La Mort de Chioné

Dans cette toile de jeunesse de Nicolas Poussin peinte à Lyon en 1622, la frénésie s'est emparée des dieux. Inspirée des Métamorphoses d'Ovide, La mort de Chioné érotise le meurtre de la jeune mortelle qui eut la maladresse de se vanter d'être plus belle que Diane. Cette dernière lui transperça la langue. Flèche fatale ! La blessure n'avilit point la beauté d'un corps idéalisé, le nu féminin chez Poussin se parfait de chair et de formes généreuses. Tout en ombre, le pubis de Chioné est placé au centre de la composition, élément ayant conduit la belle à sa perte. Parce qu'elle est femme mortelle et qu'elle ne s'est point soumise à l'autorité de la déesse, elle est coupable.

Aujourd'hui, pourrait-on qualifier le meurtre de Chioné de féminicide ? Dans l'inconscient collectif, ce dernier serait uniquement commis par des hommes, mais l'OMS catégorise ainsi les crimes d'honneur perpétués sur une femme, par un homme ou une femme, en raison de son sexe lorsqu'elle transgresse une loi morale. Féminicide ou non, rapprocher ce terme de l'histoire de l'art et de la mythologie nous fait réfléchir sur l'idéalisation et l'érotisation du meurtre des femmes, notamment dans la peinture, et sur ses conséquences passées et actuelles dans la société.

Visible dans la collection permanente du Musée des Beaux-Arts

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 13 décembre 2022 L’exposition Poussin et l’amour ouvre une brèche parmi les approches habituelles de l’œuvre du grand peintre français : derrière le Poussin cérébral et philosophe, se cache un Poussin érotique, passionnel, pulsionnel. La preuve en quarante tableaux...
Mardi 13 décembre 2022 Dans la continuité de l’exposition consacrée à Poussin et l’amour, le Musée des Beaux-Arts présente une exposition-dossier montrant les liens entre Picasso et Poussin, à travers, surtout, le thème des bacchanales.
Mardi 20 septembre 2022 Nous avons butiné parmi les programmations des musées et des galeries pour en extraire une sélection subjective de quinze expositions. Sélection à laquelle il faudrait ajouter la Biennale d’art contemporain et la très belle exposition Penone au...
Mercredi 20 décembre 2006 Expo / Le Musée des Beaux-Arts consacre une vaste rétrospective à un peintre d'origine lyonnaise quasiment inconnu : Jacques Stella (1596-1657). Un classique «pur beurre» qui se révèle aussi audacieux, drôle et attentif à la vie de son époque....

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X