"Un ennemi du peuple" : Nicolas Bouchaud, seul contre tous

Un ennemi du peuple

Célestins, théâtre de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / Qui n’a jamais vu sur scène le comédien Nicolas Bouchaud doit très vite réparer son erreur. En fonçant par exemple aux Célestins découvrir "Un ennemi du peuple", texte phare du dramaturge norvégien Henrik Ibsen mis en scène par Jean-François Sivadier.

Aujourd’hui en France, il y a peu de comédiens de la trempe de Nicolas Bouchaud. C’est peut-être même le plus grand, et il n’y a qu’à le voir sur un plateau pour le constater. Dans les spectacles de Jean-François Sivadier par exemple, avec lequel il collabore depuis presque vingt ans. Logique donc qu’on le retrouve dans le rôle-titre d’Un ennemi du peuple, dernière mise en scène de Sivadier dévoilée en mars à la MC2 Grenoble. Bouchaud pourrait même être un argument de vente à lui tout seul, tant il donne une fougue bienvenue au texte politique et acerbe (aucun personnage n’est sauvé, même le héros) d’Ibsen publié en 1882 en incarnant le docteur Stockmann, lanceur d’alerte avant l’heure.

Il faut le regarder chuter progressivement, passant de l’homme sûr d’œuvrer pour le bien commun en dénonçant un scandale sanitaire (les eaux de la station thermale de la ville sont impropres) au paria qui risque de mettre à terre toute une économie et une population : il est grandiose. Notamment dans la scène du simili procès public, lorsqu'il s’écarte de la trame d’Ibsen pour disserter sur le théâtre.

Le passé a de l’avenir

Que Jean-François Sivadier est un immense metteur en scène qui a tout compris à la rythmique de son art, comme lorsqu’il s’amuse avec des œuvres plus très jeunes (Molière, Feydeau, Shakespeare, Brecht, Büchner…) pourtant on ne peut plus vivantes entre ses mains – il faut le faire, tant nous pestons habituellement contre ces artistes sans imagination qui remontent sans cesse les mêmes classiques.

Et que son Ennemi du peuple est un véritable acte de théâtre de 2h45 défendu par une troupe remarquable dans une scénographie grandiose (comme toujours avec lui) et avec une nouvelle traduction musclée d'Eloi Recoing qui renforce le propos politique de la pièce. On peut appeler ça du théâtre blockbuster haut de gamme, et ça fait un bien fou.

Un ennemi du peuple
Aux Célestins du mardi 5 au dimanche 11 novembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 31 janvier 2013 Au lendemain de la triomphale première représentation de "Un ennemi du peuple" au TNP, Thomas Ostermeier a rencontré son public durant 1h30 au Goethe Institut, avant de nous accorder un entretien où il évoque inlassablement et passionnément son...
Vendredi 18 janvier 2013 Metteur en scène allemand de génie, Thomas Ostermeier monte pour la cinquième fois une pièce du norvégien Ibsen, "Un ennemi du peuple". Décryptage de cette filiation entre deux géants avant que Ostermeier lui-même ne vienne à la rencontre du public...
Vendredi 4 janvier 2013 La rentrée théâtrale 2013 démarre sous des auspices dont aucun curieux (amateur ou – et surtout - réfractaire) n’osait rêver : Robert Lepage puis Thomas Ostermeier sont parmi nous en janvier. S’ensuivront de bons restes d’Avignon, des argentins...
Jeudi 6 septembre 2012 Comment parler de «cette génération qui a le cœur à gauche et le portefeuille à droite, qui veut changer le monde sans avoir les mains sales» ? Thomas (...)
Mardi 4 mai 2010 Au Théâtre les Ateliers, Nicolas Bouchaud incarne avec un plaisir non dissimulé le critique de cinéma Serge Daney, mort en 1992. Dans un solo souvent émouvant, il interroge le pouvoir de l'image et le rapport au temps. Nadja Pobel

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X