La fin justifie les grands moyens : "Avengers : Endgame"

Avengers : Endgame
De Joe Russo, Anthony Russo (ÉU, 3h02) avec Robert Downey Jr., Chris Evans, Mark Ruffalo...

Marvel / Les Avengers s’unissent pour défaire l’œuvre destructrice de Thanos. Après un "Infinity War" en mode “demande à la poussière“, ce "Endgame" boucle (quasiment) par un grand spectacle philosophique la troisième phase de l’Univers cinématographique Marvel.

Après que Thanos a, grâce au gantelet orné des six Pierres d’Infinité, exterminé la moitié des êtres de l’univers, les Avengers survivants tentent de se rassembler. Il faudra attendre cinq ans que Ans-Man sorte accidentellement de l’infiniment petit quantique, pour que Tony Stark accepte de joindre ses forces à leur plan fou : remonter dans le temps afin d’empêcher Thanos de s’emparer des Pierres…

Où l’ensemble des fils et arcs narratifs laissés en suspens depuis 21 films et trois phases par les différentes franchises Marvel sont appelés à se boucler. Mais de même qu’« il faut savoir finir une grève » comme disait Thorez, mettre un terme à un cycle ne s’improvise pas. Avengers : Infinity War (2018) avait laissé entrevoir une bienheureuse inflexion dans la série : à la surenchère de combats de colosses numériques entrelardés de punchlines boutonneuses (Captain America Civil War), avait succédé une dimension plus sombre, volontiers introspective grâce à l’intégration de Thanos. Un antagoniste moins manichéen qu’il y semblait, semant une mort arbitraire à des fins sélectives quasi-darwiniennes — voire écologiques si l’on fore un peu sous son derme mauve. Un genre de personnage à la Magnéto — pour trouver un équivalent du côté X-Men, où la composante psychologique a toujours été plus fouillée — conscient de la désolation qu’il sème autant que de la nécessité d’accomplir une destinée le dépassant ; d’être le simple véhicule du fatum.

Endgame poursuit sur cette ligne non pas droite, mais courbe, sans doute afin d’épouser les contours de l’espace-temps que cette histoire s’amuse, en bon objet de pop culture, à nouer et désentrelacer à l’envi, sans se priver de jouer des paradoxes temporels que ces “ruptures du continuum“ ne manquent pas de produire. Jeu de rebond tout d’abord à l’attention des aficionados de ces histoires d’horloges contrariées, les titres de ces fictions sont explicitement cités comme des sources scientifiques (Retour vers le futur, etc.) ; jeu intertextuel ensuite lorsque les boucles narratives font se rejouer une séquence (comme dans… Retour vers le futur, encore, ou Terminator Genesys). Mais cette manipulation ludique, on le sait, n’est jamais sans conséquences sur le passé comme sur le futur et les interférences qu’elle suscite causent d’inévitables dégradations. Ce que les Avengers rectifient, ils le paient autrement — d’ailleurs, la phrase-clef du film est sans nul doute celle que lâche un Tony Stark plus philosophe (et “thanosien“) que jamais : « le temps se venge ».

Temps qu’il y aura des surhommes (et des surfemmes)

Or si le temps se venge ici, c’est qu’il n’a jamais été aussi présent, ressenti, éprouvé ou accepté par les personnages. Et la sensation de perte définitive intégrée dans ce monde où la métamorphose est reine, mais le vieillissement ou la mort en général bannis. Endgame, c’est d’un certain point de vue la fin de la récréation, la fin de la labilité et le début de la stabilité. Une parenthèse qui se ferme et le cours de choses “normales“ reprend son cours, bercé par une douce mélancolie — Jean d’Ormesson aurait adoré !

Assumant sans longueur ses trois heures, offrant au Dude des frères Coen une place inattendue parmi les Avengers (l’une des idées les plus coooool du film), Endgame revendique également un positionnement idéologique — sans doute conforté par des visées commerciales — qu’il est bon de souligner : la prédominance des super-héros tend à s’amenuiser face à l’émergence des super-héroïnes — en particulier Captain Marvel — ; la diversité ethnique gagne du terrain, avec une transmission de témoin culottée, qui devrait conduire certains rednecks à avaler leur cagoules.

Un mot, pour finir, sur les dernières images, traditionnellement agrémentées dans les productions Marvel de séquences intercalaires et/ou post-génériques. Constituant pour les fans hardcore l’ultime rendez-vous avant le retour de la lumière dans la salle, faisant office de mention “à suivre…“ et de méta-lien entre toutes les branches narrées en parallèle, le bonus de Endgame trouve justement une forme nouvelle — qu’on ne dévoilera évidemment pas — mais qui, si l’on y réfléchit un peu, ne pouvait se concevoir autrement. Restez jusqu’au bout, vous aurez une sacrée surprise…

Avengers: Endgame de Joe & Anthony Russo (É-U, 3h01) avec Robert Downey Jr., Chris Evans, Mark Ruffalo…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 26 ao?t 2020 Seule survivante de l’attaque de sa réserve indienne, la jeune Danielle Moonstar se réveille au sein d’une étrange institution où la Dr Reyes retient captifs de jeunes mutants jusqu’à ce qu’ils sachent canaliser leurs nouveaux pouvoirs. Mais de...
Mardi 31 mars 2020 La fermeture des salles de cinéma en France, comme sur la quasi totalité de la planète n’est qu’un aspect (un symptôme) de la vitrification de l’industrie du 7e Art — tous les tournages s’étant stoppés. Cette mise en sommeil a des répercussions...
Mardi 18 février 2020 Quand des lanceurs d’alertes et la Loi peuvent faire plier une multinationale coupable d’avoir sciemment empoisonné le monde entier… Todd Haynes raconte une histoire vraie qui, étrangement, revêt une apparence patinée dans l’Amérique de Trump.
Mercredi 28 ao?t 2019 La Semaine de la Comédie de l'UGC et grand spectacle pour Pathé : c'est la rentrée des multiplexes.
Mardi 17 mai 2016 En mettant ses mutants aux prises avec le premier d’entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps, c’est bien lui le...
Mercredi 27 janvier 2016 De Tom McCarthy (ÉU, 2h08) avec Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams…
Mardi 20 janvier 2015 Histoire vraie, acteurs visant la performance, mise en scène arty, sous-texte politique lourdement appuyé : Bennett Miller se montre incapable de légèreté pour traiter cette histoire de mentor toxique cherchant à transformer un lutteur en futur...
Lundi 31 mars 2014 Moins foireux que les derniers Iron Man et Thor, ce nouveau Captain America séduirait presque par sa tentative de croiser son héros avec un film d’espionnage sombre et politique. Mais, comme d’hab’, ce sont les effets spéciaux et les incohérences...
Jeudi 24 octobre 2013 Après "The Host" et "Mother", Bong Joon-ho frappe à nouveau très fort avec cette adaptation cosmopolite d’une bande dessinée française des années 80, récit d'anticipation se déroulant dans un train tournant sans fin autour d’un monde rendu à l’ère...
Lundi 5 ao?t 2013 Un piteux exercice de manipulation, hypocrite et rutilant, avec un casting de luxe que Louis Leterrier n’arrive jamais à filmer, trop occuper à faire bouger n’importe comment sa caméra. Nullissime. Christophe Chabert
Mardi 29 janvier 2013 Kenneth Lonergan Fox Pathé Europa
Mardi 16 février 2010 Cinéma / Avec "Shutter Island", Martin Scorsese adapte le thriller de Dennis Lehane, retrouve Leonardo Di Caprio et confirme son nouveau statut, unique à Hollywood, de cinéaste de studio personnel et audacieux. Christophe Chabert
Mardi 30 septembre 2008 Une épidémie de cécité conduit à des mesures sanitaires radicales : une fable au futur récent signée Fernando Meirelles, soutenue par une mise en scène expérimentale et terrifiante. Christophe Chabert
Mercredi 30 mai 2007 Avec "Zodiac", qui retrace l'enquête pour démasquer, sans succès, un tueur en série mythique des années 70, David Fincher élargit l'horizon de son cinéma et signe un film dont la maîtrise souveraine cache des montagnes de doutes. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !