Numérotez vos bâtis ! : "The House that Jack built"

The House that Jack Built
De Lars von Trier (Dan, 2h35) avec Matt Dillon, Bruno Ganz...

Le Film de la Semaine / Lars von Trier s'insinue dans la tête d’un serial killer aux ambitions (ou prétentions ?) esthétiques démesurées pour en retirer une symphonie en cinq mouvements criminels. Une variation sur la mégalomanie et le perfectionnisme artistiques forcément un brin provoc’ mais adroitement exécutée.

Jack aurait tellement voulu être architecte… Un destin contraire l’a fait ingénieur et affligé de TOC lui empoisonnant la vie, surtout lorsqu’il vient de commettre un meurtre. Car, si l’on y réfléchit bien, le principal tracas de Jack, c’est de devoir obéir à ses pulsions de serial killer…

Peu importe si son esthétique ou ses dogmes évoluent au fil de sa prolifique filmographie — et lui confère au passage l’apparence d’un splendide magma —, Lars von Trier parvient à assurer à celle-ci une indiscutable cohérence par son goût maladif du défi stylistique et de la provocation morale, que celle-ci transparaisse dans la diégèse ou dans le discours d’accompagnement.

Construire, dit-il

Épouser comme ici le point de vue d’un détraqué jouissant dans l’esthétisation de la mise à mort de ses victimes participe évidemment de cette démarche : la mécanique humaine et celle, perverse, du suspense conduisent inconsciemment le spectateur de The House that Jack built à éprouver de l’empathie pour son héros lorsqu’il commet ses actes. À trembler à sa place lorsqu’il vérifie dix fois n’avoir oublié aucune goutte de sang qui révèlerait son crime ; à souffrir davantage pour ses névroses que pour ses proies. D’ailleurs, la première à subir ses assauts ayant tout fait (voire davantage) pour le pousser à bout, on serait presque tenté d’accorder à Jack des circonstances atténuantes !

La rouerie von Trier tourne à plein régime… Et déverse son content de gore dans la première partie du film : multi-diffusion de l’exécution de Uma Thurman, abrasion exagérée de cadavre, canardage d’enfants… Mais, à l’instar d’Hitchcock, le cinéaste danois produit moins d’images abjectes ou obscènes qu’il n’en suscite dans l’esprit de son public conditionné. Ainsi, dans la seconde partie, ce fieffé manipulateur obtient par la seule suggestion la fuite des âmes trop craintives par la seule (abominable) promesse d’une mastectomie sur blonde vivante. Du grand art.

Comme Mother! d’Aronofky, The House… métaphorise dans l’horrifique la démarche de création, sur un mode proche de Thomas de Quincey, en faisant côtoyer le monstrueux avec le plus noir des humours absurdes. Quant à l’incapacité chronique (l’impuissance…) de Jack à concevoir un chef-d’œuvre digne de ses attentes, l’obligeant sans cesse à remettre l’ouvrage sur le métier et à recourir in fine à un deus ex machina pour y parvenir, elle trouve un étonnant écho dans le film. Enchaînant une cascade d’épisodes isolément brillants — morceaux de bravoure visuels, effets narratifs ou de montage virtuoses dont von Trier est coutumier —, celui-ci achoppe sur une issue de bric et de broc, longuette et prévisible. Dommage : aucune fin ne justifie d’être moyen.

The House That Jack Built de Lars von Trier (Dan-Fr-Sué-All, int.-16 ans, 2h35) avec Matt Dillon, Bruno Ganz, Uma Thurman…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 17 novembre 2021 Christiane Jatahy, brésilienne, surestimée star du théâtre en France, vient au TNP avec sa dernière création en date, très aboutie. Dans Entre chien et loup, variation sur le film Dogville, elle parvient à mêler avec virtuosité ce que jusqu'ici elle...
Mardi 26 novembre 2019 Sélectionnée pour une mission d’un an à bord de l’ISS, la spationaute Sarah Loreau s’entraîne intensivement. Mais elle doit composer avec un paramètre de plus par rapport à ses collègues masculins : le fait d’être mère. Et anticiper la séparation...
Lundi 3 septembre 2018 À l’heure où la virtualité s’impose à chaque maillon de la chaîne cinématographique, demeure une frange de cinéastes faisant résonner leur 6e sens avec le 7e art. Pour elles et eux, filmer est un acte définitivement charnel. Ça nous a plu ; on en...
Mardi 15 mai 2018 Selon Baudelaire, « la plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ». Le Malin possède, entre mille vices, un (...)
Mardi 22 mars 2016 de Atom Egoyan (Can, 1h35) avec Christopher Plummer, Martin Landau, Bruno Ganz…
Mercredi 10 février 2016 De Alain Gsponer (Sui, 1h50) avec Anuk Steffen, Bruno Ganz, Quirin Agrippi…
Mardi 23 septembre 2014 De Hans Peter Molland (Norvège, 1h56) avec Stellan Skarsgard, Bruno Ganz…
Jeudi 23 janvier 2014 Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, avec d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre...
Mardi 17 décembre 2013 Censuré ? Remonté ? Qu’importe les nombreuses anecdotes et vicissitudes qui entourent le dernier film de Lars von Trier. Avec cette confession en huit chapitres d’une nymphomane — dont voici les cinq premiers —, le cinéaste est toujours aussi...
Vendredi 14 décembre 2012 Entre supposées prédictions mayas, sortie de "4h44, dernier jour sur terre", le nouveau film d'Abel Ferrara, et soirées labellisées «fin du monde», tout semble converger vers un 21 décembre apocalyptique – même si on ne fera que s'y bourrer la...
Jeudi 6 septembre 2012 Pour le spectateur né après 1990, il est difficile d’imaginer ce que représentait Wim Wenders au moment de la sortie des Ailes du désir — en 1987. Il faut (...)
Mercredi 6 juillet 2011 Versant apaisé du diptyque qu’il forme avec le torturé "Antichrist", "Melancholia" poursuit le travail psychanalytique mené par Lars Von Trier sur la dépression et le chaos, et prouve que ses concepts ne tiennent plus vraiment leurs...
Mardi 7 septembre 2010 Sur un argument tiré d’un célèbre mélodrame coréen, Im Sang-soo signe une satire sociale féroce, somptueusement mise en scène. Christophe Chabert
Mercredi 17 juin 2009 En tournant le controversé (jusqu’à l’intérieur de nos colonnes) Antichrist, Lars Von Trier pensait sûrement faire son Possession. La postérité jugera si (...)
Mercredi 27 mai 2009 Mélodrame psychanalytique qui vire à mi-parcours à l’ésotérisme grand-guignol, le nouveau Lars Von Trier rate le virage entamé par son auteur en voulant trop en faire sans s’en donner la rigueur. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter