Emmanuelle Pireyre : « fière d'être la première présidente inclusive »

Auvergne-Rhône-Alpes Livre et Lecture / Première autrice et première femme à présider Auvergne-Rhône-Alpes Livre et Lecture (ex-Arald), Emmanuelle Pireyre, élue en mai, vit sa première rentrée sur fond de fusion Auvergne-Rhône-Alpes et de convention nouvellement signée avec la Région et la Drac. Elle nous détaille son action.

Vous êtes à la fois la première autrice et la première femme à présider Auvergne-Rhône-Alpes Livre et Lecture. C'est un signal fort...
Emmanuelle Pireyre : Je suis fière d'être la première présidente inclusive de l'agence (rires). Après, il n'y a pas eu tant de présidents que cela mais le fait que ce soit une autrice, c'est important. Les auteurs sont la matière première de la chaîne du livre. Dans un moment où je me pose pas mal la question de la littérature, du livre, il y a tout un tas de choses qui m'interrogent et qui font aussi que je vais commencer une thèse de réflexion sur la littérature. Je trouvais intéressant d'y réfléchir dans le concret.

En quoi consiste ce rôle de présidente ?
À être en relation avec les institutions, les partenaires financiers, la Drac et la Région, participer à toutes les réflexions sur le livre en région et de manière générale ; ce que va devenir la littérature, le lien avec le numérique, etc. Il s'agit de réfléchir, d'orienter, on est une grosse région, on peut inventer des choses et les emmener à un niveau national.

Il y a beaucoup de questions en ce moment autour de la place des auteurs, est-ce que cela implique de votre part une attention particulière ?
Ce qui est étonnant avec le métier d'auteur, c'est qu'il y a quelque chose d'assez glorieux à l'exercer et en même temps c'est très précaire. Depuis que je suis en poste, j'ai pu constater à quel point les auteurs, moi la première, étaient mal informés sur des questions essentielles comme la disparition de l'Agessa, notre caisse de cotisation retraite et de sécurité sociale, ou le prélèvement à la source. C'est notre rôle de leur transmettre une information claire et d'être aussi à l'avant du combat, de faire en sorte que les autres professions du livre se rendent compte de la précarité des auteurs. D'ailleurs quand on parle de professionnels du livre, on oublie que la plupart du temps, les auteurs ne sont pas professionnels, parce qu'ils n'y arrivent pas.

Quels sont autres les dossiers sur lesquels vous allez travailler ?
Déjà, il est important de continuer à faire ce qui est fait et qui est de qualité, comme l'accompagnement des professionnels. Parmi les nouvelles choses, il y a le développement vers l'Auvergne qui est le gros dossier du moment, faire en sorte de rencontrer tous les professionnels là-bas, de les écouter, de s'adapter à leurs profils et de développer les mêmes activités qu'en Rhône-Alpes. C'est pour ça qu'on a changé de nom, qu'on a changé les statuts en décembre 2017. Il y a aussi un état des lieux des résidences d'auteurs dans la région, le chantier de l'éducation artistique et culturelle pour fabriquer des petits lecteurs via des partenariats avec les écoles. C'est quelque chose de très important pour l'avenir du livre mais aussi des personnes, pour l'ouverture des esprits.

En quoi consiste cette convention signée tout récemment avec la Région et la Drac ?
La convention détaille avec beaucoup de clarté une dizaine de chapitres qui donnent les grands axes d'un développement. Par exemple l'accompagnement des professionnels, à travers la gestion des dispositifs de soutien à la librairie, aux auteurs, la formation, les ateliers pour les professionnels. L'observation de la chaîne du livre en région : un baromètre sur l'économie du livre, un calendrier des manifestations. Chaque année, en lien avec l'annexe financière, nous avons des comités de suivi avec Drac et Région pour évaluer notre travail eu égard au cadre fixé et au programme que nous proposons. Ce qui est intéressant pour nous c'est qu'il y a une annexe financière. En principe, en 2019, on espère avoir plus de moyens pour nos actions en Auvergne.

Quel est le budget de l'Agence ?
Cette année c'est de l'ordre de 965 000€, aux deux tiers financés par la Région, un tiers par l'État et puis des financements de certaines villes sur des projets, notamment liés au patrimoine. C'est un budget important, on ne se plaint pas, on a de l'argent pour travailler.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 1 octobre 2019 Avec "Chimère", Emmanuelle Pireyre touche tout à fait à la forme romanesque, autour de laquelle elle tournait depuis un moment. Avec une tendre ironie et un impressionnant travail de documentation, l'autrice s'attaque aux OGM et à l'Europe, qu'elle...
Mardi 18 octobre 2016 L'Arald a publié fin septembre son baromètre régional de l'économie du livre, s'intéressant à ce secteur d'importance au travers des éditeurs et des librairies indépendantes, relevant différents indicateurs et auscultant le secteur et ses...
Vendredi 1 mars 2013 Au Printemps des poètes, c'est écrit dessus, il y a le printemps et puis il y a des poètes. Pour le printemps ce n'est pas gagné, alors raccrochons-nous à ces (...)
Vendredi 8 février 2013 Sous l'enseigne «L’époque et moi», la Fête du Livre de Bron questionne la manière dont le contemporain interagit avec la manière de le penser et donc de l'écrire, passant les évolutions politiques, économiques, culturelles, médiatiques de nos...
Vendredi 8 février 2013 Rien de tel qu'une bonne chanson pour se replonger dans une époque et tout ce qu'elle a pu représenter pour nous, sur une échelle allant de l'intime à (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter