Mandico, Jeunet & Caro, Gaspar Noé : l'art et la matière

Caro & Jeunet

Cinéma / À l’heure où la virtualité s’impose à chaque maillon de la chaîne cinématographique, demeure une frange de cinéastes faisant résonner leur 6e sens avec le 7e art. Pour elles et eux, filmer est un acte définitivement charnel. Ça nous a plu ; on en veut en corps !

De même que les saumons nagent à contre-courant pour frayer, certains cinéastes se révèlent remarquablement féconds en évoluant à rebours de leurs congénères. En manifestant, par exemple, un attachement viscéral à la pellicule moins pour des raisons de conservatisme rétro-snobinard que des motivations profondément artistiques — ce qui ne les empêche pas de recourir à des effets numériques. Ou en s’obstinant à spectrographier l’âme humaine à l’aune de leurs obsessions plastiques. Le premier groupe réunit à Hollywood une aristocratie d’auteurs bankable — Tarantino, Nolan, Spielberg, Scorsese, Aronofsky, Anderson (Wes & Paul Thomas), Abrams, Coen (Joel & Ethan) etc. — et rassemble en France un aréopage de cin-éaste-philes sans doute nostalgiques d’une certaine sérendipité expérimentale : Jean-Pierre Jeunet & Marc Caro, F.J. Ossang pour les “ancêtres“, Hélène Cattet et Bruno Forzani, Bertrand Mandico, Antonin Peretjatko dans la nouvelle génération… Bien souvent des courts-métragistes acharnés malaxant influences comme les bandes son et images sans tabou, jonglant d’un format à l’autre entre deux longs.

à lire aussi : Bertrand Mandico : « Je tire parti de tout ce que propose la pellicule »

La saison passée aura été particulièrement fructueuse pour les précités, les plus jeunes d’entre eux confirmant leur faim d’en découdre autant avec la matière filmique que la matière organique. Entre leurs doigts, l’exercice cinématographique s’apparente à une chirurgie prométhéenne dans un champ opératoire ouvert à toutes les hybridations de formes, de genres, de chromosomes, sans révérence ni préjugés. On a vu comment Laissez bronzer les cadavres de Cattet & Forzani (ressus)citait giallo, polar(s) et cinéma érotique des années 1970 dans un objet violemment scintillant et délicieusement estomaquant ; on a assisté à l’éclosion du stakhanoviste Mandico avec Les Garçons sauvages et son retour — discret ou sabordé par une sortie le 15 août ? — au sein du programme Ultra Rêve, il ne reste plus qu’à attendre de 2018-2019 des émergences supplémentaires. Plus convaincantes, à coup sûr, que celle de Yann Gonzalez…

Pères fondateurs

Précurseurs dans la “manufacture“ d’images, Caro/Jeunet ont dès leurs débuts à la fin des années 1970, montré à quel point l’optique, la composition, le cadre et les décors pouvaient participer de l’atmosphère d’un film et affirmer la patte d’un auteur. D’essence artisanale, leur écriture esthétique éprise de thèmes et de mèmes du passé ne s’est toutefois jamais privée, là non plus, de profiter d’outils numériques — quitte à les forger sur mesure — pour en améliorer le rendu patiné. Ensemble jusqu’à La Cité des enfants perdus (1995), puis chacun de leur côté, les deux cinéastes ont construit une œuvre combinant bricolage et extrême sophistication, où la création reste tangible et non le produit d’une somme de calculs. Elle est de ce fait susceptible d’être présentée dans une exposition : celle que va accueillir à Lyon le Musée Cinéma et Miniature du 13 octobre au 5 mai 2019, dans la foulée de la Halle Saint-Pierre à Paris. S’y côtoieront des objets totémiques (maquettes, nain de jardin d’Amélie Poulain…) comme des éléments préparatoires de leurs réalisations. Une manière concrète de partager leurs processus créatifs et de s’imprégner de l’atmosphère si particulière de Délicatessen, L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet ou Dante 01.

Et le second groupe, alors ?

Les avant-gardes ont mille visages et leurs promoteurs mille et un usages. D’aucuns font en effet profession de — pour reprendre un terme à la mode — “disruptivité“ permanente, contredisant film après film leurs manifestes définitifs ; trouvant cependant dans cette remise en question permanente une unité stylistique. Tel Lars von Trier, dont le prochain thriller The house that Jack built porte indubitablement la vénéneuse griffe. D’autres enfin customisent jusqu’à la moelle le moindre atome de leur cinéma, faisant de tout nouvel opus le complément logique d’un grand œuvre de plus en plus cohérent. C’est le cas de Gaspar Noé dont le bien nommé Climax est, littéralement, une tuerie. Plutôt bien d’entamer la saison par une promesse de fête. Bonne année !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 1 mars 2022 Elle fut la dernière des manifestations d’envergure à se tenir à Lyon avant l’impromptu du premier confinement. Deux ans plus tard, alors que le spectre covidien semble refermer sa funeste parenthèse, Écrans Mixtes s’apprête à ouvrir une très...
Mardi 18 janvier 2022 Peut-être sera-t-elle capitale européenne de la Culture en 2028. Clermont-Ferrand, n’est pas que la ville-Michelin (même si l’entreprise est omniprésente) et lance sérieusement sa campagne en ce début d’année, au moment où le festival du court, le...
Vendredi 11 juin 2021 Officiellement, la 16e édition du Lyon BD Festival se tient les 12 et 13 juin. Mais chacun sait que, dans les faits, le rendez-vous de la bande dessinée a commencé depuis une septaine déjà. Rien à voir avec quelque éviction prophylactique :...
Vendredi 19 février 2021 La scénariste lyonnaise Virginie Ollagnier et la dessinatrice Carole Maurel se sont emparées du mythique reportage en immersion de Nellie Bly, "10 jours dans un asile", pour façonner un simili-biopic de la journaliste américaine, enfin mise en...
Mercredi 9 septembre 2020 Avec Térébenthine, son dernier roman, Carole Fives nous emmène sur les traces d'une étudiante des Beaux-Arts. Où faute de voir s'épanouir une artiste-peintre, on voit naître une écrivaine.
Mardi 28 janvier 2020 La parade nuptiale d’un oiseau pour trouver l’élue de son nid ; l’amitié entre un oiseau naufragé et une jeune baleine ; la course-poursuite entre un bébé chouette et son puîné dans l’œuf emporté par une tempête… Trois courts-métrages exceptionnels...
Mardi 28 janvier 2020 Disparu en reportage au Cambodge, Gilles Caron (1939-1970) fut un grand œil photographique du XXe siècle ; et ce bien que sa carrière couvrît à peine une décennie. Troublée par les échos à sa propre histoire familiale, la documentariste Mariana...
Mardi 7 janvier 2020 S’il n’avait succombé à 30 ans en couvrant le coup d’État cambodgien de Pol Pot, il serait aujourd’hui à coup sûr autant célébré que son confrère et cofondateur (...)
Mardi 17 décembre 2019 De la joie, des outrances, de la drôlerie et une équipe de haute précision, Le Roi Carotte revient quatre ans après sa création, mis en scène par l'une des stars mondiales de l'Opéra et fidèle de celui de Lyon, Laurent Pelly.
Mardi 10 décembre 2019 Rio de Janeiro, 1950. Les sœurs Gusmao ne se quittent jamais. Jusqu’au jour où Euridice part avec un marin de fortune mais revient au bercail où son père la répudie en lui interdisant de revoir sa sœur Guida qui rêve de devenir concertiste. Des...
Mardi 30 octobre 2018 C’est l’histoire chaque fois recommencée d’un tout petit musée qui ne cesse de grandir. Et qui après Wes Anderson ou Ma vie de Courgette s’offre Jeunet & Caro en expo temporaire…  

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !