J.S. Ondara : American dreamer

Folk / Nouvelle sensation folk venue du Kenya via les États-Unis, J.S. Ondara interroge, dans les pas de son idole Bob Dylan et de quelques autres figures du genre, ce rêve américain dont il a fait l'expérience à la fois heureuse et contrastée. Une découverte.

La question mérite d'être posée tant elle ébranle un mythe fondateur de la culture occidentale, à l'heure où des dizaines de milliers de pauvres hères venus d'Amérique latine en quête d'Eldorado se heurtent à un mur construit expressément pour leur faire barrage. Où en est-on avec le rêve américain ?

Il y a quelques années la chose s'incarnait, peut-être un peu trop facilement pour ne pas décevoir, en un jeune avocat de Chicago d'origine kenyane né à Hawaïï et devenu le premier président noir des États-Unis. Un Trump plus tard, il reste de ce rêve l'essence et l'envers du décor que symbolise parfaitement la trajectoire de J.S. Ondara, elle aussi entamée au Kenya.

Le jeune homme est né au Nairobi et par la grâce de la radio familiale a grandi au son de Pearl Jam, Nirvana et Radiohead avant de succomber définitivement à la grâce dépenaillée du Freewheelin' de Bob Dylan. Décision est alors prise à 17 ans de tailler la route et les airs direction le Minnesota, terre natale du Zimm', où l'attendent une tante – aux USA, il y a toujours un oncle ou une tante quelque part – et une guitare.

Sentiments contrariés

Là, dans le cœur réfrigéré des Twin Cities Minneapolis et St-Paul, Ondara empoigne son destin en même temps que le précité instrument, et entreprend alors de raconter, mi-griot, mi-hobo, un rêve américain en forme d'exil (American Dream), entre itinérance et errance (Turkish Bandana), espoirs et déceptions, amour (Television Girl), Trump (Days of Insanity) et esclavage (Master O'Connor). Le tout avec une ironie forcément un peu dylanienne.

Pourtant le rêve est bien réel et tout à fait américain qui le mènera à cet album, Tales of America, via ce qui ressemble effectivement à un conte de fée. Quelques chansons déposées sur Internet convainquent une radio de passer un de ses titres, ce qui entraîne une signature sur le label Verve. Et l'affaire de s'emballer à mesure que les enthousiasmes fleurissent et que pleuvent les comparaisons. Car si le timbre d'Ondara rappelle parfois celui, androgyne, de Tracy Chapman, c'est vers la mélancolie et le lyrisme feutré d'un Tom McRae et même les envolées archangéliques de Tim Buckley que le portent ses chansons vibrantes.

Des morceaux dont la douce ambivalence et les sentiments contrariés rappellent une phrase d'un conte de Charles Dickens où il est question de deux villes quelque part jumelles elles-aussi, Le Conte de deux cités : « C’était le meilleur et le pire de tous les temps, le siècle de la folie et celui de la sagesse ; une époque de foi et d’incrédulité ; une période de lumières et de ténèbres, d’espérance et de désespoir, où l’on avait devant soi l’horizon le plus brillant, la nuit la plus profonde ; où l’on allait droit au ciel et tout droit à l’enfer. » Quelle plus belle définition de l'Amérique d'aujourd'hui et du rêve fragile mais toujours brillant qu'elle porte ?

J.S. Ondara
Au Transbordeur le samedi 4 mai

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Musiques...

Lundi 25 avril 2022 Toujours curieux et singulier, le festival Superspectives accueille cette année quelques grands noms de la musique contemporaine et expérimentale : Gavin Bryars, Alvin Curran, Charlemagne Palestine…
Mardi 26 avril 2022 Il est libre, Iggy Pop. Bon, y en a quand même pas qui disent qu'ils l'ont vu voler, mais continuer de se trémousser torse-poils devant (...)
Mardi 29 mars 2022 Alors qu'il remonte sur scène pour présenter son dernier objet d'artisanat, La Vraie vie de Buck John, Jean-Louis Murat est l'objet d'une belle rétrospective menée par l'agence musicale lyonnaise Stardust et une vingtaine d'artistes aurhalpins.
Mardi 29 mars 2022 Un peu plus de deux ans après la tournée de Reward, la Galloise Cate le Bon est de retour sur une scène lyonnaise. Avec Pompeii, un album tout en minimalisme pop, composé et enregistré durant le grand confinement, et qui plonge dans la torpeur tout...
Mardi 1 mars 2022 Événement du côté du Ninkasi avec la venue du commandant en chef de feu Sonic Youth, qui depuis la séparation du groupe phare de l'indie rock américain multiplie les saillies solo comme pour mieux combler et dérouter ses fans éplorés.
Mardi 1 mars 2022 2021 aura été l'année de l'avènement pour Tedax Max. Douze mois pour sortir trois albums et se hisser au premier plan de la scène rap locale. Avant son passage du côté de Vénissieux à Bizarre!, le vendredi 18 mars, on a échangé...
Mardi 15 février 2022 1913, quelle année ! La modernité artistique y éclate dans toute sa superbe et aussi dans toutes ses surprises qui désarçonnent le public. C’est par exemple : les premiers ready-made de Marcel Duchamp, la publication à compte d’auteur...
Jeudi 17 février 2022 Les Parisiens de Bryan’s Magic Tears ont sorti mi octobre leur troisième album, "Vacuum Sealed". Le groupe signé sur Born Bad sera au Périscope ce jeudi 17 février.
Mardi 15 février 2022 Membre du collectif Under Rave de u.r.trax, Vel incarne la relève de la scène techno française. L’artiste et ingénieure — qui semble dotée d’une jauge d’énergie infinie — nous invite dans ses sets intenses à une transe...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !