Emmanuel Mouret : « pour moi, le cinéma est dans les ellipses »

Mademoiselle de Joncquières
De Emmanuel Mouret (Fr, 1h49) avec Cécile de France, Edouard Baer...

Mademoiselle de Joncquières / La rencontre entre Emmanuel Mouret et Diderot provoque celle de Cécile de France avec Édouard Baer. Conversation avec trois d’entre eux — Diderot étant naturellement excusé…

On savoure dans le dialogue de Mademoiselle de Joncquières chaque détail de sentiment, chaque atome de langue. C’est habituel chez vous, mais n’y avait-t-il pas ici pour vous une gourmandise supplémentaire ?
Emmanuel Mouret :
Dans un film en costumes qui se rapporte à une époque assez éloignée dans le temps, et d’autant plus un film XVIIIe, on est d’emblée porté sur ce plaisir des mots choisis et des personnages qui peuvent faire l’examen de soi en maniant avec dextérité la langue.

à lire aussi : Édouard Baer : “Je rêvais de constituer une troupe de cinéma”

C’est mon producteur qui avait très envie que je fasse un film d’époque : il pensait que, justement, on entendrait mieux mes dialogues avec cette distance du temps qui permet finalement de connecter plus directement. C’est comme les films de science-fiction ou les dessins animés, on n’a pas d’idée arrêtée sur ce que ça doit être. C’est donc un film où j’ai pu faire parler les personnages beaucoup plus librement que dans un film contemporain.

Cette époque porte à incandescence la langue et les sentiments…
Emmanuel Mouret :
Toutes les époques ont leur intérêt pour la langue, mais il y a au XVIIIe siècle un goût pour une langue qu’on reconnaît, qui est proche et en même temps un peu différente de la nôtre. C’est aussi la fin de l’aristocratie, des nobles, et ces personnages ont tout le loisir s’interroger sur ce qu’ils ressentent — on ne le retrouve plus aujourd’hui même chez les gens très fortunés, qui sont peut-être beaucoup plus occupés à gérer leur capital !

à lire aussi : Édouard Baer : “Je rêvais de constituer une troupe de cinéma”

Et ce XVIIIe français est connu dans le monde entier grâce aux Lumières, à la Régence et à la disparition complète d’une forme d’autoritarisme religieux. On s’intéressait plus librement à l’étude du monde, aux plaisirs.

Le jeu de ce siècle, c’était faire la part entre le plaisir et la morale — et la rigueur, ou la religion. Aujourd’hui, on est tout aussi clivé entre ce que j’appelle le plaisir, l’amour profane, et une conception plus sacrée de l’amour.

Vous avez trouvé l’intrigue chez Diderot…
Emmanuel Mouret :
C’est une nouvelle de quelques pages qui se situe dans Jacques le Fataliste et son maître. Tous deux arrivent dans une auberge, et c’est une aubergiste qui leur raconte cette histoire en débouchant des bouteilles. Lorsqu’il y avait des dialogues, je me suis efforcé de les garder. Il doit y avoir peut-être un quart des dialogues de Diderot et le reste que j’ai brodé.

Le fil ressemble à celui de Bresson dans Les Dames du Bois de Boulogne
Emmanuel Mouret :
Alors, oui puisque Bresson s’est nourri de ce même passage, sauf qu’il l’a adapté de façon contemporaine et qu’il est rentré dans l’histoire assez différemment : il s’est surtout intéressé à ce personnage que j’ai appelé Mademoiselle des Jonquières — qui est Mademoiselle d’Aisnon dans le récit de Diderot et qui est le personnage principal de son histoire.
Je me suis beaucoup plus intéressé à la Marquise elle-même et à ses rapports avec le Marquis. Ce que j’aimais beaucoup chez Diderot, c’est que la personne de Mademoiselle des Jonquières apparaissait à la fin, presque tardivement. Cette surprise dramatique m’a toujours ému. J’ai beaucoup développé le début, qui tient en deux-trois phrases, pour que l’on sente le lien de la Marquise et sa blessure amoureuse.

La machination de la Marquise pour se venger rend l’argument extrêmement contemporain, dans l’esprit du mouvement #MeToo ?

La modernité, c’est l’inactuel. C’est d’ailleurs pour cela que l’on continue de lire les classiques ou les anciens parce qu’il y a une modernité, ça n’a pas vieilli. Donc c’est actuel par inactualité…

Il y a une grande proximité entre le Marquis et Valmont, la Marquise et Mme de Merteuil…
Emmanuel Mouret :
Bien sûr. Le texte de Diderot est assez contemporain de celui de Laclos. La Pommeraye et Merteuil sont des femmes magnifiques, impressionnantes, diaboliques mais resplendissantes. Mais contrairement à chez Laclos, la Marquise et le Marquis ne sont pas des personnages cyniques ni désabusés ayant un goût pour la perversité. Ce sont de vrais amoureux qui sont sincères. C’est là la grande différence, qui fait la grandeur du récit de Diderot ; on peut s’identifier. Alors, bien sûr le Marquis semble excessif ; bien sûr là où on fomente une vengeance on s’arrête dans la minute qui suit. Chez Laclos, il y a quelque chose de très impressionnant mais de très froid, et ils sont pris à leur propre piège.

Vous avez pris un illustrateur, Sébastien Laudenbach, pour jouer le personnage d'un peintre. Et cependant, on ne voit jamais le portrait qu’il réalise…
Emmanuel Mouret :
C’est un ami et cela m’amusait qu’il soit là. On s’est posé 36 000 questions pour le portrait. Comment faire un beau portrait d’époque ? Finalement, c’était plus intéressant qu’on le suppose, qu’on l’imagine par la suggestion, qui est souvent le lieu du cinéma.

Le cinéma, pour moi, est dans les ellipses, dans le hors-champ, derrière les yeux, dans ce que l’on suppose. Notre imaginaire est touché quand on doit imaginer, et non quand les choses sont toutes montrées.

Cécile de France : « c’est une femme qui se libère »

Cécile, comment avez-vous abordé ce personnage ?
Cécile de France
: C’est un rôle exceptionnel. Je suis très heureuse qu’on me l’ai offert — ce n’était pas gagné : je sais que j’ai cette image — dont je me libère ici — de fille solide saine bien dans sa peau. Jouer la cruauté d’une femme qui souffre, c’était une très belle opportunité.

Fait-elle plus souffrir qu’elle ne souffre elle-même ?
Cécile de France
: C’est tout son paradoxe. Le spectateur est invité à choisir, et je me suis beaucoup interrogée sur mon personnage, savoir où je devais me positionner — parce qu’on aime toujours le personnage qu’on interprète. C’est comme une amie, on passe deux mois ensemble, on a de l’affection pour elle. C’était un conflit intérieur : c’était formidable qu’elle ait ces propos féministes, qui résonnent aujourd’hui, qui sont engagés, c’est une femme qui se libère et s’affranchit de tous les codes imposés par sa catégorie. Et j’étais outrée par ce qu’elle fait, qui est ignoble.

Avez-vous relu des textes du XVIIIe pour vous préparer ?
Cécile de France
: Non, j’ai relu la nouvelle tirée de Jacques le fataliste. J’ai pris plus de temps à parler avec Emmanuel. J’ai peut-être lu d’autres textes de Diderot pour avoir justement sa position sur le féminisme, c’était intéressant car il n’existait pas à l’époque, il est arrivé au siècle d’après.

On est au sein d’une crise sociale qui dénonce les inégalités sociale et tout d’un coup, on se met à s’interroger sur le statut juridique de la femme. Beaucoup de similitudes existent entre le siècle des Lumières et notre époque. Ce serait bien qu’il y ait une Révolution ! (rires)

Édouard Baer : « je n’aime pas la délicatesse au cinéma »

Et vous Édouard, comment avez-vous abordé le Marquis ?
Édouard Baer
: Je n’ai pas pas lu Diderot. Il faut faire l’effort d’apprendre le texte et de le savoir comme une centième de théâtre, pour que les mots ne soient pas une prison. Pour que ce ne soit pas juste propre, ne pas dire juste joliment les mots en articulant. Si c’est juste joli, dire de belles phrases dans de beaux costumes, c’est assommant. Donc il faut l’apprendre un peu plus qu’un autre texte. Pour que ça sorte dans le sentiment. Parce qu’autrement, ce ne sont pas ces mots-là qui vous viennent.

La séquence du dîner, où il fait face à la Marquise et à Mademoiselle de Joncquière l’expose comme sur une scène de théâtre…
Édouard Baer
: C’était très amusant : c’est la seule vraie scène de comédie. C’est dingue : mon personnage joue, il ne sait pas qu’il joue un truc, alors que c’est lui qui est joué. C’est du théâtre italien. Ce qui est beau c’est que la sincérité de l’époque s’exprime dans des mots qui restent quand même très construits. Parfois il y a le silence quand on est trop ému par quelque chose ; là ce sont des mots d’un sincérité totale qui sortent de sa bouche. J’aime bien quand il se décompose devant elle, qu’il pense qu’il ne va pas la voir ; je suis obsédé par cette scène.

La déclaration dévote qu’il fait à ce moment, contre ses convictions libertines, ressemble à “Il n’y a pas d’amour heureux…“ d’Aragon.
Édouard Baer
: Ah… (rires) « Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force / Ni sa faiblesse… » Non, non, c’est vraiment, je crois, du langage des dévots de l’époque. Cette hypocrisie qu’on retrouve dans Molière, avec des phrases toutes faites. C’est vraiment une religion de représentation, une religion-spectacle avec des aveux, il faut se faire voir à l’église, bien avoir des réponses à tout ; oui c’est du théâtre : « J’ai mon honneur tant que personne ne s’aperçoit que je suis une ordure ». Les vertus publiques, les vertus privées…

Ce qu’il y a de plus beau dans le film et qui en fait un grand film, c’est la dernière partie quand il perd complètement ses moyens. Il a l’air de contrôler le truc, il pense que l’argent va payer ce qu’il veux, et c’est l’effondrement. Quasiment comme Depardieu dans La Femme d’à côté : « je ne peux pas vivre sans elle », un truc de corps, physique… Il en est malade. On peut dire c’est parce qu’elle se refuse à lui, on peut avoir mille explication psychanalytiques, on s’en fout. Sincèrement, c’est très beau, et à jouer c’est incroyable.

Quand il dit « je l’aurai », c’est parce que sa vie en dépend, pas parce qu’il peut se l’acheter. Ça sauve un peu ce personnage qui a des sincérités successives, comme les grands menteurs.

Le film est élégant, mais surtout tragique…
Édouard Baer
: Le scénario et les personnages sont magnifiques — des gens d’une intelligence et d’une analyse de leur vie amoureuse incroyables et d’une liberté… La fin est tellement belle. C’est très intéressant de faire ça avec Mouret, qui a du goût, du style, de l’émotion, de la rêverie, de la sensibilité. Mais y avait un risque que ça soit joli parce qu’Emmanuel aime Rohmer, et moi je n’aime pas Rohmer, ni les choses éthérées, le décalage, le petit pas de côté.

J’aime qu’on rougisse, qu’on pleure. Je n’aime pas la délicatesse au cinéma, mais que cela soit gênant, qu’on pousse les choses. Dans l’art, c’est épouvantable la délicatesse.

Là, il faut y aller : mon personnage quelqu’un qui va acheter la femme qu’il aime, une femme qui veut la mort sociale d’un homme, l’écraser. Des gens qui jouent des choses de tragédie grecque, pas qui jouent un théâtre de salon. C’est pas du marivaudage ce qui se joue là, c’est beaucoup plus grave ! On ne peut être tout le temps au fleuret moucheté ; il faut être au sabre !

Le verbe est ici essentiel dans le jeu de la séduction. Avez-vous conscience du charme de votre voix ?
Édouard Baer
: J’ai plus conscience des trucs dans le ridicule, quand elle est lâchée dans l’aigu, dans les pertes de confiance, quand elle devient maniérée. Je guette plus ça, car je suis agacé par les manières. Parfois, quand je m’entends, on dirait le fils de Sacha Guitry et de Michou. On ne s’aperçoit pas qu’on est faux en jouant mais en réécoutant. Je pourrais presque diriger un acteur à l’oreille.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 18 février 2020 1861. Alors que la Guerre de Sécession fait rage, les Français sont sommés par l’Empereur de rester neutres. Pour Edmond et les siens qui vivent dans le Sud, la situation devient intenable. Ils décident donc de rentrer au pays, mais doivent pour ce...
Mardi 15 octobre 2019 Après la mort de son compagnon, Corine part au fin fond de la Mongolie pour se changer les idées. Alors qu’elle enregistre le son d’une cérémonie chamanique, elle entre dans une transe violente, révélant des dons de chamans insoupçonnés. Une lente...
Mardi 14 février 2017 Prenez l'imprévu et décomplexé chef d'œuvre post-romantique de Camille Saint-Saëns. Incorporez-y une grosse dose de jazz façon big band et vous obtenez un Carnaval Jazz des Animaux racontée par un grand méchant loup affamé. Un spectacle à dévorer en...
Mardi 10 janvier 2017 C'est à Radio Nova qu'Édouard Baer s'est fait un nom. Quand Jean-François Bizot, le maître de maison (à qui Ouvert la nuit est dédié), l'a mis à l'antenne et en (...)
Mardi 10 janvier 2017 Farandole joyeusement erratique à travers un Paris nocturne sublimé, cette déambulation d’un directeur de théâtre aussi fantasque qu’impécunieux signe le retour du cinéaste-interprète Édouard Baer pour un film-synthèse superlatif : la plus...
Mardi 29 novembre 2016 Le nœud papillon savamment défait, le cheveu en bataille et un vers d’Aragon sur les lèvres, Édouard Baer promène sa nonchalante élégance d’artiste en quête d’un (...)
Mardi 22 mars 2016 de Julien Rappeneau (Fr, 1h35) avec Noémie Lvovsky, Kyan Khojandi, Alice Isaaz, Anémone…
Mardi 26 janvier 2016 De Benoît Graffin (Fr, 1h33) avec Sandrine Kiberlain, Édouard Baer, Bulle Ogier…
Samedi 18 juillet 2015 De Catherine Corsini (Fr, 1h45) avec Cécile De France, Izïa Higelin, Noémie Lvovsky…
Mardi 21 avril 2015 Depuis Laissons Lucie Faire, son premier film, nous avons noué un dialogue fructueux et passionnant avec Emmanuel Mouret, et c’est un plaisir de le prolonger pour la sortie de Caprice. Propos recueillis par Christophe Chabert
Mardi 21 avril 2015 Après le virage dramatique raté d’"Une autre vie", Emmanuel Mouret revient à ce qu’il sait faire de mieux, le marivaudage comique autour de son éternel personnage d’amoureux indécis, pour une plaisante fantaisie avec une pointe...
Mardi 7 avril 2015 De Denis Dercourt (Fr, 1h30) avec Albert Dupontel, Cécile De France…
Mardi 1 avril 2014 Une immersion dans les grandes écoles de commerce où trois étudiants décident de monter un réseau de prostitution pour démontrer la force du marché : plus qu’un campus movie à la française, Kim Chapiron réalise la critique cinglante et fascinante de...
Mercredi 15 janvier 2014 D’Emmanuel Mouret (Fr, h35) avec JoeyStarr, Jasmine Trinca, Virginie Ledoyen…
Vendredi 29 novembre 2013 De Cédric Klapisch (Fr, 1h54) avec Romain Duris, Audrey Tautou, Cécile de France…
Jeudi 20 juin 2013 Emmanuel Daumas donne une seconde vie à "Anna", téléfilm culte de Pierre Koralnik diffusé en 1967. Exit Jean-Claude Brialy et Anna Karina (mais pas Serge Gainsbourg, auteur de la mythique bande son de cette histoire d'amour évitée) et place à...
Lundi 18 février 2013 D’Éric Rochant (Fr, 1h43) avec Jean Dujardin, Cécile De France, Tim Roth…
Mardi 5 février 2013 De Fabien Onteniente (Fr, 1h42) avec Édouard Baer, Alain Chabat, Lucien Jean-Baptiste…
Jeudi 11 octobre 2012 Passant après le calamiteux épisode Langmann, Laurent Tirard redonne un peu de lustre à une franchise inégale en misant sur un scénario solide et un casting soigné. Mais la direction artistique (affreuse) et la mise en scène (bancale) prouvent que...
Vendredi 13 juillet 2012 Où Xavier Giannoli veut-il en venir avec cette fable où un Monsieur Tout-le-Monde (Kad Merad, choix presque trop évident, même si l’acteur s’en sort avec (...)
Mercredi 16 novembre 2011 De et avec Emmanuel Mouret (Fr, 1h25) avec François Cluzet, Frédérique Bel, Judith Godrèche…
Vendredi 21 octobre 2011 Dans Poulet aux prunes, Marjane Satrapi fait mieux que transformer l’essai de Persépolis : avec son comparse Vincent Paronnaud, ils retranscrivent en prises de vue réelles l’imaginaire débordant de ses bandes dessinées, en gorgeant les images...
Lundi 16 mai 2011 Lumineux, vif et porté par une foi conjointe dans l'homme et dans le cinéma, le nouvel opus des frères Dardenne s'impose comme un sommet dans une œuvre déjà riche en films majeures. Christophe Chabert
Mercredi 12 janvier 2011 Du drame surnaturel en forme de destins croisés que le sujet autorisait, Clint Eastwood ne conserve que les drames individuels de ses personnages, dans un film d’une grande tristesse et d’une belle dignité. Christophe Chabert
Vendredi 26 novembre 2010 De Marc Esposito (Fr, 1h45) avec Edouard Baer, Benoît Magimel…
Vendredi 2 avril 2010 Nicolas Boukhrief compose un néo film noir stylisé, bancal, mais au final pas inintéressant malgré ses faiblesses. Jérôme Dittmar
Mercredi 17 juin 2009 De et avec Emmanuel Mouret (Fr, 1h40) avec Judith Godrèche, Déborah François…
Mercredi 17 juin 2009 À peine sorti de la FEMIS, Emmanuel Mouret se plaisait déjà à casser les clichés associés aux cinéastes venus de l’école. Dans un premier long-métrage qui devait (...)
Mercredi 22 avril 2009 De Stijn Coninx (Belg-Fr, 2h) avec Cécile de France, Sandrine Blancke…
Mercredi 15 octobre 2008 de Jean-François Richet (Fr-Canada, 1h53) avec Vincent Cassel, Cécile de France, Gérard Depardieu…
Mardi 8 avril 2008 Tonie Marshall réussit une hilarante et généreuse comédie fourre-tout au casting aussi improbable que réjouissant. Christophe Chabert
Mardi 3 janvier 2006 Music-hall / Edouard Baer et sa troupe débarquent à la Bourse du travail pour un spectacle de music-hall déjanté. Commentaires du principal intéressé. Propos recueillis par Dorotée Aznar

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !