Les USA, entre le road movie et la mort : "We blew it"

Le Film de la Semaine / Comment a-t-on pu passer de sex, summer of love & rock’n’roll au conservatisme le plus radical ? Sillonnant la Route 66, Jean-Baptiste Thoret croise les témoignages d’Étasuniens oubliés des élites et désillusionnés avec ceux de hérauts du Nouvel Hollywood. Balade amère dans un pays en gueule de bois.

Sans doute Thoret aurait-il aimé ne jamais avoir à réaliser ce documentaire. Mais par l’un de ces étranges paradoxes dont l’histoire des idées et de la création artistique regorge, son édification a découlé d’une déprimante série de constats d’échecs — ou d’impuissance. Elle se résume d’ailleurs en cette sentence laconique donnant son titre au film : « We Blew it », « On a merdé ». Empruntée à Peter Fonda dans Easy Rider (1969) de Dennis Hopper, la réplique apparaît à bien des égards prémonitoire, voire prophétique.

Roots et route

La route est longue de Chicago à Santa Monica : 2450 miles. Prendre le temps de la parcourir permet de mesurer (au sens propre) l’accroissement incessant de la distance entre les oligarques du parti démocrate et la population. De constater la paupérisation et la fragilité de celle-ci. D’entendre, également, son sentiment de déshérence ainsi que sa nostalgie pour un “âge des possibles” — et de toutes les transgressions — révolu. Une somme de frustrations capitalisées par un Trump prompt à faire miroiter le rétroviseur : dans son « Make America Great Again », beaucoup de laissés pour compte ont pris pour eux-mêmes la promesse programmatique de retrouver leur grandeur passée.

Aux paroles des anonymes, le documentariste ajoute celles de figures de la contre-culture ; de ceux qui ont creusé dans la fougue des 60’s les fondations du Nouvel Hollywood. Une balade avec Schatzberg dans le New York jadis mal famé, désormais gentrifié en dit long sur l’évolution des choses. Les libérales années 1980 sont passées par là, les pauvres ont été repassés par les crises, et l’obscénité du capitalisme s’est surpassée : « We blew it ».

Parallèlement aux sujets qu’il traite, Thoret accomplit en sus un acte personnel “sécessionniste”, entérinant sa démarcation volontaire de la critique, dont il a constaté l’extinction progressive — ici aussi, un âge d’or est révolu. La raréfaction des lieux où produire et diffuser de l’analyse cinématographique l’a conduit à franchir le pas en devenant cinéaste. Il est, au passage, hallucinant que ce film interrogeant le présent autant qu’il convoque un pan décisif de l’histoire du 7e art, nourri de témoignages précieux de James Toback ou du regretté Tobe Hooper (pour ne citer qu’eux) n’ait pas figuré en bonne place dans la programmation du dernier Festival Lumière. Trop politique, peut-être…

We blew it de Jean-Baptiste Thoret (Fr, 2h17) documentaire avec Michael Mann, Peter Bogdanovich, Paul Schrader

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 17 janvier 2018 Nul besoin de vous rappeler à quel point nous avions apprécié le documentaire de Jean-Baptiste Thoret, We blew it (consacré à l’évolution des États-Unis des années (...)
Mardi 17 octobre 2017 Quelle mauvaise idée Tobe Hooper a eue de disparaître au mois d’août ! Le réalisateur texan manquera cette cérémonie qui unira dans une même ferveur tous ses (...)
Mardi 28 mars 2017 Révélé par le magistral et outre-sombre Sukkwan Island (Prix Médicis étranger 2010), David Vann revient avec Aquarium, roman apaisé d’une déchirure familiale recousue. Avant de faire escale à Quais du Polar dont il est un des invités de marque,...
Mardi 17 mars 2015 Ce devait être le grand retour de Michael Mann après le décevant "Public Enemies", mais ce cyber-thriller ne fait oublier un scénario aux enjeux dramatiques faibles et aux personnages superficiels que lors de ses scènes d’action époustouflantes et...
Mardi 18 mars 2014 De Paul Schrader (ÉU, 1h39) avec Lindsay Lohan, James Deen…
Lundi 2 juillet 2012 Pour démarrer son cycle consacré au cinéma des années 80, le Comœdia propose le très rare et peu connu Solitaire de Michael Mann, film héritier des années 70 mais amorçant déjà les 80’s rutilantes et le style de son réalisateur. Christophe Chabert
Jeudi 9 février 2012 Tout grand film américain est un grand film sur l’Amérique, dit-on. Bernard Bénoliel (ancien des Cahiers du cinéma et aujourd’hui pilier de la Cinémathèque (...)
Mercredi 13 janvier 2010 Film d’horreur séminal ayant connu suites, remakes et suite de remakes, "Massacre à la tronçonneuse" se voit consacrer un Épouvantable vendredi à l’Institut Lumière… qui, dans la foulée, accouche d’un petit frère : L’Épouvantable bis. Christophe...
Vendredi 3 juillet 2009 De Michael Mann (Éu, 2h11) avec Johnny Depp, Christian Bale, Marion Cotillard…
Mercredi 20 septembre 2006 Jean-Baptiste Thoret, écrivain, critique et professeur de cinéma, dirige la revue Panic et pose, avec "Le Cinéma américain des années 70", un jalon définitif dans l’évaluation d’une période clé de l’histoire du cinéma. Propos recueillis par...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter