Hybrides débridés : "Mutafukaz"

Mutafukaz
De Shoujirou Nishimi, Guillaume Renard (Fr-Jap, 1h33) avec Orelsan, Redouanne Harjane...

Animation / Retour gagnant sur grand écran pour Guillaume Renard, alias Run, qui offre de l’espace et du temps aux héros de l’univers pop-pulp-futuriste de Mutafukaz, la série qu’il avait développée en BD. Une synthèse street punk bariolée, avec des cafards, des mutants et de la lucha libre.

Dark Meat City. Livreur de pizzas parfumé à la lose, Angelino voit sa vie changer le jour où, après avoir un peu trop maté une belle donzelle, il percute un camion. Une armée de tueurs détruit son taudis, le forçant à partir en cavale avec son coloc’. Au passage, il se découvre des pouvoirs…

Apparue avec le millénaire et son cortège de néo-usages techno-ludiques, la maison Ankama héberge une flopée de séries transmédia qui, fort logiquement, trouvent au cinéma un terrain de jeu supplémentaire. Après le réussi Dofus, livre 1 : Julith (hélas passé un peu inaperçu), voici donc un nouvel objet pop-fusion post-moderne tirée de cette galaxie aux inspirations multiples et débridées : entre l’anticipation et la dystopie, la jungle urbaine peuplée d’aliens undercover visant à prendre le contrôle de la planète en asservissant les humains rappelle le John Carpenter de Invasion Los Angeles.

Ados dans le viseur

Mais aussi la désinvolture vitaminée du Tarantino de Pulp Fiction ne lésinant pas sur les flingues ni l’hémoglobine — la violence visuelle n’est pas ici éludée, loin s’en faut — et prenant autant de libertés qu’il est permis d’en voler avec la stricte linéarité du récit. Deux arguments de choix pour conquérir une cible adolescente (en-dessous de 12 ans, ce serait du massacre), sans doute déjà appâtée par la tête de gondole Orelsan/Gringe, duo sélectionné pour prêter sa voix à Angelino et Vinz.

Dans cette histoire peuplée de créatures à la physionomie indéterminée, l’objet de toutes les convoitises est l’hybride parfait entre un humain et un extra-terrestre ; une sorte de chimère aussi improbable et puissante qu’un cocktail tequila-saké. Cohérence suprême, Mutafukaz milite aussi pour les vertus du métissage et de l’hétérogénéité à travers sa forme auto-zappante et sa conception eurasienne. Preuve que même dans le chaos on finit toujours par trouver un semblant d’ordre…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 22 octobre 2020 C'est en 2015 que Gringe entame sa carrière de comédien aux côtés, comme pour sa carrière musicale, de son acolyte Orelsan. Bloqués, imaginé par Kyan (...)
Mardi 19 juin 2018 Vieilles gloires, valeurs sûres, piliers de festoches, jeunes pousses, smoothies de genres, et autres étrangetés à découvrir, le festival lacustre baigne l'été musical d'un éclectisme qui attire les foules comme les amateurs éclairés, jusqu'à les...
Mardi 14 novembre 2017 Elle est bègue ; il n’ose lui avouer qu’il ne sait pas lire. Malgré une foule de barrières, ils vont tenter de s’aimer. Pour sa première réalisation de long-métrage, Sara Forestier opte pour la complexité d’une romance abrupte nourrie de réel, de...
Mardi 8 décembre 2015 De Orelsan & Christophe Offenstein (Fr, 1h30) Avec Orelsan, Gringe, Seydou Doucouré…
Vendredi 30 mars 2012 Hip hop / Pas besoin de s'appeler Olivier Cachin (le spécialiste français du rap, qui, pour l'anecdote, a fait ses premières armes chez Picsou Magazine) (...)
Lundi 27 février 2012 Après avoir été dévoilée au compte-gouttes sans tambour, ni trompette (normal c'est du hip-hop), la programmation de l'Original Festival, qui se déroulera du 5 au 9 avril est enfin complète. Stéphane Duchêne

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X