Girls in Hawaii : vers les lueurs

Girls in Hawaii

Épicerie Moderne

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Pop / Après quatre ans d'absence et un album, sublime, consacré à la douleur de la perte d'un de ses membres, le groupe belge Girls in Hawaïï renaît une fois de plus à lui même et retrouve la lumière en se tournant vers l'électronique et un rien d'abstraction.

La dernière fois qu'on avait eu affaire à Girls in Hawaii, ceux-ci nous avait livré un album de deuil, celui du batteur du groupe et frère du chanteur, Denis Wielemans. À voir débarquer ce Nocturne on se dit, sur la foi de son titre, qu'il s'agit ici d'en prendre la suite. Surtout quand sur l'élégiaque ouverture du disque This Light, le groupe répète « Keep your distance from this light », celle qu'on verrait, blanche, au bout du dernier tunnel.

Et pourtant un autre genre de lumière vient rapidement contredire ce titre et celui d'un album plein de couleurs. Le même genre de lumière que celle de l'étoile filante qui éclaire la nuit sur la peinture naïve (une toile du peintre britannique Tom Hammick) qui orne la pochette du disque. À moins qu'il ne s'agisse, suivant l'interprétation qu'on en fait, d'un volcan en éruption.

Dans les deux cas, une manière brute et poétique d'éclairer la nuit, de l'embraser, et peut-même de l'embrasser, d'en accepter l'augure. De se livrer à une métamorphose aussi, d'accomplir un souhait comme on en fait au passage d'une étoile filante, d'entrer en éruption, comme on crèverait le toit de l'Everest (le titre du précédent album de deuil suscité). Car ce Girls in Hawaii que l'on récupère ici, n'est pas tout à fait celui que l'on a laissé il y a quatre ans.

Aggiornamento

Il n'y a pas que la lumière qui entre ici à nouveau dans des compositions reconnaissables entre mille par cette manière languide d'être à la musique, cette geste toujours un peu hypnotique, et pourtant métamorphosée : il y a aussi cette ouverture totale à l'électronique, à ces claviers qui viennent napper les toujours scintillants (mais rares) arpèges du groupe belge (Guinea Pig), à ces rythmiques têtues et assourdies.

Un véritable aggiornamento esthétique qui voit le groupe tantôt convoquer un nouvel ordre électro-pop plus dansant que jamais (Walk, très New Order), tantôt déambuler sur des terres autrefois parcourues par Radiohead à l'entame de sa marche vers l'abstraction, lorsque Thom Yorke, lui aussi, avait vu la lumière. Sur un titre comme Cyclo, entre autre, le mimétisme vocal d'Antoine Wielemans avec ce dernier est frappant.

Le morceau porte, c'est sans doute une coïncidence, si telle chose existe, le titre du film qui avait ressuscité le Creep du groupe d'Oxford, relançant sa carrière. Quoi qu'il en soit avec ce Nocturne qui s'achève sur une colline, Up on the hill, et sur le constat d'une société en vrac, Girls in Hawaii s'offre, si ce n'est une résurrection, du moins une belle transfiguration.

Girls in Hawaii
À l'Épicerie Moderne le vendredi 8 décembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 29 novembre 2013 Co-leader d'une scène belge alors florissante, révélé par le fantastique From Here to There en 2003, Girls in Hawaïï a mis cinq ans pour réapparaître. Et pas (...)
Mardi 24 septembre 2013 Nous ne savions pas dans quelle case faire entrer les dix concerts qui suivent. Mais ils sont tout autant que ceux couverts par nos panoramas, si ce n'est plus, des jalons incontournables de ce début de saison musicale. Stéphane Duchêne, Benjamin...
Mardi 11 mars 2008 Musique / Les Belges de Girls in Hawaii négocient avec habileté le virage du deuxième album : «Plan your escape» prouve leur dextérité mélodique et perpétue dignement l’héritage des grandioses Grandaddy. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter