Au CHRD, une génération à marche forcée

Génération 40 - Les jeunes et la guerre

CHRD

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Histoire / Force vive de la nation et aussi catégorie d'âge la plus touchée par les conflits, la jeunesse est au centre de la nouvelle et passionnante exposition du CHRD. Voici comment la "Génération 40" a tenté d'exister.

« J’ai les jambes en capilotade parce que je suis allée au palais de la Foire pour recevoir les réfugiés (…) Beaucoup d'enfants sont séparés de leurs parents et ignorent où ils sont. Ils ont fui de la Belgique, du Luxembourg ou du nord de la France avec précipitation et sous le feu des mitrailleuses allemandes qui les harcelaient sans cesse... »

à lire aussi : Entrez dans l'Histoire

Denise Domenach-Lallich a 16 ans en 1940. Son journal est le fil rouge du parcours de cette expo et résonne férocement avec la situation actuelle. Pourtant le CHRD n’en fait pas un étendard, pas plus que de l’original de la lettre de Guy Môquet (!) hideusement utilisée par Nicolas Sarkozy à des fins électorales. Ici, rien ne se marchande et tout se transmet. Comme la voix de cette même jeune femme qui a témoigné au cours d'une des dernières collectes opérées, car le temps fuit comme le précise Marion Vivier, co-commissaire.

Cette mise à disposition du récit sans l’exhiber est l'ADN même de ce CHRD rénové en 2012. Et comme un trait d’union entre ce qui se dit de façon permanente à l’étage et ce qui chaque année se décline temporairement, la première photo exposée, juste après les kakemono d’une jeunesse en joie sautant dans le vide, est ce cliché - couverture de l’ouvrage consacré à l'expo permanente Une ville (Lyon) dans la guerre - de l'incendie du Port Rambaud et ce carburant brûlé dans le Rhône pour ne pas que les Allemands s'en emparent.

à lire aussi : Les jours sans : pallier le manque

Oui tout brûle et la jeunesse va être la première catégorie de la population à en faire les frais. Nommés J3 sur les tickets de rationnement, les 13-21 ans vont constituer une masse à dompter pour le régime de Vichy. Seuls 3% d’entre eux vont au lycée, la plupart travaillent et il va falloir encadrer leur temps libre. Surtout l’orienter. Dès la seconde salle résonne la voix de Pétain qui, à l’été 40 met en place les Compagnons pour les 14-20 ans volontaires en zone non occupée. Suivront les Chantiers à 20 ans, obligatoires. Des affiches, un uniforme traduisent cette période qui voit aussi les jeunes filles formées aux travaux ménagers et cette affiche si peu sibylline : « Maintenant un jeu, plus tard une mission » d'une enfant cajolant une poupée...

Exode et migration

Cette introduction nichée dans ces caves voûtées, antichambre de la torture sous la gestapo, laisse ensuite place à une scénographie dépouillée. Quatre grands écrans de cinéma, des visages, des noms, des mots et cette trichromie si liée à la période : le bleu-blanc-rouge. Déroutants mais in fine astucieux, ces panneaux masquent quatre tables arrondies supports aux archives - souvent écrites – pour relater le STO, la Résistance, la répression et l’immédiat-après-guerre.

Les mouvements de jeunesse (jamais unifiés en France comme en Allemagne car l’Église le refusait ardemment) ne vont pas être acceptés avec docilité. Les "réfractaires" partiront dans le maquis ou rejoindront une Résistance dont ils seront plus des courroies de transmission que des initiateurs. Néanmoins, comme en atteste la lettre du lycée Molière de Paris, Elisabeth Friang sera expulsée pour avoir gravé en classe « Vive de Gaulle » sur une petite croix en bois. Même inscription au bas de la statue de Louis XIV, place Bellecour, le 14 juillet 1943. Et même prise de risque pour ceux qui inventent une machine à distribuer des tracts sans leur présence avec une tapette à souris et une boite de conserve. Roland Dumas, alors envoyé avec ses camarades pour empêcher la tenue d'un concert du philharmonique de Berlin dans la salle Rameau en 1942 en fera usage et en témoigne dans l’un des quatre boxes encadrant la salle.

à lire aussi : A la mode comme à la guerre

« Ma chère maman... »

Résister avait un prix. Quelques lettres manuscrites ou tapuscrites, déchirantes, rédigées par des condamnés dans leurs dernières heures disent à la fois leur amour pour leur famille et celui pour la patrie : « ce serait à refaire, je recommencerai ». Ces lettres de fusillés ont été maintes fois recopiées, lues par Schumann sur la BBC ou citées par Aragon (Strophes pour se souvenir), viatiques sinistres de la barbarie. Tout comme ce dessin d’une jeune femme morte et réalisé à l'hôpital afin de restituer aux familles le visage de leur disparue.

L’émotion, c’est une évidence, émane de ce parcours mais ne serait rien sans la recherche universitaire qui se déclinera sous forme de conférences durant les prochains mois et qui étaye une fois de plus la richesse de ce musée et son absolue nécessité.

Génération 40, les jeunes et la guerre
Au CHRD jusqu'au 26 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 1 février 2022 Pour entamer cette année qui verra la célébration de ses trente ans d’existence, le CHRD tombe le masque et offre les visages enfouis dans ses collections dont le fascinant ensemble de portraits peints au camp du Stalag en Silésie.
Mardi 6 octobre 2020 Des ressources à foison, les visites des anciennes expos, un audio guide pour la permanente : à l’occasion de l’inauguration de 1940, une étrange (...)
Lundi 13 juillet 2020 Jusqu'à ce qu'un petit-fils retrouve une valise de trésors dans un grenier familial, il n'y avait qu'un témoignage photographique en couleur de la France sous la Deuxième Guerre mondiale, celui de la propagande. La soixantaine de clichés de...
Mardi 10 décembre 2019 Puisque pour les vingt ans de la Chute du Mur de Berlin, le CHRD avait fait une expo historique et didactique, pour le trentenaire de ce haut fait, il convie six street artistes pour une parenthèse simple voire simpliste.
Mardi 17 septembre 2019 S'immerger, participer, regarder, manger peut-être : les musées patrimoniaux se déclinent en diverses formes pour évoquer pêle-mêle la gastronomie, les prisons, les murs ou la graphie. Débroussaillage.
Mardi 19 décembre 2017 Au CHRD, retour sur l'exposition Les Jours sans. L’alimentation en temps de guerre, prolongée jusqu'en février : assurément l'occasion d'une visite en famille.
Mardi 2 mai 2017 Le CHRD ne pouvait pas trouver titre plus juste pour son exposition sur l’alimentation, pendant brillant à celle consacrée en 2013 à la mode en temps de guerre : Les Jours sans. Vivre, survivre, sans rien ou presque... tel a été le long combat des...
Mercredi 2 mars 2016 « Les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère » écrivait Proust. Qu'elle soit littéraire, musicale ou artistique, toute œuvre nous (...)
Mardi 15 septembre 2015 Du foot aux migrants, tout ce qui fait tourner nos JT – avec un manque de hiérarchisation affolante – sera disséqué dans les musées d'histoire lyonnais cette saison, au rang desquels celui des Confluences qui, pour sa première rentrée, a blindé son...
Mardi 16 juin 2015 Il photographiait simplement (mais en couleurs) sa bien–aimée en 1943-45 dans les rues de Lyon. Sans le savoir, Paul-Émile Nerson a constitué un véritable trésor, confié récemment au CHRD. Balade dans une expo petite par la taille mais grande par...
Mardi 16 septembre 2014 Un retour sur la Grande guerre, des photos de Lyon en couleurs, d'autres en noir et blanc, des roses, et la ré-ouverture d'une exposition permanente complètement modernisée au musée de l’Imprimerie : coup d’œil sur les temps forts qui vont rythmer...
Mardi 17 décembre 2013 En rendant aux femmes leur place majeure dans le conflit de 39-45, le CHRD propose avec "Pour vous, mesdames !" une exposition aussi passionnante qu’originale, où l'habillement raconte la douleur de la guerre et les petites combines pour continuer à...
Vendredi 13 septembre 2013 Tandis que les Musées Gadagne et les Archives célèbreront Lyon et ses habitants tout au long de l’année, le Musée de l’imprimerie ouvre grand ses portes à un dissident tchèque et le CHRD fait la part belle aux femmes. Revue de détail de ce qui vous...
Vendredi 3 mai 2013 Encore Jean Moulin ? Oui, toujours Jean Moulin ! Puisque l’histoire de ceux qui défièrent l'occupant nazi ne sera jamais trop racontée, le Centre d’Histoire (...)
Mercredi 19 décembre 2012 Ce n’est a priori pas le genre d’endroit qui paraît susceptible d’accueillir des enfants et pourtant le CHRD, tout juste ré-ouvert après une modification en (...)
Jeudi 22 novembre 2012 «Lyon, le 21 décembre 1943. Ma chère petite fille, une même lettre de douleurs parviendra à ma chère Maman et mon cher Papa, ainsi qu’à ma Petite Sœur, soyez (...)
Mercredi 14 novembre 2012 A l’occasion de la nouvelle exposition permanente, le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon (situé au 14 avenue Berthelot, Lyon (...)
Jeudi 29 mars 2012 Top, je réunis un port, 2 kilomètres de berges, des pôles universitaires, je suis terre d’accueil des population italienne, grecque, arménienne, espagnole depuis le XIXe siècle et plus récemment des Maghrébins, Asiatiques du sud-est, Turcs ou...
Jeudi 31 mars 2011 Expo / À six mois des travaux de redéploiement de sa collection permanente, le Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation tire sa révérence avec son exposition la plus ambitieuse : «Traits résistants – La résistance dans la bande...
Vendredi 15 janvier 2010 Créé en 1992, le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation a reçu mi-décembre son millionième visiteur. Installé dans les anciens locaux de la Gestapo, contribuant grandement au devoir de mémoire, l’établissement envisage désormais de...
Mercredi 17 janvier 2007 Rencontre / Le CHRD propose une rencontre autour d'un ouvrage de référence sur l'histoire de la Résistance. L'occasion de découvrir un dictionnaire érudit mais accessible. Yann Nicol

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter