Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Rone : « Avec "Mirapolis", j'avais envie d'aller vers quelque chose de plus léger, de plus solaire »

Rone

La Belle Électrique

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Concert / En même pas 10 ans, le producteur Rone, de son vrai nom Erwan Castex, s'est imposé comme un acteur majeur de la scène électronique française. Un peu plus de deux ans après "Creatures", il viendra présenter, à la Belle électrique et à guichets fermés, "Mirapolis",  magnifique nouvel album qui parcourt ses souvenirs d’enfance.

Comment définiriez-vous le style Rone ?

à lire aussi : Et voici les 20 concerts de l’automne

Rone : Je crois c’est une musique électronique qui s’ouvre à d’autres univers. Je me considère comme un musicien électronique parce que mes instruments sont des synthétiseurs, des ordinateurs, des machines, mais plus ça va et plus mes sons sont organiques, plus j’ai l’impression de faire de la musique tout court. D’ailleurs, je collabore de plus en plus avec des musiciens, des batteurs, des violoncellistes, et ajoute des voix dans mes morceaux. J’adore toujours jouer en club mais on m’invite aussi à la Philharmonie de Paris : j’aime les deux et serais triste de devoir me séparer de l’un ou l’autre.

à lire aussi : L'orfèvre élect’Rone

Vous avez sorti début novembre Mirapolis, votre quatrième album. Pourquoi lui avoir donné le nom d’un ancien parc d’attractions ?

C’est un souvenir d’enfance qui a rejailli lors d’une discussion avec le réalisateur Michel Gondry. En voyant la pochette futuriste qu’il me proposait, j’ai pensé au film Metropolis de Fritz Lang et à Mirapolis, un parc d’attractions qui me fascinait quand j’étais petit. Avec mes parents, je passais jamais très loin sur l’autoroute et je voyais toujours un énorme Gargantua dépasser !

Comment s’est déroulée la création de l’album ?

Elle s’est déroulée en deux temps. Une moitié d’album solitaire et l’autre très collective. Je suis d’abord parti m’isoler dans des chambres d’hôtel dans des bleds où il n y avait personne. J’avais besoin de me couper de mes amis, de ma famille, de me retrouver un peu seul. À Paris, tout va trop vite et j’ai du mal à me concentrer. J’ai réalisé que c’était des conditions idéales pour créer. Toute l’expérience accumulée ces derniers mois, ces dernières années, a rejailli beaucoup plus facilement que lorsque je suis dans le rythme d’une vie effrénée.

Je suis ensuite rentré avec ce que j’avais enregistré sur mon ordi. J’avais posé des idées de maquette plus ou moins élaborées. Puis j’ai tout finalisé dans mon studio à Paris. C’est aussi à ce moment-là que j’ai commencé à faire des collaborations. C’était l’opposé de la première partie, car j’étais dans l’échange permanent.

Saul Williams, Bryce Dessner de The National, Baxter Dury… Votre album est en effet riche en collaborations. Comment avez-vous été amené à travailler avec ces artistes ?

Il y a une histoire avec chacun d’eux. Baxter Dury, c’est une personne que j’admire énormément. Je l’ai contacté car je cherchais une voix grave, style dandy british un peu désabusé. Pour Bryce Dessner, c’est un ami que je retrouve régulièrement en studio et sur scène. J’avais déjà collaboré sur leur disque avec The National et l’avais déjà invité sur mon précédent album Creatures.

Quant à Saul Williams, je l’ai rencontré par le biais d’un ami. On avait fait un bœuf ensemble dans un bar minable ! On s’est revus dans mon studio alors que je composais. C’était le lendemain de l'élection de Trump, il était très remonté. Très spontanément, il s’est mis à improviser sur l’un des morceaux et le rendu était super.

Travailler de manière plus collective, qu’est-ce que cela vous apporte ?

C’est toujours plus agréable de faire les choses à plusieurs. Je passe beaucoup de temps en studio tout seul. J’adore ca ; l’introspection, j’ai besoin de ca. Mais ouvrir un peu la porte et les fenêtres pour faire rentrer quelque chose qui est étranger à ma musique, pour l’emmener plus loin, c’est très enrichissant.

Comment avez-vous imaginé Mirapolis par rapport à Creatures, votre album précédent ?

Avec le recul, mon précédent album m’a semblé très dark, un petit peu lourd à digérer. Avec Mirapolis, j’avais envie d’aller vers quelque chose de plus léger, de plus solaire, qui tire les gens vers le haut et moi aussi par la même occasion. Même si, dans le résultat, il y a toujours un petit côté mélancolique, mon idée à la base était de faire quelque chose de beaucoup plus festif !

Pourquoi avoir fait le choix de vous éloigner de l’électro, avec des morceaux pop comme Switches ?

Effectivement, la moitié de mon album contient des collaborations et va sur des territoires éloignés de l’électro. En créant Switches, j’ai été au bout d’un fantasme, celui de faire un morceau sans utiliser de machine. J’ai commencé avec une petite mélodie au piano sur laquelle j’ai invité le chanteur Baxter Dury à poser sa voix. Autour de ça, j’ai réalisé plein d’arrangements de cuivres, de cordes, pour faire un morceau beaucoup plus pop.

L’autre partie de mon album reste très électro. Dans des morceaux comme Origami et Mirapolis, j’ai même l’impression de retourner à mes débuts, quand j’avais ni studio ni instrument.

Dans votre titre Lou, on peut entendre la voix de votre fille Alice. Le fait d’être père a-t-il influencé votre manière de composer ?

Mes enfants sont évidemment très inspirants et ont une influence énorme sur ma manière de composer. Avant, je travaillais toute la nuit, maintenant très tôt le matin et cela se ressent sur ma musique. Pour la petite histoire, c’était une période où Alice imitait le loup à longueur de journée. J’ai craqué et je l’ai enregistrée. C’est fou, tout le morceau s’est construit autour de cette petite voix.

Vous serez en concert à la Belle électrique. Comment construisez-vous vos lives ?

L’exercice est de réussir à réinventer mes titres sur scène. J’essaie de voir comment je peux "électroniser" les morceaux plus organiques, qui sont à l’origine faits d’instruments. C’est important pour moi que mes morceaux ne soient pas figés. Jouer toujours les mêmes choses, ça peut rendre fou ! Je sais qu’entre la première et la dernière date de la tournée, mes sons vont évoluer et prendre une forme complètement différente.

Rone
À la Belle électrique mercredi 22 novembre à 20h

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 3 mai 2021 Oui – trois fois youpi ! – les Nuits de Fourvière auront bien lieu cette année en juin et juillet. Avec au menu, une édition quelque peu adaptée – horaires, jauges, mesures barrières – mais surtout une édition en vrai, avec des gens. On vous...
Mardi 10 mars 2020 Hormis un spectacle d’ouverture sans grand suspens ("Message in a Bottle"), la programmation arts vivants de cette édition des Nuits de Fourvière s’annonce de très haut vol avec notamment la crème de l’émergence en théâtre et deux pépites absolues...
Mardi 8 janvier 2019 Revoici Rone, décidemment sensible au public lyonnais, qui cette fois vient fêter les six ans du promoteur Encore, l'agitateur de nuits technophiles (...)
Jeudi 12 juillet 2018 Un brave toiletteur pour chiens et une brute qui le traite pis qu’un chien sont au centre de "Dogman", le nouveau conte moral de Matteo Garrone. Une histoire italienne d’aujourd’hui récompensée par le Prix d’interprétation masculine à Cannes pour...
Mardi 15 novembre 2016 À l’occasion des 6e Journées Cinéma et Psychiatrie organisées par la Ferme du Vinatier, le Comœdia accueille une projection-débat autour d’un film collant (...)
Lundi 31 octobre 2016 C’est l’une des nouveautés de la rentrée dans les CNP-Cinémas Lumière (on ne sait plus comment les appeler) : le retour des projections du samedi minuit aux (...)
Mardi 27 septembre 2016 On a trouvé un remède à la morosité ambiante : L’île fleurie, une fable illustrée ultra-joyeuse contant les aventures rock’n’roll de personnages tous plus barrés les uns que les autres, à lire dès le 1er octobre.
Mardi 12 janvier 2016 À force d’ausculter le travail, les rapports de hiérarchie et les questions de libre arbitre, il fallait bien qu’un jour Joël Pommerat ose affronter les prémices de la liberté et de l’égalité des droits. En 4h30, il revient aux origines de la...
Mardi 29 septembre 2015 De mémoire de rats de salle de concert, cette rentrée musicale est l'une des plus chargées que la ville ait connue. Qu'à cela ne tienne, ce ne sont pas dix concerts que nous vous avons tagués comme "incontournables" cette année, mais une vingtaine....
Mercredi 1 juillet 2015 De Matteo Garrone (It-Fr-Ang, 2h13) avec Salma Hayek, Vincent Cassel, Toby Jones…
Mardi 12 mai 2015 Le troisième album de Rone, "Creatures", est exaltant et passionnant en tous points. Production très soignée, collaborations étincelantes, ambiances musicales féériques, il confirme qu'il est le diamant brut de l'électro française du XXIe siècle. On...
Mercredi 11 février 2015 Ouvert sur le monde et recentré sur la musique électronique. Tel s'annonçait Nuits Sonores 2015 à la découverte de sa programmation de jour. Tel s'affirme le festival à l'heure de dévoiler son pendant nocturne. Benjamin Mialot
Mardi 20 mai 2014 David Cronenberg signe une farce noire et drôle sur les turpitudes incestueuses d’Hollywood et la décadence d’un Los Angeles rutilant et obscène. Un choc ! Christophe Chabert
Mardi 18 mars 2014 Points culminants d'une édition d'A Vaulx Jazz centrée sur le piano et la voix, ce sont quatre volcans monumentaux de l'histoire musicale qui rendront A Vaulx Jazz visibles de très loin. Éruption imminente, dans un Centre Charlie Chaplin qui promet...
Jeudi 10 octobre 2013 Au sein de sa pléthorique programmation, et grâce à l’implication de son Prix Lumière Quentin Tarantino, le festival Lumière fait la part belle aux redécouvertes. Cinéastes, acteurs et même chefs opérateurs, voici quelques-uns de ces soldats...
Jeudi 4 juillet 2013 Séquence émotion au cours du dernier festival de Cannes : en séance de clôture de Cannes Classics, Alain Delon vient présenter la version restaurée de Plein Soleil (...)
Mercredi 20 février 2013 Au moment de lever le voile sur le volet diurne de Nuits Sonores 2013, les équipes d'Arty Farty étaient si ric-rac que c'est avec des valises oculaires éligibles à une "franchise bagages supplémentaires" qu'elles ont animé la conférence de presse...
Jeudi 7 février 2013 Les héros tchekhoviens par définition s’ennuient. Mais plutôt que d’étirer le temps, l’Argentin Daniel Veronese l’accélère jusqu’à l’étourdissement dans une version énergique et vivace de "La Mouette" rebaptisée "Les Enfants se sont...
Mardi 5 février 2013 De Brandon Cronenberg (Canada, 1h48) avec Caleb Landry Jones, Sarah Gadon…
Vendredi 4 janvier 2013 La rentrée théâtrale 2013 démarre sous des auspices dont aucun curieux (amateur ou – et surtout - réfractaire) n’osait rêver : Robert Lepage puis Thomas Ostermeier sont parmi nous en janvier. S’ensuivront de bons restes d’Avignon, des argentins...
Jeudi 15 novembre 2012 Hourra ! C’est le retour de L’Épouvantable vendredi cette semaine à l’Institut Lumière, dans une formule allégée à deux films au lieu de trois. Pour cette (...)
Vendredi 5 octobre 2012 Alors que son deuxième album sortira trois jours après son live à La Plateforme, Rone nous confirme déjà que la musique électronique est toujours capable d’immenses surprises. Et que le label InFiné sait décidément en flairer les plus beaux...
Mardi 25 septembre 2012 Entre satire de la télé réalité, comédie napolitaine façon Pietro Germi et portrait stylisé d’un individu au bord de la folie, le nouveau film de Matteo Garrone séduit par ses qualités d’écriture, de mise en scène et par la performance hallucinée de...
Vendredi 14 septembre 2012 Des lieux reliftés, de nouvelles soirées périodiques, des anniversaires, des parties pour happy few... Le calendrier de la rentrée rock a beau être chargé, il passe, à côté de celui de la rentrée électro-urbaine, pour l'agenda d'un garde-forestier...
Vendredi 25 mai 2012 Après A dangerous method, David Cronenberg signe une adaptation fidèle et pourtant très personnelle de Don De Lillo. Entre pur dispositif, théâtralité assumée et subtil travail sur le temps et l’espace, un film complexe, long en bouche et au final...
Vendredi 25 mai 2012 Les frères Weaver, Nathan et Aaron de leurs prénoms, ne sont pas nés dans un coin reculé de Norvège, mais dans la verdoyante capitale de l'État de Washington, (...)
Dimanche 6 mai 2012 Même si son œuvre monumentale à la Sucrière a nécessité 6 000 pelotes de laine, tout ne tient qu’à un fil chez Chiharu Shiota : celui que les Anciens disaient relier l’âme à l’au-delà et qu’aujourd’hui on pourrait voir comme constituant le réseau...
Jeudi 16 février 2012 Ceci n’est pas un classique mais presque un soap-opéra théâtral qui emporte tout sur son passage. Avec "Le Cas de la famille Coleman", Claudio Tolcachir démontre une nouvelle fois que le théâtre argentin ne manque pas d’air. Nadja Pobel
Dimanche 29 janvier 2012 La synergie entre Positif et l’Institut Lumière, devenue co-éditrice de cette excellente revue, continue avec la nouvelle programmation de la rue du (...)
Mercredi 14 décembre 2011 La rivalité entre Freud et son disciple Carl Gustav Jung, un sujet complexe mais idéal pour David Cronenberg, qu’il rend passionnant pendant 45 minutes, avant de laisser la main à son scénariste, l’académique Christopher Hampton. Christophe Chabert
Dimanche 20 novembre 2011 Dans le cadre des journées professionnelles «Cinéma et psychiatrie», l’Institut Lumière organise une soirée ouverte à tous le mardi 29 novembre à 20h. Heureuse (...)
Vendredi 25 mars 2011 Film du mois dans la Ciné-collection du GRAC, "Le Feu follet" de Louis Malle (à qui l’Institut Lumière rendra aussi hommage ce trimestre) est un magnifique portrait de son acteur, Maurice Ronet, aussi énigmatique que mésestimé. Christophe Chabert
Jeudi 4 décembre 2008 Héritiers des Gauchos argentins, les treize centaures masculins de la Compagnie Pampa Argentina déboulent au galop au Toboggan jusqu’au 13 décembre. Ils y (...)
Mercredi 20 septembre 2006 Musées / Le Musée des Confluences verra-t-il le jour avant le 3e Millénaire ? Telle est la question que l'on peut légitimement se poser à propos d'un musée annoncé (...)
Mercredi 14 novembre 2007 Analyse / Avec Les Promesses de l'ombre, Cronenberg pose pour la deuxième fois sa caméra en terre anglaise, après son glacial et radical Spider. Pourtant, (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter