Pierre Niney : « apparement, je ne joue que des menteurs… »

La Promesse de l'aube
De Eric Barbier (Fr, 2h11) avec Pierre Niney, Charlotte Gainsbourg...

Interview / Pierre Niney enfile un nouveau costume prestigieux : celui d’un auteur ayant au moins autant vécu d’existences dans la vraie vie que dans ses romans, Romain Gary. Rencontre avec un interprète admiratif de son personnage.

Comment êtes-vous passé du statut de lecteur de Gary — et de connaisseur selon votre metteur en scène — à celui d’interprète de son personnage ?
Pierre Niney
: Éric Barbier dit que je connais très bien Romain Gary, mais ce n’est pas vrai (sourires) ! Je connaissais La Promesse de l’aube que j’adorais, mais peu Gary. Il m’a parlé de son film, qui est une adaptation d’une adaptation de certains épisodes de la vie de Gary, et notamment de ce lien complètement fou, démesuré, toxique et inspirant avec sa mère. On a pris la liberté de s’écarter d’une réalité factuelle de la vie de Gary. Ce n’est donc pas un biopic, car ce n’était pas l’intention du livre — un autobiographe a rarement l’intention de dire la stricte vérité — ; surtout pas Gary, dans aucun de ses livres.

à lire aussi : La mère de toutes les batailles : "La Promesse de l'aube"

Le fils de Romain Gary, Diego, avait fait la remarque : « ma grand-mère s’appelait Mina et pas Nina ». Cette distance-là est importante. Je joue donc un “personnage”, à qui il arrive des choses extraordinaires qui sont réellement arrivées à Gary dans beaucoup de moments de son livre. Les choses les plus incroyables sont souvent vraies, et certains détails sont faux — toute la vie de Gary est ainsi. C’est pour cela que ce livre est aussi important, il est la matrice de tout : on découvre que s’il est torturé, passionné, s’il se met en scène et s’improvise acteur, réalisateur, menteur, c’est à cause de sa mère. Tous ses dédoublements de personnalité viennent d’elle, comme l’envie d’écrire.

Parmi les différences entre le “vrai” Gary et le vôtre, vous n’avez pas essayé de contrefaire sa pointe d’accent…
Sur la période la plus médiatisée de Gary, je ne l’entends pas sur toutes les interviews, je trouve cela assez ténu. J’avais entendu parler de cet accent, mais en consultant beaucoup d’archives, je ne l’entendais pas. Peut-être qu’il s’amusait à le prendre — ça ne m’étonnerait pas de lui ! Diego nous a dit — et j’ai voulu l’intégrer — que jusqu’à son suicide et longtemps après la mort de sa mère, Gary a continué à lui parler à haute voix. L’idée m’est venue à partir des scènes où elle lui rendait visite physiquement dans les cellules de prison.

Ce que je voulais conserver également, c’était l’humour — un mécanisme social qui m’intéresse beaucoup. Une « déclaration de dignité », pour Gary ; c’est-à-dire une affirmation de la suprématie de l’Homme sur tout ce qui lui arrive. Comme un super-pouvoir, une capacité de tout surmonter. Je voulais donc que la voix-off marque un contraste avec les situations, comme dans le roman.

Vous interprétez un “demi-personnage” puisque vous partagez le rôle avec Pawel Puchalski qui joue Romain Gary enfant. Comment avez-vous réalisé la continuité ?
En effet, j’ai effectué 50% du job et c’était la première fois que je faisais ça : j’étais à Paris pendant qu’ils avaient commencé le tournage à Budapest. J’ai demandé à voir des images de Pawel et Éric m’a dit d’aller au montage des rushes des deux premières semaines. Pavel était génial, et il fallait que je me remette dans ses chaussures ! C’était magnifique, il était touchant, il avait un regard fort, une sensibilité. C’est rare, les enfants qui jouent bien. C’était son tout premier film, il a été choisi sur plus de 500 enfants. J’avais hâte d’arriver, j’essayais de capter le plus de choses possibles dans les rushes avec Pawel et Charlotte : comment il parlait, il bougeait, pour essayer de me fondre là-dedans. Nos deux parties sont très différentes : il est dans une unité de temps et de lieu à Vilnius, et moi je prends le relais au moment de l’émancipation à Nice, davantage dans le mouvement, dans l’aventure…

Après Philippe Cousteau et bien sûr Saint Laurent, c’est à nouveau pour vous le choix d’un personnage ayant existé…
C’est un hasard, parce que je n’ai pas pour mission de refaire tout le Panthéon (rires). Le hasard de bons scénarios… Ils sont rares. J’estime que ceux-là étaient bons, donc j’y suis allé. Si ç’avait été un biopic plus factuel sur Gary, je ne pense pas que je l’aurais fait. Celui-ci est intéressant parce qu’il est romancé. La différence entre un personnage fictionnel et un personnage réel, elle existe et elle n’existe pas : l’idée est d’arriver à comprendre sa logique pour pouvoir le jouer et le rendre humain ; pour que les gens puissent l’aimer, le détester, qu’on y croie.

Ce n’est pas la première fois que vous jouez le rôle d’un écrivain. Et comme dans Un homme idéal, il s’agit en plus d’un mythomane…
Apparement, je ne joue que des menteurs (rires). Je m’en suis rendu compte récemment : Un homme idéal, Five, Frantz… Pourtant, l’acteur est aux antipodes du menteur : vous savez qu’il va vous mentir et vous payez pour qu’il vous mente le mieux possible. Donc ce n’est même plus de l’ordre du mensonge, c’est le fait de raconter une histoire. Je pense que je ne suis pas menteur dans la vie. Très peu. Ou alors tellement bon menteur que je ne le sais pas — et là, c’est très très fort (rires). Le mensonge est très cinématographique. Comme chez Hitchcock, qui nous fait voir autre chose qu’on nous a dit, et dit autre chose qu’on nous a montré. Et c’est cathartique : je me débarrasse certainement de trucs en faisant ça, je ne sais pas… Le menteur a toujours un double fond intéressant. Dans la vie Gary, Émile Ajar est fascinant : c’est l’un des plus grands mensonges de l’histoire de la littérature ; c’est génial.

Votre regard sur Gary a changé ?
Non. Et je n’ai pas l’impression d’avoir fait le tour de Gary. Je me suis concentré sur cette adaptation de sa vie, sur ce lien précisément, sur une centaine de situations d’un roman où il en a écrit huit cents. J’ai glané un maximum d’informations sur sa vie, mais encore aujourd’hui j’en découvre encore énormément. Chaque chose qu’il a laissée, chaque citation, c’est un film en soi. Par exemple, lorsqu’il apprend que Clint Eastwood a une liaison avec Jean Seberg sur le plateau de La Kermesse de l’Ouest, il prend un avion, se rend sur place et toque à la loge de Clint Eastwood qui était “le” cow-boy de l’époque pour le provoquer en duel au revolver. Et Clint Eastwood s’est débiné. Il fallait y aller, pour faire flipper Eastwood !

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 29 mars 2022 Retour sur Deathloop, sorti en septembre 2021 et récemment sacré meilleur jeu vidéo français lors de la troisième cérémonie des Pégases.
Mardi 29 mars 2022 Une compétition de huit films (dont le prometteur I’m your man venu d’Allemagne et l’Espagnol El buen patrón), un Panorama 2022 qui balaie jusqu’en (...)
Mardi 15 mars 2022 S’il y a une date à ne pas oublier, c’est bien celle du vendredi 17 mars à 20h — tant que vous y êtes, ajoutez le lieu, l’Aquarium Ciné-Café — jour où sera (...)
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Elle fut la dernière des manifestations d’envergure à se tenir à Lyon avant l’impromptu du premier confinement. Deux ans plus tard, alors que le spectre covidien semble refermer sa funeste parenthèse, Écrans Mixtes s’apprête à ouvrir une très...
Mardi 1 mars 2022 Tant qu’il y aura des livres, il y aura des films — le cinéma aimant autant la littérature qu'Alexandre Dumas l’Histoire. Pour preuve, voyez le soir (...)
Mardi 15 février 2022 Une semaine tout pile avant la cérémonie des César, le Lumière Terreaux propose vendredi 18 février à 20h15 de découvrir les cinq films concourant pour la (...)
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Mardi 18 janvier 2022 Portant sur la mécanique pernicieuse du harcèlement scolaire et interprété par deux enfants déchirants de vérité, ce premier film miraculeux est une merveille de délicatesse autant qu’un tour de force de réalisation. Un choc absolu et sans nul...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter