dimanche 18 juin 2017 21 ans d'absence discographique. Et un retour que l'on espère aussi réussi que celui de Slowdive pour Ride, emblème de la scène shoegaze de la fin des (...)
Mardi 17 février 2015 Marie de Brugerolle a réuni à l'Institut d'Art Contemporain une trentaine d'artistes internationaux autour du thème du rideau... Un thème en trompe-l’œil qui décline moins le motif du rideau qu'il n'ouvre le regard du spectateur sur ce qui l'empêche...
Mardi 16 septembre 2014 Des militants gays londoniens viennent en aide à des mineurs gallois en grève au nom d’une lutte commune contre le thatchérisme : un plaisant feel good movie social confectionné avec un savoir-faire tout british par Matthew Warchus. Christophe...
Mardi 17 juin 2014 Présenté comme une «fantaisie», le nouveau film de Robert Guédiguian divague selon les bons plaisirs du cinéaste et de sa comédienne fétiche Ariane Ascaride, pour un résultat old school et foutraque, avec toutefois de vrais instants de...
Mercredi 13 novembre 2013 Vous souvenez-vous de Monsieur Plus, ce guilleret moustachu qui s'évertuait, à coups de bousculades opportunes, à rendre plus appétissants et plus savoureux (...)
Mardi 1 octobre 2013 De et avec James Franco (ÉU, 1h49) avec Tim Blake Nelson, Danny MacBride…
Mercredi 13 mars 2013 De passage à Lyon, Foals débarque avec un talisman inestimable, "Holy Fire". Un troisième album qui, tout en égarant le chaland comme aime à le faire le groupe d'Oxford, contient la recette d'un feu sacré pop dont la flamme changeante semble ne...
Mercredi 12 décembre 2012 Le CNP Odéon est mort, vive le Comédie Odéon, café-théâtre de 300 places dont les portes s'ouvriront pour la première fois au public lundi 31 décembre. En attendant de pouvoir vérifier s'il fera honneur à son titre (auto-décerné) de «plus beau...
Vendredi 7 septembre 2012 Stéphane Casey, comédien, metteur en scène, producteur de spectacles, directeur du Boui Boui et du Rideau Rouge à Lyon et du Palace à Avignon s’apprête à prendre la direction du Comédie Odéon, un nouveau lieu de 300 places avec Marion Gervais et...
Vendredi 24 août 2012 Going Blank Again - 20th anniversary deluxe edition (Oxford Music/Import)
Jeudi 10 novembre 2011 Film de crise et de lutte sur un cinéaste qui se remet en question pour mieux croire, Les neiges du Kilimandjaro n'est pas un point, mais une virgule dans le cinéma de Robert Guédiguian. Jérôme Dittmar
Mercredi 31 août 2011 De David Gordon Green (EU, 1h42) avec Danny McBride, James Franco, Nathalie Portman…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X