Sauvage innocence aux Halles du Faubourg

Les nouveaux sauvages

Les Halles du Faubourg

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Art / Réunissant plusieurs structures artistiques et des plasticiens de tous horizons, Les Nouveaux Sauvages investissent les Halles du Faubourg, une ancienne usine lyonnaise. Retour sur la soirée d'inauguration et notre regard sur l'expo.

Vendredi 5 octobre dans le septième arrondissement, 19h30. L'atmosphère est douce, presque estivale, sereine et bon enfant... Une longue file d'indiennes et d'indiens lyonnais s'étend depuis l'Impasse des Chalets pour déboucher dans le grand tipi de 1200 m² des Halles du Faubourg qui accueille l'exposition-événement Les Nouveaux sauvages. Avant de pouvoir y pénétrer, deux cow-boys sympathiques et bonhommes, en des gestes aujourd'hui ritualisés, fouillent les sacs des peaux rouges amateurs d'art.

Si l'on avait laissé chez soi flèches et tomahawks, il devenait alors possible de découvrir une ancienne usine retoquée avec goût par quelques jeunes architectes d'intérieur et scénographes, espace rythmé par des éléments métalliques repeints en bleu. Au sein de ce beau volume, voué à une existence artistique éphémère avant projet immobilier, d'autres tipis sont dressés : une grande tente d'aspect militaire où le collectif lyonnais Frigo&Co présente une installation vidéo démultipliant des yeux borgnes autour du spectateur ; et une cabane-tipi hérissée de phallus roses où une artiste a tissé, à l'intérieur, de vieilles bandes magnétiques du 20e siècle... Ailleurs encore, dans un antre obscur, une jument est bien présente et en train d'être lavée, mais en vidéo !

Un parfum poivré de pays inconnus

L'atmosphère intérieure s'avère elle-aussi être des plus sympathiques, et l'on s'autorise même à fumer en toute quiétude notre calumet électronique, cheminant de tipi en tipi, puis, autour, de photographies en peintures, ou en graffs imposants et multicolores.

Ce vendredi-là c'est soir d'inauguration, les dieux sont couchés et tout est permis ou presque, entre membres de la tribu. Il est écrit en lettres de sang sur la feuille de salle : « Les Nouveaux Sauvages c'est une tribu éphémère, une société sans état ni hiérarchie verticale. Une tribu d'artistes et une tribu de structures partageant un même territoire et quelques intentions fortes : expérimenter de nouvelles formes d'exposition, rendre plus accessible au public l'art contemporain, briser ses frontières et ses clans. Ouvrir à sa diversité. »

Il y aurait bien des nuances à apporter pour relier cette déclaration d'intention à une réalité beaucoup plus civilisée (pendant les discours officiels, on s'attendait par exemple à ce que le mouvement punk soit cité, mais c'est Aznavour qui le fut, Aznavour ce sauvage selon le Fisc français), mais passons. Passons par exemple au joli film de Guillaume Robert en split-screen, montrant avec simplicité, frontalité, sans commentaire, la vie dans un coin de campagne française. La campagne avec ses loups qui hurlent, ses artisans aux gestes précis (qui font de la couture, du débroussaillage et d'autres choses), son savoir faire et son "care" des hommes et des lieux.

Une lande tondue devant soi

La nature de Guillaume Robert est douce et un peu brutale, humaine et un peu sauvage. Il n'y a pas d'indien dans le film de l'artiste comme il n'y en a guère dans les autres œuvres ou parmi le public. Heureusement peut-être, car comment aurait réagi un indien aux signaux de fumée lui annonçant que Col(l)omb re-débarque sur ses terres ? Et qu'il sera de toute façon techniquement difficile d'obtenir son scalp...

On l'aura compris, ici, Les Nouveaux Sauvages, ce n'est pas une histoire de cris ni de corps, de hurlements ni de violence, mais de petits changements discrets d'état d'esprit : une organisation jeune pour un lieu cool et des gens sympas ayant soif d'artistes hétéroclites (et il y a un bar aussi). Et s'il fallait résumer ce projet d'un coup de plume, c'est à celle de Kafka que l'on repense :

« si l'on pouvait être un Peau-Rouge, toujours paré, et, sur son cheval fougueux, dressé sur les pattes de derrière, sans cesse vibrer sur le sol vibrant, jusqu'à ce qu'on quitte les éperons, car il n'y avait pas d'éperons, jusqu'à ce qu'on jette les rênes, car il n'y avait pas de rênes, et qu'on voie le pays devant soi comme une lande tondue, déjà sans encolure et sans tête de cheval. »

Les Nouveaux Sauvages
Aux Halles du Faubourg ​jusqu'au 11 novembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 décembre 2019 Attention, curiosité ! Près d’un quart de siècle après sa sortie, le premier long-métrage des Frères Quay revient sur les écrans. Cette renaissance “hors du (...)
Mardi 23 avril 2019 Le Musée de l'Imprimerie nous invite à une BibliOdyssée, avec l'exposition de cinquante histoires de livres sauvés. Une odyssée à travers les livres, comme à travers l'Histoire et la géographie.
Mardi 25 septembre 2018 L’Amour de Nuit a ouvert ses portes fin mai rue de Marseille. On se calme tout de suite, il s’agit d’une fromagerie - bar à fromages. Mais il s'agit d’amour quand même.
Mercredi 19 septembre 2018 C'est peut-être bien le rendez-vous le plus attendu de la rentrée côté arts : l'exposition Les Nouveaux Sauvages, en un lieu encore inconnu nommé Halles du (...)
Mercredi 19 septembre 2018 Moment délicat de transition pour les arts plastiques à Lyon, où l'on attend notamment un "nom" pour diriger le Musée et la Biennale d'Art Contemporain. Pendant ce temps, d'autres acteurs, ailleurs, prennent des initiatives et secouent les...
Mardi 9 mai 2017 Le festival "Livraisons" poursuit son cheminement parmi le monde prolifique et hétéroclite des revues. Sa troisième édition nous emmène en Suisse, sur les rives du Danube ou encore au plus proche d'expérimentations artistiques singulières.
Mardi 21 mars 2017 Le Musée d'art contemporain ouvre ses cimaises au collectif d'artistes Frigo, qui officia à Lyon de 1978 jusqu'au début des années 1990. Une exposition réussie où l'on retrouve, presque palpable, l'électricité de ce groupe avant-gardiste.
Mardi 14 mars 2017 Cet homme a participé au culte collectif Frigo, à l'honneur en ce moment au Musée d'Art Contemporain. Mais aussi aux lancements, dans le désordre, de : TLM, Radio Bellevue, Symposium d'Art Performance, Zap FM, Couleur 3, le Truck et bien plus...
Mardi 7 mars 2017 Cette librairie-galerie combat la mauvaise image que se traînent les littératures de l’imaginaire en proposant des ouvrages pointus et de qualité, édités par des maisons d’édition indépendantes.
Mardi 13 septembre 2016 Jan Fabre, Henri Matisse, Vassily Kandinsky : tels seront les ténors de la saison artistique qui s'ouvre cet automne... Avec, en contrepoint, et pour faire crisser un peu les yeux et leur offrir des cheminements plastiques plus aventureux, quelques...
Mardi 10 mars 2015 Si sa superbe programmation va beaucoup fureter du côté de l’Amérique latine, c’est bien l’Espagne qui va faire plusieurs fois l’événement lors des 31e Reflets du cinéma ibérique et latino-américain du Zola. Ou comment une production touchée par la...
Mardi 13 janvier 2015 De Damián Szifron (Arg-Esp, 2h02) avec Ricardo Darin, Oscar Martinez…
Dimanche 29 mai 2011 Expo / Guillaume Robert disjoint mots, images et sons pour trouver des chemins de traverse, de nouvelles fictions et émotions... Jean-Emmanuel Denave
Jeudi 25 février 2010 Rencontre / Expliquer l'œuvre de Kafka à travers le prisme de son existence sociale... Tel est le défi lancé par le sociologue Bernard Lahire. Sa venue à la Villa Gillet promet des débats vifs et passionnants. Jean-Emmanuel Denave
Lundi 11 janvier 2010 Théâtre / Quand le Théâtre Mu, spécialisé dans le théâtre d'objets et la marionnette, applique ses méthodes à «La Métamorphose» de Franz Kafka, on est en droit de (...)
Samedi 9 janvier 2010 Avec peu de moyens, le chorégraphe Denis Plassard et la comédienne Natalie Boyer parviennent à donner vie au "Terrier" de Kafka à travers un mélange de théâtre et de danse saisissant et d'une grande intelligence. Jean-Emmanuel Denave
Samedi 9 janvier 2010 Entretien / Denis Plassard, chorégraphe et metteur en scène du "Terrier", créé en 1998 et repris au théâtre Le Point du Jour. Propos recueillis par JED
Jeudi 11 juin 2009 Théâtre / Le spectacle n'est même pas commencé qu'il a déjà absorbé le spectateur avec cette diva blonde platine parée de rouge et de lunettes façon Lolita de (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !