Y en a un peu plus, je vous le laisse quand même ? : "Deadpool 2"

Deadpool 2
De David Leitch (ÉU, 2h) avec Ryan Reynolds, Josh Brolin...

Nice Suit(e) ! / de David Leitch (E-U, 2h) avec Ryan Reynolds, Josh Brolin, Morena Baccarin…

Ayant trop exterminé de malfaisants, Deadpool reçoit en représailles une “visite“ à domicile causant la mort de sa fiancée Vanessa. D’abord désespéré et suicidaire, Deadpool trouve une raison de vivre et de combattre. Ainsi que de nouveaux alliés, qu’il recrute dans sa X-Force…

à lire aussi : Ryan Reynolds : « Deadpool est libérateur ; c’est un clown »

Et si Ryan Reynolds était en train d’accomplir avec Deadpool, en version ludique et trash, ce que Spielberg avait manqué dans Ready Player One : produire le divertissement adulte célébrant la culture pop dans sa jouissive transversalité absolue ? Incluse dans le cosmos Marvel officiel, mais jouant de la marginalité totale de son personnage-titre pour s’autoriser déviances, provocations et outrages, la franchise possède un enviable statut : Deadpool incarne le “Ça“ de la famille, le dépositaire des pulsions inconvenantes, du mauvais goût et de la transgression. L’onanisme, le meurtre, la grossièreté ou le vice sont interdits aux autres boy-scouts ? Lui se délecte de les pratiquer à l’envi.

Usant volontiers d’apartés pour asseoir sa connivence avec le public, flirtant au-delà du vertige avec la mise en abyme, Deadpool/Reynolds multiplie les allusions sarcastiques à tous les référents pop, au point de devenir un métapersonnage débordant les murs de sa propre série, empiétant sur les territoires voisins et trouvant des prolongements jusque dans sa surface promotionnelle. Ce fils (forcément) illégitime de Last Action Hero et Hellzapoppin interagit avec son auditoire ; c’est plus 2.0 que choper des easter eggs cachés comme des pixels morts.

Deadpool ose enfin l’infra-référentiel. Telles ses allusions à Barbra Streisand, belle-mère à la ville de Josh Brolin (qu’il appelle Thanos soit dit en passant), à travers une citation gratuite de Yentl (1983) : le héros nous fait partager sa découverte d’une similitude entre le titre Papa Can you Hear Me ? et Je voudrais un bonhomme de neige de La Reine des Neiges. Pourquoi ? Parce que…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 26 ao?t 2020 Seule survivante de l’attaque de sa réserve indienne, la jeune Danielle Moonstar se réveille au sein d’une étrange institution où la Dr Reyes retient captifs de jeunes mutants jusqu’à ce qu’ils sachent canaliser leurs nouveaux pouvoirs. Mais de...
Mercredi 24 avril 2019 Les Avengers s’unissent pour défaire l’œuvre destructrice de Thanos. Après un "Infinity War" en mode “demande à la poussière“, ce "Endgame" boucle (quasiment) par un grand spectacle philosophique la troisième phase de l’Univers cinématographique...
Mardi 17 mai 2016 En mettant ses mutants aux prises avec le premier d’entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps, c’est bien lui le...
Mardi 10 mars 2015 Marjane Satrapi s’exile aux États-Unis pour s’approprier une commande de film d’horreur à petit budget qu’elle transforme en comédie sanglante et cinglante à l’esprit très 80’s. Sympathique même si l’affaire peine à tenir la longueur. Christophe...
Mardi 3 mars 2015 En adaptant "Vice caché" de l’immense Thomas Pynchon, Paul Thomas Anderson prouve, après "The Master", qu’il n’aime rien tant qu’aller à l’encontre de sa maîtrise, éprouvée et incontestable. De fait, ce polar pop, enfumé et digressif est un plaisir...
Mardi 6 janvier 2015 D’Atom Egoyan (Canada, 1h52) avec Ryan Reynolds, Rosario Dawson, Scott Speedman…
Mardi 29 avril 2014 De Jason Reitman (ÉU, 1h51) avec Kate Winslet, Josh Brolin…
Mardi 29 janvier 2013 De Ruben Fleischer (ÉU, 1h52) avec Josh Brolin, Ryan Gossling, Sean Penn…
Mardi 21 septembre 2010 Oliver Stone profite de la crise financière pour donner une suite à son "Wall street" de 1988, marquant ainsi le retour du trader machiavélique Gordon Gecko, pour un résultat anachronique, poussif et daté. Christophe Chabert
Mercredi 30 janvier 2008 Avec "No country for old men", les frères Coen réalisent un film rare, à la croisée du cinéma de genre (western, film noir) et du film d'auteur personnel, un concentré de cinéma brillant et intelligent. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !