Claude, un empereur dépoussiéré

Claude, un empereur au destin singulier

Musée des Beaux-Arts

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Histoire / Le Musée des Beaux-Arts de Lyon consacre au mésestimé Claude une exposition sobre et lumineuse. L'occasion de redécouvrir cet empereur romain, et plus largement tout un univers politique, familial et esthétique.

L'exposition Claude s'ouvre sur plusieurs extraits de films où apparaissent Claude, Caligula, et quelques autres figures clefs des débuts de l'Empire romain. Empire qui succède à une République et qui ne doit pas être compris à la manière où s'organise un pouvoir royal classique (dans l'empire carolingien notamment), mais comme une notion expérimentale et tâtonnante où le pouvoir impérial est le fruit d'un consensus fragile entre le peuple, l'armée et le sénat.

Dans les extraits cinématographiques, Claude est représenté sous les traits qui lui collent à la peau depuis des lustres dans les manuels d'histoire romaine : « un être falot, manipulé par son entourage, boiteux, bègue et un peu stupide » comme le rappelle Geneviève Galliano, commissaire de l'exposition. Coincé, de plus, chronologiquement, entre les célébrissimes Caligula et Néron, on ne peut pas dire que Claude (10 av. J.-C., 54 ap. J.-C.) soit une affiche d'exposition bien excitante a priori !

Les tables claudiennes

De manière un peu paradoxale donc, l'exposition Claude s'avère être passionnante ! D'une part, parce qu'en se centrant sur une figure un peu en creux et non aveuglante (comme le très controversé Caligula par exemple), elle permet de faire ressortir plus finement et objectivement les mécanismes du pouvoir impérial, l'importance de son entourage familial aussi nébuleux que consanguin, les petits et grands faits historiques (les complots autant que les conquêtes, les luttes intestines autant que les grands projets architecturaux), la complexité intrinsèque à l'Empire romain.

D'autre part, parce qu'en s'appuyant sur des travaux historiques récents, l'exposition remet Claude à une plus juste place et déconstruit nombre de préjugés. Certes, Claude est parvenu au pouvoir très tardivement (à cinquante ans en 41) et semble-t-il un peu par défaut (à l'issu d'un complot contre son neveu Caligula), mais ce natif de Lyon se révèle être aussi un érudit, un initiateur de nombreux projets d'envergure (le port d'Ostie, plus grand port du monde romain), un conquérant (le sud de l'Angleterre en 43) et un réorganisateur du gouvernement.

L'un des points forts de l'exposition s'articule autour des fameuses "Tables Claudiennes", plaque de bronze gravée découverte à Lyon en 1528, rapportant partiellement (il manque le début du texte et une colonne) le discours prononcé par Claude en 48 devant le Sénat où il soutient la demande des Gaulois d'accéder au statut de magistrats à Rome et d'entrer au Sénat.

La table fatale

À travers la figure de Claude, l'exposition du Musée des Beaux-Arts nous raconte une histoire, celle d'un homme, et celle plus large des débuts de l'Empire romain, et de nombreuses figures aussi de l'entourage familial de Claude (ses nombreuses épouses dont Messaline et Agrippine, son fils Britannicus...). La scénographie sobre (presque effacée) et très claire du parcours permet au visiteur une double approche : historique mais aussi esthétique et visuelle. Pour cela, l'exposition démultiplie les médiums : cartes, arbres généalogiques, vidéos en réalité virtuelle, photographies de ruines, objets d'époque, statuaire, reconstitution de bas-reliefs, peintures postérieures représentant des scènes romaines, etc.. Il y a là autant à apprendre qu'à admirer, en une agréable plongée par les sens comme par la connaissance dans ces temps antiques. Un petit ensemble de camées venu de musées viennois constitue l'un des moments esthétiques forts de la visite.

Si cette exposition dévoile bien des facettes mésestimées de Claude et de l'Empire romain en général, il demeure que l'histoire antique avance à petits pas et par hypothèses provisoires, et recèle encore bien des énigmes, telle celle de la mort de Claude à l'issue d'un banquet et de la consommation d'un plat de champignons : maladie ou empoisonnement ?

Claude, un empereur au destin singulier
Au Musée des Beaux-Arts ​jusqu'au 4 mars 2019

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 9 janvier 2024 Dans les salles fascinantes du Fort de Vaise, la Fondation Renaud propose La fabrique du regard. Les filiations lyonnaises de Gustave Moreau retraçant les parcours de cinq artistes lyonnais dans le sillage d’une tension entre transmission et...
Vendredi 2 décembre 2022 Grand coup de cœur pour un spectacle que nous n'avions pas vu venir : "Le feu, la fumée, le soufre" sur fond de guerre de pouvoir et d'amour fou dans le Moyen Âge anglais. Bruno Geslin adapte Marlowe : splendide.
Vendredi 21 octobre 2022 Dessiner pour nous permettre de voir. C’est qu’à fait Jean-Claude Bauer lors des procès Barbie, Papon et Touvier. L’occasion aussi de revenir sur l’encadrement législatif voulu par Robert Badinter sur la matière conservée de ces faits historiques.
Mercredi 5 octobre 2022 Outre le Prix décerné à Tim Burton et ses grandes rétrospectives, le Festival Lumière fourmille de programmations parallèles et complémentaires, cartographiant l’immensité d’un 7e Art devenu patrimoine. Ou plutôt, classique.
Mardi 12 avril 2022 ADOS est une association qui prône des valeurs d’inclusion et d’égalité des chances. Un lieu ressource à destination des jeunes collégiens, lycéens et de leur famille. Objectif : les accompagner au mieux dans leur scolarité.
Vendredi 12 mars 2021 École Nationale Supérieure à part à qui la Ville de Lyon commence à s’intéresser, la jeune CinéFabrique forme ses élèves aux métiers de l’image et du son. Mais aussi à une approche citoyenne et collective d’une industrie artistique très dynamique....
Jeudi 24 septembre 2020 Chaque lundi soir, elles se retrouvent pour briser le silence autour des violences faites aux femmes — et les inégalités dans le monde du spectacle,  continuum de ces violences — en tapant sur un tambour. L’image peut faire sourire....
Mardi 4 février 2020 Dix ans après sa création, Gallotta reprend à Lyon sa pièce rock et érotique, adaptation de l'album de Gainsbourg chanté par Bashung, L'Homme à tête de chou.
Mardi 7 janvier 2020 La deuxième partie de la saison danse s'annonce tout à la fois sous le signe de la découverte et des reprises. Et aussi du retour à Lyon de grands chorégraphes comme Sidi Larbi Cherkaoui, Akram Kahn, Eun-Me Ahn...
Mardi 15 octobre 2019 Une bande de pieds nickelés belges se fait refiler un tuyau en or : séquestrer Wilfrid, propriétaire d’un carwash, pendant un mois d’été et récupérer la caisse à sa place. Étonnamment, la victime — un excentrique célibataire — est consentante et les...
Mardi 10 septembre 2019 Festivals installés comme Sens Dessus Dessous ou le Moi de la Danse, chorégraphes stars tels Christian Rizzo ou Merce Cunningham, découvertes potentielles : voici les dix dates que les amateurs de danse se doivent de cocher de suite sur leur...
Lundi 31 décembre 2018 Vues ou pressenties comme intéressantes, voici notre sélection de cinq expositions à ne pas manquer en cette nouvelle année dans les musées et les galeries de la région.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X