10e Festival Lumière : ce sera… Jane Fonda

Festival Lumière / Le patron de l’Institut Lumière avait promis une surprise pour marquer les 10 ans du Festival Lumière. Il a de fait pris tout le monde de court en annonçant la remise du 10e Prix Lumière la comédienne et productrice Jane Fonda, le 19 octobre prochain à Lyon.

Les pronostiqueurs en sont pour leurs frais, qui s’imaginaient déjà, après Wong Kar-wai, célébrer quelque prestigieux cinéaste étasunien rue du Premier-Film. C’était aller un peu vite en besogne et oublier que la règle définissant les modalités d’attribution du “Nobel“ du cinéma possède une élasticité remarquable : les récipiendaires sont désignés sur des critères reposant « sur le temps, la reconnaissance et l’admiration ». C’est ainsi que la comédienne Catherine Deneuve avait été distinguée, sans qu’elle ait jamais réalisé — à la différence de son prédécesseur Gérard Depardieu — le moindre film. Dès lors, tout était possible.

Jane Fonda apparaît comme un choix indiscutable et logique. Indiscutable, car sa carrière d’actrice, sanctionnée par deux Oscar pour Klute (1971) et Retour (1978), compte une cargaison de classiques allant des Félins de René Clément (1964) à On achève bien les chevaux (1969) de Pollack, de La Poursuite impitoyable (1966) de Penn à La Maison du Lac (1981) de Rydell en passant, évidemment, par Barbarella (1968) de Vadim.

Logique, si l’on tient compte d’un certain contexte poussant à placer sur le devant de la scène des figures portant ou ayant porté la voix de la revendication féminine. Or, de la génération “68“, Jane Fonda fut l’une des plus militantes : engagée politiquement, elle profita de sa notoriété pour faire progresser des idées égalitaristes et progressistes dans un Hollywood machiste à tendance rétrograde. Le mouvement Time’s Up, consécutif à l’affaire Weinstein, obligeant à une reconsidération de la représentation, du traitement et de la rémunération des femmes, a sans doute participé de ce choix, consciemment ou non. Ajoutons que Mademoiselle Jane Fonda est une délicieuse francophone. On attend de pied ferme sa venue, et ses choix de programmation.

Anniversaires

Comme à l’accoutumée, la présentation du festival aura permis de se mettre en appétit en ne livrant que de grandes orientations : pour le détail des films et des séances (420 à prévoir en dix jours…), il faudra revenir après l’été. Toutefois, on a déjà matière à réjouissance avec la rétrospective Henri Decoin (qui permettra de rendre à nouveau hommage à Danielle Darrieux, sa comédienne fétiche). L’histoire permanente des femmes cinéastes exhume la carrière d’une britannique que « même Bertrand Tavernier connaît mal », Muriel Box. On se souvient que le même Tavernier s’amusait de la passion quasi coupable que Patrick Brion entretenait pour Richard Thorpe en multipliant les cycles au Cinéma de Minuit. Grâce à un dépôt de copies 35mm réalisées par ledit Brion, on pourra justement redécouvrir une partie de l’œuvre de ce stakhanoviste des studios.

Montré dans sa version restaurée à Cannes, 2001 : L’Odysée de l’espace de Kubrick doublera la mise en 70mm ; l’occasion pour Actes Sud, maison cousine de l’institut de sortir un petit ouvrage sur le film désormais quinquagénaire — mais tellement plus contemporain et visionnaire que tant d’œuvres d’anticipation. Plus jeune (il n’a que 15 ans), Nos meilleures années de Marco Tullio Giordana viendra souffler ses bougies. Et il est possible que Tilda Swinton refasse une escale pour présenter un de ses films de chevets — cela reste à confirmer. Plus sûre est la projection des Grandes Gueules, du trop mésestimé Robert Enrico — dont on devrait pouvoir revoir La Rivière du Hibou, son court-métrage à Oscar qui fut diffusé dans The Twillight Zone.

Du silence et des sons

Au rayon muet, Buster Keaton achève son intégrale lancée en 2016, fruit d’une restauration minutieuse. Et il sera rejoint par le maître de Chaplin, le Français Max Linder, à l’occasion de la création d’un Institut Max & Maud Linder — disparu l’an dernier Maud, la fille et détentrice des droits de l’œuvre de son père, les ayant légués à Lyon. Qui n’a jamais vu les fantaisies élégantes de l’homme au chapeau de soie se doit d’aller les découvrir sans tarder ! Autre grande star des débuts du cinéma, Catherine Hessling, muse des premiers films de Renoir, aura sa bouille ronde et ses yeux céruléens à nouveau sur grand écran.

Muette, Liv Ullman l'est dans l'immense film de Bergman, Persona. La comédienne et cinéaste norvégienne aura, on l'espère, beaucoup à dire sur ce tournage et d'autres films projetés au cours de la rétrospective qui lui est offerte. C'est l'un des moments les plus attendus du festival.

Ne croyez pas, pour autant, que le silence règnera sur cette édition : Bernard Lavilliers viendra souffler son amour des mots et des images et Catherine Frot, annoncée il y a deux ans pour un programme de chansons réalistes, les interprétera cette fois, c’est promis. On n’a pas tous les jours dix ans.

10e édition du Festival Lumière
Du 13 au 21 octobre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 1 décembre 2021 Après de rocambolesques péripéties, l’Institut Lumière accueillera bien du 7 au 14 décembre les neuf films du “Festival Netflix“ et sa pluie de grands auteurs, dans un contexte houleux. Récit du feuilleton qui a tourneboulé les “professionnels...
Mercredi 6 octobre 2021 Renouveler la cérémonie d’ouverture d’un festival dédié au cinéma de patrimoine tient à la fois de l’oxymore et du mythe de Sisyphe puisqu’il faut (...)
Jeudi 16 septembre 2021 À moins d’un mois du début de la 13e édition du Festival Lumière, le programme se dévoile enfin. Conforme aux attentes et à ses habitudes, il convoque des films nouveaux ou en renouveau ainsi qu’un aréopage d’invités de prestige, sans négliger...
Mercredi 16 juin 2021 L’annonce que les triskaïdékaphobes redoutaient, mais que les cinéphiles — qui sont quand même plus nombreux — attendaient avec impatience vient d’être (...)
Mardi 22 décembre 2020 Narrant les tourments d’une âme cherchant à regagner son corps terrestre, le nouveau Pixar résonne étrangement avec la situation du monde du cinéma actuellement au purgatoire et peinant à retrouver sa part physique (la salle). "Soul", un nouvel opus...
Mercredi 7 octobre 2020 « Défiez-vous des premiers mouvements, écrivait Casimir de Montrond. Ils sont presque toujours bons. » Si les artistes revendiquent volontiers une part de spontanéité dans l’acte créatif, quid du premier regard porté sur une œuvre — en particulier...
Jeudi 8 octobre 2020 Thomas Vinterberg s’empare d’une théorie tordue pour s’attaquer à un nouveau “pilier culturel“ scandinave : la surconsommation d’alcool. Une fausse comédie et une vraie étude de mœurs à voir cul sec.
Lundi 21 septembre 2020 Nouvelles consignes de sécurité et fermeté se sont invitées dans le discours de Pascal Mailhos, le préfet du Rhône, afin d'endiguer la propagation de l'épidémie de Covid-19. Ce qui, bien sûr, impacte encore un peu plus le secteur culturel.
Jeudi 24 septembre 2020 La saison de l'Auditorium, un lieu où l'on peut s'assoir et garder ses distances, vient tout juste de reprendre. Au menu, un nouveau chef, des cheffes, des classiques, une taupe, Tintin, Et de la musique en veux tu, en voilà. Panorama.
Jeudi 16 juillet 2020 Deux fois deux Palmes d’Or succèdent donc au double palmé Francis Ford Coppola, et recevront donc le Prix Lumière le vendredi 16 octobre à Lyon. Croisons-les doigts pour que rien n’entrave cette prophétie…
Mardi 30 juin 2020 On doit au Festival Lumière 2019 d’avoir réuni et programmé ces films de la Warner ayant eu la chance d’éclore dans la (brève) zone grise grise précédant (...)
Mardi 18 février 2020 (À lire à haute voix, façon Stéphane de Groodt) « —Prenons les paris, ce sera Roubaix. —Quoi donc ? —Le César, à Paris le 28 février. —Sauf si Ly l'a, (...)
Mardi 8 octobre 2019 Des films par dizaines, des projections par centaines, des invités… par milliers ? Peut-être pas, mais suffisamment pour que chaque spectatrice ou (...)
Mardi 3 septembre 2019 Francis Ford Coppola, Bong John Ho, Ken Loach, Daniel Auteuil et Marina Vlady ne seront pas seuls à visiter les salles obscures lyonnaises en octobre prochain : Frances McDormand, Donald Sutherland, Marco Bellocchio, Gael Garcia Bernal ou Vincent...
Mardi 3 septembre 2019 Cassavetes, Coppola, Carpenter, Clint… Étrange convergence d’initiales, mais surtout de prestigieuses signatures à l’affiche de l’Institut Lumière en ce mois de septembre, où l’on joue avec vertiges du rétroviseur et de la lorgnette.
Mardi 11 juin 2019 Il a pour toujours associé à l’écran l’odeur du napalm au petit matin aux envolées de Wagner, incité au silence par quelques notes de Nino Rota ou donné de furieuses envies de danser la tarentelle dans un mariage. Si Francis Ford Coppola possède ce...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !