Stéphane Malfettes : « le lieu bénéficie d'une aura très forte »

Party en exil Lyon #1 - Tala lelo

Les Subs

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Les Subsistances / Officiellement en poste depuis mai, Stéphane Malfettes, qui a succédé à Cathy Bouvard et Guy Walter à la tête des Subsistances, participe au renouvellement massif et inédit des nouvelles directions de lieux culturels à Lyon. Il nous détaille son projet : international et transversal.

Guy Walter s'est occupé d'une grande partie de la programmation des Subsistances, jusqu'au Moi de la Danse fin janvier. Quel est votre apport dans les prochains mois ?
Stéphane Malfettes : Il me tenait à cœur d’ouvrir la saison avec l’une des propositions fortes de mon projet : une collaboration avec cette structure géniale qu'est L'Atelier des Artistes en Exil, à Paris. Depuis deux ans, elle accompagne l'arrivée d'artistes qui ont fui leur pays plus par absolue nécessité que par agrément. Aux Subs, nous proposerons des rendez-vous chaque saison sous forme de soirées musique / performance / clubbing avec des artistes venus des quatre coins du monde que nous accueillerons en résidence. On commence avec le performeur congolais Yannos Majestikos et le musicien syrien Wael Alkak. Ça va donner le ton !

Dans un tout autre registre, nous accompagnons le prochain spectacle de Xavier Veilhan qui se déploiera sur une patinoire installée sous notre magnifique verrière. Ce sera en décembre, au moment de la Fête des Lumières – en dehors du périmètre de la Fête, mais en projet satellite. Il collabore avec le patineur et danseur contemporain Stephen Thompson qui redonne vie à une discipline olympique aujourd’hui disparue. Tel un archéologue du mouvement, il réactive ces "figures imposées" très techniques et précises qui consistaient à graver plusieurs fois de suite dans la glace l’exacte et même forme circulaire. Une expérience totale au cœur du mouvement avec costume dans un style Bauhaus et avec un dispositif son-vidéo-lumière. Veilhan navigue entre les arts visuels, la performance et la musique (cf. ce qu'il a fait à Venise, où il avait installé une sorte de studio d'enregistrement dans son pavillon). Il incarne la manière dont j'ai envie de profiler notre ligne artistique en subvertissant les frontières entre spectacle et arts plastiques – perspective riche de promesses notamment dans nos relations avec l'école.

Quels liens allez-vous tisser avec l'ENSBA, qui change également de direction ?
Je me réjouis de l’arrivée d’Estelle Pagès ; c’est une chance pour l'ENSBA et pour les Subs ! Il y a en effet une convergence de calendrier et de désir qui nous oblige à la réussite ! Au-delà de nos différences de statut, de missions et de fonctionnement, nous partageons le même trésor : ce site architectural remarquable et des artistes qui y travaillent – qu'ils soient profs, étudiants (ils sont quand même 350 !) ou engagés par les Subs. Nos multiples collaborations pourront être rendues visibles à l’occasion d’un grand projet événementiel qui investira tout le site. Ce campus artistique et numérique pourra également fédérer nos voisins du Conservatoire, de l'ENSATT avec également des invitations internationales. C'est l’un des grands chantiers que nous souhaitons mettre en œuvre dès la saison prochaine.

Le rapport à l'international semble vous préoccuper.
Oui, c’est important que les Subs jouent leur rôle au service de la dimension internationale de Lyon. L'un de nos nouveaux projets consiste à inviter chaque année un lieu de résidence d'un autre pays – un lieu qui nous ressemble – pour présenter ensemble une scène artistique inédite en France. On va commencer avec La Termitière que dirige le chorégraphe Salia Sanou au Burkina Faso. Six jeunes femmes chorégraphes seront en résidence aux Subs à l'automne 2020 pour présenter des performances assez courtes dans plusieurs de nos espaces. Elles vont répéter et créer ici puis nous les feront tourner en France et en Europe. Ce programme de spectacles sera agrémenté de soirées musicales avec la scène électro de Ouaga, de bals, de rencontres et débats mais aussi d’ateliers de pratique amateur. Bref, un jumelage artistique en mode Subsistances !

La transformation des Subs en lieu de vie au quotidien est au cœur de mon projet. L’enjeu est de s’ouvrir davantage sur la ville et sur le monde.

Avec son esplanade et sa verrière, les Subs constituent un site de création à ciel ouvert unique en son genre. Nous allons lancer une saison estivale, de mai à octobre, avec des infrastructures de bar, restauration et des scénographies originales pour y créer des spectacles et concerts dans des environnements surprenants.

Il n'y avait pas d'exposition aux Subsistances. Vous en avez fait plusieurs (Fans Attitudes, Les costumes de la pop, Paris-Londres. Music Migrations). Va-t-on en voir ici ?
L’idée est plutôt d’explorer les interactions entre les formes et les registres avec des scénographies qui s’activent, des expositions performatives, des spectacles qui bousculent notre petit confort de spectateur. Nous allons ainsi inviter en avril 2020 Clédat & Petitpierre, un duo français de plasticiens et performers jamais venu à Lyon qui créera un nouveau spectacle au hangar des Subs en avril, Les Merveilles. Leur démarche brave toutes les frontières entre vivant et inanimé, animal et végétal, humain et extra-terrestre avec des références facétieuses à l’histoire de l’art. Grâce à l’enthousiasme de plusieurs partenaires, nous promènerons également leurs œuvres en dehors des Subs avec notamment une parade sur la Presqu’île, des performances au Musée des Beaux-Arts, une exposition au Musée des Tissus. On a intitulé ce programme "Stupeur & Merveillement" : tout un programme, non ?

Lancement de saison, Party en exil – Lyon #1
Aux Subsistances le jeudi 26 septembre à 19h

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 24 mai 2022 The place to be. Voilà la performance réalisée par Les Subs. Non seulement il y a toujours 1000 m² de terrasse au bord de la Saône (quelques serveurs de (...)
Vendredi 18 septembre 2015 À l'issue de la représentation de Biopigs (voir notre critique) ce samedi 18 septembre, les Subsistances lanceront officiellement leur saison (...)
Mardi 25 mars 2014 Dix ans que les Subsistances font contrepoids aux institutions culturelles lyonnaises. Durant un week-end sur la thématique du bonheur, ce laboratoire artistique se demande si «Ca va ?». Réponse par l’affirmative de sa co-directrice, Cathy Bouvard,...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X