L'esprit simple : "Heureux comme Lazzaro"

Heureux comme Lazzaro
De Alice Rohrwacher (It-Fr-Sui-All, 2h10) avec Adriano Tardiolo, Tommaso Ragno...

Le Film de la Semaine / Exploité par des paysans eux-mêmes asservis, le brave et candide Lazzaro fait tout pour aider son prochain, bloc de grâce dans un monde de disgrâce. Un conte philosophico-métaphysique à l’ancienne qui a valu à Alice Rohrwacher le Prix du scénario Cannes 2018.

La vie d’un groupe de paysans italiens contemporains maintenus en servage, hors du monde, par une marquise avaricieuse, et la singulière destinée de l’un d’entre eux, Lazzaro. Valet de ferme innocent et bienheureux, sa bonté naïve rivalise avec l’étrangeté de ses dons…

Heureux comme Lazzaro s’inscrit dans la tradition d’un certain cinéma italien brut et rêche des années 1960-1970. En dépeignant de manière documentarisante l’âpreté d’un quotidien rural du début du XXe siècle (dont on découvrira, avec effarement, qu’il se situe en fait à la fin du même siècle), Rohrwacher ressuscite l’indigence austère des ambiances paysannes façon L’Arbre aux sabots d’Ermanno Olmi ou Padre Padrone des Taviani. Elle s’en démarque en teintant son réalisme de magie : Lazzaro, tel une créature surnaturelle issue de Théorème ou d’un autre fantasme pasolinien, provoque des miracles. Sa seule existence s’avère d’ailleurs prodigieuse : il semble imperméable au temps qui passe ainsi qu’à la mort — son prénom l’y prédestinait.

Rousseau, es-tu là ?

Alice Rohrwacher possède un indéniable sens du récit et de la générosité à revendre, mais également le défaut de ses qualités. Résultat : son film claudique lorsque se déploie sa seconde partie, quand après une ellipse de quelques années, Lazzaro retrouve en ville sa famille qui l’a abandonné. Montrant la clochardisation des malheureux censés avoir été “sauvés“ de l’asservissement, ce volet s’égare dans sa longueur. Cette dénonciation implicite de l’incurie de l’État responsable de cette marginalisation suggère un peu laborieusement que le serf à l’état de nature équivaut au lumpenprolétariat urbain ; il manque toutefois ici l’humour acide de Scola. Cela dit, on ne jettera pas la pierre à ce film (qui compte d’ailleurs un lynchage et où la figure du bouc émissaire est centrale) : lorsque l’on met la barre haut d’emblée, faire aussi bien par la suite donne l’impression de déchoir…

On notera pour conclure, avec une pointe de regret, le changement d’affiche à l’occasion de cette sortie en salles. Le film se prive du visuel très inspiré l’accompagnant lors du festival de Cannes et qui reprenait astucieusement sur un mode naïf le fameux tableau de Watteau, Gilles. Un Pierrot lunaire avec lequel Lazzaro partage bien davantage que des bras ballants et des quinquets écarquillés : le désarroi des âmes pures face à l’incompréhensible noirceur du monde.

Heureux comme Lazzaro de Alice Rohrwacher (It-Fr-Sui-All, 2h07) avec Adriano Tardiolo, Alba Rohrwacher, Nicoletta Braschi…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 24 février 2015 Après "La Solitude des nombres premiers", Saverio Costanzo prolonge son exploration des névroses contemporaines en filmant l’enfermement volontaire d’une femme, atteinte d’une phobie radicale du monde extérieur. Un film dérangeant dont la mise en...
Mardi 3 février 2015 Alice Rohrwacher tente de faire renaître le néo-réalisme italien en filmant une famille d’apiculteurs loin de la modernité, bousculée par les aspirations de la fille aînée et l’irruption de la télévision. Un petit film attachant mais un peu...
Dimanche 7 avril 2013 Marco Bellocchio signe un film choral interrogeant le droit de décider de sa propre mort et, malgré l’étonnante vivacité de sa mise en scène, n’évite pas un certain didactisme. Christophe Chabert
Vendredi 16 décembre 2011 D’Alice Rohrwacher (It, 1h40) avec Yle Vianello, Salvatore Cantalupo…
Vendredi 29 avril 2011 Un garçon et une fille bloqués par des traumas enfantins se croisent sur quatre époques dans ce film magistral et poignant où Saverio Costanzo déconstruit la narration et emprunte les codes du cinéma de genre pour pénétrer au cœur du drame de ses...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter