Eaux profondes au Point du Jour

De l'eve à l'eau

Théâtre du Point du Jour

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / Après l'avoir créé en début d'année au CDN de Valence, Éric Massé et Angélique Clairand amènent De l'Ève à l'eau sur les planches du Théâtre du Point du Jour : un spectacle très personnel qui ne convainc pas.

En français, en anglais, en ch'ti, en wolof, en parlange et même en langue des signes (le 12 novembre), De l'Ève à l'eau est un retour aux origines pour les auteurs, metteurs en scène et acteurs Angélique Clairand et Éric Massé qui se souviennent ainsi « d'où ils viennent » : d'une campagne française, d'où subsiste ce patois local qu'est le parlange dans lequel Ève signifie "eau". Via la figure d'une ancienne agricultrice, en prise à la démence et à des crises de coprolalie, c'est toute la paysannerie malmenée par les pouvoirs publics qui se trouve sur ce plateau, scénographié par Johnny Lebigot qui est allé chercher l'inspiration dans les fermes désormais abandonnées où a grandi le duo de concepteurs du spectacle : l'intime de la chambre au-dedans, la pagaille de la grange au-dehors. Mais cette trame du retour aux origines est envahie et déviée par des artifices inutiles voire dérangeants.

à lire aussi : Un nouveau Point du Jour avec Angélique Clairand et Éric Massé

Marais poitevin

Ainsi dans ce qui est présenté comme une introduction, Éric Massé, en allant du fond de la salle vers la scène et après avoir fait part des odeurs de la campagne et du fait qu'on y déféquait beaucoup, invective le public en commentant son travail : « vous ne vous attendiez pas à un spectacle scatologique ?! » Et d'ajouter : « quand il y a un gros tas de fumier, le paysage est riche ! Comme au théâtre, la merde et le succès sont très liés ».

Inévitablement ces diatribes entravent la narration trop éclatée – l'histoire personnelle de chacun d'eux, le volet sociologique et médical avec un neuro-psychologue et une primo-agricultrice auxquels s'est joint un infirmier sénégalais. Ce dernier se livrera à une séance de désenvoûtement de la ferme, problématique tant s'alignent les clichés sur l'africanité alors que dans toutes les actions pédagogiques menées par les deux directeurs, le désenclavement est au cœur des préoccupations.

Cette multiplicité des récits mène à ces raccourcis dommageables. Les clins d’œils appuyés au parcours des créateurs (la mère malade parle des "lumas" qui est le nom poitevin de la compagnie d'Angélique Clairand et Éric Massé, fondée en 2000 ; Les Bonnes de Genet sont citées par le médecin : Massé a monté précédemment ce texte) encombrent définitivement ce spectacle dont la sincérité du propos est indéniable mais la résolution au plateau illustrative.

De l'Ève à l'eau
Au Théâtre du Point du Jour du mardi 5 au jeudi 14 novembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 9 février 2016 Après Femme verticale, lecture-spectacle où il composait un florilège de grands textes féministes, le metteur en scène et comédien Éric Massé poursuit son travail (...)
Mardi 2 décembre 2014 Dans un spectacle sous forme de lecture de textes écrits par des femmes, Éric Massé donne corps et vie à la pensée féministe, présentée dans toute son actualité. Romain Vallet
Jeudi 18 octobre 2012 Il y a longtemps qu’il les aime, jamais il ne les a oubliées. Dix ans après avoir posé les jalons d’une mise en scène des "Bonnes", voilà qu’Éric Massé présente un travail mature et accompli totalement centré sur les deux sœurs, au risque de...
Mercredi 13 décembre 2006 Théâtre / Angélique Clairand et Éric Massé ont entamé une traversée de l'œuvre autofictionnelle de Raymond Federman, il y a maintenant trois ans. Après un passage à (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X