Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

L'Italie à sa botte : "Silvio et les autres"

Silvio et les autres
De Paolo Sorrentino (It-Fr, 2h25) avec Toni Servillo, Elena Sofia Ricci...

Bunga-Bunga / de Paolo Sorrentino (It-Fr, 2h38) avec Toni Servillo, Elena Sofia Ricci, Riccardo Scamarcio…

Sergio, petit escroc provincial cherche à s’attirer les faveurs de Berlusconi afin de monter en gamme dans le bizness. S’il dispose des atouts nécessaires (des jeunes femmes), il lui faut trouver la connexion idoine. Au même moment, dans sa villa, l’ex Cavaliere se prépare à revenir au pouvoir.

La première séquence montre un agneau innocent entrant par mégarde dans la demeure de Berlusconi. Fatale erreur : fasciné par la télévision diffusant un jeu quelconque, il s’écroule raide, traîtreusement pétrifié par la climatisation glaciale, aussi sûrement que par une œillade de Méduse. Malheur à tous ces Icare et Sémélé ayant désiré approcher leur divinité : leur chute sera à la hauteur de leur orgueil. Cette ouverture en forme de parabole résume tellement bien le propos du film qu’on se demande, un peu inquiet, si ce qui suit peut être du même niveau.

Même si Sorrentino fait une proposition intéressante en abordant Berlusconi par une périphérie canaille et envieuse, en retardant son apparition au deuxième voir troisième acte à la façon du Tartuffe de Molière et en faisant en sorte que personne ou presque ne prononce son nom (comme Voldemort, les protagonistes disent “Lui“, ça suffit à l’évoquer/invoquer), la phase d’incarnation efface toutes ces bonnes intentions. Non que Servillo démérite (le pourrait-il ?) : ce caméléon est parfait jusqu’au rictus de dentier et au cheveu en plastique baranné. Mais il est forcé de surjouer un personnage déjà caricatural, ce qui ne laisse pas beaucoup de place au sérieux ni à l’excès. Pitre au carré lâché dans le vortex de putes et de drogue que veut lui servir le naïf Sergio, il ressemble à une parodie de DeNiro X Pecci au milieu d’une séquence de Scorsese. Le spectaculaire gaudriolard passe au premier plan ; le fond critique au second — une autre métaphore de la politique selon Berlusconi, mais on en attendait quand même plus de l’auteur de Il Divo, qui avait bien rectifié ce vieux machin d’Andreotti…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 septembre 2015 Deux artistes octogénaires tentent de soulager leurs multiples douleurs dans un hôtel de luxe grouillant de curistes aisés. Après sa réussite "La Grande Bellezza", Paolo Sorrentino s'embourbe en voulant à tout prix amener son film vers une séquence...
Mardi 1 septembre 2015 Cette rentrée 2015 ressemble à une conjonction astronomique exceptionnelle : naines, géantes, à période orbitale longue ou courte, toutes les planètes de la galaxie cinéma s’alignent en quelques semaines sur les écrans. Sortez vos télescopes !...
Dimanche 24 mai 2015 "Youth" de Paolo Sorrentino. "The Assassin" de Hou Hsiao-Hsien. "Mountains May Depart" de Jia Zhang-ke. "Dheepan" de Jacques Audiard. "Love" de Gaspar Noé.
Jeudi 5 septembre 2013 De Julien Leclercq (Fr, 1h53) avec Gilles Lellouche, Tahar Rahim, Riccardo Scamarcio…
Mercredi 22 mai 2013 L’errance estivale d’un écrivain qui n’écrit plus dans la Rome des fêtes et des excès. Derrière ses accents felliniens, le nouveau film de Paolo Sorrentino marque l’envol de son réalisateur, désormais au sommet de son inventivité visuelle et...
Dimanche 7 avril 2013 Marco Bellocchio signe un film choral interrogeant le droit de décider de sa propre mort et, malgré l’étonnante vivacité de sa mise en scène, n’évite pas un certain didactisme. Christophe Chabert
Mercredi 6 juillet 2011 Sean Penn en rocker glam vieillissant et déprimé qui part à la recherche du tortionnaire nazi de son père mort : c’est l’improbable, déroutant et en fin de compte attachant nouveau film du réalisateur d’Il Divo. Christophe Chabert
Vendredi 9 avril 2010 De Renato De Maria (It, 1h40) avec Riccardo Scamarcio, Giovanna Mezzogiorno…
Jeudi 18 décembre 2008 En s’attaquant à la figure ambiguë du politicien italien Giulio Andreotti, Paolo Sorrentino ne se contente pas de nous livrer un énième biopic, mais explose le genre pour en révéler, enfin, tout le potentiel cinématographique. François Cau

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter