Maud Lefebvre, une partie du tout

Maja

Théâtre de la Renaissance

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Portrait / Membre du Collectif X, Maud Lefebvre a la rigueur des grands enfants appliqués et la folie de ceux qui tentent de bousculer le quotidien. C’est comme metteure en scène de Cannibale que cette comédienne de formation nous avait épatés. Avec Maja, à la Renaissance cette semaine, elle convie l’étrange et nos peurs sur un plateau. Rare.

Printemps 2016. Théâtre de l’Élysée. Semaine de vacances de Pâques, donc absence quasi abyssale de programmation dans les théâtres, un temps creux pour les "professionnels de la profession". Voir Cannibale presque par hasard. Et y trouver un phare de la création contemporaine : Maud Lefebvre met en scène un texte d’Agnès D’Halluin écrit d’après son idée originale : comment un jeune couple vit alors que la maladie incurable s’empare du corps de l’un d’eux ? Tout est là : leur cadre (les différentes pièces de l’appartement, le dehors), leurs émotions (la colère forte, l’amour fou), leur quotidien (cuisiner, se laver, s’éteindre). Avec un récit qui s’élève largement au-dessus du banal, une homosexualité jamais commentée, Maud Lefebvre signe une œuvre pleine, où aucun élément du théâtre n’est négligé au prétexte (réel) d’une économie étriquée. Alors, le travail dans l’urgence compense : « j’ai deux semaines de travail au plateau, trois au maximum » dit-elle. Et toujours, à l'observer, ce souci de rendre partageable ce qui se trame en amont. Maja, cette semaine à la Renaissance en est une nouvelle preuve.

� lire aussi : Collectif X : un talent cru

À 33 ans, Maud Lefebvre en compte presque autant à arpenter les planches. Sa mère, scénographe et accessoiriste l’emmène partout et surtout à L’Aventure, théâtre de Hem, en banlieue lilloise où Maud fait ses premières armes dans des conditions semi-professionnelles. C'est là aussi qu'elle voit une affiche annonçant les concours pour la Comédie de Saint-Étienne. Déclic, elle se présente à 17 ans devant le jury mais reconnaît immédiatement son manque de maturité. Elle est trop jeune et diffère son entrée dans la cour des grands. Un bac L (option théâtre), une année en fac de cinéma, une année à l’école lyonnaise de la Scène sur Saône, des heures d’ouvreuse au TNP à voir des spectacles et le fonctionnement d’un gros CDN, un très court séjour pour être serveuse en Angleterre... La voici intégrant la très réputée école stéphanoise en 2009. D’emblée, il est question de groupe. « Je découvre ma promotion » dit-elle spontanément en se remémorant ce moment-là.

Pendant un an, la directrice pédagogique nous apprend à être un groupe avec des exercices où l'on doit marcher dans l’espace ensemble, s’arrêter ensemble. Ces systématismes éreintants, le prof les tenait et il a bien fait, car c’est dans le long terme que ça travaille.

Le groupe est tout constitué. Ils sont dix. Au sortir de cette promotion X, en 2012, ils fonderont comme une évidence le Collectif X. « On a cherché un nom mais ce qui importait était d’être un collectif, pas une compagnie ». Corollaire : du spectacle de fin d’année écrit par Christophe Honoré (Un jeune se tue, ms Robert Cantarella), il reste le regret de ne pas avoir pu finir cette formation sur une note partagée car le cinéaste est plus propice à livrer des monologues que des dialogues. Pour autant, ce collectif n’a rien du foutoir désorganisé. À chacun des projets : un pilote.

� lire aussi : Émergences #1 : Le Collectif X

Saint-Étienne déminée

Maud Lefebvre est de la partie pour Manque de Sarah Kane, Villes# mené dans des quartiers où le théâtre ne va pas grâce notamment à la collaboration d’un ami du groupe, chercheur en urbanisme. Rencontre avec les habitants, constitution de chœur public… Ce travail décentre des théâtres mais n’en éloigne pas le collectif. Maud crée sur les plateaux. Et dit beaucoup devoir au Verso, cette scène stéphanoise jumelle de l’Élysée lyonnais, « si ce théâtre n’était pas là, on ne sait pas comment on aurait démarré ». En décembre 2014, Cannibale y voit le jour.

Jeune maman, la comédienne y dort et y travaille avec l'équipe. « Ce n’était pas confortable » mais lorsqu’elle évoque ce deuxième "accouchement", plus collectif celui-ci (!), elle sourit pleinement quatre ans plus tard. Elle enchaîne sans transition en janvier 2015 avec le projet lancé par Gwenaël Morin, avec qui tous avaient travaillé à l’École : quatre mois pour Le Soulier de Satin. Pour les spectateurs que nous sommes, Claudel se dilue au Point du Jour mais l’équipe se forme. Et Maud expérimente la joie de changer de costume : passer de metteure en scène à actrice pour ne jamais oublier comment il possible de s’adresser à l’un et l’autre, de se questionner sur sa place à occuper. À l’Amicale laïque de Tardy où le collectif est en résidence, ils donneront l’intégrale du texte avec des pauses barbecue, la bonne formule pour ce que l’auteur voulait comme "populaire".

À chaque fois, il y a ce credo pour Maud Lefebvre de croire « à la qualité humaine que peut apporter le théâtre. J’ai animé, poursuit-elle, un stage "Égalité des chances" à la Comédie avec des gamins qui sont loin du milieu artistique et on sent que c’est une respiration, un besoin. Tout le monde devrait passer par ça, cette manière de parler ensemble, d’être ». C’est une façon aussi de contrer une société rigidifiée.

En général, je nous trouve assez sages. Tous. La vie manque de trucs un peu rigolos. J’avais très envie de faire des formes d’impromptues, j’avais imaginé des choses dans le métro de Lyon où les gens, quand il rentrent chez eux, disent "tu sais pas ce que j’ai vu aujourd’hui ? Une mariée était toute seule en larmes, son amant courait après elle en disant mais non, je suis désolé…" Il y a un équilibre entre folie et sagesse qui n’est pas forcément très juste. On étouffe un peu tous.

Louve, etc.

Ce décalage avec le réel, elle le met en pratique dans Maja, estampillé presque à tort jeune public et qui passera l’été à la Manufacture, lieu très repéré du Off d’Avignon. Bien sûr les enfants pourront être médusés mais ce qui intéresse la metteure en scène est le dialogue qui peut se dessiner entre enfant et adulte. Elle espère que ce dernier ne sera pas que l'accompagnateur de l'enfant devant cette fable dans laquelle un homme pleure d’avoir perdu celle qu’il aimait et qui, à délaisser son garçon, laisse entrer dans la maison un loup, symbole des maux que chacun doit affronter. Et si l'enfant demandait à la sortie du théâtre à l'adulte pourquoi il est ému ?

Quelque chose dans la transmission m’embête un peu, dit-elle. On est ultra exigeant avec les enfants, plus qu’avec soi-même. Souvent l’adulte questionne l’enfant : as-tu aimé ce spectacle ? Qu’as-tu compris ?... sans y répondre lui-même.

Comme souvent avec elle, l’ambition est haute mais profondément justifiée et légitime. Sa mère a conçu la marionnette du loup, son père, prof de construction mécanique, lui a inspiré une scène de math où le garçon est sommé d’apprendre. Voici l’héritage de ses « supers » parents, quelque chose de très fou et très stable à la fois qu’elle convertit depuis des années en un objet artistique tout à fait élaboré et pertinent.

Depuis septembre, c'est le Théâtre de la Renaissance qui la reconnaît et a la bonne idée d'en faire son artiste associée pour trois années. Janvier 2020, elle présentera Une femme sous influence. Cette filiation paraît naturelle tant elle a déjà irrigué de cinéma et de la douce extravagance de Gena Rowlands ses précédentes créations et ses personnages.

Maja
Au Théâtre de la Renaissance les vendredi 15 et samedi 16 mars

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 9 septembre 2021 Après 18 mois d’arrêt ou de hoquet, les salles de théâtre s’ouvrent enfin en grand avec une saison plus remplie que jamais, faisant face à un défi immense : appâter de nouveaux spectateurs avec des spectacles toujours plus haut de...
Mardi 4 février 2020   Longtemps Shakespeare a fait les beaux jours d’Orson Welles et Elia Kazan fit un Tramway nommé désir plus fort que bien des adaptations scéniques. (...)
Mardi 7 janvier 2020 Quelques pointures avignonnaises continueront leur tournée en cette deuxième partie de saison et surtout la jeune scène locale (ou pas) revient avec de nouvelles propositions. Coup d’œil très exhaustif de ce qui vous attend.
Mardi 15 mai 2018 Prélude au déménagement du CCO, le festival Mémoire Vive explore cette année le parc de l'Autre Soie où théâtre de rue, interventions citoyennes, réflexions numériques et bien sûr musique vont s'entrechoquer le samedi 19 mai.
Mardi 17 avril 2018 Depuis sa création il y a tout juste deux ans, Cannibale a fait du chemin passant notamment par le remarquable festival Théâtre en Mai de Dijon l'an (...)
Mardi 17 octobre 2017 Dédié à l'émergence et ayant fait place il y a 18 mois au mémorable Cannibale du Collectif X, voici que le Théâtre de l'Élysée accueille de nouveau cette (...)
Mardi 3 octobre 2017 Tardive révélation et nouvelle trouvaille du label Born Bad, les quarantenaires de Cannibale bouffent à tous les râteliers musicaux créolisant le rock avec un appétit pan-exotique hautement contagieux.
Mardi 5 septembre 2017 Au vu des programmations hétéroclites (trop) touffues et qui confèrent aux différents théâtres des identités de plus en plus floues, émerge une vague de trentenaires qui, au travers de faits historiques, ou simplement d’histoires d’aujourd’hui,...
Mardi 2 mai 2017 Quand on lui parle de la tournée anniversaire qui vient couronner la belle décennie musicale du label Born Bad, JB Guillot avoue qu'il se serait bien passé (...)
Mardi 20 septembre 2016 Sans grand moyen mais avec une ambition artistique immense, Cannibale est la preuve que le théâtre est une arme d'émotion massive avec cette fable moderne sur l'amour et la douleur.
Mardi 28 juin 2016 « Pas de décor, pas de costume, c'était une putain d'idée » ironisait en 2002 Vincent Delerm à propos du festival d'Avignon. Gwenaël Morin applique ce principe à la lettre pour que les grands auteurs soient entendus. Sophocle sera dans les recoins...
Mardi 13 octobre 2015 Dans le landerneau des organisateurs de concerts, ce mois d'octobre 2015 est si dense en propositions qu'il est surnommé "Octobrute". Un nickname d'autant plus approprié qu'une bonne partie d'entre elles fait plus dans le jean élimé que dans la...
Mardi 22 septembre 2015 Du côté de l'AOC "world, soul, jazz, etc.", le fourre-tout est de rigueur, les talents pluriels et les esthétiques en quinconce. Si bien qu'on ne sait plus où donner de la tête. Eh bien c'est juste ici, un peu partout.
Mardi 21 avril 2015 La galerie Descours présente une très belle exposition consacrée au mouvement surréaliste, réunissant une trentaine d'artistes (André Breton, Max Ernst, Wilfredo Lam, André Masson, Henri Michaux, Raoul Ubac...). Nous ne retiendrons toutefois que...
Mardi 6 janvier 2015 Après un premier tiers de saison assez calme, l’activité théâtrale s’intensifie nettement cette rentrée. Entre stars de la scène locale et internationale, créations maison et découvertes à foison, revue de détails. Nadja Pobel
Mardi 16 décembre 2014 De Manuel Martín Cuenca (Esp-Roum-Russie-Fr, 1h56) avec Antonio de la Torre, Olimpia Melinte…
Jeudi 12 juin 2008 Cirque et Théâtre / Nouvelles coqueluches du théâtre contemporain, David Bobée et Renan Chéneau présentent aux Subsistances Cannibales, pièce pluridisciplinaire, existentielle et… prometteuse ! Jean-Emmanuel Denave

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !