L'Habitat habité au Musée Tony Garnier

La vie mode d'emploi

Musée Urbain Tony Garnier

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Menacé d'une déplorable fermeture imminente faute de moyens suffisants, le musée urbain Tony Garnier continue néanmoins de proposer des expositions aussi accessibles qu’utiles et intelligemment menées. Celle sur l’habitat des français, des taudis aux Habitations à Bon Marché, ne déroge pas à cette règle.

Après dix-huit mois consacrés au confort moderne puis au béton (et à toutes ces incidences sur la massification de l’habitat), le Musée Urbain Tony Garnier poursuit son remarquable travail pour mieux comprendre comment le XXe siècle s’est adapté en France à un changement civilisationnel fondamental - la bascule du monde rural vers le monde urbain – et comment cette population, de plus en plus dense, a pu être logée.

Si quelques panneaux explicatifs éclairent des points précis (le rôle fondamental de l’Église, celui du patronat qui a abrité pour mieux les contrôler les ouvriers…), cette exposition est avant tout immersive. Il s’agit de ressentir comment on vivait au début du siècle, avec la reproduction d’une pièce de vie sous les toits quasiment dans ses dimensions originelles. Avec une collecte réalisée auprès des Lyonnais, voici un lit, des édredons peut-être vus chez vos ancêtres, une fenêtre type récupérée sur un chantier et des informations à même la matière réalisées par des décorateurs de théâtre !

Les objets racontent qu’en 1850, date de la première loi de salubrité publique (qui mettra du temps à être respectée), trois quart des 36 millions de français vivaient à la campagne. En 1931, ils n’étaient plus que la moitié. Les vagues d’immigrations vont mener à la construction des Habitations à Bon Marché. Là encore un intérieur type se visite, parfaitement reconstitué. À chaque fois des images d’époque sont projetées pour recontextualiser l’époque. Oui les taudis de Gerland, le "village-nègre", celui du Chaaba ont perduré jusque dans les années 60 ; des souvenirs personnels (mariage en super 8, vie d’une famille du Nord) jouxtent des infos de l'INA (la construction du Mur de Berlin, celle de Brasilia…).

Vintage ou réalité ?

Il faut voir ces images, en noir et blanc, le regard effaré des gosses mais aussi leur joie parfois de jouer avec trois fois rien en ignorant encore les ravages d’une maladie nouvelle, directement issue de ces conditions déplorables : la tuberculose. En 1948, 48% encore des logements n’ont pas l’eau courante. Le changement d’habitat, l’accession aux meubles grâce à l’ouverture du crédit bancaire ou la création d’Ikéa (1946 en Suède, 1981 en France, 1982 à Lyon, Vaulx-en-Velin), tout cela se lit sur une frise ludique avec rabats à manipuler.

Et les visuels du couple d’instit’ Rossignol dans les années 50 résume ce nouveau mode de vie : maman fait les courses et prépare le repas pendant que papa coupe le pain sur la table du living room et que les enfants, chanceux, prennent un bain. La reproduction magnifique de ces dessins rétrogrades amorce une descente dans une dernière partie de l’expo qui rend hommage au titre emprunté à George Perec : invitation à s’allonger pour regarder une création graphique du jeune vidéaste Aurélien Cenet sur Espèces d’espaces, puis à ouvrir diverses portes et regarder l’habitat des Lyonnais d’aujourd’hui.

Car, tout en étant pédagogique et renseignant de façon synthétique et précise sur ces 150 dernières années, cette exposition n’est pas tournée vers le passé. Elle regarde aussi comment, même avec d’indéniables progrès, en matière hygiéniste notamment, le logement reste un Graal à conquérir sans cesse face à une flambée des prix constante et bien peu – ou pas – maitrisée par les pouvoirs publics. Et de rappeler ce chiffre de l’indispensable Fondation Abbé Pierre : en France, la crise du logement touche encore 4 millions de personnes sans-abri, mal logées ou sans logement personnel.

La vie mode d’emploi,
Au musée urbain Tony Garnier jusqu’au 16 décembre

À lire : La Fabrique des citadins (éd. MUTG)


Menace sur le musée

25 ans d’existence mais peut-être une fermeture définitive lors des prochaines Journées du Patrimoine. Financé par la Ville de Lyon (75 000€ par an, inchangé depuis dix ans), la Région (30 000€, en baisse) et le Grand Lyon Habitat (20 000€ + le loyer gratuit), le musée vivote et sa directrice Catherine Chambon réclame 30 000€ supplémentaires pour survivre. Outre la passionnante exposition en cours (et l’édition d’un ouvrage ad hoc), le MUTG assure, pour 45 000 visiteurs annuels, la visite de l’appartement témoin du quartier Tony Garnier, entretenu dans son jus et émouvant témoignage des années 30, celle du stade conçu par l'architecte à Gerland ainsi que la veille des murs peints et des bâtiments si spécifiques de ce quartier éloigné de la Presqu’île, dans un arrondissement quasiment déserté par les institutions culturelles.

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Expos...

Mercredi 5 octobre 2022 Kashink détonne dans le paysage du street art depuis une quinzaine d’années. Sa pratique engagée se met au service d’un discours sur l’identité. À travers ses peintures de masques, elle nous raconte notre complexité, nous invite à l’embrasser avec...
Mardi 30 ao?t 2022 Cinq belles expositions à découvrir en galeries ce mois-ci, pour s’échauffer le regard avant (ou pendant) le grand événement artistique de la saison, la 16e Biennale d’art contemporain, qui débutera mercredi 14 septembre.
Mercredi 27 avril 2022 Un mois de mai exceptionnel pour les amateurs d’expositions, avec des photographes qui sortent de leur zone de confort, une belle collection particulière d’art contemporain au MAC, un abstrait baroque, et un Jean-Xavier Renaud qui...
Mardi 12 avril 2022 Zoom sur Elie Hammond, tatoueuse nouvelle génération qui a débuté sous l'égide de Dimitri HK avant de se forger son propre style et de devenir l'une des artistes les plus en vue du moment : la globe trotteuse sera présente à la...
Dimanche 3 avril 2022 Voici notre sélection de cinq expos à découvrir ce mois-ci gratuitement en galeries, qui ose le choc des générations et des styles : de l’école lyonnaise de peinture au street-art, en passant par la photographie de William Klein. Un point...
Mardi 15 mars 2022 Enfant terrible du monde de la photographie, William Klein n’a eu de cesse d’en bousculer les codes et les pudeurs. Jetant son corps dans la bataille du réel, ses images en conservent l’énergie, la violence, la vie. Retour sur les apports et le...
Jeudi 3 mars 2022 Mars arrive et la création contemporaine repart dans les musées et les galeries avec quelques belles affiches : William Klein, Christian Lhopital, Tania Mouraud, Thameur Mejri…
Mercredi 23 février 2022 Très loin d’être un musée de cire façon Tussaud, la nouvelle expo de La Sucrière revêt une réelle démarche artistique et permet de naviguer dans le courant de la sculpture hyperréaliste, jamais réellement structuré mais créé par des artistes...
Mardi 15 février 2022 Deux expositions personnelles, une exposition collective… Tania Mouraud connaît une forte actualité à Lyon. L’occasion de revenir sur cette figure importante de l’art contemporain.
Vendredi 4 février 2022 Du street-art australien au travail rigoureux du photographe Philippe Bazin, en passant par les espaces réinventés de Georges Rousse, on mélange tout dans notre shaker, ce mois-ci, pour vous inviter à découvrir plusieurs belles expositions à Lyon.
Mardi 1 février 2022 Pour entamer cette année qui verra la célébration de ses trente ans d’existence, le CHRD tombe le masque et offre les visages enfouis dans ses collections dont le fascinant ensemble de portraits peints au camp du Stalag en Silésie.
Mardi 18 janvier 2022 Tandis que Jean Bellorini met en scène son Jeu des ombres au TNP, l'artiste et écrivain Valère Novarina expose peintures et estampes à l’URDLA. L’agitateur des mots s’y poursuit agitateur des formes.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !